+ Reply to Thread
Page 2 of 4 FirstFirst 1 2 3 4 LastLast
Results 8 to 14 of 24
  1. #8
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 24 novembre 2008 -- Il semble que les pays asiatiques s’intéressent de plus en plus à l’Algérie. Une forte délégation nipponne est attendue aujourd’hui et demain en Algérie. Composée d’une centaine d’entreprises japonaises, cette délégation prendra part à la sixième session du Comité économique algéro-japonais dont les travaux débuteront aujourd’hui à l’hôtel Hilton, selon le Forum des chefs d’entreprise. Les hommes d’affaires nippons et leurs homologues algériens devraient, à cette occasion, aborder un certain nombre de dossiers, particulièrement les investissements en Algérie, les opportunités de diversification de la coopération bilatérale mais aussi l’élargissement du champ des relations économiques entre les deux pays.

    Selon certaines sources, cette délégation qui séjournera en Algérie pendant deux jours est «la plus importante délégation d’entreprises japonaises à se rendre en Algérie depuis l’indépendance». Elle rencontrera, indique-t-on, les P-DG des principales entreprises publiques et privées ainsi que des ministres directement concernés par le dossier des investissements. Le comité économique algéro-japonais, pour rappel, était présidé par la Sonatrach depuis 1991 avant de céder sa place au profit du FCE en septembre dernier. M. Redha Hamiani, président du FCE et coprésident dudit comité, avait expliqué alors ce changement à la tête du comité par la nécessité d’un élargissement des domaines de coopération entre l’Algérie et le Japon et de sortir du cadre des hydrocarbures. Selon ses dires, le contact direct entre les entreprises japonaises et algériennes permettra de faire évoluer, et dans tous les secteurs, la coopération bilatérale.

    S’agissant des relations entre les deux pays, les données disponibles indiquent que nos importations du Japon ont été de l’ordre de 4%/an (période 1997-2007) pour atteindre 1 milliard de dollars au titre de l’année 2007. Ces importations sont constituées à hauteur de 95% de demi-produits et de biens d’équipement. Par ailleurs, 98% de nos exportations vers le Japon sont composées de produits énergétiques avec un montant de 55 millions de dollars enregistrés en 2006. Quant à la part des investissements, elle reste toujours en deçà des attentes et c’est dans cette optique que se tiendra la 6e session du comité. Le coprésident nippon du comité, M. Shigehisa, avait, en effet, formulé les intentions de son pays de développer ces relations dans divers domaines tels que les hydrocarbures, le bâtiment, les énergies renouvelables et l’environnement. L’Algérie, précise-t-on, est le seul pays africain qui a des liens avec le Keidenram, un puissant forum d’affaires japonais renfermant en son sein pas moins de 1 700 entreprises de stature mondiale.

  2. #9
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    November 24, 2008 -- Japanese business giants Sharp, Sabi Systems and Japan Bank are among the 100 participants attending the 6th Algerian-Japanese economic committee Monday (November 24th) in Algiers. The panel meeting will focus on investments and bilateral economic accords in sectors other than hydrocarbons, APS reported.

  3. #10
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 24 novembre 2008 -- L'Algérie entend développer et diversifier ses relations économiques avec le Japon, actuellement dominées par les hydrocarbures, a affirmé lundi à Alger président du Forum des chefs d'entreprises (FCE) Réda Hamiani. «Nous voulons favoriser un partenariat économique diversifié. Nos exportations vers le Japon sont dominées à 98% par les hydrocarbures et nos importations sont constituées à 90% de biens d'équipements", a dit M. Hamiani à l'ouverture d'une réunion du comité économique conjoint algéro-japonais.

    Cette réunion de deux jours réunit une centaine de chefs d'entreprise et de banquiers japonais avec leurs homologues algériens du FCE, la plus importante organisation patronale algérienne. Le ministre de l'Industrie et de la Promotion des investissements Hamid Temmar a pour sa part invité les entreprises japonaises à investir en Algérie, en profitant de l'énergie bon marché et des marchés avoisinants, notamment européens. "En dehors des hydrocarbures, les investissements japonais en Algérie sont nuls", a souligné M. Temmar. L'Algérie a entamé des démarches pour intégrer la zone arabe de libre-échange et doit mettre en place une zone de libre-échange avec l'Union européenne (UE) à l'horizon 2017, selon un accord d'association entre les deux parties, a dit le ministre. "Nous voulons également envoyer au Japon une vingtaine de nos chefs d'entreprises et cadres pour des formations", a ajouté M. Temmar.

    De son coté, le co-président du comité économique algéro-japonais et président de la JGC Corporation Yoshihiro Shigehisa a exprimé l'intérêt des entreprises japonaises pour le développement du secteur des énergies renouvelables en Algérie. "En plus d'un marché algérien de 35 millions d'habitants, la zone de libre échange entre l'Algérie et l'Union européenne présente des opportunités de coopération", a dit M. Shigehisa.

  4. #11
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    ALGIERS, November 25, 2008 -- Algeria's Industry Minister Hamid Temmar called on Japanese companies to invest in the country in a speech on the opening day Monday of an Algerian-Japanese Forum in Algiers.

    Temmar said he hoped the two countries' economic ties would extend beyond the vast hydrocarbon sector. "Outside hydrocarbons, Japanese investment in Algeria is non-existent," he added.

    Japanese investors would benefit from low energy prices and access to neighbouring markets, he said.

    Algeria was putting its weight behind a pan-Arab free-trade zone, while pushing for similar trade freedoms with the European Union by 2017 following a joint accord signed two years ago, he added.

    "We also want to send about 20 of our business leaders to Japan for training. We are already doing this with South Korea and soon with Germany," he said.

    Yoshihiro Shigehisa, head of Japanese engineering company JGC Corporation told the forum that Japanese companies were keen to develop Algeria's renewable energy sector.

    "As well as an Algerian market of 35 million inhabitants, a free-trade zone between Algeria and the EU offers opportunities for co-operation," he added.

    Shigehisa is also the co-president of the Algerian-Japanese economic committee.

  5. #12
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 25 novembre 2008 -- L'Algérie va poursuivre « la dynamique » des investissements en dépit d'un climat mondial morose marqué par la crise financière internationale, a affirmé Ahmed Ouyahia, dans une allocution prononcée au cours d'un dîner offert, lundi soir, aux participants à la 6ème session du Comité économique conjoint algéro-japonais. Pour les entreprises étrangères qui souhaitent investir, il existe un potentiel de 200 milliards de dollars de chiffres d'affaires à réaliser en Algérie, selon le Premier ministre.

    « Dans le monde on parle de ralentissement, en Algérie le gouvernement a l'intention de continuer la dynamique des investissements, même si les experts ne seraient pas d'accord avec moi », a précisé M. Ouyahia. « J'espère qu'en cette période marquée par la crise, l'Algérie sera encore plus intéressante pour les affaires et pour son développement », a-t-il ajouté pour convaincre les investisseurs étrangers.

    M. Ouyahia a mis en avant les atouts que peuvent générer actuellement les investissements en Algérie grâce notamment à la croissance enregistrée et qui est de l'ordre de 6% hors hydrocarbures. Ce qui est chose « rare » dans le monde, s'est-il réjouit. « Dans le monde, le crédit est rare aujourd'hui, il est disponible en Algérie. Les affaires sont rares aujourd'hui. L'Algérie n'a pas l'intention de passer sa vie à acheter des voitures de l'extérieur mais souhaiterait les voir monter sur son sol ! », a-t-il ajouté.

    Concernant les relations algéro-japonaises, le Premier ministre a estimé que « la mutation du Comité économique conjoint d'une rencontre entre le Japon-Sonatrach à une rencontre entre le Japon-économie nationale est la preuve de la mutation de l'Algérie ». Et d'ajouter que cette session permettra à la délégation japonaise de « découvrir que si les hydrocarbures constituent 97 % des recettes de l'Algérie, il y a 55 % de l'économie algérienne qui ne l'est pas ». Et de convier M. Yoshihiro Shigehisa, président de la compagnie JGC présente en Algérie depuis 1963, à « guider » le patronat japonais vers le marché algérien. « J'espère, a-t-il dit à l'adresse de M. Shigehisa, qu'au delà des 11 milliards de dollars que votre pays fait dans ces activités hydrocarbures en Algérie et le projet de l'autoroute Est-Ouest d'autres perspectives s'ouvriront ».

  6. #13
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 26 Novembre 2008 -- Les hommes d’affaires algériens et japonais ont réaffirmé leur engagement à développer un partenariat bilatéral “plus large” et “plus diversifié” englobant des secteurs hors hydrocarbures, pour faire sortir la relation économique entre les deux pays du statut fournisseur-client. Le président du Forum des chefs d’entreprise, M. Réda Hamiani, a clairement relevé la prise de conscience des deux parties de sortir du bilan “un peu réducteur de la vente de l’énergie et du pétrole contre l’achat d’équipements et de voitures” qui caractérise aujourd’hui les relations économiques entre l’Algérie et le Japon.

    Les importations de l’Algérie sont concentrées pour plus de 90% sur les biens d’équipement et les demi-produits : des véhicules (de transport de marchandises, de personnes, des pièces et accessoires et de pneumatiques) et d’engins mécaniques, des tubes, tuyaux et profilés en fer ou en acier, et accessoires de tuyauterie (vis, boulons,…), des appareils d’enregistrement du son et de l’image, des plaques, films, fournitures et produits chimiques à usage photographique. Quant aux exportations de l’Algérie, elles restent dominées pour plus de 98% par les hydrocarbures et les produits dérivés. Le président du FCE évoque l’instauration, au sein du comité économique conjoint algéro-japonais, d’un mécanisme de veille pour tirer profit de toutes les opportunités offertes par l’Algérie.

    Le Forum des chefs d’entreprise a exposé à la délégation japonaise, forte d'une centaine de chefs d'entreprise et pas des moindres, toutes les potentialités hors hydrocarbures que recèle l’Algérie. “Ils sont très intéressés”, a souligné M. Réda Hamiani. Le Forum des chefs d’entreprise et Le Keidaren veulent œuvrer pour être au cœur de ce grand partenariat que l’Algérie et le Japon souhaitent développer. “Nous voulons favoriser le développement de partenariats autrement plus diversifiés que par le passé car nous avons la conviction que la coopération entre le Japon et l’Algérie peut se déployer plus largement si nous organisons le contact direct entre nos entreprises, dans tous les secteurs de l’activité économique”, a souligné le président du Forum des chefs d’entreprise.

    Le coprésident du comité économique algéro-japonais et président de la JGC Corporation Yoshihiro Shigehisa a exprimé l'intérêt des entreprises japonaises pour le développement du secteur des énergies renouvelables en Algérie, ainsi le logement. “L’Algérie peut bénéficier de l’expérience du Japon, un pays à forte sismicité entre autres”, a indiqué M. Yoshihiro Shigehisa.

  7. #14
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Tokyo, December 18, 2008 (JCN) - JGC Corporation, through a newly-established joint venture company, has been awarded Operation & Maintenance (O&M) services contracts for gas-fired power plants in Algeria. The new company and service contracts, announced on December 18, are the first investment activities related to the Algerian power sector by any Japanese enterprise.

    JGC, along with the Algerian state-owned gas and electricity company "Sonelgaz", and an Omani power O&M service company, "SOGEX Oman", have jointly established a local company, called "Algerian O&M Company", for the purpose of providing O&M services for power plants in Algeria.

    The company has been awarded a 20-year O&M contract by Shariket Kahraba Koudiet Eddraouch, which owns a 1200 MW gas-fired power plant in the province of El Tarf scheduled to enter into commercial operation in 2012, and a 20-year O&M contract by Shariket Kahraba Terga, which owns a 1200 MW gas-fired power plant in the province of Ain Temouchent also scheduled to enter into commercial operation in 2012.

    In recent years, Algeria has been experiencing a rapid growth in power demand, and a number of power plants are under construction, as well as under consideration. JGC is convinced that many additional contracts will be awarded to Algerian O&M Company in the future.

    In Algeria, JGC has successfully executed numerous oil refining and gas processing EPC plant projects over a period of more than 40 years. Moreover, JGC has continuously provided Technical Assistance Services including daily operation and maintenance support to a number of these plants.

    Leveraging such EPC experience and the operational know-how gained, JGC intends to implement the power plant O&M services with support from its local subsidiary, "JGC Algeria".

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts