+ Reply to Thread
Page 3 of 4 FirstFirst 1 2 3 4 LastLast
Results 15 to 21 of 24
  1. #15
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Rafik Tadjer :


    Dimanche 27 Septembre 2009 -- Malgré un contexte difficile pour les investissements, le marché algérien continue d'attirer les investisseurs étrangers. Le géant mondial de l'électronique Sony, via sa filiale Sony Gulf FZE, a annoncé, dimanche 27 juin, avoir conclu un partenariat avec le groupe privé algérien, Groupe Hasnaoui Multimédia. Ce dernier devient le distributeur officiel des produits électroniques de Sony en Algérie. Le communiqué de Sony Gulf FZE ne précise pas les conditions financières de ce partenariat, le premier de ce genre depuis l'entrée en vigueur des nouvelles mesures de la loi de finances complémentaire 2009. En Algérie, Sony va commercialiser une large gamme de ses produits, dont la gamme complète des produits de haute défintion du géant japonais : les téléviseurs BRAVIA LCD, les caméscopes Handycam, les lecteurs de disques Blu-Ray, les appareils photo numériques Alpha SLR, les appareils photo Cyber-shot numérique,, la console PlayStation 3... Sony Gulf annonce également l'ouverture d'un showroom. « Le Centre Sony, showroom ultramoderne et dernier cri, abritera ainsi les dernières gammes de produits Sony Électronique, y compris la gamme complète de produits Haute Définition. Ceci fait partie de la stratégie de développement de Sony afin de renforcer sa position en tant que leader en électronique dans la région Afrique du Nord. », précise le communiqué. Les clients algériens, grâce à cet espace commercial, vont bénéficier « de la garantie officielle de Sony et du seul centre de service autorisé de Sony en Algérie. », selon le communiqué.

  2. #16
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    September 28, 2009 -- Algeria's Hasnaoui Multimedia Group concluded a deal with Sony Gulf FZE on Sunday (September 27th) to become the official distributor of Sony electronic products in Algeria, Tout sur l'Algérie reported. Under the new partnership, Sony will market camcorders, televisions, Blu-Ray units, Playstation 3 and other products at the Sony Centre showroom and other retailers. The company said the move is part of a development strategy to strengthen its position in the North African market.

  3. #17
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mohammed Zerrouki :


    Jeudi 8 Avril 2010 -- L’Université des sciences et de la technologie Houari-Boumediène (USTHB) a organisé, hier, un séminaire algéro-japonais sur les technologies de génie civil. Cette rencontre a pour objectif de créer un cadre d’échanges scientifiques entre les experts des deux pays dans le domaine de la construction d’autoroutes ainsi que de l’ingénierie des tunnels. Plusieurs experts des deux pays, des étudiants du département de génie civil de l’USTHB ainsi que des experts d’autres universités algériennes ont assisté aux travaux de ce séminaire, dont l’ouverture a été rehaussée par la présence de l’ambassadeur du Japon à Alger et du recteur de l’université.

    Ce dernier, M. Benzaghou Benali, interrogé en marge de ce séminaire, a déclaré que «cette manifestation entre dans le cadre d’échanges scientifiques entre l’Algérie et le Japon dans le domaine des technologies du génie civil, et à laquelle des étudiants, des spécialistes, ainsi que plusieurs invités sont conviés pour profiter de l’expérience des Japonais dans ce domaine». Et d’ajouter que «ce séminaire est purement scientifique». De son côté, l’ambassadeur du Japon, M. Kamitani, a déclaré que «ce séminaire entre dans le cadre de coopération entre les deux pays. Cette rencontre va nous permettre de développer les connaissances dans le domaine du génie civil et d’échanger les expériences».

    En marge de ce séminaire, le doyen de la faculté de génie civil, le professeur Farid Kaoua, a déclaré qu’«une convention a été signée il y a quelques semaines entre l’université Houari-Boumediène et celle de Tsoukuba qui représente toutes les universités japonaises». Il a ajouté que cette rencontre est réalisée «grâce à l’initiative de l’ambassadeur du Japon qui a fait appel à trois professeurs de son pays spécialisés dans la réalisation des autoroutes, la réalisation des ouvrages d’art et la gestion des catastrophes sur une autoroute qui est une chose nouvelle pour l’Algérie». Notre interlocuteur a expliqué que «cette nouvelle technique nous permet de développer nos connaissances dans le domaine du génie civil et surtout de faire profiter les étudiants de notre département de l’expérience des Japonais».

    D’autre part, M. Nacer Takorabet, professeur honoraire au Centre des hautes études de la construction à Paris qui a animé une conférence avant-hier à l’université Houari-Boumediene, a déclaré au Jeune Indépendant : «Je souhaiterais apporter ma contribution et mon savoir-faire pour mon pays, après tout ce que j’ai fait en France.» Et d’ajouter : «J’aimerais bien contribuer à la construction de la grande mosquée d’Alger et surtout au remaniement des règlements parasismiques algériens sur lesquels j’ai déjà travaillé lors de mon passage en Algérie». À noter que le professeur animera une conférence aujourd’hui à partir de 10 heures à l’université de Béjaïa sous le thème : «Optimisation des variations dimensionnelles des grands ouvrages en béton armé».

  4. #18
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 13 Décembre 2010 -- Le ministre japonais des Affaires étrangères Seiji Maehara a affirmé que son pays souhaitait contribuer au développement économique de l'Algérie, dans un entretien lundi au quotidien Liberté. "Le Japon s'intéresse au fait que l'Algérie possède des ressources énergétiques importantes et un grand marché intérieur (...) et souhaite contribuer au développement économique de l'Algérie", a déclaré M. Maehara, attendu lundi pour une visite de deux jours en Algérie. Il s'agit de la première visite d'un ministre japonais des Affaires étrangères en Algérie depuis l'indépendance de ce pays en 1962. "Il y a des entreprises japonaises qui s'intéressent au plan quinquennal" algérien 2009-2014 qui prévoit des investissements publics de 286 milliards de dollars pour notamment moderniser et développer les infrastructures de base, a-t-il précisé. "L'Algérie a aujourd'hui besoin de beaucoup plus de transfert de technologie que de financement", a ajouté M. Maehara. Le Japon participe à plusieurs projets en Algérie dont une partie de l'autoroute est-ouest de 1.200 km dont la réalisation avait été confiée en 2006 aux groupes chinois Citic-Crcc et japonais Cojaal, ainsi que dans le secteur de l'énergie.

    Interrogé sur le conflit du Sahara occidental, le ministre japonais s'est dit en faveur d'un règlement "prompt et pacifique à travers des négociations dans le cadre de l'ONU et espère" l'ouverture de négociations directes entre le Maroc et le Front Polisario qui se disputent cette ancienne colonie espagnole, annexée par le Maroc. Concernant le processus de paix au Proche-Orient, le Japon "soutient la solution à deux Etats selon laquelle Israël et l'Etat palestinien économiquement indépendants, coexistent en paix et en sécurité", a indiqué M. Maehara, précisant que la Japon avait accordé depuis 1993 aux Palestiniens des aides supérieures à 1,1 milliard de dollars. Au cours de sa visite, M. Maehara doit notamment s'entretenir avec son homologue algérien Mourad Medelci. Une audience est également prévue avec le président Abdelaziz Bouteflika ou avec le Premier ministre Ahmed Ouyahia, selon l'ambassade du Japon à Alger.

  5. #19
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samir Allam :


    Mardi 14 Décembre 2010 -- L’Algérie refuse de payer 1,2 milliard de dollars dus au consortium japonais Cojaal, en charge de la partie est de l’autoroute est-ouest, rapporte, mardi 14 décembre, le journal nippon Asahi. Selon le journal, qui cite une source proche du dossier non identifiée, l’Algérie a motivé son refus par le fait que le groupement japonais mené par Kajima Corp n’avait pas respecté les termes du contrat. Seiji Maehara, ministre japonais des Affaires étrangères, qui vient d’effectuer une visite de deux jours à Alger, a évoqué le dossier avec son homologue algérien Mourad Medelci. Ce dernier s’est dit optimiste sur un règlement rapide de la situation, dans une déclaration au journal Asahi. Depuis quelques mois, les relations entre le groupement japonais et le gouvernement algérien se sont tendues. Les Algériens reprochent à Cojaal un énorme retard dans la réalisation du contrat. Le taux de réalisation ne dépasserait pas 35% actuellement. Ils lui reprochent aussi d’avoir menti sur ses capacités à mener à bien un tel projet. Cojaal aurait en effet des capacités financières limitées qui l’obligent à ralentir régulièrement les travaux faute de matériaux.

  6. #20
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    January 7, 2011 -- Algeria has failed to pay part of highway construction costs to a consortium of five Japanese companies and Tokyo intends to deal with the matter through diplomatic channels, transport minister Sumio Mabuchi said Friday. Mabuchi did not unveil the amount outstanding, but the construction industry puts the estimate at more than ¥100 billion of the ¥540 billion order. The Algerian Public Works Ministry's National Highway Agency, which placed the order in 2006, has refused to pay for reasons including a delay in the construction work and alterations to the original design, industry sources said. Mabuchi told a news conference that the Land, Infrastructure, Transport and Tourism Ministry would share its information with the Foreign Ministry and ask the Algerian government through diplomatic channels to reach a solution. The order for the consortium of major contractors Kajima Corp., Taisei Corp., Nishimatsu Construction Co. and Hazama Corp., plus trading house Itochu Corp., is for the 400-km eastern section of a 1,200-km highway.

  7. #21
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    February 1, 2011 -- Two of the nation's biggest construction companies are learning the risks of expanding in developing markets to offset dwindling domestic demand, credit default swap prices show. The cost of insuring the debt of Taisei Corp., the nation's third-largest general contractor, and No. 4 Kajima Corp. rose faster than contracts for any other Japanese nonfinancial company over the last month after the daily Asahi reported they might not collect $1.2 billion owed for work in Algeria. Taisei's five-year swaps climbed to 203 basis points on January 27 from 117 on December 7, the day the article was published, while Kajima's jumped to 207 from 146. The Markit iTraxx Japan index added 12 basis points, or $120,000 for $10 million of the face value, to 110 in the period. "There are widening concerns the companies could sustain losses," said Mitsuyoshi Takahashi, an analyst at Mizuho Securities. The dispute, which also involves smaller contractors Nishimatsu Construction Co. and Hazama Corp., underscores the challenges facing Japanese companies pursuing growth abroad as the economy is set to grow at the slowest pace among all Group of Seven nations except Italy. While Japan's near-zero interest rate has given corporations funding costs that are about 3 points lower than in the U.S., the increase in credit default swaps indicates investors are concerned about the risks that companies need to take to increase earnings.

    Kajima is negotiating with the Algerian government over the withheld payment, said a Tokyo-based spokesman who asked not to be identified, citing company policy. A Taisei spokesman in Tokyo declined comment because Kajima is the project's coordinator. The nation's aging and shrinking population, combined with a 60 percent reduction in domestic construction orders from their peak of ¥26.5 trillion in the year ended in March 1992, is driving builders overseas. Economic growth will slow to 1.6 percent this year, compared with 2.5 percent for all advanced nations, the International Monetary Fund said January 25. In contrast, growth in the Mideast will accelerate to 4.6 percent this year and 4.7 percent next year. The Japanese companies, with China's Citic Group and China Railway Construction Corp., won contracts worth $11 billion in 2006 to build 1,200 km of the trans-Algerian east-west highway. Overseas orders for 43 Japanese contractors last year totaled ¥670 billion, of which ¥244 billion were in the Mideast and Africa. That compares with ¥34 billion for the same two regions 10 years ago.

    Taisei's revenue from the Mideast and Africa accounted for 9.5 percent of sales in the period that ended March 31, up from 1.7 percent four years earlier, while for Kajima sales in the region comprised 4.8 percent of the total, up from 0.5 percent. Taisei, which is rated A by Japan Credit Rating, sold ¥10 billion in 1.58 percent seven-year bonds on Dec. 9 at a premium of 59 basis points over the swap rate. The yield on that note touched a high of 1.632 percent on December 13 before edging lower. It was 1.476 percent last week. The last time the company sold a seven-year bond was in May 2007, when it paid a coupon of 1.8 percent. "Foreigners and institutional investors dominate the CDS market, so it's sensitive to negative news and unresponsive to positive news," said Yasuhiro Matsumoto, head of credit research at Shinsei Securities Co. in Tokyo. "The stock market is dominated by local investors and individuals, so the moves are different." Corporate bond yields on similarly rated securities declined to a 21-month low of 20 basis points, or 0.2 percentage point, above notes with AA grades, according to Bank of America Merrill Lynch indexes. In the U.S., the same gap is 36 basis points, the data show. The yen's 9.2 percent gain against the dollar over the last 12 months has reduced the value of sales earned overseas for Japanese companies. And by Monday, the had yen strengthened to around 82.05 to the dollar in Tokyo from 82.92 on Thursday. "There's a lot of risk in overseas construction in the Mideast and North Africa, so Japanese general contractors have stopped taking new orders and are now only fulfilling contracts agreed in the past," said Takahashi.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts