+ Reply to Thread
Page 5 of 47 FirstFirst ... 3 4 5 6 7 15 ... LastLast
Results 29 to 35 of 325
  1. #29
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Mercredi 15 Aout 2007 -- Le syndicat des travailleurs d’Arcelor Mittal ont déposé hier un préavis de grève de huit jours après l’expiration du délai réglementaire de la période de conciliation. Il a ainsi déclaré son intention pour faire valoir les droits des travailleurs consignés dans le procès-verbal de désaccord du 5 août dernier au niveau de l’inspection de travail d’El Hadjar. Si d’ici le 22 août prochain, aucune solution n’est trouvée à la crise qui secoue ce complexe, les 8 200 employés paralyseront le complexe pour une durée indéterminée. Cette décision a été prise alors que le retour des négociateurs de la direction générale d’Arcelor Mittal était attendu pour la journée d’hier.

    La semaine dernière, une rencontre a eu lieu entre le syndicat d’entreprise et deux médiateurs du groupe, dépêchés de Londres pour essayer de désamorcer la colère du partenaire social après que la direction eut affiché son intention de pousser 1 200 travailleurs à opter pour une retraite anticipée en leur proposant 60 millions de centimes. «En guise de négociation, il n’y a eu qu’une prise de contact. L’envoyé spécial n’était en fait qu’un simple éclaireur venu tâter le terrain et prendre le pouls du partenaire social», a affirmé le représentant du syndicat d’entreprise, M. Kouadria, avant d’ajouter que les deux mandataires «se sont engagés à une deuxième rencontre pour aujourd’hui [hier, ndlr]».

    M. Willy Smith, directeur des ressources humaines de la zone Afrique-Asie, et son collaborateur M. Laurent Mallet, chef du département leadership et développement ont écouté les propositions des syndicalistes relatives au plan social de la direction. Ils n’ont fait aucune proposition, devant tout d’abord se référer à leur tutelle. Selon le syndicaliste, «la direction générale d’Arcelor Mittal n’aurait pas fidèlement fait part de tous les tenants et aboutissants de ce dossier à Londres.

    Elle ne dispose pas de pouvoir décisionnel qui relève d’autres centres à l’étranger». Ce qui explique, toujours selon M. Kouadria, les raisons du non-respect de la quasi-totalité des engagements contractés et cosignés dans les accords collectifs.

    «L’envoyé spécial de Londres nous a juste affirmé sa ferme intention de transmettre en haut lieu toutes les données relatives aux doléances syndicales. Il a pris l’engagement de revenir pour entamer les négociations dans le cas où il obtiendrait l’aval de ses supérieurs». M. Kouadria a tenu à préciser que le syndicat appliquera tout le processus réglementaire et légal en vue de déclencher la grève, ultime arme pour faire aboutir ses revendications, «exigeant le respect des engagements contractés par la direction générale avec le partenaire social».

    Il soutient qu’aujourd’hui la direction d’Arcelor Mittal a changé sa politique «puisqu’elle veut opérer un volet social déguisé affichant ainsi au grand jour ses intentions de procéder à une compression des effectifs. Cela explique clairement son refus d’élaborer des organigrammes avant que les travailleurs ne partent à la retraite. Il lui serait ainsi aisé de supprimer les postes de travail libérés». L’employeur «a l’intention d’arriver à faire fonctionner l’usine avec un effectif de 5 200 travailleurs à l’horizon 2008. Donc, une compression d’au moins 3 000 employés», affirme le syndicaliste qui réitèrera la position du syndicat de refuser toute compression quelle qu’en soit la forme.

    Pour rappel, les revendications du syndicat sont nombreuses mais la plus importante, c’est celle d’avoir le droit à la négociation avant l’application de la stratégie de restructuration de l’entreprise : «La direction doit prendre conscience qu’elle ne peut procéder à sa politique de restructuration qui vise à la rationalisation des effectifs sans ouvrir les négociations avec le partenaire social.» Le syndicat propose également qu’une stratégie de relève soit appliquée. Autrement dit, il est suggéré une formation, de 6 à 12 mois, des nouvelles recrues par les cadres partants qui ont une grande expérience en ce qui concerne le fonctionnement des équipements, «sinon on ira droit vers la déperdition du savoir-faire et les équipements de pointe vont s’arrêter».

    D’autres doléances doivent également être prises en charge par la direction. Ces dernières ont été consignées dans quatre accords comportant treize points, dont douze n’ont pas encore été concrétisés. Ces accords collectifs ont été signés en 2003, 2004, 2006 et 2007 où plusieurs points avaient été soulevés par le syndicat, dont l’amélioration des conditions de travail, la prime de polyvalence, la mise en place d’un organigramme pour l’organisation du travail d’une façon propre au complexe, etc. Ouvert au dialogue, le syndicat d’entreprise d’Arcelor Mittal attend, après le dépôt de son préavis de grève, que sa tutelle revienne avec des propositions, pour ouvrir les négociations.

    «Nous cherchons à trouver des solutions médianes qui arrangent les deux parties», a affirmé M. Kouadria.


  2. #30
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Mercredi 15 Aout 2007 -- Cherchant à avoir la version de la direction générale d’Arcelor Mittal, il a été impossible de joindre un quelconque responsable. Une visite à la désormais ex-direction régionale d’Hussein Dey de cette multinationale reflète un état d’abandon. Au niveau de Réghaïa, les responsables de ce point de vente, ayant affirmé n’avoir aucun contact direct avec les responsables étrangers, n’ont pu communiquer que le numéro des gestionnaires de la commission interne information et communication.

    Cette dernière n’a pu être jointe. En dernier lieu, le secrétariat du directeur général d’Arcelor Mittal Annaba nous a renvoyés vers le directeur des ressources humaines, M. Guettha. Contacté à plusieurs reprises, ce dernier n’a pu être joint également.


  3. #31
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    PARIS, August 15, 2007 (Thomson Financial) - Workers at Arcelor-Mittal's Al-Hadjar plant in eastern Algeria have threatened to launch an indefinite strike from August 22 if current negotiations fail to meet their demands.

    The unions representing workers are opposing a plan to cut 1,200 out of a total of 8,000 jobs at the site by September.

    Arcelor-Mittal has stated that the programme involves voluntary redundancies, with a bonus of around 6,000 eur0 for each departing worker.

    Negotiations between the company and unions resumed yesterday after a first round of talks last week failed to bring an agreement.


  4. #32
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Amsterdam shares:

    AMSTERDAM, August 15, 2007 (Thomson Financial).....Arcelor Mittal lost 1.31% at 42.26 amid news that workers at an Algerian plant have threatened strike action....

  5. #33
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    ALGIERS, August 15, 2007: Workers at a steel plant in Algeria run by global giant Arcelor-Mittal on Wednesday threatened to launch an indefinite strike from next week if the group did not scrap plans to axe 1,200 workers.

    "The union has not severed dialogue," a statement said but warned of an "indefinite strike from August 22" at the plant in the eastern town of Al-Hadjar (sic - Annaba) if its demands were not met.

    The workers want a revised retirement plan, subsidised medical treatment and timebound employment contracts. They are also opposed to the group's plans to lay off 1,200 of the 8,000 workers employed in Algeria.

    The Arcelor-Mittal management says it is a voluntary retirement package in which each worker would receive a bonus of 6,000 euros (USD 8,087). Arcelor-Mittal was created a year ago in the merger of European steel group Arcelor and Mittal Steel.

    Mittal Steel, run by Indian-born global magnate Lakshmi Mittal, acquired 70 per cent stake in the Al-Hadjar complex, previously run by the Algerian government in October 2001.


  6. #34
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Amsterdam shares:

    AMSTERDAM, August 16, 2007 (Thomson Financial) .....Arcelor Mittal lost 6.35% at 39.52 euro amid news of strike threats in Algeria and a court case in Rotterdam next week to deal with minority shareholders' objections to the merger of Arcelor with Mittal.....

  7. #35
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 18 Aout 2007 -- Depuis plusieurs semaines, le torchon brûle entre les représentants du syndicat du complexe sidérurgique d'El Hadjar et la direction du groupe Arcelor Mittal, et la situation tend à s'envenimer dès lors que les pourparlers n'aboutissent à aucun accord quant à la plate-forme de revendications avancée par l'UGTA au nom des travailleurs.

    Début juillet, une rencontre de la dernière chance avait eu lieu entre un envoyé spécial londonien de la DRH et les membres de l'UGTA conduits par le secrétaire général par intérim de l'Union territoriale UGTA, Smaïl Kouadria. En vain, les deux parties ayant choisi de camper sur leurs positions.

    Pour l'Union territoriale, la volonté des responsables londoniens de modifier les organigrammes est sujette à caution tandis que sont revendiquées l'amélioration des conditions de travail ainsi que la négociation au cas par cas des réductions de poste.

    Le secrétaire général en titre, Aïssa Menadi, a choisi, pour sa part, la stratégie du silence, soit par souci de ménager ses relations avec le groupe qui contribue généreusement à toute l'action sociale diligentée par les représentants syndicaux, soit pour réserver un effet de surprise à une ultime décision. Connaissant l'homme, il est probable que les pourparlers décisifs le verront monter au créneau à la dernière minute pour conclure un débat qu'il ne déteste pas de voir houleux en ce moment.

    En tout état de cause, un préavis de grève illimitée a été déposé auprès de l'inspection du travail de la wilaya de Annaba, mardi dernier, dont l'entrée en vigueur, faute d'accord entre les deux délégations, devrait intervenir le 22 août prochain. Entre-temps, des contacts formels sont en cours entre les délégués de l'UGTA et les responsables locaux d'Arcelor Mittal mais personne ne se fait d'illusion en ce qui concerne leur éventuel aboutissement.

    Pour beaucoup, la proposition d'Arcelor Mittal qui ambitionne d'encourager au départ volontaire 1 200 ouvriers, moyennant une indemnité de 600 000 dinars, apparaît "correcte", sauf que des intentions inavouées sont attribuées aux dirigeants du complexe, désireux d'alléger de quelque 3 000 postes le nombre global des ouvriers, aujourd'hui de 8 800. Ce dégraissage à la dérobée est jugé inacceptable par l'UGTA qui argue de l'engagement initial du groupe de ne procéder à aucun licenciement, même sous une forme soft comme le départ volontaire "avec lequel on appâte les postulants à une retraite plus ou moins anticipée".

    Tandis que son intérimaire est au fourneau, Menadi, fraîchement élu député grâce à l'engouement des milliers de supporters de l'USM Annaba dont il est le président attitré, fourbit des armes à la fois syndicales et politiques afin de contrecarrer les velléités d'Arcelor Mittal dont il demeure, faut-il le souligner, l'interlocuteur incontournable.

    Le bras de fer devrait trouver son épilogue au cours des prochains jours, avec l'arrivée impromptue d'une délégation mandatée par la direction générale du groupe et conduite par le DRH dont on susurre qu'il aurait carte blanche pour trouver au plus vite un terrain d'entente avec le syndicat du complexe qui rejette toute idée de compromis sans pour autant fermer la porte aux "discussions".

    En vérité, il est probable que les deux protagonistes finiront par sceller une nouvelle entente, moyennant quelque compromis de nature à apaiser les inquiétudes des travailleurs et à ressusciter l'enthousiasme des gestionnaires de l'Union territoriale. Une vraie aubaine pour les prochains enjeux sociaux et sportifs qui attendent Aïssa Menadi et son staff.

    Dans la torpeur estivale qui règne à Annaba où les touristes affluent par dizaines de milliers, venant ou se dirigeant vers la Tunisie, le duel qui secoue le complexe est vécu avec un certain détachement et un non moins fatalisme car ce n'est pas la première fois que des dégraissages massifs sont opérés qui plongent dans le désarroi et dans l'incertitude des milliers de familles de la région.

    D'autant que les arguments d'Arcelor Mittal qui ambitionne une modernisation et une technicisation accélérées du complexe laissent de marbre des travailleurs qui suivent avec un regard dubitatif les tractations de la représentation syndicale dont l'objectif avéré serait de conclure un nouveau pacte garant d'une trêve sociale que le géant de l'acier mondial ne saurait ignorer.


+ Reply to Thread
Page 5 of 47 FirstFirst ... 3 4 5 6 7 15 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts