+ Reply to Thread
Page 8 of 8 FirstFirst ... 6 7 8
Results 50 to 53 of 53
  1. #50
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Ali Idir :


    Samedi 29 Janvier 2011 -- Le groupe canadien SNC Lavalin a perdu un contrat d’un montant d’un milliard de dinars (10 millions d’euros) en Algérie. Il s’agit du projet d’études de la pénétrante autoroutière Annaba‑Souk Ahras sur 220 km. Le contrat attribué provisoirement à ce groupe n’a pas été validé par la Commission nationale des marchés publics (CNMP) qui l’a rejeté. Ce n'est pas la première fois que le groupe canadien perd un contrat en Algérie. Un autre appel d’offres sera lancé dans les prochains jours, selon nos sources. Cet appel d’offres pourrait être réservé uniquement aux bureaux d’études nationaux, comme le stipule le nouveau code des marchés publics.

  2. #51
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Ali Idir :


    Vendredi 4 Février 2011 -- Le bureau d’études canadien RSW a obtenu le contrat d’assistance technique et de surveillance des travaux du projet de transfert des eaux Boussiaba‑Beni Haroun dans les wilayas de Jijel et Mila pour un montant de 384 millions de dinars dans les ressources en eau en Algérie, a annoncé jeudi 3 février l’Agence nationale des barrages et transferts (ANBT). Le délai d’intervention de RSW est fixé à 40 mois. Le contrat attribué provisoirement doit être validé par la Commission nationale des marchés publics. En cas d’avis défavorable de la part de cette commission, le contrat sera annulé et l’appel d’offres relancé.

  3. #52
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    February 28, 2011 -- Shares of SNC-Lavalin Group Inc. slid further Monday on fears unrest in Libya could spread to other countries in the Middle East and Africa, a region where the Canadian construction company generates a quarter of its revenue. The stock fell 1.5 per cent on the Toronto Stock Exchange to $56.24 for a loss of eight per cent in the past week. “It is the fear of contagion,” said NCP Northland analyst Maxim Sytchev. The worry is “if Algeria is going to end up in the same situation as Libya. What about Mauritania and other adjacent countries?” Sytchev said. Unrest across the Middle East and North Africa has already unseated leaders in Tunisia and Egypt. It has now spread to Bahrain, Yemen and Libya, where rebels Monday fought government forces trying to take back strategic coastal cities. Analysts estimate about 15 per cent of SNC-Lavalin’s revenue comes from North Africa, with a further 10 per cent coming from the Middle East, for a total of 25 per cent or about $1.5 billion. SNC-Lavalin said last week it is temporarily halting work on some projects in Libya after security forces killed dozens of people during anti-government protests in the country. The Montreal-based company is working on three major projects in Libya: a $500-million expansion of the airport in Benghazi, the centre of violent clashes last week; about $450 million ongoing work on a major water pipeline, the Great Man Man River system; and a jail in the capital Tripoli. The Libyan projects contribute three to four per cent of SNC-Lavalin’s revenue, analysts said. Elsewhere in the region, SNC-Lavalin is working on a $1.2-billion natural gas treatment plant in Algeria, water cooling plants in Saudi Arabia and acid plants in Jordan. Ottawa has said that the sanctions it has imposed on Libya do not affect the commercial operations of such firms as SNC-Lavalin.

    The Ontario Municipal Employees Retirement System confirmed Monday it will partner with Montreal engineers SNC-Lavalin in a bid for the commercial reactor division of Atomic Energy of Canada Ltd., put on the block by the federal government two years ago. The division supplies products and services for AECL’s nuclear power reactors, aimed at improving their performance and extending their useful lives. SNC-Lavalin already has extensive experience in doing this work on contract. OMERS did not disclose when the detailed joint bid may be made. But the nuclear industry employs about 30,000 people in Ontario. OMERS has been switching away from investment in stocks and bonds to private equity, infrastructure and property as it struggles to improve returns. It pays pensions to about 400,000 people in Ontario. It is a major owner of office and industrial property in Montreal through its Oxford Properties unit. It said Monday its 2010 overall rate of return last year was 12.01 per cent, up from 10.6 per cent a year earlier and comparing with 13.6 per cent for the Caisse de dépôt et placement du Québec. It expects to generate returns of 7-to-11 per cent annually over the next five years. It managed assets worth $53.3 billion at year-end, up from $47.8 billion a year earlier. Private equity investments returned 22 per cent, infrastructure 10.1 per cent and property 7.5 per cent.

  4. #53
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 4 Juin 2011 -- Les entreprises canadiennes désirent renforcer leur présence sur le marché algérien dans des secteurs stratégiques, comme le traitement de l’eau ou l’agriculture. Tel est le principal message d’André Dubois, chargé d’affaires de l’ambassade du Canada, lors d’une conférence de presse animée jeudi dernier au pavillon de son pays à la Foire internationale d’Alger (FIA-2011). Il a affirmé, par ailleurs, que les entreprises canadiennes sont prêtes à accompagner leurs homologues algériennes pour développer leur compétitivité et enrichir leur savoir-faire. Selon lui, «l’Algérie et le Canada entretiennent des relations diplomatiques depuis plus de quarante-cinq ans. L’Algérie, un pays offrant de nombreuses occasions d’affaires intéressantes, est considéré comme le premier partenaire commercial du Canada en Afrique et au Moyen-Orient».

    Parmi les projets de partenariat figure celui d’aluminerie à l’étude entre Sonatrach et l’entreprise canadienne Rio Tinto Alcan, pour un montant de 7 milliards de dollars. Cela va créer plusieurs milliers d’emplois (2800 emplois directs pour le complexe et entre 6.000 et 20.000 emplois indirects après développement complet, incluant les industries en aval). C’est aussi une manière concrète de se diriger vers la diversification de l’économie algérienne. En fait, le Canada veut être «un partenaire de choix pour l’Algérie». L’Algérie occupe le premier rang au Canada parmi les pays d’Afrique et du Moyen-Orient pour la valeur du commerce bilatéral de marchandises (exportations plus importantes) et le 16e rang mondialement. En 2010, la valeur du commerce bilatéral s’est élevée à 3,8 milliards de dollars canadiens. Le commerce bilatéral est dominé par les importations canadiennes d’hydrocarbures.

    L’Algérie est le premier fournisseur en hydrocarbures du Canada, devant la Norvège et la Grande-Bretagne. Environ 60 entreprises canadiennes d’envergure internationale font des affaires en Algérie. Les exportations canadiennes de marchandises vers l’Algérie se composent principalement de blé et de légumineuses (environ 76%) et d’équipements industriels (13%). Dans le domaine des services, la valeur des commandes obtenues des entreprises de génie conseils, ces dernières années, est estimée par l’ambassade du Canada en Algérie à environ 500 millions de dollars. Les opérations commerciales des compagnies canadiennes en Algérie ne sont pas que ponctuelles, elles se présentent plutôt comme un investissement à long terme, dont l’objectif est d’apporter un savoir-faire technologique à un pays aux potentialités immenses. La participation à la Foire internationale d’Alger est une opportunité qui permet aux opérateurs des deux pays de continuer sur leur lancée, voire d’insuffler un dynamisme encore plus grand aux relations entre les deux pays.

+ Reply to Thread
Page 8 of 8 FirstFirst ... 6 7 8

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts