+ Reply to Thread
Page 12 of 16 FirstFirst ... 2 10 11 12 13 14 ... LastLast
Results 78 to 84 of 112
  1. #78
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 8 Juin 2009 -- Le partenaire officiel du 6e SIRRHA, le leader de la téléphonie mobile en Algérie, Orascom Télécom Algérie, marquera également, et pour la seconde fois, sa présence à ce rendez-vous incontournable. La ressource humaine pour Orascom Télécom Algérie ne se résume pas seulement au recrutement, tant la formation du personnel et la gestion des carrières y occupent une place prioritaire. "Orascom Télécom Algérie, en tant que société citoyenne, a toujours encouragé ce genre d'initiative ; elle a été élue recruteur de l'année. Pour l'occasion quelque 400 postes d'emploi seront offerts dans le cadre du SIRRHA, jusqu'à la fin de l'année" a déclaré Mme Sabrina Mokrane, manager du recrutement et de l'évaluation à Djezzy. D'après Mme Mokrane, les offres d'emploi ciblent notamment les ingénieurs et techniciens informaticiens, ainsi que les téléconseillers. Télécom Algérie qui était partenaire lors des éditions antérieures du salon, a su comment consolider sa position de leader dans le secteur des télécoms, grâce, entre autres, à la bonne gestion de son capital humain ainsi qu'à sa politique de recrutement marquée par l'innovation et la transparence. L'Assessment center, une méthode d'évaluation qui désigne un dispositif évaluant les compétences par l'utilisation de techniques d'évaluation de natures différentes, dont le recours aux exercices de simulation et aux tests psychotechniques est un exemple d'innovation et de professionnalisme dans le domaine. OTA est une référence de l'entreprise citoyenne et de l'employeur modèle. "On est très prisés par les nouveaux diplômés ; on offre des opportunités aux jeunes. Le groupe est passé d'un stade de capital humain à un stade talent, avec des formations continues" a-t-elle indiqué. OTA a créé plus de 60 000 emplois indirects, et 3 200 emplois directs "nous avons créé un centre d'évaluation ; cela dit, toute recrue passe par ce centre. Enfin Djezzy reste avant tout une entreprise citoyenne par excellence", a-t-elle souligné.

  2. #79
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 8 Juin 2009 -- Le marché de l’emploi en Algérie est soumis à de nombreux aléas, constate Mohamed El Ouahdoudi, directeur général de Sira-Algérie. Intervenant hier, lors d’une conférence de presse organisée au siège de la Sira, M. El Ouahdoudi a indiqué que la crise économique mondiale a eu un impact négatif sur le marché de l’emploi local. « Il y a eu une baisse mondiale en matière de transferts de migrants. Le flux des IDE a connu une baisse considérable. Il y a aussi une baisse du flux des touristes. Les multinationales ont réduit leur plan de recrutement », a-t-il expliqué. Même s’il affirme que l’Algérie dispose d’une ressource humaine « mobile » et d’une « diversité de dispositifs publics d’aide à l’emploi », le directeur général de Sira-Algérie a rappelé que la fuite des cerveaux et le poids de l’informel « minent l’économie nationale ». « La fuite des cerveaux peut être ralentie par la crise mondiale, mais le travail informel demeure une plaie », considère-t-il, en appelant les pouvoirs publics à y mettre un terme. Il a relevé aussi une inadéquation du niveau pédagogique universitaire à l’international. « Le diplôme d’un ingénieur en informatique en Algérie équivaut à un BTS ailleurs »,a-t-il déploré. Cependant, M. El Ouahdoudi constate que le secteur public est en train de combler le vide laissé par les multinationales en matière de recrutement.

    Par ailleurs, la 6e édition du Salon international du recrutement et des ressources humaines (Sirrha), se tiendra les 27 et 28 juin à l’hôtel Mercure, à Alger, en présence de 25 exposants nationaux et étrangers, a annoncé Mohamed El Ouahdoudi. Cette 6e édition du Sirrha s’adresse aux entreprises à la recherche des compétences, aux responsables des politiques d’emploi en Algérie et à l’international, aux DRH, aux consultants et formateurs, aux cabinets de conseil en ressources humaines et aux cadres et autres jeunes diplômés, a-t-il ajouté. « Notre objectif est de réunir les acteurs du recrutement en Algérie, rassembler les offres d’emploi difficiles à pourvoir, promouvoir les compétences locales, réunir les conseils des professionnels et faciliter la mobilité professionnelle en Algérie », dira M. El Ouahdoudi. À cet effet, des conférences et des ateliers thématiques seront proposés. Sur un autre chapitre, l’orateur a tenu à infirmer les informations selon lesquelles les CV déposés par les demandeurs d’emploi durant l’édition précédente seraient passés à la trappe. « Les CV sont classés dans une base de données et transférés aux exposants », clarifie-t-il, en estimant à environ 4000 demandes d’emploi déposées l’année précédente. Partenaire officiel de la Sirrha 2009, Orascom Télécom Algérie (OTA) va pourvoir 400 postes d’emploi cette année, révèle Sabrina Mokraoui, manager chargée du recrutement et de l’évaluation chez OTA, en indiquant que la filiale algérienne de Naguib Sawiris emploie 3500 personnes (emplois directs), dont 1200 sont affectés pour assurer le service de la clientèle.

  3. #80
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mustapha Hammouche :


    Dimanche 14 Juin 2009 -- Notre confrère numérique Tout sur l’Algérie annonçait récemment qu’Alger avait lancé un avis d’appel d’offres pour l’acquisition d’une vingtaine d’ânes. Les bêtes sont destinées au transport d’ordures ramassées sur les voies inaccessibles aux véhicules des services de voirie. Ce qui est remarquable dans cet appel, ce sont les critères précis et nombreux — huit — que les ânes candidats doivent remplir. Une bête de somme doit sûrement remplir quelque condition de santé, d’âge, de taille, etc. Mais, si l’article ne le dit pas, l’utilisation de bourricots pour la collecte d’ordures dans certains quartiers d’Alger inaccessibles aux véhicules est une pratique historique. On ne vient pas de l’inventer.

    Cette annonce est l’occasion de constater qu’il y a quelques cas où le processus d’acquisition de ressources est sérieusement conduit. On ignore si dans ce cas les procédures sont aussi bien exécutées qu’elles semblent être conçues, mais une telle rigueur, même si elle n’est peut-être qu’apparente, est frappante dans un contexte où la culture de gestion fait que les démarcheurs de ressources, humaines ou matérielles, sont si souples quand il s’agit de l’adéquation du profil et de la fonction. Le cahier des charges est, en effet, strict avec les ânes, quant à leur constitution physique et autres aptitudes. Est-ce parce qu’ils ne relèvent ni des ressources humaines ni des moyens matériels et qu’ils échappent aux effets de la gestion routinière des autres ressources.

    Il est même demandé d’être “habitués au climat d’Alger”. Ce qui, pour une fois, énonce un critère climatique, objectif, dans la détermination de l’origine des candidats, excluant en théorie le critère régionaliste, subjectif. Cela dit, un âne habitué au climat d’Alger, à moins qu’il n’y soit né, ce doit être difficile de le savoir ! Malheureusement, c’est Alger qui a été classée ville des plus “invivables” par l’enquête annuelle de The Economist. Invivable pour les humains, pour lesquels elle est conçue, comment pourrait-elle être vivable pour des créatures pour lesquelles elle n’est pas prévue ? Les ânes ne posent pas de conditions, sinon on pourrait retourner la proposition : il faudrait rechercher des ânes qui pourraient supporter de vivre à Alger.

    Nous, humains, nous nous sommes peut-être adaptés à la pollution croissante de la ville, mais les bêtes, celles qu’on n’a pas aliénées en faisant des animaux de compagnie ou en les enfermant dans des cages, elles ont encore besoin de vivre au milieu d’une flore et dans une atmosphère plus naturelle. Et c’est au cours de ce déracinement qu’on oublie que c’est la ville qui est contre-nature et qu’on crie haro sur le baudet si celui-ci ne s’adapte pas à cette corruption biologique qu’on veut lui imposer ! Nous sommes certes plus intelligents, mais reconnaissons que pour ce qu’on en fait, cela ne nous aide pas toujours à mieux vivre. Si bien qu’on a besoin de plus bête que nous pour nous aider à nettoyer l’environnement que nous souillons. On n’arrive même pas à respecter, seuls, le vieux dicton populaire : “Si tu n’arrives pas à bien faire, laisse au moins ta place propre.”

  4. #81
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 28 Juin 2009 -- Le Salon international du recrutement et des ressources humaines a ouvert ses portes hier à l’hôtel Mercure d’Alger drainant des centaines de diplômés en quête d’un poste d’emploi. Selon l’entreprise Sirrha, organisatrice de ce Salon, plus de 2.500 offres d’emploi sont prévues lors de cet événement de deux jours. Munis de leur CV, les postulants sont des diplômés universitaires et des techniciens supérieurs à la recherche d’un poste en rapport avec leur formation. Salim, ingénieur en hydraulique, qui sollicite la Société des eaux et de l’assainissement d’Alger (SEAAL), a de fortes chances de décrocher un emploi dans cette société qui compte recruter une soixantaine de personnes d’ici à la fin de 2009, selon son directeur général. Ce n’est pas le cas de Samira, ingénieur en industrie pharmaceutique. Ne pouvant cacher sa déception, cette diplômée de l’université de Boumerdès constate qu’il n’y a aucun laboratoire pharmaceutique parmi les 25 entreprises présentes au Salon. Le seul stand où elle peut déposer son C.V. est celui de RH Parteners (réseau international de recrutement).

    Les organisateurs de Sirrha affirment que ce Salon est aussi celui de l’entreprenariat, avant de souligner que la 2e édition du salon «Entreprendre en Algérie» est marquée, cette année, par la création d’un espace de conseils destiné à plus de 600 créateurs inscrits à cette édition, dont une centaine d’étrangers. La deuxième édition du salon «Entreprendre en Algérie» intervient pour répondre aux attentes exprimées par les jeunes porteurs de projets, selon le directeur général du salon, M. Mohamed El-Ouahdoudi. Il a précisé que 20 % des inscrits à la 6e édition du Sirrha aspirent à créer leur propre entreprise. Les participants à ce rendez-vous, qui vise à valoriser la création d’activités en Algérie, a-t-il poursuivi, ont exprimé des attentes pour des conseils, de la formation, ou pour un accompagnement financier. Des experts en création d’entreprise et en accompagnement, dont trois experts comptables, assureront des permanences tout au long de ce salon, qui se tient en parallèle au Sirrha, pour expliquer aux jeunes porteurs de projets les démarches à suivre afin de réaliser leur objectif. À ce propos, M. El-Ouahdoudi a fait savoir qu’un guide de création d’entreprise en Algérie est en préparation. La chambre algéro-allemande de commerce et d’industrie, AHK Algérie, qui a pris part à ce salon, contribue à soutenir les jeunes aspirant à créer leur propre entreprise, à les orienter et à leur prodiguer les conseils juridiques.

  5. #82
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 28 Juin 2009 -- Beaucoup de jeunes, à la recherche d’un emploi, se sont rendus au Salon international du recrutement et des ressources humaines, SIRRHA. Ils sont venus des différents coins du pays. Les demandes d’emploi, reçues par les organisateurs du salon, ont atteint 2500, toutes adressées par internet aux entreprises prenant part à cet événement. Ce nouveau mode de recrutement a été adopté par plusieurs entreprises, alors que le recrutement dans les entreprises publiques, notamment les grandes entreprises, reste toujours sous l’emprise de la bureaucratie et les relations amicales et familiales. À cet égard, les statistiques publiées par l’Office national des statistiques démontrent que 40.6% des postes de travail ont été accordés, grâce, justement, aux relations personnelles et familiales. 25 entreprises du secteur privé ont pris part à ce salon ; parmi les 2500 demandes reçues par les organisateurs, seulement 1 200 demandeurs ont pu décrocher un emploi. Par ailleurs, l’un des représentants d’une entreprise, participant au salon, a indiqué que la recherche des postes d’emploi, à travers le net, pourrait diminuer l’étendue de la bureaucratie et permettre aux jeunes chômeurs des différentes régions, en Algérie, de bénéficier des postes, sans être obligés de se déplacer aux sièges de ces entreprises. De son côté, le représentant de Seaal, a déclaré que son entreprise envisage de recruter des centaines de chômeurs, dans toutes les spécialités, en particulier le traitement et l’épuration de l’eau. Cette entreprise a saisi cette occasion, pour faire des entretiens d’embauche, pour certains jeunes désirant travailler dans cette société.

  6. #83
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    June 28, 2009 -- The 6th International Recruitment and Human Resources Salon (SIRRHA) opened Saturday in Algiers, APS reported. More than 35 national and international partners will propose some 2,500 job opportunities during the 2-day event, organisers said.

  7. #84
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    June 29, 2009 -- Algeria hosted the Sixth Algerian International Recruitment and Human Resources Fair (SIRRHA) on Saturday (June 27th) and Sunday. The event, featuring no fewer than 35 companies representing different business segments of the country's economy, generated enormous interest. Businesses offered 2,500 jobs against the backdrop of the world financial crisis.

    Roughly 1,000 people came to inquire about recruitment opportunities among the country's largest businesses, said Mohamed El-Ouahdoudi, director general of SIRA-Algérie, the company behind the event. Last year, 900 visitors to the fair found work, the organiser added. Even though many subsidiaries of multinational companies cut jobs as a consequence of the global financial crisis, others "have actually committed themselves to greater recruitment," said El-Ouahdoudi.

    Many large groups confirmed such an assessment, adding that they were looking for competent recruits. "We're here to find some attractive candidates," said Wahiba, who works for the human resources department of an Egyptian telephone service operator. "We don't have a predetermined labour specification. We're accepting any CVs we're offered and we'll study them later. It's not unusual to find a real star among them."

    This fair is a real opportunity, Hichem, a student finishing his university course at the National Business School (ENC), told Magharebia. "So many big businesses all in one place... it's beyond my wildest dreams," he added. "It's not always easy to know how to get your CV out to everyone."

    Those who could make the trip will not be disadvantaged. The organisers have considered them too, by setting up a virtual fair: "SIRRHA Everywhere", which can be accessed at Le SIRRHA Virtuel. It enables visitors to apply remotely to their companies of choice.

    Organisers said that applications submitted online would be passed on to the company targeted by the job seeker. This virtual window will remain open until Tuesday. Alongside SIRRHA, organisers have been planning the second entrepreneurship fair, Entreprendre en Algérie. One of the highlights this year will be the opportunity to seek advice on starting a new business and setting up projects.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts