+ Reply to Thread
Page 14 of 16 FirstFirst ... 4 12 13 14 15 16 LastLast
Results 92 to 98 of 112
  1. #92
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    ALGER, Vendredi 15 Janvier 2010 -- Un total de 4.000 demandeurs d'emploi au niveau national seront recrutés entre la fin 2009 et 2013 à la faveur d'une convention de recrutement des demandeurs d'emploi signée mercredi à Alger entre l'Agence nationale de l'emploi (ANEM) et la Société nationale du transport ferroviaire (SNTF). Sur les 4.000 postes d'emploi prévus, 2.500 concernent des recrutements dans le cadre du dispositif d'aide à l'insertion professionnelle (DAIP) et 1.500 dans le cadre du recrutement classique. Cette opération a débuté le mois de décembre dernier avec 500 recrutements sur les 2.500 en DAIP dans différentes wilayas, a-t-on indiqué auprès de l'ANEM. Les profils visés sont des ingénieurs, techniciens supérieurs, licenciés en gestion, sciences juridiques et agents polyvalents.

  2. #93
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    ALGER, Jeudi 21 Janvier 2010 -- L'Internet est de plus en plus utilisé, ces dernières années en Algérie par les entreprises pour le recrutement de personnels, concurrençant les méthodes classiques en la matière, selon un bilan pour 2009, d'un intermédiaire pour l'emploi publié mardi sur son site Internet. "En plus des méthodes classiques de recrutement à savoir la publication d'annonces dans les journaux qui occupe encore une grande partie du marché en matière d'annonces d'emploi, les services de l'ANEM et des cabinets de recrutement, il y a également les médias de recrutement sur Internet", selon Emploitic.com, un site spécialisé dans l'intermédiation pour l'emploi, créé en avril 2006 à travers le dispositif de l'ANSEJ.

  3. #94
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 27 Février 2010 -- C'est une scène à la «Hitchcock», pleine de suspens et de rebondissements, que celle vécue, jeudi, par le personnel de la direction générale de la société STH, dont le siège se trouve à Es-Seddikia. Ce dernier a été pris d'assaut, dans la matinée de jeudi, par une foule de citoyens. Motif de leur présence simultanée à la DG de la Société d'exploitation et de gestion des terminaux marins à hydrocarbures (filiale du groupe Sonatrach), ils sont tous venus en réponse à une convocation qui leur a été adressée par l'administration de STH, dans le cadre d'un recrutement, selon les explications qu'ils ont données aux services de STH. De quoi laisser immobile de surprise tout le monde dans le bloc administratif, pour la simple et bonne raison qu'il n'y avait aucune opération de recrutement sur l'agenda de la société. L'histoire de la convocation ? Tous les candidats à un emploi au sein de la filiale de Sonatrach présents sur place, dont le nombre a atteint les 25, étaient munis d'une convocation pour se présenter «dans le cadre des démarches d'usage précédant le recrutement», selon les «postulants». Un simple coup d'œil sur ces fameuses convocations a permis aux gestionnaires de la STH de démasquer le faux. Il s'agissait de convocations falsifiées, avec des signatures imitées, frappées du cachet de la société.

    Les 25 personnes «convoquées» ont unanimement affirmé que c'était un agent de sécurité de la STH qui était à l'origine de toute cette histoire. C'était lui qui leur a promis un emploi, contre une somme d'argent variant entre 6 et 15 millions de centimes par personne, et c'était lui également qui leur a remis ces fausses convocations. Le mis en cause, qui travaille effectivement comme agent de sécurité à la DG de la STH, sera identifié par l'ensemble des personnes convoquées. Alertés, les services de sécurité se sont déplacés aussitôt sur les lieux et ont procédé à l'arrestation de l'agent de sécurité mis en cause et des 25 personnes en possession de convocations falsifiées. Outre les griefs de «faux et usage de faux», «escroquerie» et/ou «corruption» qui lui sont reprochés, l'agent de sécurité s'est rendu coupable d'une autre infraction grave «émission d'un chèque sans provision». Apparemment sous la pression grandissante des solliciteurs d'un travail à la STH, irrités par les tergiversations et les faux-fuyants de celui qu'ils avaient payés rubis sur ongle, l'agent de sécurité a remis à certains d'entre eux des chèques sans provision pour les faire patienter. Bien mal lui en a pris, parce que cet acte ne ferait que compliquer sa situation devant le procureur de la République près le tribunal d'Oran, devant lequel il sera déféré demain au plus tard. Une enquête préliminaire a été, en tout cas, ouverte par les services de sécurité pour faire toute la lumière sur cette affaire, et ce, en attendant le déclenchement d'une probable information judiciaire.

  4. #95
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 28 Février 2010 -- Le centre de carrières professionnel de l’Institut national du commerce en coordination avec l’Institut William Davidson de l’Université de Michigan aux Etats Unies d’Amérique, organisent une foire de l’emploi du 19 au 21 avril prochain, à Alger. Le salon sera sponsorisé par le quotidien El Khabar et l’operateur de la téléphonie mobile, Nedjma. Cette foire verra la participation de près de 50 entreprises publiques et privées, selon le directeur de l’INC, M. Ali Belkhiri. Il a ajouté que le but de cette manifestation est de prospecter les talents et les compétences parmi les diplômés des universités algériennes, en quête d’un emploi dans toutes les spécialités et branches. L’interlocuteur a précisé que cette 4e édition sera visitée par prés de 10.000 diplômés, et que 2.000 postes de travails seront offerts.

  5. #96
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 4 Mars 2010 -- Des militants des droits des chômeurs à Ghardaïa, Hassi Messaoud et Tamanrasset ont demandé à ce que les compagnies pétrolières algériennes soient contrôlées dans le domaine du recrutement des cadres et les grilles de salaires utilisées, surveillées, accusant certaines sociétés de pratiquer une discrimination à l’égard des travailleurs algériens sur ces deux questions. Ces compagnies emploient, en effet, des milliers d’ingénieurs et de techniciens étrangers de différentes nationalités, voire même des arabes, mais en de très rares cas des algériens, et si ceux-ci sont finalement recrutés ils ne reçoivent pas le même salaire que leurs collègues étrangers. Les salaires des employés étrangers dans les compagnies pétrolières britanniques et américaines atteignent, selon l’association «L’espoir et la justice», presque le double de ce que touche un employé algérien.

    Un responsable de l’association a révélé que près de 500 ingénieurs étrangers étaient employés au sud dans plusieurs secteurs, particulièrement dans celui de l’industrie pétrolière, et ce, malgré le fait que le marché du travail en Algérie regorge de diplômés dans ce domaine. Un membre de l’association, M Bouras s’est d’ailleurs dit étonné que le ministère du travail permette à ces sociétés «d’importer» des employés alors que des milliers de diplômés algériens sont au chômages, ceux-ci ont d’ailleurs demandé à Tamanrasset, au ministère de durcir les mesures de contrôles des sociétés implantées au Sud qui, selon des plaintes de chômeurs, dans plusieurs wilayas, travailleraient sans tenir compte de la loi régissant le recrutement.

  6. #97
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lynda Louifi :


    Dimanche 7 Mars 2010 -- El.Khedma.com, Tawdhif.com, Emploitic… sont des sites Internet de recrutement dédiés aux jeunes diplômés en quête d’un emploi en Algérie. Le concept qui semble nouveau pour de nombreux Algériens a réussi néanmoins à servir d’intermédiaire efficace entre le demandeur d’emploi et les différentes institutions. Les chiffres parlent de 12 000 emplois créés en 2009, et l’on continue à fournir des postes de travail à de milliers de jeunes grâce au NTIC. En effet, le recrutement électronique (emploi-mail) fait son intrusion sur le marché du travail, ces dernières années, en Algérie. Différents sites de recrutement par Internet sont mis à la disposition des jeunes diplômés ainsi qu’aux institutions offrant des postes d’emploi. Il faut dire que l’Algérie est en phase de se développer «petit à petit» dans le domaine de l’exploitation des technologies d’information et de communication et de la numérisation. Cela d’autant, selon les spécialistes, qu’il reste encore du chemin à faire pour atteindre le niveau de certains pays arabes, surtout ceux du Golfe, pour ne pas dire que notre pays est de loin mal classé par rapport aux Européens. «Tout de même, les indices actuels soulignent une croissance encourageante», a dit un spécialiste.

    Les jeunes Algériens et l’e-recrutement

    La majorité de jeunes interrogés sur le sujet estime n’avoir jamais entendu parler de ce genre de recrutement en Algérie. Nabil, 28 ans, jeune licencié en droit, souffrant du chômage depuis trois ans, nous le fait savoir. «J’ai essayé toutes les méthodes traditionnelles de recherche d’emploi, envoyant des demandes de travail aux différents journaux ou lisant quotidiennement les offres d’emploi. Malheureusement, rien de tout cela n’a été utile», déplore-t-il. Pour ce qui est du recrutement électronique, ce jeune homme dit n’avoir jamais entendu parler de cette méthode : «Je ne suis pas trop branché Internet et cela m’a peut-être empêché d’avoir une idée sur l’existence de sites de recrutement.» Pour Sarah, 27 ans, diplômée de l’Institut de journalisme, son aventure (réussie) avec ce qu’on appelle «l’emploi-mail» est celle-ci : «Au début, quand j’ai obtenu mon diplôme, j’ai pu décrocher un travail grâce à une connaissance. J’ai occupé, en effet, un poste simple dans l’une des agences de communication, et en même temps j’ai essayé d’améliorer mes capacités professionnelles. En fait, je cherchais toujours un emploi qui cadre avec mon profil». Et d’ajouter : «J’ai entendu dire qu’il existait des sites spécialisés dans les offres d’emploi et qui affichaient quotidiennement un grand nombre de postes dans des sociétés importantes. J’ai décidé de tenter ma chance en ayant recours au E-recrutement. Effectivement, j’ai pu décrocher, durant une petite période, un poste de travail dans la cellule de communication d’une grande entreprise privée. Je conseille à tous les jeunes en quête d’un emploi de recourir à ces sites. Ils sont plus efficaces que les méthodes traditionnelles. Enfin, c’est mon avis.» Quant aux avantages du recrutement électronique, il permet aux jeunes diplômés de s’inscrire gratuitement sur les différents sites, et du coup ils ont plus de chance d’avoir un emploi répondant à leur profil. Tawdif.com, acteur majeur du marché de l’emploi en Algérie Lancé en 2007, Tawdif.com est un site reconnu comme leader de l’emploi en ligne en Algérie, avec 800 sociétés clientes et une CVthèque de 50 000 CV actifs. Il fait partie du groupe EMEDIA DZ, agence de communication interactive, comprenant également six autres sites populaires.

  7. #98
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 7 Avril 2010 -- «Jincent 2010», le Salon du recrutement et des carrières, se tiendra du 19 au 21 avril à Ryadh El-Feth à Alger, a-t-on appris hier auprès des organisateurs. Une quarantaine d’entreprises et d’institutions prendront part à cette manifestation éco-sociale organisée pour la quatrième fois consécutive par le centre de carrières de l’Institut national de commerce (INC), en partenariat avec l’Institut William Davidson de l’université du Michigan. Réunissant les acteurs du recrutement en Algérie et les nouveaux diplômés et étudiants, ce Salon a pour objectif «de servir de passerelles entre les universités et les entreprises et de promouvoir les compétences locales», a indiqué le directeur du centre de carrières de l’INC, Ali Belkhiri, cité par l’APS. Ce rendez-vous «a pour vocation de faciliter la rencontre directe entre les entreprises qui recrutent et les candidats en quête d’emploi», a-t-il ajouté. Placé sous le thème «Des places à prendre, des actions à entreprendre», ce Salon «ambitionne d’apporter une assistance aux nouveaux diplômés en les préparant à s’insérer dans la vie professionnelle en leur prodiguant les conseils nécessaires pour faire le meilleur choix», a ajouté M. Belkhiri.

    Aussi, ce Salon constitue une opportunité pour les jeunes diplômés et étudiants d’établir un dialogue concret et positif avec les «bons interlocuteurs» et, surtout, d’avoir sur place de multiples entretiens d’embauche ou d’information, étant donné que «seul un contact direct permet, au postulant, de prouver sa motivation et ainsi d’optimiser ses chances d’être recruté». Il garantit, selon le même responsable, un processus de recrutement rapide, efficace et économique (une réduction du coût d’embauche), ainsi que l’affichage des offres d’emploi en ligne. S’agissant des centres de carrières en Algérie, M. Belkhiri a plaidé pour la création d’autres centres de carrières régionaux, à l’image de celui de l’INC et de l’université de Constantine, insistant, à cet effet, sur l’importance de les officialiser et de les doter de tous les moyens de fonctionnement. Par ailleurs, outre les stands qu’occupent les participants pour exposer leurs offres et se mettre en contact avec les demandeurs d’emploi pour les informer sur les méthodes de recrutement et les besoins du marché de l’emploi, des conférences et des ateliers autour de l’emploi, des ressources humaines et méthodologies de recrutement sont prévus au programme du «Jincent 2010».

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts