+ Reply to Thread
Page 2 of 32 FirstFirst 1 2 3 4 12 ... LastLast
Results 8 to 14 of 223
  1. #8
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    ALGIERS (Reuters) - Oil and gas producer Algeria launched an exploration licensing round on Saturday for 18 potential metals and mineral mining sites to try to attract foreign investment into its non-energy sector.

    The government is offering the sites, believed to contain lead, zinc, gold, antimony, fluorine and rare minerals, to boost a sector long overshadowed by its oil and gas industries despite being opened to foreign and private investment since 2001.

    "We already have partnership accords with several partners. We want to develop this sector," Energy and Mines Minister Chakib Khelil said during a ceremony launching the round.

    The ceremony coincided with the signing of two mining exploration contracts with Chinese company Shaolin, which won the deals offered in a previous tender launched in mid-2006.

    The sites granted to Shaolin, in Setif province, 350 km (218 miles) east of Algiers, and the southern province of Tamanrasset, 2000 km (1,250) from Algiers, are thought to contain lead, zinc and gold.

    Algeria, Africa's second biggest country, produced 1.5 million tonnes of iron ore and 878,000 tonnes of phosphates in 2005. Algeria's phosphate deposits at Djebel Onk, in the northeast, are among the world's largest.

    The country produced an estimated 21,000 ounces of gold in 2004.

    "Algeria has a rich geology. We have a strong mining potential. There are many elements that help develop the mining sector in Algeria," said Mohamd Mouloud Bendali, chairman of the National Agency of Geology and Mining Control, which regulates exploration.

    Khelil said more tenders would be launched later this year.

    "2007 will see the launch of new mining exploration projects in partnership with foreign partners, in which (state energy group) Sonatrach will be involved," he said.

    Algeria launches metal exploration licence round

  2. #9
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    28e Salon international du BTP et de l’exploitation minière du 23 au 29 avril à Munich:

    L’Allemagne souhaite une représentation plus soutenue de l’Algérie au 28e Salon international du BTP et de l’exploitation minière, Bauma, qui se déroulera du 23 au 29 avril 2007 à Munich. «C’est une grande opportunité pour l’Algérie qui a initié un large programme de développement de ses infrastructures, car le salon présentera les derniers progrès dans l’industrie de la construction et de l’exploitation minière», a assuré, hier à Alger, le chef de projet de Bauma 2007, M. Georg Muller, lors d’une conférence de presse consacrée à cet évènement.

    «Nous souhaitons que les hommes d’affaires algériens soient plus nombreux qu’en 2004, où le nombre des représentants de l’Algérie n’avait par dépassé 187 personnes», a-t-il déclaré. Le directeur général de la Chambre algéro-allemande de commerce et d’industrie, M. Andréas Hergenröther, a annoncé qu’une remise de 15 % sur les tarifs des billets d’avion sera accordée aux participants algériens par la compagnie aérienne Lufthansa.

    M. Muller est revenu sur l’importance de cet évènement qui est «un point de rencontre des plus grandes sociétés industrielles du monde», spécialisées dans l’industrie des machines de construction, de fabrication des matériaux de construction et d’exploitation minière.

    Il a indiqué que le Salon regroupera 3,000 exposants sur quelque 540,000 m² dans les halls et sur l’espace en plein air du Parc des expositions de la société Messe München. En 2004, le salon Bauma avait drainé 2,801 exposants et 416,000 visiteurs, dont 120,000 visiteurs non allemands.

    M. Muller a évoqué le marché du BTP et de la construction à l’échelle mondiale, en soulignant que les marchés les plus croissants sont ceux de la Chine, de l’Inde, de la Russie et du Moyen-Orient. «La Chine est un immense pays qui offre des potentialités d’affaires extraordinaires dans le domaine du BTP et matériaux de construction», a-t-il affirmé, en expliquant que les dix plus grandes sociétés chinoises ont atteint un chiffre d’affaires de 4 milliards de dollars en 2006.

    Il a ajouté que la Chine participera au Bauma 2007 avec 75 sociétés sur une surface de 30,000 m², contre 35 sociétés sur une surface de 1,800 m² en 2004. Pour l’Inde, le conférencier a précisé que les prévisions de croissance pour le secteur du BTP et de construction est de 10 %, ajoutant que le gouvernement indien a consacré un montant de 130 milliards d’euros pour améliorer ses infrastructures.

    De même que la Russie, qui lance un vaste programme de construction et de modernisation de ses infrastructures, est un marché clé pour les sociétés de BTP. Pour les pays du Golfe, le conférencier a indiqué que les exportations mondiales en matière de machines et matériels de construction vers les pays de la région ont atteint 2,72 milliards d’euros en 2005, soit + 21 % par rapport à 2004.

    Les opérateurs algériens invités à participer massivement

  3. #10
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Samedi 27 Janvier 2007 - - Le ministre de l’Energie et des Mines, M. Chakib Khelil, a souligné, dans une interview à la revue Pétrole et gaz arabes (PGA), à paraître le 1er février, que l’année 2007 sera marquée par la promotion de notre potentiel minier. Il a expliqué que Sonatrach jouera un rôle dans le secteur minier mais qu’elle le fera avec des participations minoritaires, peut-être de l’ordre de 30%, à la fois pour augmenter l’attractivité du secteur et pour assurer le contrôle de l’Etat. C’est une perspective dans laquelle elle s’est déjà inscrite, se faisant attribuer, début janvier en cours, un permis minier pour l’exploration et l’exploitation de Gara Djbilet. C’est un projet auquel la compagnie nationale des hydrocarbures va travailler avec des partenaires nationaux ou étrangers. Chakib Khelil a par ailleurs évoqué, dans les colonnes de PGA, les amendements apportés en 2006 à la nouvelle loi sur les hydrocarbures, notant qu’ils n’ont pas diminué l’attractivité de l’Algérie, car, a-t-il ajouté, le régime fiscal est le même. Et, de rappeler que la nouvelle taxe sur les profits exceptionnels (TPE) concerne les contrats signés sous le régime de la loi 86/14 (août 1986) sur les hydrocarbures. Parmi les amendements en question, il y a, en outre, la disposition qui prévoit que la Sonatrach aura une participation d’au moins 51% dans les permis d’exploitation octroyés à des compagnies pétrolières ou gazières étrangères, en déduisant que cela va les conduire (les firmes étrangères) à cibler les projets pour lesquels elles anticipent, avec une participation inférieure ou égale à 49%, un taux de rentabilité qui correspond à celui qu’elles recherchent. Le ministre de l’Energie et des Mines a rappelé que les principales raisons qui expliquent les amendements de 2006 sont essentiellement la hausse des prix du pétrole et ses conséquences. Mais, a-t-il souligné, la forte croissance des revenus pétroliers qui en a découlé ne s’est pas accompagnée d’une évolution aussi rapide pour les opportunités d’investissement et il est, dans ces conditions, logique de réserver une partie de ces recettes pour les générations futures. Khelil s’est demandé pourquoi serait-on plus royaliste que le roi en quelque sorte ? en allusion au «nationalisme énergétique» pratiqué par certains Etats industrialisés compris. Il a cité en exemple l’attitude des Etats-Unis face à la firme chinoise CNOOC qui a voulu racheter Unocal, une compagnie américaine, et de la France qui défend farouchement les intérêts de ses opérateurs nationaux dans les industries gazière et électrique. Le ministre de l’Energie et des Mines, a indiqué que la nouvelle loi pétrolière s’appliquera au prochain appel d’offres.

    Dans cet entretien à PGA, Chakib Khelil est revenu également sur le dernier accord entre Sonatrach et le gazier russe Gazprom, rappelant qu’il n’est pas question ici d’une OPEP du gaz, d’autant plus que la compagnie nationale a par ailleurs signé des protocoles d’accord avec d’autres groupes étrangers tels que Shell et Statoil. Il a par ailleurs évoqué l’évolution et les perspectives du marché pétrolier en 2007, expliquant que les différentes prévisions, notamment lors de la réunion de l’OPEP à Doha en octobre 2006, n’avaient pas pris en compte la clémence exceptionnelle des températures, ce facteur n’étant pas prévisible à l’époque. Et, de préciser : «Je pense cependant que les pays membres vont appliquer scrupuleusement les décisions prises et que l’on va voir les approvisionnements en provenance de l’OPEP chuter à partir de février, ce qui devrait contribuer à faire remonter les prix.» Chakib Khelil a toutefois indiqué qu’au cas où des mesures supplémentaires seraient nécessaires, nous pouvons soit attendre la prochaine réunion en mars, soit prendre une décision avant sur la base de consultations téléphoniques, ce que le président de la conférence de l’OPEP est autorisé à faire en cas de consensus.

    Des prix de 50 à 60 dollars le baril sont des prix raisonnables pour les producteurs et pour les consommateurs, a-t-il conclu.

    L’activité minière, une des priorités en 2007

  4. #11
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Prospection minière : Les Chinois remportent l'or à Tamanrasset et Tindouf


    Lundi 4 juin 2007 -- Hier, le siège du ministère de l’Energie et des Mines a, sous l’égide de l’Agence nationale du patrimoine minier (ANPM), abrité une cérémonie d’adjudication séance tenante de titres de prospection minière. Neuf offres techniques et financières ont présentées pour l’attribution de titres de prospection d’or, cuivre, molybdène et de terres rares à Tindouf et à Tamanrasset.

    Pour la région de Tindouf, deux titres miniers étaient en course, Bled M’Dena (cuivre, or et molybdène) et Akilet-Deilel (or) et ont été remportés par la société chinoise CGC Overseas Construction ITD avec une offre de 30 000 dollars pour chacun. A l’exception du bloc de prospection de terres rares à Ihouhaoune qui n’a reçu aucune offre et qui sera remis en course, les six autres blocs de la région de Tamanrasset ont eux été attribués. Ainsi, ces titres ont été remportés par la compagnie canadienne Mines Cancor Inc à Tan Chaffao (cuivre et or) pour 30 000 dollars, par la société chinoise China Geoenginerring Corp (CGC) à In Allarene (or) pour 372 888 dollars, la société chinoise CCG Overseas Construction ITD à Tin Zebane (or) pour 300 000 dollars, à Ameskor (or) pour 500 000 dollars et à Chet Iller (cuivre et or) et à Tihimatine (or) pour 100 000 dollars.

    En rappelant qu’à l’issue d’un data room qui a duré du 6 janvier au 30 mai 2007, 25 cahiers de charges avaient retirés auprès de l’ANPM et que 18 soumissions ont été faites par sept compagnies. Des soumissionnaires ou, et des sociétés réputées en matière de prospection, exploration et exploitation minières dont certaines telles la canadienne Geostat Inc, la marocaine Managem et la britannique GMA Ressources ont vu leurs offres néanmoins rejetées car jugées insuffisantes financièrement. Cela a contrario pour les deux sociétés chinoises suscitées et qui ont remporté des titres miniers en or avec des offres financières conséquentes. Pour les compagnies retenues, le retrait des permis de prospection est prévu dans 10 jours.

    En rappelant que si les adjudicataires sont intéressés par l’exploitation ultérieure des périmètres miniers, ils doivent créer avec la compagnie nationale Sonatrach des joint-ventures dont la partie algérienne y participe avec un minimum de 15% au capital. Une condition satisfaite au demeurant dans les offres soumises et retenues. Cela étant, le même siège abritera demain, sous l’égide de la même ANPM la phase technique de l’adjudication de neuf titres miniers d’exploration.


  5. #12
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Mercredi 6 Juin 2007 -- L’Agence nationale du patrimoine minier (ANPM) a retenu hier treize offres techniques émanant de cinq entreprises et groupements d’entreprises sur les huit qui ont soumissionné pour l’adjudication de huit sites miniers proposés à l’exploration dans différentes régions du Sud algérien. Les cinq soumissionnaires retenus, à l’issue d’une séance publique d’ouverture des plis, sont les groupements chinois CGC Overseas Construction Co Ltd et China Geoinginering Corporation, l’entreprise canadienne Mines Cancor INC, le groupe algérien Enof et la société chinoise SECO Mines. La commission a annulé trois offres émanant de trois entreprises canadiennes (Crescent Resources Corporation, Gold Corporation et Sunridje Cold) pour non-conformité aux critères préalablement établis.

    L’opération d’adjudication concernait 9 sites miniers au total : Hammam N’bails (antimoine, plomb et zinc), Boudjabeur (plomb et zinc), El Ouasta (plomb et zinc), Damrane (cuivre), Rahmani (cuivre), Aït Oklan (fluorine), In Ouzzal 1a (or), In Ouzzal 1b (or) et Hammimet (fluorine). Ce dernier site n’a pas reçu d’offre. Ces sites se situent dans des zones du nord-est, du sud-ouest et du sud du pays. Ainsi, la commission a retenu quatre offres techniques émanant du groupement chinois CGC Overseas Construction Co Ltd, trois autres de Enof, une de Cancor INC, deux de China Geoinginering Corporation et trois de SECO Mines. L’attribution des marchés se fera à l’ouverture des offres financières prévue pour le 6 juillet prochain.

    Les appels d’offres pour la promotion de la petite et moyenne mine sont lancés par l’ANPM tous les 3 mois. Depuis l’adoption de la nouvelle loi sur les mines, en 2000, au moins 525 titres miniers (permis d’exploitation ou de recherche) ont été attribués à l’issue d’appels d’offres. Le montant total des recettes générées par l’attribution des titres miniers avoisinent, à ce jour, les 3,5 milliards de dinars.


  6. #13
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    MONTREAL, June 12, 2007 (CNW Telbec) - Cancor Mines is pleased to announce that the Company has been awarded a prospection permit for a significant copper-gold base metal project in Algeria. The Tan Chaffao project is for gold and copper exploration in a massive sulphide environment. The Tan Chaffao project is 100% owned by the Algerian State and the prospection permit has been auctioned by the Agence Nationale du Patrimoine Minier (ANPM), the sole government agency authorized to deliver such permits in Algeria. The project is located in the Hoggar, 250 km north of the Town of Tamanrasset. The Tan Chaffao project covers an area of 44,580 hectares (44.5 km(2)). It is situated 45 km to the northwest of the copper - gold deposit known as Tan Chaffao East which is found in the same geological context. This latter deposit is currently being explored by a British junior exploration company listed on AIM in London. The area is easily accessible by both light and heavy vehicles on paved roads and tracks.

    As a result of the previous surface exploration conducted within the area covered by the permit, several sulphide lenses with copper and gold were discovered at surface where they form gossans (zones of oxidation). The only known drilling consists of 3 shallow holes during the 1970's.

    The mineralization is typical of Cu, Zn, Pb, Au, Ag polymetallic volcanogenic felsic environments. The mineralized marker horizons extend over more than 20 km. Sulphide lenses and associated stringers open both laterally and at depth extend for lengths of 300 to 500 meters and are up to 55 meters thick. In these areas, one observes between 20 to 50% of sulphides, essentially pyrite and copper, lead sulphides and magnetite. All prospection work was carried out in the visible oxidized zones. Five sectors were investigated in more detail where values of 1 to 10 grams gold per tonne, and 0.5% to 3% copper are reported. Visible gold has been observed locally.

    The current exploration model is that of a volcanic massive sulphide deposit with copper and gold. The potential for the discovery of a deposit of significant size is excellent; yet the area remains little explored. A complete review of the available data on the project together with an evaluation report in accordance with NI 43-101 will be carried out in the coming months and a program of exploration will be elaborated. Canada is an example where large deposits of this type have been found such as the Horne, Bousquet 2, La Ronde 1 and the La Ronde-Penna deposits.

    Cancor has also tendered for another gold exploration permit and has been retained to present a financial offer in 45 days. This additional permit is of interest due to its strategic location along a gold structure which hosts two gold deposits (Tirek and Amessmessa) and numerous vein structures and which extends nearly 400 km. There is evidence of several vein swarms. This permit is adjacent to the south of the Amessmessa gold deposit currently under development by an Australian company (listed on the London Stock Exchange Alternative Investment Market). According to the Geological and Mining Research Office of Algeria, the estimated resources (non compliant with NI 43- 101) of this deposit are 1,066,472 ounces of gold with a grade of 15.8 g Au/t. ENOR expects the gold production to increase to 100,000 ounces/year starting January 2007 for the development of this project on the basis of estimated mineable resources of 543,000 ounces.

    Mr. Kamil Khobzi, eng., President of the Company, is of Algerian origin and is knowledgeable about the geology and the mining potential of this country. His background and involvement in the project are key to a successful undertaking of this new challenge for Cancor. In addition, Mr. René Dufour, a mining engineer and a director of Cancor, completed many years ago a project for the Canadian International Development Agency, which consisted of evaluating the mining potential of Algeria, including the Hoggar region where the Tan Chaffao permit is located.

    Cancor Mines Inc. is a Canadian mining company engaged in the exploration and development of properties with gold and base metal potential in established mining camps.


  7. #14
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Jeudi 14 juin 2007 -- Les walis pourraient donner des autorisations d’exploitation de mines (sablières et carrières) après avis des agences minières et des services habilités. Cela serait possible en vertu des derniers amendements introduits par l’ordonnance du 1er mars 2007 à la loi sur les mines de 2001, autour desquels des discussions ont été ouvertes entre le ministère de l’Energie et des Mines et celui de l’Intérieur, a indiqué à l’APS, M. Fayçal Abbes, secrétaire général du ministère de l’Energie et des Mines.

    En marge d’une rencontre des directeurs des mines et de l’industrie (DMI) des wilayas de l’ouest du pays, M. Fayçal Abbes a souligné que «ces discussions préparent un décret exécutif ayant trait à ces amendements». Concernant ce regroupement régional, M. Fayçal a précisé qu’il a pour but de cerner les difficultés que rencontrent les DMI dans la mise en œuvre du programme de développement établi par la tutelle, de rapprocher l’administration centrale, les responsables des filiales et les entreprises relevant du secteur (Sonelgaz, Naftal et autres) avec ces directions et de dégager les solutions aux contraintes soulevées. «Notre bilan est positif», a relevé M. Fayçal Abbes, tout en mettant en exergue les performances enregistrées par le secteur en matière de taux de pénétration de l’énergie électrique à l’échelle nationale (97%) et du gaz naturel (38%).

    «A l’horizon 2009, avec l’achèvement du plan quinquennal, nous atteindrons le taux de 57% en matière de couverture des besoins nationaux en gaz naturel», a-t-il ajouté.

    Evoquant les contraintes dans la mise en œuvre des différents programmes de développement du secteur, le SG du ministère de l’Energie et des Mines a énuméré la disparité existant d’une région à une autre en matière de moyens de réalisation, les problèmes de viabilisation des sites et les oppositions des citoyens propriétaires des terres touchées par les projets retenus au profit du secteur.

    Ce regroupement régional, à l’image de ceux du centre, de l’est et du sud du pays, a permis aux directeurs de wilaya chargés des secteurs de l’industrie et des mines de présenter leurs bilans respectifs et de souligner les difficultés qu’ils rencontrent sur le terrain.


Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts