+ Reply to Thread
Page 8 of 8 FirstFirst ... 6 7 8
Results 50 to 52 of 52
  1. #50
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Ali Idir :


    Lundi 10 Mai 2010 -- La mise en exploitation du gisement de zinc-plomb de Oued Amizour, dans la wilaya de Bejaia, devra attendre les résultats d'une contre-expertise. L'Entreprise Nationale des Produits Miniers non ferreux et des Substances Utiles (ENOF)a en effet lancé la réalisation d’une expertise sur la faisabilité technico-économique pour la mise en production de ce gisement. Cette contre-expertise devra «s'assurer de la conformité de tous les travaux d'exploitation, de la fiabilité des résultats et des tous les paramètres ayant servi à la projection d'une exploitation minière souterraine du gisement», selon un communiqué de ENOF publié lundi 10 mai. «Elle devra conclure par l'acceptation de l'étude de faisabilité pour le lancement des travaux de mise en exploitation ou faire ressortir tous les compléments nécessaires pour son achèvement», a précisé ENOF. Le permis d’exploration sur le gisement de zinc et de plomb de Oued Amizour est détenu par la société algérienne Western Mediterranean Zinc (WMZ), filiale à 65% du groupe australien Terramin. Le solde du capital est partagé entre l'ENOF (32,5%) et l'Office de recherche géologique et minière (ORGM, 2,5%). Le permis d'exploration concerne une concession d'une superficie de 125 km. Le gisement est considéré comme étant le 5e plus grand du monde. Depuis l’annonce de son lancement, le projet d’exploitation du gisement de Oued Amizour suscite de fortes protestations de la part des défenseurs de l’environnement et des élus locaux de la wilaya. Début février, le président de l’APW de Béjaïa, Hamid Ferhat, dans une lettre adressé au premier ministre Ahmed Ouyahia, avait dénoncé un « bradage sans précédent» du gisement. «L’histoire de la joint-venture Western Mediterranean Zinc, détenue à 65 % par la petite société australienne Terramin, révèle plusieurs zones d’ombre quant au sérieux de cette transaction», avait-il précisé.

  2. #51
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 26 Mai 2010 -- Les motifs d’opposition et de demande de fermeture des carrières d’agrégats par les citoyens ne sont pas justifiés. C’est ce qu’a déclaré le directeur de l’énergie et des mines de la wilaya de Béjaïa, M. Belaïd Akrour, lors de son dernier passage à l’émission Forum de Radio-Soummam. Invité de la radio régionale de Béjaïa, M. Belaïd Akrour, directeur de l’énergie et des mines de la wilaya, est longuement revenu sur les oppositions des citoyens qui gênent fortement le développement, en refusant le passage de conduites de gaz, l’implantation de carrières ainsi que bien d’autres projets dont la wilaya a pourtant grand besoin. Cela décourage souvent les investisseurs, qui préfèrent plier bagage et s’en aller ailleurs, là où ils peuvent concrétiser leurs investissements. L’invité de la radio a néanmoins assuré que la wilaya compte une vingtaine d’exploitations de substances minérales pour la production de matériaux de construction et que malgré les contraintes rencontrées, la production en la matière est satisfaisante. Il a indiqué ainsi qu’en 2009, la wilaya de Béjaïa a produit, entre autres, 5840 00 m3 d’agrégats, 158 240 m3 de sable, 126 290 m3 d’enrochement, 204 000 tonnes d’argile et 9 225 m3 de gypse. Tout cela a été produit avec un effectif de 463 personnes employées dans 19 unités. En matière de pertes, le directeur des mines a fait part de 50 % de déficit pour les agrégats, 70 % pour le sable de carrière et 50 % pour l’enrochement.

    Le DMI n’a pas manqué de revenir sur le projet de mine de plomb et de zinc d’Oued Amizour, qui a fait couler beaucoup d’encre. Une mine disposant d’un potentiel de 30 millions de tonnes de réserves en minerais mis en évidence par l’ORGM, pris en charge par la société Western Mediterranean Zinc (WMZ), de droit algérien, créée le 22 mai 2006. Il a indiqué que 30 millions de dollars ont été déjà dépensés et 103 employés ont été engagés, et que le périmètre d’exploitation est d’une superficie de 12 276 ha. La production de concentré se fera au 1er trimestre 2013, a noté l’invité de la radio. Il a affirmé concernant les réticents sur l’impact de cette usine sur l’environnement et la santé des populations, qu’une étude de faisabilité a été lancée pour répondre favorablement aux doléances des citoyens, et ce par le biais de rencontres d’explication sur la portée de cet important projet à même de sortit toute une région de l’anonymat. Depuis l’avènement de la loi minière 01/10 du 3 juillet 2001, 38 titres miniers d’exploitation, 14 permis d’exploration et 4 permis de prospection ont été attribués à Béjaïa, pour les exploitations d’éboulis de pentes de Kherrata, le gisement de calcaire dolomitique d’Akbou et gisement de calcaire à Bouhamza, a-t-il indiqué, ajoutant que la mine de Bouamrane entrera en production prochainement.

  3. #52
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    April 13, 2011 -- Terramin Australia will decide whether or not to go ahead with its $589 million Algerian zinc and lead mining project in May, the company said. Terramin said its executive chairman Kevin Moriarty had been in Algeria during the past week, meeting with the Algerian Government joint venture partners in the project. "During the meetings, the government joint venture partner indicated that the review by its consultants of the definitive feasibility study (DFS) would be concluded by the end of April," Terramin said. "They have requested some additional information to complete the report, and Terramin will provide immediate access to its consultants. Both parties agreed to meet in early May to consider a decision to mine."

    If it is developed, the Tala Hamza project on the Algerian coast would be among the six largest zinc mines in the world. Terramin has so far estimated it would take 57 months to build, meaning it would not be in production until late 2015, however Dr Moriarty has said he is confident this time line can be tightened considerably. The mine is expected to produce 164,000 tonnes of zinc and 36,000 tonnes of lead per year, for 12 years. The Tala Hamza project is 65 per cent owned by Terramin, with the remaining stake held by two Algerian state-owned companies. Terramin's annual report, released earlier this week, showed Dr Moriarty received $508,420 in remuneration last year. Greg Cochran, who served as chief executive for less than seven months, was paid $476,661, including a $218,000 termination benefit.

+ Reply to Thread
Page 8 of 8 FirstFirst ... 6 7 8

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts