+ Reply to Thread
Page 16 of 194 FirstFirst ... 6 14 15 16 17 18 26 66 116 ... LastLast
Results 106 to 112 of 1354
  1. #106
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    May 5, 2007 -- “ATHIR”, the name of the new telecommunications network WIMAX is in partnership between Algerie Telecom and the Canadian firm Galaxia Telecom.

    Its exploitation is now well underway; Galaxia Telecom is headed by Doctor A. Hoummady who has accumulated over 30 years of experience in innovation and research in the fields of telecommunications and nanotechnologies.

    Behind all this, we find Dassault system, Wavesat and Sanmina Sci.

    The latter are all leaders on the world market in their respective sectors of activity.

    Galaxia Telecom is a Canadian company specialized in the deployment of the wireless pass band and most especially in the Wimax network which is regarded as an international standard for short-wave access.

    ATHIR is now operational; It has already set up 4 basic stations allowing it to cover the eastern part of the capital Algiers.

    According to an Algérie Telecom spokesman, there is every likelihood that Algiers will be totally covered by the ATHIR Telecom network before the kick-off of the 2007 summer season.


  2. #107
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    May 5, 2007 -- The projected measures aimed at making the communications’ networks more secure were at the centre of an international seminar organized earlier this week in Algiers by the Ministry of Posts, Information Technologies and Communication in the presence of senior representatives of the Swedish group Ericsson and telecommunications experts.

    The proceedings of this timely seminar mainly focused on the role of communication and information technologies in public safety, in electronic applications as well as in the mobile 3 networks.

    In his opening address, the Algerian Minister for Posts, Information Technologies and Communication, Boudjemaa Haïchour, highlighted the salient importance of the Algiers seminar stressing that Algeria should be endowed with up to date, reliable and safe telecommunications meeting the requirements of simple access, comfort of use and network convergence.

    Mr Haïchour also pointed out that the current efforts to make the networks more secure and more reliable remained a priority issue for a country as vast as Algeria which possesses, he said, a fibre optic network extending over 48,000 km.

    For his part, the Ericsson General Manager for North Africa asserted that, in addition to dealing with telephone operators, Ericsson group was ready to expand its fruitful partnership to include other Algerian institutions notably in the sectors of health, education and enterprises as part of the enhancement of e-governance in the country.

    It should be noted that the Swedish Ericsson group has been present on the Algerian market for about 35 years now.


  3. #108
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    La brigade économique et financière du service wilayal de la police judiciaire de Oum El Bouaghi a entamé une enquête sur l’affaire de faux, usage de faux et couverture de factures de plus d’un milliard de centimes à l’agence d’Algérie Télécom de la wilaya. Les factures émanant de l’agence commerciale d’Algérie Télécom de Aïn Mlila ont indiqué l’enregistrement de sommes mirobolantes et non versées, de personnes qui les ont utilisées afin d’effectuer des communications avec des compagnies de jeux téléphoniques.

    En effet, l’un des abonnés qui se fait appelé A. R, de Aïn Mlila, possède 10 téléphones sans fils, dont les factures ont dépassé 800 millions de centimes. Une source bien informée assure que ces pratiques entrent dans la case de « la dilapidation des biens publics et du non respect des engagements fonctionnels », qui englobent le contrôle et la protection du bien public contre la dilapidation et le détournement.

    La source a ajouté que la direction générale de Constantine a déposé une plainte, réclamant une enquête sur des trafics de relevés pour le dédommagement d’un câble de fibres optiques au niveau de la route reliant Aïn Beïda à Oum El Bouaghi le 13 février 2006. Les détails de cette affaire indiquent que l’entrepreneur, M.A.K, a supervisé un projet qui a abouti à la destruction d’un câble de fibres optiques appartenant à Algérie Télécom, unité fonctionnelle, et le dommage avait été établi à 94509, 96 dinars.

    Cette affaire avait été réglée à l’amiable, le 3 avril 2006, par l’entrepreneur, à travers un chèque bancaire avec la somme indiquée dans le relevé daté du 13 février 2006.

    Il est apparu dans la plainte que l’entrepreneur « a feint d’ignorer la destruction qu’il a causé le 14 janvier 2006, dans la même région Aïn Beïda- Oum El Bouaghi », indiquant que « l’entrepreneur a été convoqué le 7 mars 2006, afin de régler la situation, mais selon la même source, le 24 février dernier, l’entrepreneur s’est présenté devant le service compétant, mais au lieu de payer la somme de 247400 dinars, il a présenté un relevé suspect, afin d’affirmer qu’il ne devait pas la somme indiquée, mais 94509 dinars.


  4. #109
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  5. #110
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Dimanche 6 Mai 2007 -- Des acteurs dans le secteur de la téléphonie ont animé hier une conférence de presse au siège de l’Union générale des commerçants algériens (UGCAA). Ils ont tenu à attirer encore une fois l’attention sur la clochardisation du marché des téléphones portables et de puces. Alors que les différents intervenants se rejettent la balle concernant la prise en charge de ce problème, selon les intervenants, le marché informel prend de l’ampleur, gangrenant ainsi l’activité économique.

    A cet effet, M. Boulenouar, représentant de l’UGCAA, a annoncé la mise sur pied d’un comité qui sera chargé de faire le point sur le secteur de la téléphonie mobile et de trouver des solutions pour réguler ce marché. Selon Mme Langar, représentante du ministère du Commerce, l’Autorité de régulation des postes et télécommunications (ARPT) ne joue pas son rôle de régulateur. L’intervenante citera notamment l’exemple des publicités mensongères de certains opérateurs qui continuent d’être diffusées en toute impunité.

    Pour sa part, M. Aïssi, expert au niveau du port d’Alger, tirera la sonnette d’alarme en précisant que les chiffres avancés par les services des douanes se basent sur les déclarations des importateurs concernant les téléphones mobiles. «Ces chiffres ne sont donc pas justes puisque les importateurs font des sous-déclarations. Ces derniers aussi se contrôlent difficilement en dépit de l’existence de scanners. Il y a donc un nombre important de portables qui échappent au contrôle. Et la surveillance est d’autant plus défaillante que nous retrouvons toujours des portables vendus à même le sol», a déclaré l’intervenant pour qui l’Algérie devrait passer du rôle d’importateur et de consommateur à celui d’installation et de maintenance.

    Mme Langar rappellera par ailleurs que si les textes existent, leur application ne suit pas, précisant que l’Algérie a mis toute sa législation à niveau. M. Khadir Azzedine, directeur de l’entreprise Algérie K, a expliqué que même si le secteur a généré des emplois, il a aussi connu une croissance fulgurante en l’espace de cinq années et en 2006 6 millions de puces ont été vendues. L’intervenant dira aussi que les années 2002 et 2003 ont été la meilleure période pour la régulation du marché des portables du fait qu’il n’y avait pas encore de concurrence. Concurrence qui est devenue déloyale, dépassant les capacités de l’Autorité de régulation et du ministère du Commerce.


  6. #111
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Lundi 7 Mai 2007 -- La dernière sortie médiatique des responsables du ministère du Commerce a propos du marché de la téléphonie mobile a jeté un pavé dans la mare. Si les propos des convives du forum de l’UGCAA ont péché par mauvaise connaissance de la structuration du marché national de la téléphonie mobile, il convient néanmoins de noter que l’Autorité de régulation des postes et télécommunication (ARPT) a encore une fois été mise à l’index.

    Les représentants du ministère du Commerce ont mis l’accent sur quelques lacunes dans la gestion des affaires en rapport avec la téléphonie mobile. S’il est évident qu’il n’appartient pas à l’ARPT d’intervenir dans la régulation de la commercialisation sans facture des cartes Sim, il va sans dire que la maîtrise de cette tâche incombe à d’autres organismes de surveillance comme le département du commerce.

    Par ailleurs, le précédent créé par l’ARPT avec Djezzy au sujet de l’offre tarifaire Allo- Ota constitue l’un des griefs retenus à l’encontre du régulateur. La célérité dans la prise des décisions coercitives, l’approche partiale et le traitement préférentiel à l’endroit de quelques opérateurs n’ont pas manqué d’être portés dans le registre des doléances.

    Des spécialistes en télécommunication se demandent à juste titre pourquoi l’ARPT n’a jamais placé l’opérateur public de téléphonie fixe dans la position de dominant, en dépit du fait qu’il accapare 99% des parts du marché pendant qu’un opérateur privé de la téléphonie fixe est à l’agonie. La cellule de communication de l’ARPT étant vacante, il a été impossible d’entrer en contact avec le président du conseil d’administration afin d’exprimer son point de vue sur les graves accusations portées à l’encontre l’ARPT par le ministère du Commerce.

    Cité également au cours de cette conférence de presse, Nedjma a été le plus lésé. L’opérateur, qui a construit sa politique commerciale sur la transparence et la clarté des offres, a carrément été accusé de publicité mensongère.

    D’après M. Djazeiri, directeur de la communication à Wataniya Télécom Algérie, les affirmations du représentant du ministère du Commerce sont dénuées de tout fondement. «On se démarque de ce qui a été avancé lors de la conférence de l’UGCAA. Toutes les offres et promotions de Nedjma sont clairement définies en termes de date et de tarification», a expliqué M. Djazeiri.

    En effet, Nedjma n’a jamais affirmé que la promotion de 4 DA vers tous les réseaux était facturée à la minute mais plutôt à 4 DA l’unité. Il va sans dire que l’unité de tarification a toujours été de 30 secondes chez tous les opérateurs de téléphonie mobile en Algérie. Le responsable de la communication de Nedjma n’a pas caché son désappointement quant à l’immixtion du ministère du Commerce dans des affaires qui relèvent du domaine de compétence de l’ARPT. «Le ministère du Commerce devrait plutôt s’employer à lutter contre les marchés informels afin d’éviter que des individus vendent impunément des puces sans facture.

    M. Djazeiri a aussi expliqué que Nedjma va réagir par courrier afin de régler cette équivoque. Par ailleurs, les représentants du ministère du Commerce ont assuré que le parc des abonnés au GSM est de seulement 11 millions. Une affirmation à prendre avec des pincettes puisque aux derniers chiffres, l’opérateur leader du marché (Djezzy) dispose de plus de 10 millions d’abonnés actifs, pendant que Mobilis a récemment célébré son 7 millionième abonné et Nedjma le 3 millionième client actif. Il serait très intéressant de savoir d’où est-ce que les responsables du ministère du Commerce détiennent leurs chiffres, au moment où le seul organisme habilité à communiquer ces données — l’ARPT en l’occurrence — fait état de 20 millions d’abonnés actifs.

    A noter enfin que la sortie de l’UGCAA relayée par les cadres du ministère du Commerce n’est pas faite pour encourager l’investissement dans le secteur des télécommunications en Algérie. Un secteur, qui, faut-il le rappeler, est le plus important après celui des hydrocarbures.


  7. #112
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    La compagnie « EEPAD Algérie », spécialisée dans le domaine de l’Informatique et la communication, a gagné le marché de l’équipement des entreprises pénitentiaires, à travers le territoire national, en cabines téléphoniques, permettant aux condamnés de communiquer avec leurs proches.

    Des sources judiciaires bien informées ont rapporté à El Khabar que la compagnie « EEPAD » a rendu visite depuis plusieurs jours à un nombre de prisons, commençant par les deux prisons de « Serkadji » et d’ « El Harrach » à Alger, afin d’élaborer une étude sur la modalité d’installation des cabines téléphoniques dans les établissements pénitentiaires. Nos sources ont indiqué que la mise en service de ces cabines aura lieu à la mi-Juin prochain.

    Le prisonnier pourra contacter des personnes par téléphone en présentant leurs numéros personnels, ou autres numéros de réserve. Ces communications seront néanmoins contrôlées par un centre d’appel et seront interrompues à chaque fois que le sujet de discussion sera suspect ou anti constitutionnel. Selon nos sources, les frais de ces communications seront réglés par les prisonniers, aussi le nombre des communications téléphoniques sera limité selon les conditions de chaque prison.

    Cette mesure intervient, selon nos sources, dans le cadre de l’humanisation et de la réforme des entreprises pénitentiaires. Elle a également été prise dans le cadre du programme de la réforme de la justice. Quant à la mise en service de ces cabines, qui était prévue pour l’année dernière, elle a été quelque peu retardée, suite à la préoccupation des responsables de l’administration des prisons par l’installation des équipements de brouillage des téléphones portables dans l’ensemble des entreprises pénitentiaires.


Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts