+ Reply to Thread
Page 193 of 194 FirstFirst ... 93 143 183 191 192 193 194 LastLast
Results 1,345 to 1,351 of 1354
  1. #1345
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 12 Mai 2011 :


    C’est avec étonnement que nous avons découvert sur votre site, et en date du mercredi 11 mai 2011, l’article intitulé «La situation d’Algérie Télécom illustre le déclin du secteur public». Un article des plus surprenants, convient-il de souligner, parce qu’il met en cause l’aboutissement logique et couronné de résultats tangibles d’un processus de transformation mis en branle depuis trois ans par des techniciens et des ingénieurs d’une entreprise, quand il ne ternit pas l’image de marque du Groupe Algérie Télécom. Alors que le devoir d’informer et les règles élémentaires de la déontologie régissant la presse commandaient une approche à tout le moins en complète rupture avec l’approximation. C’est du moins l’impression qui est vite donnée par un argumentaire où l’auteur de l’article incriminé semble être victime de quelques errements, à plus forte raison lorsqu’il relaie certaines sources dont le jugement sentencieux relève plus d’un parti-pris que d’une analyse objective.

    Il y a comme une malhonnêteté intellectuelle à ce qu’un journaliste se laisse aller à des comparaisons qui n’ont pas lieu d’être. Malgré des insuffisances judicieusement relevées et prises en charge par ses personnels, le Groupe Algérie Télécom répond chaque jour davantage aux aspirations de sa clientèle résidentielle comme corporate. Inattaquables sur le terrain de la déontologie et de la moralité professionnelle, les artisans du redéploiement ont une haute idée de leur mission. Et ce qui semble déranger, c’est le fait avéré qu’une entreprise publique soit au rendez-vous des échéances programmées. Il est curieusement reproché à un Groupe de télécommunications de communiquer, alors que les responsables du journal électronique sont pourtant très bien placés pour reconnaître que ladite communication n’intervient qu’au moment où de nouveaux produits sont lancés. Des produits et services dont le lancement s’inscrit dans l’option qu’a prise notre Groupe pour l’introduction systématique des technologies assurant la mise à niveau, la modernisation et le développement des infrastructures des télécommunications du pays de manière à les rendre aptes à supporter les offres au profit de notre clientèle.

    Bien que la localité de Bouzareah ne soit pas l’Algérie où le MSAN auquel il est fait référence est déjà présent dans 15 wilayate, que le journaliste-citoyen des hauteurs d’Alger soit rassuré. Programmée pour le deuxième semestre de l’année en cours, l’installation à la Cité Cosider Fonton d’un MSAN outdoor interviendra très prochainement grâce à la sollicitude des habitants qui ont mis une parcelle de terrain à la disposition des services locaux d’Algérie Télécom. Venant s’ajouter à cette technologie de proximité qui profite déjà à la cité mitoyenne, cette nouvelle réalisation interviendra dans le cadre de la concrétisation du programme de développement du réseau d’abonnés arrêté pour le deuxième semestre de l’année en cours par la Direction opérationnelle des télécommunications.

    C’est pour ces raisons mues par le souci cardinal d’atteindre ses objectifs et ceux du programme e-Algérie que notre Groupe a opté pour un modèle de développement s’appuyant sur l’innovation technologique et des partenariats stratégiques avec des fournisseurs et intégrateurs qui assurent un transfert de savoir et une maîtrise de nouvelles technologies. Enfin, nous tenons à faire remarquer que nous sommes dans l’impossibilité de donner dans la prodigalité compte tenu du fait que tous les investissements de l’entreprise sont consentis sur ses fonds propres. Sans aucun apport étatique donc pour des raisons liées, on s’en doute, au statut juridique d’Algérie Télécom qui est devenue, depuis les réformes économiques initiées par M. le Président de la République, une société par actions. Quant à l’emprunt obligataire qui a été levé, il va sans dire que vos sources ne sont pas totalement fiables, une fois n’est pas coutume. Il l’a été effectivement mais pour la seule filiale Mobilis. Grâce à cette apport, la filiale d’Algérie Télécom a pu relever le défi pour devenir une entreprise qui mérite d’être soutenue, au même titre d’ailleurs que les autres opérateurs, pour se développer davantage. Bien qu’il écorne singulièrement la confiance que nous pouvions avoir dans votre travail, pour autant l’article incriminé n’émoussera en aucun cas la disponibilité du Groupe Algérie Télécom. Ses techniciens et ingénieurs ne ménageront aucun effort pour vous faciliter pleinement la tâche dans votre devoir d’informer. Et surtout, de grâce, ne nous reprochez pas de communiquer…

    Abdelhakim Meziani

    Directeur de la communication

  2. #1346
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    May 13, 2011 -- Algerians are excited about France’s triple-play operator Free’s decision to add unlimited calls to the country’s fixed-line numbers as part of a basic VoIP telephone service for subscribers living in unbundled areas. The new service means thousands of Algerian relatives living in France will be able to contact and reach their families back in North Africa with much more ease. The service, which was inaugurated for customers of Moroccan origin at the end of 2009, is expected to be a huge success. Hamid Abueda, an Algerian waiter in Marseilles, said that the new service means he will be able to speak with his family more regularly. “It is a great thing because it will help me keep in touch and my mother from spending too much on phone bills,” he said. Until Free’s announcement, Algerians, who make up the largest North African contingent in France, had been forced to pay international rates to call home or a monthly service fee to use their ADSL service to phone Algeria. Now, with the service being launched, Algerians living in France no longer have to worry about the exorbitant costs that had accompanied calling home.

  3. #1347
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Merouane Mokdad :


    Mardi 17 Mai 2011 -- «Aujourd’hui, le nombre d’internautes au niveau national représente 25% de la population. Cela équivaut à huit millions d’utilisateurs d’Internet en Algérie. Il ne s’agit pas uniquement des foyers qui sont abonnés directement à l’ADSL et qui sont au nombre de 900.000. Mais nous comptabilisons aussi ceux qui accèdent à travers les réseaux sectoriels tels que celui de l’enseignement supérieur, la santé et l’éducation nationale», a annoncé Moussa Benhamadi, ministre de la Poste et des TIC, invité ce mardi 17 mai de la Chaîne III de la radio nationale.

    Selon lui, la communauté universitaire connectée au web est estimée à deux millions de personnes. Le ministre a toutefois reconnu que la demande est supérieure à l’offre tant pour le téléphone que pour l’internet. «Il faut reconnaître un déficit au niveau des villes. Il y a des nouvelles cités qui ne sont pas encore câblées au réseau téléphonique et donc à l’internet. C’est un retard à combler. Il y aussi un déficit à l’intérieur du pays, dans le Sud et au niveau des régions frontalières. Il y a des agglomérations secondaires qui ne possèdent même pas le téléphone. Des décisions ont été prises pour couvrir ces agglomérations», a‑t‑il précisé.

    Moussa Benhamadi a annoncé que d’ici la fin 2011, le paiement des abonnements à Internet et au téléphone ainsi que des factures d’électricité et de gaz se fera par carte magnétique. Celles utilisées actuellement pour les retraits des comptes CCP (postes) seront converties à cet effet. Mille terminaux de paiement seront installés au niveau des agences de Sonelgaz, Algérie Télécom, Mobilis et dans les centres commerciaux. Les détenteurs de cartes de paiement bancaires (CIB) pourront également utiliser ces terminaux. «La deuxième opération consiste à introduire les transactions par le téléphone mobile telles que le paiement d’une facture d’Algérie Télécom. Ce mode de paiement va se généraliser. La demande de solde du compte CCP par mobile est déjà opérationnelle», a‑t‑il dit.

    Le ministre a précisé que la loi 2000/03 sur les TIC a prévu le service universel destiné à la poste. «L’activité postale n’est pas rentable dans beaucoup d’agglomérations. Idem pour le téléphone. Nous allons introduire des amendements à la loi pour introduire le service universel pour l’internet. C’est devenu un outil incontournable. Il faut que tous les citoyens puissent l’utiliser quel que soit le lieu de résidence. Pour cela, nous allons amener les opérateurs mobiles et Algérie Télécom à s’installer dans ces régions», a‑t‑il souligné.

    Moussa Benhamadi a révélé avoir demandé à Mobilis de s’installer dans les zones frontalières du Sud. «Le coût d’abonnement à une bande satellitaire est évalué à 1 million de dinars pour couvrir une population de 100 habitants. On ne pourra jamais rentabiliser les frais d’exploitation», a‑t‑il dit. Il a annoncé que le programme d’investissement du groupe Algérie Télécom est estimé à 80 milliards de dinars jusqu’à 2014. Algérie Télécom aura des facilitations d’accès aux crédits à des taux bonifiés.

  4. #1348
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 19 Mai 2011 -- Orascom Telecom vient de publier ses résultats pour le premier trimestre 2011. Et pour le groupe, l'Algérie reste le marché le plus profitable, malgré les difficultés que rencontre sa filiale Orascom Telecom Algérie qui exploite la marque commerciale Djezzy. Celle‑ci reste largement le leader sur le marché algérien avec 58,1% de part de marché (+1% en un an) et un nombre d'utilisateurs en augmentation de 4,9% passant de 14,79 millions à 15,5 millions. Le revenu par utilisateur (Arpu) est lui aussi en hausse de 1,8% sur un an. Avec un chiffre d’affaires de 438,5 millions de dollars sur le premier trimestre, soit 6,3% plus élevé que sur la même période de 2010 et un Ebitba de 260 millions de dollars en hausse de 13,6%, tous les indicateurs sont au vert. Djezzy représente ainsi plus de la moitié des revenus et de l'Ebitba d'Orascom Telecom dans le GSM.

    Cependant, le groupe égyptien décrit sa situation en Algérie comme «extrême» à cause de tous les «obstacles» dont souffre Djezzy depuis deux ans. Des obstacles «injustes et arbitraires» de la part de «certaines autorités» algériennes, selon un commentaire d’Orascom Telecom qui accompagne les chiffres publiés. Le rapport évoque notamment «la décision infondée de la Banque d'Algérie prise au deuxième trimestre 2010 de refuser tout transfert de devise par OTA vers l'étranger» qui a eu des «effets dévastateurs sur la réputation d'OTA». Et le rapport énumère également : «les restrictions sur l'importation de cartes SIM, l'interdiction de publicité sur les chaînes de télévision d'État». Orascom constate subir une «hostilité grandissante» et une «pression significative» qui pèse sur son activité. Mardi, le groupe a annoncé qu’il ne distribuerait pas de dividendes à ses actionnaires à cause de la situation de sa filiale algérienne.

  5. #1349
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Hakim Arous :


    Dimanche 22 Mai 2011 -- L'apaisement se confirme entre Orascom et l'Algérie dans le dossier Djezzy. Selon le tout nouveau PDG du groupe égyptien, Khaled Bichara, les négociations entre Orascom et l'État algérien ont peu progressé mais une solution est désormais très probable. «Il pourrait y avoir une volonté d'aboutir à une solution. Nous espérons lire la situation correctement. Mais à la question "avons‑nous de nouvelles discussions ou de nouvelles informations ?" la réponse est non», a‑t‑il déclaré ce dimanche 22 mai sur la chaîne de télévision Al Arabiya. Khaled Bichara a remplacé la semaine dernière Naguib Sawiris à la tête d'Orascom Télécom. Ce message optimiste intervient alors que la procédure d'arbitrage international, un moment souhaitée par l'opérateur égyptien, a été mise en suspens début avril à l'initiative du nouveau propriétaire d'Orascom, le groupe russe Vimpelcom. Les deux parties sont en désaccord principalement sur le prix du rachat de Djezzy par l'État algérien. Le gouvernement algérien estime ne pas devoir débourser plus de 2 ou 3 milliards de dollars quand Orascom attend au moins 7 milliards de dollars.

    En effet, la fusion entre la maison mère d'Orascom, Wind Telecom, et le groupe russe Vimpelcom, replace les négociations sous de meilleurs auspices. Vimpelcom a ainsi déclaré le mois dernier qu'elle continuerait les discussions avec l'Algérie sur la vente de Djezzy. Les négociations sortent désormais du cadre algéro‑égyptien alors que les relations entre les deux pays ont connu des tensions. De même, selon les analystes, outre les bouleversements politiques qui ont eu lieu en Égypte avec la chute de Moubarak, ces changements au sein d'Orascom pourraient aider à élargir les marges de manœuvre dans les discussions entre les deux parties. Enfin, le départ de Naguib Sawiris de la direction du groupe de télécommunication fait tomber un obstacle psychologique de taille : le dossier ne devrait plus être directement associé à la famille Sawiris et à la vente des cimenteries à Lafarge. Cette dernière transaction a été en grande partie à l’origine des déboires d’Orascom Télécom en Algérie.

  6. #1350
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Hakim Arous :


    Mardi 24 Mai 2011 -- Les opinions se suivent et ne se ressemblent pas dans l'affaire qui oppose le groupe Orascom et l'État algérien pour la vente de Djezzy. L'ex‑PDG du groupe égyptien, Naguib Sawiris, s'est dit ce mardi 24 mai à l'occasion d'une conférence à Rome «pas très optimiste» sur une solution à l'amiable entre les deux parties, rapporte l'agence Reuters. Sawiris évoquait notamment la contestation du rappel fiscal décidé par les autorités algériennes à l'égard d'Orascom Telecom Algérie. «Il n'y a pas eu de progrès jusqu'ici», a ajouté Sawiris. Ces propos contredisent ceux tenus il y a seulement deux jours par le nouveau PDG d'Orascom, Khaled Bichara. Il avait en effet affirmé que si les négociations avaient peu progressé, «il pourrait y avoir une volonté d'aboutir à une solution». En d'autres termes, les deux parties seraient dans un état d'esprit propice à des avancées. Le rachat d'Orascom par le russe Vimpelcom aurait notamment pacifié les négociations. Mais dans ce genre d'affaire, la communication est au moins aussi importante que les discussions elles‑mêmes. Le discours du nouveau PDG d'Orascom n'était peut‑être qu'un message d'apaisement à l'attention de l'Algérie, qui continue de mettre la pression sur les activités de Djezzy.

  7. #1351
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Rafik Tadjer :


    Dimanche 29 Mai 2011 -- L’option du rachat de Djezzy par l’État algérien est maintenue. «Je vous confirme que l’État algérien rachètera Djezzy», a assuré Ahmed Ouyahia ce dimanche 29 mai au cours d’une conférence de presse à Alger, en réponse à une question sur la situation de l’évaluation financière de la filiale algérienne d’Orascom Télécom. «Je vous confirme que la procédure (de rachat) ira à son terme», a‑t‑il précisé. Le cabinet d’avocats Sherman & Sterling, chargé par le gouvernement algérien de l’évaluation de l’opérateur, devrait rendre ses conclusions dans les prochains jours. Cette déclaration du Premier ministre intervient quelques jours après celle du nouveau PDG d’Orascom Télécom évoquant un progrès dans les négociations avec l’Algérie. «Il pourrait y avoir une volonté d'aboutir à une solution. Nous espérons lire la situation correctement. Mais à la question "avons‑nous de nouvelles discussions ou de nouvelles informations ?" la réponse est non», a‑t‑il déclaré le 22 mai sur la chaîne de télévision Al Arabiya. Khaled Bichara a remplacé la semaine dernière Naguib Sawiris à la tête d'Orascom Télécom. La procédure d'arbitrage international, un moment souhaitée par l'opérateur égyptien, a été mise en suspens début avril à l'initiative du nouveau propriétaire d'Orascom, le groupe russe Vimpelcom. Les deux parties sont en désaccord principalement sur le prix du rachat de Djezzy par l'État algérien. Le gouvernement algérien estime ne pas devoir débourser plus de 2 ou 3 milliards de dollars quand Orascom attend au moins 7 milliards de dollars.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts