+ Reply to Thread
Page 17 of 17 FirstFirst ... 7 15 16 17
Results 113 to 119 of 119
  1. #113
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 14 Mai 2008 -- La réussite de la privatisation du CPA (Crédit populaire d'Algérie), qui a été suspendue provisoirement, devrait répondre à deux conditions primordiales, selon M. Dhafer Saidane, professeur à l'université Lille III en France, qui a présenté une communication portant sur le thème "Privatisation bancaire et expérience maghrébine" à l'occasion de la tenue du Forum international de la finance. Les deux conditions qui devront être réunies, selon cet expert, sont un contexte de stabilité financière mondial et un prix de marché qui permet à l'Etat de céder la banque et non de la brader. Si ces deux conditions sont présentes, la privatisation du CPA connaîtra un succès, selon M. Dhafer Saidane.

  2. #114
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 27 Mai 2008 -- En marge des assises de la 35e conférence de l’Organisation des assurances africaines, le ministre des Finances, Karim Djoudi, a indiqué qu’il n’y avait rien de nouveau concernant le processus de privatisation des deux banques publiques (CPA et BDL), un processus suspendu concernant la privatisation du CPA.

  3. #115
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 17 Juin 2008 -- "Notre démarche s'inscrit dans le processus de modernisation de notre entreprise bancaire afin de permettre à nos clients d'effectuer à distance et rapidement les opérations bancaires", c'est du moins ce qu'a annoncé, hier, le président-directeur général du Crédit populaire d'Algérie, M. Djellab Mohamed, lors de la présentation du nouveau système nommé E-Banking, au siège de la direction générale de la banque. En effet, ce service qui sera mis dès aujourd'hui va permettre à la clientèle de bénéficier de prestations tels que la consultation des comptes, solde et mouvements, les virements bancaires, le paiement des factures, ainsi que la demande de chéquiers. Mais aussi de réaliser à distance et rapidement des opérations bancaires, pour éviter à ses clients des déplacements vers l'agence et la disponibilité sera assurée 24/24 et 7/7. Concernant la démarche du CPA pour une meilleure mise en œuvre du service E-banking, le CPA a opté pour une démarche progressive. Dans la première étape, les prestations offertes portant sur la fourniture à la clientèle d'informations sur leurs comptes à travers différents canaux, dans la deuxième étape, le service sera élargi aux autres prestations, à savoir la demande de chéquiers, les paiements de factures, les virements bancaires. L'opération se fait à travers quatre canaux ; le service Internet, le service Fax et Audio, et le service SMS.

    S'agissant de l'ouverture du capital CPA, M. Djellab Mohamed a réaffirmé que la privatisation du CPA avait été suspendue en raison de l'impact non encore évalué de la crise internationale des crédits hypothécaires aux Etats-Unis. Par ailleurs des analystes n'ont pas manqué d'arborer d'autres raisons liées notamment à une guerre d'influence entre les banques candidates, américaine d'un côté (Citibank), et françaises (BNP Paribas, Société générale et Crédit agricole). Pour rappel, la ministre déléguée à la Réforme financière, Mme Fatiha Mentouri, avait déclaré auparavant à la presse nationale, que la reprise du processus de privatisation se fera lorsque les banques candidates seront prêtes. A noter enfin que la vente du CPA a échoué deux fois par le passé. En 2001, des négociations ont été engagées avec la Société Générale, mais celles-ci n'avait pas abouti après le retrait toujours inexpliqué de la banque française. Relancé en 2003, avec la perspective d'un appel d'offres, le processus s'est révélé tout aussi infructueux. L'Algérie restait réticente à confier aux étrangers, le contrôle de son fleuron bancaire public. L'ouverture du CPA était plafonnée à 49 % du capital. L'assurance donnée à l'acquéreur potentiel de pouvoir imposer immédiatement son management n'a pas suffi pour remporter l'adhésion des quelques banques étrangères intéressées.

  4. #116
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    September 1, 2008 -- There is still no clarity on the timing of the long-awaited IPOs of Algerie Telecom and Credit Populaire d’Algerie after Algerian president Abdelaziz Bouteflika announced last month that many projects would remain on hold until a rethink of the country’s privatisation strategy is carried out. These companies were expected to open their capital in 2006 and were to be the first among many major IPOs in Algeria, however, two years on they are yet to materialise.

    Created in 1998, Algeria’s stock market still has far to go with only two stocks listed to date. Local financial authorities are faced with a dilemma at the moment: no private companies are prepared to list in a dormant market, therefore the benefits of listing are impossible to demonstrate, according a London-based Algerian banker. Some Algerian companies have some stock market presence but on foreign bourses. Orascom Telecom, 50% of the valuation of which comes from its Algerian activities through the Djezzy brand, is the largest listing on the Cairo and Alexandria Stock Exchange. Meanwhile, Cevital, Algeria’s largest privately owned group, is considering listing on the London stock exchange, a Cevital spokesperson said. All of this shows that “there is no fear of listing as such but rather a lack of confidence in the local bourse itself,” one local entrepreneur said.

    It is therefore paramount for the government to take radical steps to revitalise its stock market and ”the number of upcoming IPOs in the pipeline could do just that,” according to the banker. Several cement plants such as Societe des Ciments de Tebessa, Societés des ciments de Hama Bouziane and Ciments de Chlef are expected to float part of the capital before the end of the year in a bid to strengthen the booming construction sector.

    There has been pressure from opposition parties over the “selling off” of various Algerian groups, and recent declarations by prime minister Ahmed Ouyhia reported in the local media suggest the government would retain a controlling majority in any of the major groups opening their capital. One government official told this news service that the stakes made available to foreign investment would not exceed 40%.

    The landmark speech by the president in which he admitted mistakes had been made, prompted Algerian officials to suggest new ways to bring to a positive conclusion the privatisation process. The Communication minister and acting government spokesperson, Rachid Boukerzaza, announced a raft of measures designed to review the entire privatisation project. As such, the government is setting up workshops with various industry players in the hope to come up with ideas on how to tackle the very delicate question of privatisation in a country with deeply rooted centralised governing methods and ways to inject fresh blood in the moribund Bourse of Algiers.

    In contrast, the bond market for Algerian issues is flourishing. The bond market has had a number of issues over the past few years, buoyed by high domestic liquidity and low interest rates. Its outlook is therefore brighter, as large state-owned companies such as Air Algerie have been raising funds through bond issues, according to Algerian media reports. Meanwhile alternative financing, such as venture capital projects, offers potential through spreading the investment pool and credit flexibility, the banker said.

    In recent years Algeria embarked on a vast restructuring programme designed to ease the transition from a centralised to free market economy based on the Korean model. Despite offering countless opportunities due to its natural resources, strategic geographical position and qualified workers, Algeria as a business haven is struggling to take off. “Even Iraq with all its security concerns still attracts more foreign companies, even if the security costs are high,” said the banker.

    The ministry of privatisation and promotion of investment, created specifically to overlook the privatisation process, commissioned in early 2006 a study by Korean experts on how to steer Algeria away from its oil dependency. The study revealed the need by authorities to train sectors of the population in the fast growing IT sectors, upgrade its banking system and ease bureaucracy. Although these aspects were already accepted as basis for reform, the study unveiled in the first half of 2007 came up with three major pathways that would, with a boost in the aforementioned aspects, turn Algeria, in the words of one ministry official, into a “potential African Tiger.”

    This followed a five year GBP 60bn spending plan launched in 2005 which covers major infrastructure programmes. Phase one was to focus on the iron, petrochemicals and construction sectors. Downstream oil- and gas-related activities, such as petrochemicals and fertilisers, would enable Algeria to maximise profit from its already abundant natural resources.

    The second phase as advocated by the Korean team, would be dedicated to vast restructuring of the pharmaceutical and electrical sectors. Despite having highly qualified electrical engineers and an active scientific community, these two aspects have lagged behind in government funding and the country is said to be losing its qualified workforce and lucrative business opportunities that could be derived from this.

    The third phase is seen to be the most difficult and has proved to be the most controversial in that it focuses on the need to develop the country’s IT and technology industries. This has come under fire because of the funding that needs to be injected into this and the more urgent works that have to be carried out before moving on to the more specific aspects of the industrialisation programme.

    Hydrocarbons remain the backbone of the economy, accounting for 60% of budget revenues, 30% of GDP, and over 95% of export earnings. Algeria has the eighth-largest reserves of natural gas in the world and is the fourth-largest gas exporter; it ranks 14th in oil reserves according to Energy Ministry data. Sustained high oil prices have helped improve Algeria’s financial and macroeconomic indicators which is running substantial trade surpluses and building up record foreign exchange reserves. Algeria has erased its debt after repaying the Paris and London Clubs in 2006. As a result, GDP has risen due to higher oil output and increased government spending.

    Continued efforts to diversify the economy by attracting foreign and domestic investment outside the energy sector has so far had little success. Structural reforms within the economy have been hampered by corruption and bureaucratic hurdles. And many within the Algerian business community are critical of the “Korean business plan” that ignores these basic fundamentals and have condemned a policy that “forces Algeria to run before it walks.” Despite legitimate concerns over the plan, many have welcomed the positive ideas that have surfaced from it. And even if Algeria constitutes a target market for the Koreans, the major axis of the plan have been retained by government and are in the process of being developed.

    The programme outlines geographical regions that offer the best options for development in terms of location and a qualified workforce. In Western Algeria there is the Oran-Mostaganem ‘pole’ where the oil refineries already exist and which offer very efficient port infrastructures, Algiers-Blida and Setif region in the east are the other identified industry poles that hold promise. Others known as techno-poles in the southern areas would be designed to accommodate the future high-tech industries. Major funds were injected in these mammoth plans but the opening of various state owned companies that was to go hand in hand with the spending plan have faced serious delays, and bar a few successful IPOs in the construction sector such as Ciments de Meftah, the vast majority of the part-privatisation of Algerian stalwarts has come to a standstill.

    According to one Ministry insider, the recent announcement will give officials more time to review their tactics in light of the upcoming turbulence that is characteristic of the presidential elections due to take place in May 2009. He adds however that there is a definite and “tangible” determination to make the next round work. “All the ingredients are there and it’s only a matter of months now,” the insider added.

  5. #117
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 27 septembre 2008 -- Au plus fort du marketing gouvernemental sur la privatisation du Crédit populaire algérien, Société Générale était au premier rang des prétendants. Cultivée à grand renfort médiatique, cette intention semble avoir vécu. Le groupe bancaire français a fait savoir, jeudi, que l'opération CPA n'était plus au menu des dossiers dignes d'intérêt. Du moins à l'heure actuelle.

    Interrogé par le Quotidien d'Oran sur l'attitude de Société Générale à l'égard de la privatisation du CPA, le directeur de la banque de détail à l'international, Jean-Louis Mattei, s'est livré à une réponse sans ambages. «Clairement, on ne pense pas au CPA», a-t-il indiqué.

    Chargé, entre autres prérogatives, des dossiers des acquisitions à l'international au niveau du groupe, Jean-Louis Mattei s'exprimait lors d'une journée presse en région parisienne. Plusieurs hauts responsables du groupe se sont relayés pendant neuf heures avec le souci de brosser le profil d'une entreprise «saine» malgré les effets de la crise financière internationale.

    Le responsable à l'international a pris soin d'habiller sa réponse par un rappel d'ordre contextuel. Histoire de mettre la balle dans le camp algérien. Dans la foulée de la crise des «subprimes», les crédits immobiliers américains à hauts risques, les autorités algériennes «avaient peur que les offres de prix de reprise soient en deçà des seuils souhaités».

    Voulue par le gouvernement comme une pièce à conviction de la politique d'ouverture économique, l'opération du CPA a évolué à contre-courant du discours officiel. D'attente en report, elle a pris beaucoup de retard avant de subir un arrêt.

    Officiellement, l'opération est «suspendue» et non remise en cause. A s'en tenir au communiqué officiel du ministère des Finances en date du 26 novembre 2007, le basculement du CPA dans le giron d'une banque étrangère a été repoussé à plus tard. Le temps d'une évaluation de la crise des crédits hypothécaires (subprimes) américains.

    Contre toute attente, le gouvernement a préféré surseoir au processus dans l'attente d'une «meilleure visibilité sur les marchés internationaux». La décision de suspension est intervenue à la veille de la remise des dossiers techniques par les candidats.

    Les quatre banques françaises candidates à l'acquisition du CPA - Société Générale, Crédit agricole, BNP Paribas et Natexis - ont subi, toutes, les dommages de la crise des subprimes. De plus, les comptes de la première ont été lourdement affectés par l'affaire de fraude dite «Kerviel» du nom d'un trader du groupe.

    Société Générale restera-t-elle dans le processus en cas de rebondissement de l'opération ? Ses responsables se gardent de s'engager sur la base d'une échéance. Pour toute réponse, Jean-Louis Mattei renvoie aux perspectives d'évolution des parts de marché de Société Générale Algérie dans le paysage bancaire algérien.

    C'est la première fois depuis son entrée en lice au rang des candidats à la reprise du CPA que Société Générale fait montre - en des termes à peine voilés - d'un recul par rapport à la banque du boulevard Amirouche. En février dernier, le groupe avait fait savoir par la voix du même Jean-Louis Mattei qu'il était toujours dans l'attente du calendrier de privatisation.

    A défaut de l'opération du CPA, Société Générale n'a pas l'intention de changer de cap par rapport à la stratégie de son entité algérienne. «Nous sommes déterminés à augmenter nos engagements, assure Jean-Louis Mattei. Nous avons bien l'intention de poursuivre notre agressivité afin de glaner davantage de parts de marchés». Le «monsieur international» de Société Générale «banque détail» réfute toute idée de «frilosité» de son groupe au sujet du financement des projets.

  6. #118
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Riyad Hamadi :


    Mercredi 30 Juin 2010 -- Le Crédit populaire d'Algérie (CPA) a réalisé un bénéfice net de près de 11,3 milliards de dinars en 2009 (environ 113 millions d'euros) contre 10 milliards en 2008, a indiqué, mercredi 30 juin, la banque publique. Le CPA a réalisé un total bilan de près de 779 milliards de dinars en 2009. Ce chiffre avait déjà fortement progressé entre 2006 et 2008, passant de 487,86 milliards de dinars à 724,5 milliards. Comme en 2008, le bénéfice net réalisé en 2009 a été affecté à hauteur de 95% aux réserves facultatives et le solde allant aux réserves légales. La banque distribuera plus de 2,2 milliards de dinars de dividendes à l'Etat, son unique actionnaire. En 2007, le CPA avait réalisé un résultat net de 3,5 milliards de dinars contre 7,9 milliards en 2006, selon les chiffres de la banque. L'année 2007 a été particulièrement difficile pour cette banque en raison du gel de sa privatisation. Le gouvernement a décidé fin 2007 de renoncer à privatiser le CPA, après l'éclatement de la crise des subprimes (crédits hypothécaires) américains. Six grandes banques étrangères, BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale et Banque Populaire (France), Citibank (Etats-Unis) et Santander (Espagne), étaient candidates pour racheter 51% du capital de cette banque publique.

  7. #119
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Ali Idir :


    Lundi 11 Octobre 2010 -- Le Crédit populaire d’Algérie (CPA) est appelé à «renforcer la fonction contrôle» par les commissaires aux comptes, selon le procès verbal (PV) de son assemblée générale ordinaire (AGO) de 2009. Les commissaires aux comptes ont en effet relevé des insuffisances dans le système de contrôle de la banque, surtout en agence, selon le PV publié lundi 11 octobre. Le CPA est également appelé à améliorer son système «d’évaluation du risque» jugé insuffisant par les commissaires aux comptes. L’Assemblée générale du CPA a mandaté le Conseil d’administration ( CA) de la banque «à l’effet d’engager une actualisation de l’évaluation de son système d’information et de prendre le cas échéant, les mesures nécessaires pour doter la banque d’une solution global banking performante et intégrée». Elle a également demandé au CA de renforcer le contrôle interne particulièrement dans le domaine de la comptabilité et du crédit, de renforcer la sécurité et d’améliorer le dispositif de traitement de l’information. En 2009, le CPA a réalisé un bénéfice net de plus de 11 milliards de dinars. L’AG a décidé d’affecter plus de 2,2 milliards de dinars de ce bénéfice comme dividendes à l’Etat, unique actionnaire de la banque.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts