+ Reply to Thread
Page 103 of 194 FirstFirst ... 3 53 93 101 102 103 104 105 113 153 ... LastLast
Results 715 to 721 of 1354
  1. #715
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Sonia Lyes :


    Samedi 21 Février 2009 -- Les mauvaises nouvelles s'accumulent pour l'opérateur de téléphonie mobile Wataniya Telecom Algérie (WTA), qui exploite la marque commerciale Nedjma. Au quatrième trimestre de l'année 2008, il a enregistré une perte de 34,6 millions de dollars, selon les résultats officiels publiés ce weekend par sa maison-mère au Koweït. Cette contreperformance de la filiale algérienne et des difficultés en Tunisie ont impacté fortement les résultats annuels du groupe koweïtiens de télécommunication, selon le communiqué de Wataniya Telecom. En 2008, le groupe a enregistré une hausse de seulement 2,1%.

    Pourtant, au troisième trimestre de l'année 2008, Nedjma avait enregistré un bénéfice de 4 millions de dollars, le premier depuis son implantation en Algérie. Le 11 novembre 2008, en annonçant ce profit, le DG de Nedjma s'était montré confiant. « Nedjma entame une phase de profitabilité (...). Les résultats de 2008 dépassent nos prévisions (...). Ce bilan laisse présager des perspectives futures prometteuses», avait-t-il expliqué au cours d'une conférence de presse.

    À présent, Qatar Telecom (QTel), actionnaire majoritaire de Wataniya Telecom, cherche à déterminer les raisons de ce retournement de situation en Algérie. Comme nous l'avions révélé, depuis le début du mois de janvier, trois auditeurs sont des locaux de Nedjma. Envoyés par QTel, ils ont pour mission de contrôler la gestion de l'opérateur. « Ils font l'interface entre le DG de Nedjma et QTel », explique une source proche de l'opérateur. De nouveaux auditeurs devraient arriver dans les prochains jours pour renforcer l'équipe déjà en place.

  2. #716
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 22 Février 2009 -- Le leader de la téléphonie mobile en Algérie, Orascom Télécom Algérie (Djezzy/OTA) amorce l’année 2009 avec une nouvelle offre client des plus alléchantes. Une promotion que seul un leader peut se permettre. La nouvelle promotion sous l’appellation «Gratissimo» est exclusive aux abonnés Djezzy Carte ; elle offre des appels gratuits et illimités tous les jours de 1h du matin jusqu’à 19h. Selon un communiqué de presse de cet opérateur, «Gratissimo» est simple et facile à utiliser. Elle est sans engagement préalable, c’est-à-dire sans condition minimum de crédit ni de rechargement exigé. En clair, tous les abonnés Djezzy Carte peuvent bénéficier tous les jours de communications gratuites et illimitées après la 5ème minute d’appel vers tous les numéros Djezzy et Allo OTA de 1h du matin jusqu’à 19h à partir du 22 février 2009 et ce, jusqu’au 18 mars 2009. Toujours selon cette même source, pour bénéficier de l’offre «Gratissimo» immédiatement et sans attendre, il suffit à l’abonné d’appeler simplement le 720 depuis son mobile puis de choisir l’option : profil du mois. Une opération facturée à 25 DA, précise le communiqué. Après quoi, cette promotion est accessible. Cette offre est aussi valable pour les nouveaux abonnés qui viennent rejoindre la grande famille des inscrits au réseau de l’opérateur Orascom Télécom Algérie qui compte à son actif près de quatorze millions de clients.

  3. #717
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 22 Février 2009 -- Un concours intitulé "les meilleurs sites web marchands algériens" sera organisé dans le cadre du salon "Med-IT 2009" qui se tiendra au Palais de la Culture les 18, 19 et 20 Mai 2009. L’objet de ce concours est de récompenser les meilleurs sites Internet algériens à vocation marchande. À ce jour en Algérie, il existe très peu de véritables sites de E-commerce permettant d’effectuer des transactions de paiement en ligne (hormis quelques uns pour des achats effectués par des étrangers munis d’une carte bancaire internationale), mais de nombreux créateurs, particuliers ou entreprises, se préparent à cette révolution du E-commerce et ont déjà mis en place des sites à vocation marchande avec vitrines et catalogues de produits, formulaires de commandes, réservations en ligne, les paiements s’effectuant le plus souvent lors de la livraison ou en agence. Ce salon sera aussi une excellente occasion pour réfléchir sur les sites internet algérien et faire un état des lieux.

    Pour juger de la qualité et de la pertinence de ces sites, il faut analyser la qualité du contenu (intérêt des services et produits proposés), accessibilité et navigation (facilité d’accès au site, ergonomie), qualité du design (présentation attractive) et fonctionnalités du site et interactivité (catalogues, bons de commandes, réservations). Il ne suffit pas de faire un site internet pour qu’automatiquement les visiteurs accourent par milliers. La promotion de votre site est une étape essentielle de votre projet. Et cette promotion passe autant par les canaux de communication que vous avez déjà, que par le canal internet.

    Dans les sites algériens, on trouve finalement peu de contenus de qualité. Et un contenu qui apporte un vrai plus par rapport à l’existant, a vite fait de se retrouver en bonne position dans les moteurs de recherche, et de voir apparaître des liens à partir d’autres sites. Le contenu se réduit à une présentation des institutions et des activités. L’information proposée est sans réel intérêt pour le public. Les banques mettent en évidence le mot du directeur général plutôt que des offres. Les ministères ne proposent que des news dépassées. Le site Ousratic donne l’impression d’avoir été abandonné depuis longtemps. La dernière news remonte à août 2006 et informe que "Cetelem Algérie est venu s’ajouter à la famille des parties prenantes de l’opération" Et qu’une émission radiophonique sera dédiée à Ousratic !

  4. #718
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 24 Février 2009 -- La sixième édition du Med-IT, le Salon professionnel des technologies de l’information et de la communication (TIC) et des trophées Med-IT, ouvrira ses portes du 18 au 20 mai 2009 au palais de la Culture Moufdi-Zakaria, à Alger. Comme chaque année, cette manifestation constitue pour les professionnels, aussi bien exposants que visiteurs, un forum d’échanges sur l’utilisation des TIC dans la perspective d’une plus grande intégration dans notre pays. Les responsables de l’organisateur XCom ont annoncé hier, lors d’une conférence tenue à Alger, qu’ils s’attendent d’ores et déjà à une centaine d’exposants nationaux et étrangers, activant dans l’une ou l’autre des branches des TIC. Pour mieux cerner la pénétration des TIC en Algérie ainsi que les besoins des utilisateurs, les organisateurs ont affirmé avoir effectué, au préalable, une enquête auprès de 500 entreprises tous secteurs confondus. Les résultats obtenus ont permis de préparer un programme de conférences adéquat pour répondre aux besoins exprimés.

    Des tables rondes seront organisées tout au long de la manifestation. Celles-ci regrouperont des décideurs des IT autour d’une thématique donnée et dresseront un état des lieux des expériences réalisées et des projets à venir. Les thématiques retenues pour ces tables rondes sont le e-commerce, la e-administration, l’offshoring, le financement des start-up et les formations et compétence IT. Face à la rapidité à laquelle se déploie le e-commerce (vente et achat de produits marchands via Internet) dans le monde et à la multiplication des sites web marchands qui s’en est suivie, les organisateurs du Salon, qui anticipent sur le développement rapide en Algérie des nouvelles formes d’échanges commerciaux, comptent offrir aux professionnels intéressés des solutions pour sécuriser le paiement en ligne qu’ils estiment techniquement possible.

    Des ateliers de formation et de sensibilisation, d’autres de présentation des nouvelles solutions, sont également prévus et seront animés par des experts, selon les organisateurs, qui ajoutent que ces ateliers porteront sur le haut débit, la sécurité des systèmes d’information, les réseaux etc. Par ailleurs, le Salon récompensera, à l’issue de la manifestation, les meilleurs sites web marchands algériens par une remise de trophées.

  5. #719
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Rafik Tadjer :


    Dimanche 1 Mars 2009 -- « Publicité mensongère », « dumping », « offre illégale », « concurrence déloyale »...Depuis plus de quinze jours, les deux opérateurs de téléphonie mobile Djezzy et Mobilis multiplient les critiques à l'encontre de leur concurrent Nedjma. En cause : la dernière offre « Free » de la filiale algérienne de Qatar Telecom (QTel). Présentée comme une « offre illimitée », Free serait en réalité une offre moins transparente que le laisse entendre l'opérateur Nedjma, selon ses concurrents.

    « Pour l'offre Free 1.000 DA par mois, le client ne peut utiliser plus 8h gratuites par mois. Pour l'offre free 2.000, le client bénéficie de 1.000 minutes gratuites maximum, soit 16h par mois. C'est un faux illimitée », explique à toutsurlalgerie (tsa-algerie.com), une source proche du dossier. Ces données ont été vérifiées par toutsurlalgerie auprès de source proche de l'ARPT.

    Djezzy et Mobilis ont également analysé l'offre de Nedjma et conclu que l'offre « Free » constitue un dumping. « À ce prix, on ne peut pas gagner de l'argent. C'est en-dessous du prix de revient d'une minute de communication », souligne une source proche des deux opérateurs.

    Même constat chez Mobilis. « Dans sa publicité, Nedjma parle d'un usage personnel et raisonnable. Cela veut dire que le client sera coupé s'il dépasse un certain seuil de communication », explique un responsable de Mobilis. Plusieurs clients ont déjà reçu des messages les invitant à recharger leurs comptes après seulement quelques jours d'utilisation de leur forfait.

    Djezzy a dès le lancement de l'offre adressé une lettre de protestation à l'Autorité de régulation de la Poste et des télécommunications (ARPT) pour dénoncer les conditions de l'offre de son concurrent. L'opérateur public Mobilis n'a entrepris aucune démarche officielle mais il a fait savoir son mécontentement à l'ARPT. Le lancement de l'offre Free a en effet eu un impact négatif sur les ventes de Djezzy et Mobilis. Mais ce dernier a été le plus touché.

    Les directeurs des trois opérateurs ont été reçus par la présidente de l'ARPT. Et le gendarme des télécoms a adressé, le 14 février, un rappel à l'ordre à Nedjma lui demandant de clarifier son offre. Mais quinze jours après, Nedjma continue de diffuser des messages publicitaires évoquant une offre illimitée et avantageuse. Autrement dit, Nedjma n'a pas obéit aux injonctions de l'ARPT.

    Sous couvert d'anonymat, des responsables de Djezzy et Mobilis ont confié à toutsurlalgerie leur étonnement devant le silence de l'ARPT et du ministère des télécommunications. Ils évoquent un « traitement de faveur » accordé à l'opérateur Nedjma au détriment de ses deux concurrents.

  6. #720
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Sonia Lyes :


    Dimanche 1 Mars 2009 -- Algérie Télécom continue de s'enfoncer dans la crise. Mauvaise gestion, instabilité du management, manque de visibilité sur la stratégie et interventionnisme politique empêchent le groupe public de télécommunications de se développer. L'opérateur vient d'achever l'année 2008, avec 50 milliards de dinars (500 millions d'euros) de créances impayées en Algérie. Celles-ci appartiennent notamment aux institutions de l'Etat mais aussi à des entreprises privées, comme les nombreux providers qui refusent de payer leurs redevances liées à l'utilisation du réseau téléphonique de l'opérateur historique.

    Mais le bilan d'Algérie Télécom continue de faire l'impasse sur un dossier sensible. Selon nos informations, entre 1991 et 2001, plusieurs opérateurs étrangers, notamment européens, ne sont pas acquittés de leurs redevances liées à la terminaison de leurs appels sur le réseau fixe d'Algérie Télécom. Parmi eux : le français France Télécom dont l'Algérie représente la première source de revenus pour sa division communications internationales.

    En 2003, un cabinet international chargé de réaliser un audit sur le secteur des télécommunications dans la perspective de l'ouverture du capital d'Algérie Télécom et l'attribution d'une nouvelle licence avait alerté le gouvernement algérien sur cette situation, en remettant au ministère des télécommunications un rapport détaillé sur cette situation. Selon une source proche du dossier, le montant des redevances impayées par des opérateurs étrangers s'élèverait à plusieurs milliards de dollars. Le cabinet avait recommandé d'engager des actions pour le recouvrement de ses sommes.

    Nul ne sait pourquoi ces redevances n'ont pas été payées. Mais la situation politique dans le pays durant les années 1990, avec une intensification des attaques terroristes, a joué un rôle dans ce qui apparait comme une négligence. « L'Etat était occupé à lutter contre le terrorisme et l'économie était un dossier secondaire. À cette époque, Algérie Télécom, volontairement ou involontairement n'avait pas tous les outils pour calculer avec précision les redevances», explique notre source.

    Mais pas seulement : des négligences volontaires pourraient également expliquer cette situation. Dans les années 1990, de hauts responsables du ministère des Télécommunications et de l'Etat auraient négocié certains arrangements avec des opérateurs étrangers, notamment en Italie, dans le dossier des redevances, en échange d'avantages personnels. Aucune enquête n'a été ouverte.

    Curieusement, plus de cinq ans après, le ministère des télécommunications n'a donné aucune suite au rapport remis par le cabinet international, privant ainsi Algérie Télécom de la possibilité de récupérer son dû. Le nouveau ministre des télécommunications, Hamid Bessalah, va-t-il prendre le dossier en charge ?

  7. #721
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 1 Mars 2009 -- Le parlement a programmé pour sa prochaine session printanière, un suffrage sur le projet de loi portant la protection des crimes liés aux technologies de communication et informatique et la lutte contre elles. Dans ce sillage, ce projet de loi stipule l’autorisation les autorités sécuritaires à surveiller les correspondances et communications électroniques et téléphoniques dans les quatre cas ci-après : la protection des actes qualifiés de crimes terroristes, de destruction et de criminels relevant de la sécurité de l’état, possession des informations sur une éventuelle attaque contre le système informatique allant dans le sens à menacer les institutions de l’état, ou de la défense nationale ou du système en général, et pour les besoins des investigations et des enquêtes judiciaires, et dans le cadre de l’exécution des demandes d’aide entrant dans le cadre de l’échange judiciaire international. Afin d’éviter la violation des droits de l’homme et des libertés, la loi exige une promulgation de la part des autorités judiciaires compétentes. Quant à la protection des actes liés au terrorisme, le procureur général près la cour d’Alger est habilité à accorder aux officiers de la police judiciaire appartenant à l’institution nationale à la protection des crimes de la technologie de la communication et de l’informatique, qui sera créée après l’adoption du parlement et du Président de la République du projet, une autorisation d’une durée de 6 mois renouvelable. Et afin de faire participer les fournisseurs des services Internet et des communications fixes et portables dans la lutte contre les crimes technologiques. Ces derniers seront obligés, en vertu de ce projet de loi, à aider les autorités compétentes dans la collecte et l’enregistrement des données relatives aux contenus des communications, à temps, et sauvegarder les données.


Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts