+ Reply to Thread
Page 13 of 16 FirstFirst ... 3 11 12 13 14 15 ... LastLast
Results 85 to 91 of 112
  1. #85
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  2. #86
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 30 Juillet 2009 -- «Le premier organisme privé, agréé par l’Etat, de placement des travailleurs est né», a annoncé, mardi dernier, M. Mohamed Chaabane, responsable à Castle Job. Agréée le 21 juillet dernier, cette entreprise, qui bénéficie d’un statut de société à responsabilité limitée (SARL), comme son nom ne l’indique pas, est «à 100% algérienne», a expliqué, lors d’une conférence de presse, son directeur de la communication, M. Rebah Amine. Le rôle de cet organisme, selon M. Chaabane, est social. Son premier objectif est de travailler en étroite collaboration avec l’Anem (Agence nationale de l’emploi] pour lutter contre le chômage. «Notre présence consiste à offrir toutes les chances aux demandeurs d’emploi afin qu’ils arrivent à trouver un poste de travail. Il s’agira de satisfaire les requêtes des demandeurs d’emploi et les exigences des employeurs». En gestation depuis «14 ans», d’après le directeur de la communication, Castle Job a dû attendre la promulgation de la loi n° 04-19 du 25 décembre 2004, relative au placement des travailleurs et au contrôle de l’emploi pour voir plus clair. C’est le décret exécutif n°07-123 du 24 avril 2007 qui va finalement donner le ton. Les conditions et modalités d’octroi et de retrait d’agrément aux organismes privés de placement des travailleurs et le cahier des charges type relatif à l’exercice du service public de placement des travailleurs y sont définis. L’article 2 du décret définit l’organisme privé de placement ainsi : «Toute personne de droit privé chargée de fournir des services relatifs au marché du travail.» Quant au rôle qui lui est assigné, il consiste, selon l’article 3, «en des opérations d’enregistrement, de sélection et de présentation de travailleurs aux organismes employeurs en vue de leur placement ainsi qu’aux actions de prospection, de recueil, de collecte et de diffusion des offres d’emploi». Donc, une entreprise de placement des travailleurs qui doit obligatoirement être conventionnée avec l’Anem sert d’intermédiaire entre l’employé et l’employeur. Notons que le dépôt d’une demande d’emploi se fait sans frais. Dans le cahier des charges réglementant l’activité il est stipulé à l’article 3 que «les organismes sont rémunérés par les employeurs auxquels ils délivrent leurs prestations selon un barème de référence établi conjointement par les ministres chargés respectivement de l’Emploi, du Travail et du Commerce». Le marché de l’emploi en Algérie reste un domaine régi principalement par l’Etat. Malgré quelques tentatives d’investir le terrain par certaines boites ou à travers des sites internet, comme Emploitic, devenue une référence en la matière, le secteur reste presque vierge. Pourtant, les différents programmes du chef de l’Etat placent la lutte contre le chômage au centre des préoccupations et met la barre très haut en matière de création d’emplois. «Le programme présidentiel, qui consiste en la création de plus de 3 millions d’emplois d’ici 2014, n’est pas une utopie», soutenait M. Rebah. De ce fait, le créneau attire. Des entreprises étrangères de renommée internationale ont manifesté leur désir de s’installer en Algérie comme Adecco, le groupe français de travail temporaire, alors que d’autres sont dans l’expectative. À la question de savoir quel intérêt y aurait-il de créer des entreprises privées de placement sous l’aile de l’Anem, le directeur de la communication de Castle Job répond : «nous n’avons pas les moyens de l’Anem. Nous ne sommes pas ses concurrents. Ce qu’on apporte ce sont des idées et des solutions». Quant à savoir si l’entreprise, fondée et gérée par M. Aït Youcef Amar, a déjà signé des conventions avec des employeurs, M. Rebah affirme qu’«il y des promesses».

  3. #87
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 10 Août 2009 -- Premier organisme privé algérien de « placement » des travailleurs, Castle Job a été agréé par le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale en juillet dernier. Au début du mois en cours, il a ouvert ses portes à Birtouta aux demandeurs d’emploi pour les inscriptions et le dépôt de dossiers. Contacté en la circonstance, le directeur de la communication et de l’information dudit organisme, Amine Rabah, indique que Castle Job est créé pour « contribuer au placement des candidats à l’emploi » et active conformément à la loi du 25 décembre 2004 relative au placement des travailleurs et au contrôle de l’emploi. Tel que défini par l’article 5 de ce texte, le placement constitue « une activité visant à mettre en relation les demandeurs d’emploi et les employeurs afin qu’ils puissent conclure des contrats de travail conformément à la réglementation en vigueur ». D’ici fin septembre prochain, annonce le même responsable, l’organisme ouvrira deux « pôles », l’un à Mostaganem pour couvrir l’ouest du pays et l’autre à Bordj Bou Arréridj pour s’occuper de la région Est. Dans deux ans, ajoute-t-il, seront créées des antennes dans les 48 wilayas que compte le pays. « Les inscriptions sont ouvertes à tous les intéressés âgés de 18 ans et au-delà diplômés ou non, et cela à titre gratuit. Nous n’imposons pas de candidats aux entreprises. Notre souci est de constituer une banque de données et un centre de documentation sur l’emploi », précise notre interlocuteur. Chaque candidat est classé avec son profil. « Nous constatons qu’il existe des postes d’emploi à pourvoir. En effet, aujourd’hui, il y a 1,21million inscrits au niveau du Centre national du registre du commerce (CNRC). Nous ferons de notre mieux pour garantir l’égalité des chances aux intéressés quant à trouver de l’emploi. Nous souhaitons ainsi œuvrer à atténuer du moins le chancre de l’exclusion sociale qui ronge notre société », dira-t-il. Le même responsable relève que Castle Job travaille en étroite collaboration avec l’Agence nationale de l’emploi (l’ANEM), comme le recommande la loi du 25 décembre 2004 relative au placement des travailleurs et au contrôle de l’emploi. Aussi, poursuit-il, « nous sommes en contact avec plus de 1 000 entreprises et concentrons 30% de nos efforts sur le secteur du bâtiment ».

  4. #88
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  5. #89
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  6. #90
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 12 Janvier 2010 -- L'entreprise nationale d'électricité et de gaz va créer 4.000 emplois dans le courant de l'année 2010. C'est ce qu'a annoncé le Pdg de Sonelgaz, Nourredine Bouterfa, en marge d'une visite d'inspection à Oran, en compagnie du ministre de l'Energie et des mines Chakib Khelil. Ces créations d'emplois s'inscrivent dans un programme d'investissements prévus pour 2010, qui «nécessitent un renforcement des capacités de travail de l'entreprise», a précisé Nourredine Bouterfa, à l'agence officielle APS.

  7. #91
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Quote Originally Posted by Al-khiyal View Post

    January 13, 2010 -- Algerian electricity and gas company Sonelgaz plans to create 4,000 jobs in 2010 as part of a HR development programme, APS quoted CEO Noureddine Bouterfa as saying on Monday (January 11th). Speaking on the sidelines of Energy Minister Chakib Khelil's visit to Oran, Bouterfa added that the group's investment operations require the new employees.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts