+ Reply to Thread
Page 7 of 16 FirstFirst ... 5 6 7 8 9 ... LastLast
Results 43 to 49 of 112
  1. #43
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 29 juin 2008 -- Pas moins de 9 000 candidatures pour des postes d’emploi ont été déposées en ligne sur le site web de l’entreprise SIRA Algérie, organisatrice du salon international du recrutement et des ressources humaines (Sirrha) qui se tient actuellement au Palais des expositions des Pins maritimes à Alger. Selon le directeur du salon, Mohamed El Ouahdoudi, environ 15 000 à 20 000 offres d’emploi sont proposées et discutées lors de cette nouvelle édition qui a pour objectif « non seulement de promouvoir les compétences locales auprès des entreprises, mais de faire connaître également les offres d’emploi difficiles à pourvoir et faciliter la mobilité professionnelle en Algérie ».

    Des entreprises comme Sonelgaz, ACC, Orascom construction, BNP Paribas, Ericsson sont présentes au Sirrha, tout comme Michael Page International, spécialiste du recrutement des cadres et dirigeants, dont la filiale Africa et Maghreb estime que sa participation à cet événement est « une étape importante de la prise de contact de Michael Page avec le marché algérien ». La filiale intervient essentiellement en Algérie dans le cadre de recrutements de cadres expatriés pour le compte de sociétés européennes, arabes, américaines et asiatiques. « Les clients du cabinet nous sollicitent également pour les aider à recruter des cadres algériens ayant acquis une première expérience à l’international.

    Cette demande est d’ailleurs forte sur l’ensemble du Maghreb », affirme Paul Mercier, directeur exécutif de Michael Page Africa et Maghreb. Commentant le marché de l’emploi en Algérie, l’entreprise Sira Algérie estime que les ressources humaines sont « disponibles, mobiles et dévouées ». Des dizaines de milliers d’opportunités d’emplois sont offertes chaque année, mais qui ne sont pas mises en valeur en raison de « la complexité du cadre réglementaire et de la non- structuration de la gestion des ressources humaines au sein des entreprises locales ». A noter qu’une journée pour les professionnels du recrutement sera organisée durant ce salon, en plus d’un salon parallèle « Entreprendre en Algérie », dont l’objectif est de répondre aux attentes des gens qui ne veulent pas être salariés, mais qui veulent créer leur propre entreprise.

  2. #44
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 30 Juin 2008 -- Étant donné que l’entreprise est au cœur de la pédagogie de l’Institut national du commerce, et dans le cadre de l’ouverture de cet établissement universitaire à l’international, et de son adaptation à la mondialisation de l’économie et des affaires, un forum de recrutement Jincent-2008 (jeunesse-inc-entreprises) a été organisé hier dans l’enceinte de cet établissement par le centre de carrière. Cette manifestation, la seconde du genre après celle organisée l’année dernière, constitue, selon les dirigeants de l’INC, un lieu de rencontre privilégié entre les recruteurs et les diplômés, autour «des conférences thématiques et d’ateliers (CV)» et «préparation à l’entretien d’embauche et orientation». M. Belkheiri, directeur du centre de carrière, a indiqué que ce centre a été mis en place à la faveur d’un accord de coopération entre l’Institut William Davidson (WDI) de l’université Michigan des Etats-Unis et l’INC. «L’université Michigan des USA avec laquelle nous avons créé en 2007 le centre de carrière avait constaté l’inexistence des liens organisés entre les universités et les entreprises économiques en Algérie. D’ailleurs, cette manifestation sera un tampon entre les bacheliers diplômés et les patrons des entreprises», explique-t-il. Et d’ajouter que l’objectif assigné à cet événement, le premier au niveau national, faut-il le souligner, est de servir d’interface structurée et organisée entre le monde universitaire (étudiants et enseignants), et celui de l’emploi (entreprises et institutions publiques et privées). «Il [le centre de carrière] vise, ajoute-t-il, à chercher des opportunités de stages en entreprises pour les étudiants en graduation et à identifier des offres d’emploi pour les nouveaux et les anciens diplômés.» D’où la deuxième édition de Jincent.

    Lui emboîtant le pas, le directeur général de l’INC, M. Saadi, a laissé entendre que les mutations économiques et sociales enregistrées à travers le monde entier, mais surtout l’essor de la technologie et de la mondialisation de l’économie sont des données incontournables qui impliquent la nécessité de rompre avec les pratiques du passé, de renouveler les modes de pensée et les méthodes d’enseignement, notamment en matière de pédagogie active. «Nous orientons nos enseignements vers le monde productif. La pédagogie appliquée est proche des entreprises. Ce forum est comme une passerelle ou un espace d’interface reliant les deux mondes universitaire et productif», précise-t-il. Et d’indiquer au passage, que ce genre de lien -une formule très classique aux Etats-Unis- a été suggérée par le gouvernement lors des assisses sur l’enseignement supérieur tenues au début de l’année en cours. «Maintenant on est au XXIe siècle. Le monde connaît des changements. On doit se mettre au diapason des autres, et être à l’écoute de ce qui se passe ailleurs. Lors des assisses sur l’enseignement supérieur, il a été question d’établir ce genre de lien entre les universités et les entreprises, et ce, par des centres ou organismes pareils. Même les chefs d’entreprise ont été instruits pour la création de ces centres, qui servent, entre autres, de conseil d’orientation», estime-t-il. Hier, au premier jour de ce forum, qui va durer deux jours, un certain engouement était enregistré de la part des étudiants diplômés de l’INC, des instituts et universités environnants. Parmi les entreprises présentes, au nombre avoisinant la trentaine, on peut citer, entre autres, Air Algérie, KPMG, Danone Djurdjura, et le groupe Sonelgaz. Par ailleurs, ce forum a été qualifié de bonne initiative aussi bien par les étudiants que les entreprises participantes. Et pour cause, celui-ci a permis la prise de contact entre les deux parties et des entretiens ont déjà été faits par certaines sociétés, en quête de jeunes universitaires fraîchement diplômés. «On a établi des contacts, et on compte continuer notre campagne de recrutement concernant les ressources humaines. C’est une initiative qui nous permet d’être en contact direct avec les diplômes», nous a affirmé Salim Ouassel, responsable à la direction générale de la Sonelgaz.

    Des conventions avec des universités étrangères ont été signées par l’INC

    Abdeslam Saadi, directeur général de l’INC, a, dans une déclaration à la Tribune, fait savoir que, dans le cadre de l’ouverture de l’institut vers l’extérieur du pays, il a procédé à la signature d’une série de conventions avec des établissements universitaires d’outre-mer. La dernière en date a été paraphée samedi dernier avec l’université de Bratislava (Slovaquie). Cet accord prévoit des échanges d’enseignants et d’étudiants, l’organisation des séminaires ainsi que des actions de recherche. Les autres conventions ont été signées notamment avec l’Ecole supérieure de Toulouse (France), l’Institut de commerce extérieur de Rome (Italie), l’université du Michigan et celle de Plattsburgh de New York. Sur un autre registre, la même source a tenu à indiquer avec une certaine fierté que son établissement enseigne plusieurs langues étrangères en plus de la langue de Molière comme outil de base. «Les langues étrangères enseignées avec les nouvelles technologies [NTIC], ainsi que le module de l’Entrepreniship constituent les piliers de toute réforme de l’enseignement supérieur», a-t-il dit, avant d’indiquer que 120 étudiants ont bénéficié cette année d’un stage linguistique de 15 jours à Malte et pas moins de 150 à Boston.

  3. #45
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 2 juillet 2008 -- Les vieux réflexes ont la peau dure comme le dit l’adage populaire. Des centaines de curriculums vitae (CV), déposés par des potentiels demandeurs d’emploi, lors du dernier salon international du recrutement et des ressources humaines, tenu à la Safex, ont été jetés dans des poubelles. Une information loin d’étonner le commun des mortels puisque il est connu que les recrutements dans plusieurs de nos établissements publics et privés se font par le biais de proches, d’amis et de connaissances. Cependant, on s’interroge sur les raisons qui ont poussé ces inconscients à procéder à de tels actes, comme on se pose des questions sur les motivations de leur participation à un tel événement, alors qu’ils n’avaient pas besoin de compétences. Sauf pour faire croire que « nous recrutons… par piston, bien sûr ! »

  4. #46
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 15 juillet 2008 -- Dans le cadre de la professionnalisation de son fonctionnement et de ses effectifs, l’Armée nationale populaire (ANP) lance une vaste opération de recrutement qualitatif et quantitatif. L’ANP semble bien partie pour jouer un rôle prépondérant dans la nouvelle stratégie de l’emploi des jeunes. Elle lance en effet une vaste campagne de recrutement parmi les jeunes des différentes catégories sociales. L’institution militaire ouvre ses portes aux jeunes sans qualification pourvu qu’ils justifient du niveau de 9e AF et au-dessus jusqu’aux titulaires du bac avec mention. Une campagne d’information sur cette opération est lancée depuis quelques jours à travers les médias nationaux, notamment la télévision et toutes les stations régionales de la radio. Les jeunes intéressés pourront retirer le guide détaillant les modalités de recrutement auprès des brigades de gendarmerie et des différentes structures de l’ANP.

    L’opération concernera les 5 commandements de l’armée, c’est-à-dire les forces terrestres, les forces aériennes, les forces navales, de défense aérienne du territoire et la Gendarmerie nationale. Elle concernera aussi les 4 directions centrales du matériel, de l’intendance, des transmissions et de la santé militaire. L’Ecole militaire polytechnique et l’Ecole nationale préparatoire aux études d’ingéniorat sont également ouvertes aux jeunes. Les conditions de recrutement varient selon la position intéressant le postulant : homme de troupe (djoundi et caporal), sous-officier ou officier. Ainsi, pour espérer faire une carrière d’officier dans l’un des corps de l’armée, le candidat doit être âgé «de 18 ans au moins et de 21ans au plus au 31 décembre 2008». Il doit être de nationalité algérienne, célibataire, en bonne condition physique et titulaire du baccalauréat avec une moyenne de 12/20 au moins. Quel que soit leur choix, les candidats reçus dans cette catégorie suivront une «formation militaire commune de base à l’AMIA de Cherchell» avant de poursuivre leur formation, pouvant aller jusqu’à 6 ans, dans des écoles spécialisées. Les postes de sous-officiers contractuels et d’hommes de troupe contractuels sont ouverts aux jeunes âgés entre 18 et 23 ans, justifiant respectivement d’un niveau de 3e AS ou du bac pour les premiers et de la 9e AF au moins pour les seconds. Les postulants pour une carrière d’officier et de sous-officier doivent en outre réussir à un concours d’admission.

    Facilitations pour les candidats du Sud

    Dans un souci d’égalité des chances, l’institution militaire, suivant en cela les instructions du président de la République, offre cette année des facilités aux jeunes originaires du Sud. Des commissions régionales de recrutement ont été en effet installées par l’ANP au niveau des Régions militaires de Béchar, Ouargla et Tamanrasset. Elles sont chargées de recevoir les dossiers de candidature, d’effectuer les visites médicales, bref de procéder à la présélection des candidats issus de ces régions. Ceux qui auront franchi cette étape seront «totalement pris en charge par l’ANP» (vol militaire aller-retour, hébergement et nourriture tout au long du séjour) pour leur déplacement à Alger où ils devront passer le concours d’admission et le test psychotechnique. Cette vaste opération de recrutement entre dans le cadre de la professionnalisation des effectifs et du fonctionnement de l’ANP. Il convient de noter qu’elle n’aura «aucune incidence sur le fonctionnement du service national», dont les dispositions restent inchangées.

  5. #47
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samir Allam :


    Lundi 21 Juillet 2008 -- Moins d’un mois après l’organisation à Alger du Salon international du recrutement, de l'emploi et des ressources humain (SIRRHA) du 27 au 29 juin à Alger, une polémique vient d’éclater : selon un quotidien arabophone, des exposants auraient « mis des CV à la poubelle » juste après le salon. Une information que les organisateurs ont démentie aujourd’hui, via un communiqué de presse dans lequel ils attaquent violemment le journal.

    En réalité, le salon SIRRHA, qui a bénéficié cette année du «haut patronage» du président Bouteflika, pose un sérieux problème : il est organisé par un ressortissant marocain Mohamed El-Ouahdoudi. Ce dernier, réputé proche du Palais Royal, bénéficie de nombreuses facilités dans ses activités en Algérie où il organise également le Salon algérien des Centres d’appels dans le domaine des télécommunications. Des facilités qui suscitent de nombreuses interrogations. Surtout qu’il n’hésite pas, dans ses déclarations à critiquer l’Algérie et le marché algérien. Il n’hésite pas également à déconseiller aux compétences et aux entreprises étrangères de s’implanter en Algérie. Récemment, dans une déclaration rapportée par l’AFP, M. El-Ouahdoudi a critiqué les centres d’appel d’Algérie Télécom. Résultat : selon nos informations, plusieurs groupes algériens, dont Algérie Télécom ont décidé de retirer leur sponsoring au prochain salon Centres d’appel qui aura lieu en octobre.

    Interrogé par toutsurlalgerie.com concernant ces anomalies, une porte-parole du SIRRHA a expliqué que le rôle du Salon était professionnel et non politique, arguant que Marocains et Algériens étaient « frères ». Mais une source gouvernementale algérienne a indiqué à toutsurlalgerie.com que les activités de « Mohamed El-Ouahdoudi en Algérie » devaient être clarifiées.

  6. #48
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Quote Originally Posted by Al-khiyal View Post

    Dimanche 27 juillet 2008 -- Deux ans après son lancement, Emploitic.com, le site dédié au recrutement sur Internet, a atteint les 100 000 membres inscrits et conforte sa position de leader sur le marché des annonces d’emploi sur Internet, indique cet organisme dans un communiqué de presse parvenu hier à notre rédaction. «Depuis son lancement, l’audience du site évolue graduellement. Elle est passée de 3 000 visiteurs par jour vers la fin de 2006 à plus de 10 000 quotidiennement en ce mois de juillet», souligne le premier responsable d’Emploitic.com, M. Louaï Djaffer. Cette importante évolution, explique-t-on, est due aux efforts importants de communication pluri-supports déployés par emploitic.com et à l’évolution de l’Internet et de son usage en Algérie.

    A travers un état statistique, Emploitic.com souligne que les jeunes cadres et managers constituent la proportion la plus importante visitant le site, dont 63 % ont un niveau d’études bac +4 et 31 % plus de 3 ans d’expérience professionnelle. Ces chiffres indiquent qu’il est possible de répondre adéquatement aux besoins des entreprises en matière de recrutement. Il est signaler que plus de 1 500 entreprises, toutes tailles et tous secteurs confondus, font confiance à Emploitic.com et utilisent régulièrement ses services, note t-on aussi. Quant à la répartition du portefeuille entreprises recruteurs par secteur d’activité, elle se présente comme suit : information et télécommunication (28 %), services (27 %), BTP (10 %), banques - assurances - finances (3 %) et fonction publique administration (1 %).

    Dans le registre «apport des nouvelles technologies dans le recrutement», Emploitic.com fait remarquer qu’Internet accélère le processus d’embauche en réduisant le temps nécessaire à la publication d’une offre d’emploi propre aux médias classiques et permet ainsi d’enregistrer les candidatures de façon quasi instantanée. En effet, un recruteur peut traiter l’ensemble de l’opération de prospection et de recrutement à partir de son ordinateur, sans avoir à se déplacer. Autres avantages de l’Internet pour les entreprises qui recrutent : l’optimisation de leur image dans un marché très concurrentiel et une réduction des coûts d’embauche liés aux tarifs d’achat d’espaces publicitaires et de diffusion, et ce tout en ciblant des candidats qualifiés et répondant aux besoins exprimés.

  7. #49
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 29 Juillet 2008 -- Le concours national de recrutement d’enseignants constitue une opportunité inégalée pour les enseignants suppléants exerçant à titre de contractuels d’accéder à la titularisation, affirme le ministère de l’Education nationale. «A la veille du déroulement du concours national de recrutement d’enseignants et qui comporte pour cette année, l’ouverture sans précédent de 27 000 postes budgétaires, dont 14 000 sont destinés à l’enseignement moyen», le ministère de l’Education nationale, «tient à réitérer en direction des enseignants suppléants exerçant à titre de contractuels que les pouvoirs publics leur offrent une opportunité inégalée d’accéder à la titularisation, selon la loi». Le ministère précise que le recrutement des fonctionnaires est soumis au principe de l’égal accès aux emplois publics et à l’obligation de subir un concours, tel que défini par l’ordonnance 06-03 du 15 juillet portant statut général de la Fonction publique.

+ Reply to Thread
Page 7 of 16 FirstFirst ... 5 6 7 8 9 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts