+ Reply to Thread
Page 8 of 55 FirstFirst ... 6 7 8 9 10 18 ... LastLast
Results 50 to 56 of 384
  1. #50
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  2. #51
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 28 Février 2008 -- Il y a de plus en plus de cadres étrangers, investisseurs, cadres techniques qui viennent travailler dans notre pays. Nombre d’entre eux sont confrontés au problème de scolarité de leurs enfants qui ne peuvent poursuivre leurs études dans notre système éducatif. Le problème sera bientôt réglé avec la construction d’un grand lycée doté de toutes les commodités. Dans cet établissement, qui sera probablement réalisé à Alger, les études seront payantes, selon le ministre de l’Éducation qui a précisé que ce lycée coûtera à l’État algérien la bagatelle de 120 milliards de centimes.

  3. #52
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 4 Mars 2008 -- Les investisseurs égyptiens ont considéré, dans une déclaration à El Khabar, que les problèmes dont ils souffrent dans le domaine du commerce et des affaires sont liés au système bancaire qui ne convient pas, selon eux, au rythme de l’investissement, car ils font face à un problème dans le transfert d’argent, et se plaignent de l’absence de chèques, en plus de la bureaucratie administrative et de la lenteur dans le traitement des dossiers.

    Plusieurs investisseurs égyptiens rencontrés par El Khabar, lors du salon de la construction et de l’édification, organisé en marge des travaux du Conseil algéro-égyptien des hommes d’affaires, ont indiqué qu’ils souffraient encore de plusieurs difficultés avec les banques, à cause de leur incapacité à transférer l’argent de l’Algérie vers l’Egypte.

    Le représentant du même bureau, qui assure avoir ouvert un certain nombre d’entreprises égyptiennes, a dénoncé le fait qu’un grand nombre de compagnies attendent leurs chèques depuis sept mois, mais ne les ont pas encore reçus.

    D’après la loi algérienne, les compagnies étrangères activant en Algérie sont obligées de présenter des justificatifs sur les profits qu’ils veulent transférer vers leurs pays d’origine, dans le cas où elles auraient investi à elles seules, alors que si elles activent en Algérie dans le cadre d’un partenariat avec une entreprise algérienne, elles ne peuvent transférer qu’une partie de leurs gains, et non la totalité.

  4. #53
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  5. #54
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  6. #55
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 7 Avril 2008 -- Les investissements étrangers en Algérie peuvent atteindre 8 milliards de dollars d’ici à la fin de l’année. Cette annonce a été faite par le directeur général de l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI), M. Abdelkrim Mansouri, hier, sur les ondes de la radio nationale.

    Pas moins de 20 milliards de dollars ont été investis durant la période 2002-2007, a-t-il affirmé. En ce qui concerne les investissements directs étrangers, il a déclaré : «L’Algérie est mieux placée en matière de flux des investissements directs étrangers que nos voisins.» Preuve en est le nombre de créations d’entreprises. Dans ce registre, M. Mansouri a indiqué que 14 000 entreprises ont été créées durant cette période et ont généré 250 000 emplois. Il précisera que ces estimations ont été faites sur la base des données du CNIS.

    Dressant un bilan chiffré des investissements, il a affirmé que nombre de secteurs ont bénéficié d’investissements colossaux. Pour lui, il ne s’agit pas uniquement d’intentions mais d’investissements réels, estimant que d’autres se feront dans les prochaines années, notamment d’ici à 2010. Il a cité, entre autres, l’immobilier et le tourisme (5 milliards de dollars), l’aluminium (7,5 milliards), les fertilisants (3,8 milliards), la pétrochimie (3 milliards), l’acier (2 milliards) et la santé (360 millions de dollars). M. Mansouri a noté que les projets pour lesquels les promoteurs ont été reçus seront présentés devant le Conseil national de l’investissement.

    Evoquant le climat des investissements en Algérie, il a estimé que beaucoup a été fait dans ce sens. D’ailleurs, affirme-t-il, le flux des investissements est dû à cette nouvelle dynamique. Il rappellera les différentes mesures prises par les pouvoirs publics, notamment la réforme du code des investissements et celui du commerce, le règlement de la question du foncier, la réforme du système financier, la levée des contraintes bureaucratiques. Cette amélioration est constatée dans la réduction de la durée de traitement des dossiers à 72 heures. Ainsi, l’investisseur ne s’adresse qu’à un interlocuteur unique, a-t-il relevé.

  7. #56
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 20 Avril 2008 -- M. Brahim Bendjaber a considéré que les investissements arabes sont les plus importants en Algérie. Pour preuve, les compagnies Egyptiennes arrivent en tête des investisseurs étrangers, avec plus de 6 milliards de dollars, un chiffre qui devrait augmenter.

    L’invité de Fatour Essabah a considéré que les projets d’Emaar et d’El Qudra sont dans leur phase de réalisation, et que le groupe Emaar a signé un protocole d’accord d’une valeur de 5,5 milliards de dollars. Il a indiqué que la valeur des projets pourrait atteindre environ 30 milliards de dollars. M. Ben Djaber a affirmé que le cas Emaar est claire et que ses projets ont été bloqués pour des raisons internes relatif à l’immobilier.

    Parmi les projets retenus, celui de l’usine d’aluminium à Béni Saf appartenant au groupe de Dubaï, d’une valeur de 5 milliards d’euros, ainsi que le projet El Qudra pour la fabrication d’équipements industriels, estimé à un milliard de dollars et un projet touristique à Sidi Fredj s’étendant sur une superficie de 8,5 hectares.

    M. Ben Djaber a révélé, dans le même cadre, qu’une série de projets a été présentée par des compagnies Koweitiennes et Egyptiennes, dont le groupe El Markiz, pour la participation à la réalisation de la station de dessalement d’eau de mer, en plus du projet de sidérurgie d’EL Azzi, dans la région de Blara, wilaya de Jijel. M. Ben Djaber a révélé que deux projets seront réalisés par El Babitine en Algérie, le premier concerne le transport aérien interne et le second une usine de plâtre à Laghouat.

+ Reply to Thread
Page 8 of 55 FirstFirst ... 6 7 8 9 10 18 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts