+ Reply to Thread
Page 3 of 17 FirstFirst 1 2 3 4 5 13 ... LastLast
Results 15 to 21 of 119
  1. #15
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Dimanche 6 Mai 2007 -- Le processus de privatisation du Crédit populaire algérien (CPA) “se poursuit normalement” sous l’égide du ministère délégué à la Réforme financière, auprès du ministère des Finances. C’est ce que le P-dg du CPA, Mohamed Djellab, a, réitératif, indiqué hier au siège de Sonatrach en marge de la cérémonie de clôture financière du projet de station de dessalement de l’eau de mer de Honaïne (Tlemcen).


  2. #16
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Le Crédit populaire d’Algérie (CPA) vient d’élargir le champ de ses interventions en termes de financement, en lançant, depuis près de six mois, un nouveau produit, le Prolib, en l’occurrence. La banque a déjà réussi la prouesse de signer deux conventions de financement de professions libérales, l’une avec le Conseil de l’ordre des architectes et l’autre avec le Conseil de l’ordre des commissaires aux comptes et des experts-comptables:

    Mardi 8 Mai 2007 -- La signature de ces deux conventions remonte à environ un mois. C’est ce qui a été révélé hier par le directeur des crédits spécifiques et aux particuliers, M. Metref, à l’occasion de la rencontre sur le financement des professions libérales et des professionnels du secteur du bâtiment, organisée à la Safex, en marge du Batimatec 2007. Ces interventions en aval concernent les professions libérales, à l’exemple des architectes, notaires, commissaires aux comptes et comptables.

    Le financement intéresse aussi bien l’achat du local nécessaire à l’activité, son aménagement ainsi que l’acquisition des équipements. Le CPA a retenu, s’agissant du financement des locaux, une hauteur standard de 10 millions de dinars. Le financement, cependant, est octroyé à hauteur de 80% du prix du local. Ceci alors que pour les équipements, l’apport financier de la banque est plafonné à 70% du prix du produit. La durée du crédit est de 10 ans pour les locaux et de 5 ans pour les équipements. Les taux d’intérêt sont de 5,25 pour les crédits à court terme et de 5,75 % pour les crédits à long terme. Le Crédit populaire d’Algérie ne délaisse pas, cela dit, les financements en amont des activités intégrant le secteur du bâtiment.

    Ainsi, selon M. Chercham, directeur du crédit au BTPH au niveau du CPA, la banque a financé 750 entreprises du bâtiment et 67 entreprises publiques économiques. A ces financements s’ajoutent ceux de plus de 600 PME. Le CPA est également intervenu dans le financement de 50 entreprises qui ont travaillé dans les projets AADL. Ces entreprises ont réalisé, a affirmé M. Chercham, quelque 6000 logements. Le financement global de ces entreprises est évalué à 5,7 milliards de dinars. Et de manière globale, depuis 1999, le CPA a financé 150 entreprises de construction pour un montant de 10,4 milliards de dinars, lesquelles ont réalisé quelque 8 550 logements.


  3. #17
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    The six banks shortlisted for the next round of tenders for the privatisation of Credit Populaire d'Algerie (CPA) will be allowed to begin due diligence on the bank on May 21st, Algeria's Minister-delegate for Financial Reform Karim Djoudi announced Wednesday (May 9th). The process is expected to wrap up by the end of June to allow potential investors to submit bids in July. BNP Paribas (France), Citibank (US), Credit Agricole (France), Natexis-Banque Populaire (France), Santander (Spain) and Societe Generale (France) are all potential bidders. The deal is part of broader efforts by Algeria to modernize its aging banking sector. Privatisation revenues are projected to reach $1.5 billion when the state sells a 51% stake in the bank.


  4. #18
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    PARIS, May 21, 2007 (MarketWatch) -- Algeria's Credit Populaire is opening its books to potential bidders as part of its planned privatization by the Algerian government, La Tribune reports Monday.

    BNP Paribas SA, Credit Agricole SA, Societe Generale, French cooperative bank Banque Populaire, Citigroup and Santander Bancorp are among potential bidders for CPA, La Tribune says without citing sources.


  5. #19
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Samedi 26 mai 2007 -- Sur les six banques en lice, qui sont le Crédit Agricole (France), BNP Paribas (France), Citibank (Etats-Unis), Natexis-Banque Populaire (France), Santander (Espagne) et Société Générale (France), «il n’y a que le Crédit Agricole qui s’y intéresse vraiment», d’après cet ancien responsable à la Banque centrale.

    «Le Crédit Agricole, qui connaît parfaitement bien le CPA, s’est bien préparé pour la reprise de 51 % du capital de la banque publique algérienne», a-t-il affirmé, mercredi dernier, lors d’un séminaire sur «Les perspectives d’évolution du secteur bancaire en Algérie».

    M. Ghernaout a prévenu, par ailleurs, que la cession partielle du CPA (51 %) ne rapportera pas à l’Etat plus de 150 millions de dollars pour la simple raison que «cette banque publique présente un portefeuille malsain». «L’Etat table sur 300 millions de dollars, mais ce montant relève du rêve, à moins que le Trésor publique achète ses créances, évaluées à 1,5 milliard de dollars, pour renflouer le capital de la banque», a-t-il supposé.

    Il a regretté, à ce propos, que «l’Etat ait toujours volé au secours des banques publiques qui continuent à survivre avec l’argent du Trésor». Dans ce contexte, M. Ghernaout a regretté que le système algérien continue de favoriser le secteur public au détriment du privé.

    Chiffre à l’appui, ce banquier a rappelé que l’Etat a dépensé plus de 55 milliards de dollars pour soutenir les banques et les entreprises publiques, même lorsque celles-ci étaient liquidables. Il a souligné que durant la période de 1995-1996, les banques publiques étaient dans une situation lamentable et survivaient avec l’argent du Trésor.

    En parallèle, les banques privées émergeaient avec leur propre argent. Ce même locuteur va plus loin dans ses accusations en considérant que le «lobby» des banques publiques est à l’origine de la faillite des banques privées en Algérie, car celles-ci représentaient un concurrent redoutable.

    Il a cité, à ce propos, Khalifa Bank et la Banque commerciale et industrielle algérienne (BCIA) dont «les dépôts ont monté en flèche». Estimant que le système en place ne fait rien pour encourager la création et le développement des banques privées en Algérie, M. Ghernaout a cité la loi d’avril 2004 qui interdit aux entreprises publiques de déposer leur argent dans les banques privées.

    «Cette mesure juridique a barré carrément la route au développement du secteur bancaire privé, et prémédite la liquidation des banques privées existantes», a-t-il encore accusé. Il a déploré, par ailleurs, que les banques privées soient dissoutes par décision politique alors qu’il était possible de les transformer en banques publiques.

    «Leur liquidation ne profite en rien à l’économie nationale. C’était une erreur fatale qui a engendré une perte de 15 milliards de dollars à l’Algérie», a-t-il regretté. Ce locuteur a préconisé à l’Etat de prendre exemple des pays développés qui, eux, pensent très rarement à la liquidation.

    Il a cité l’exemple du Crédit Lyonnais, en difficulté, racheté par le Crédit Agricole. Il a enfin averti que la disparition des banques privées algériennes profite aux banques françaises, telles que Société générale et BNP Paribas qui comptent renforcer leur présence en Algérie.

    «Ces banques qui disposent d’une liquidité énorme prévoient une trentaine d’agences chacune d’ici à la fin de 2007», a-t-il argué. «En quelques années, a-t-il prévenu, le secteur bancaire algérien sera dominé par les banques françaises qui s’implanteront pour servir l’économie de leur propre pays.» «Ce jour-là, les entreprises algériennes auront plus du mal à contracter des crédits à l’investissement auprès des banques.»


  6. #20
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  7. #21
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Dimanche 1 Juillet 2007 -- Le Crédit populaire d'Algérie (CPA) a réalisé un bénéfice net de 7,9 milliards de DA (environ 110 millions de dollars) en 2006, selon le procès-verbal de l'assemblée générale ordinaire de cette banque publié hier par un acte notarié. Le bilan total réalisé par cette banque publique durant la même année s'est établi, quant à lui, à 487,86 milliards de DA. Le bénéfice ainsi réalisé sera affecté à hauteur de 95% en dividendes, tandis que le reste sera placé au titre des réserves légales.

    Sur décision du Conseil de la monnaie et du crédit, le capital du CPA a été augmenté, en septembre dernier, de 4 milliards de DA pour atteindre 29,3 milliards de DA.

    Engagé à la fin 2005, le processus de privatisation de cette banque devrait aboutir avant la fin de l'année en cours, avait indiqué récemment le ministère des Finances.

    Le gouvernement a décidé de procéder à la privatisation partielle du CPA en cédant un bloc de 51% à un partenaire stratégique unique, conservant ainsi une participation de 49%.

    Cette banque fait actuellement l'objet de data-rooms des 6 banques préqualifiées pour la privatisation du CPA.

    Entamés le 21 mai dernier, ces data-rooms sont des opérations d'audit où il s'agira de connaître avec plus de précision l'évaluation physique, la structure générale, le réseau ou la politique des crédits du CPA, ainsi que l'environnement bancaire en Algérie.

    Les 6 banques préqualifiées sont BNP Paribas (France), Citibank (États-Unis),
    Crédit agricole (France), Natexis-Banque Populaire (France), Santander (Espagne) et Société Générale (France). Ces audits doivent être suivis de la remise, par ces banques, des offres techniques et financières qui seront soumises à examen par une commission ad hoc.


Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts