+ Reply to Thread
Page 24 of 63 FirstFirst ... 14 22 23 24 25 26 34 ... LastLast
Results 162 to 168 of 441
  1. #162
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 28 Avril 2008 -- En visite de travail et d’inspection, avant-hier, à Mila, Amar Ghoul, ministre des Travaux publics, a entamé une tournée éclair au niveau de plusieurs sections de l’autoroute Est-Ouest. La première destination a été une halte au point de l’autoroute délimitant les wilayas de Mila et Sétif, où le représentant de l’Etat a suivi une présentation des travaux de la section autoroutière de la wilaya qui s’étend sur 54 km. Les ouvrages hydrauliques et busés ont, selon les explications qui ont été fournies au ministre, atteint les 90%, et ce, sur un linéaire de 27 km. Une autorisation de programme (AP), de l’ordre de 691 MDA (millions), a été mobilisée pour la couverture des dépenses inhérentes aux expropriations- déplacements et les protections d’entraves. Considérant la topographie du terrain favorable et le linéaire direct, A. Ghoul insistera essentiellement sur « le strict respect des délais de réalisation et la nécessité impérieuse d’achèvement du rétablissement de la RN5 qui contourne Oued Athménia au nord sur un parcours de 17 Km ». Le périple de l’émissaire du gouvernement le conduira ensuite aux ateliers de préfabrication de poutres, de coffrage, à la centrale à béton et à l’atelier de maintenance situés à la base vie Cojaal C2M de Tadjenanet. La carrière Grouz, où a été réalisée la station enrobée du groupement japonais, a été l’ultime station étape sur le parcours de la délégation ministérielle, avant que celle-ci ne rallie la wilaya de Constantine.


    Lundi 28 Avril 2008 -- Amar Ghoul s’est dit satisfait du taux d’avancement des travaux de l’autoroute est-ouest. Il a déclaré : « Nous étions hier à Constantine et aujourd’hui nous sommes à Skikda pour nous enquérir de la situation physique des travaux. Nous avons constaté ici une nette avancée d’autant plus que le tracé passant par Skikda comprend trois tunnels. Ces derniers ont représenté au départ une certaine difficulté due aux glissement de terrain, un problème que nous avons heureusement résolu ». Il a également longtemps insisté sur la nécessité de relancer « dans les plus brefs délais » les travaux d’hydraulique, qui ont été interrompus suite aux intempéries de la dernière saison. « Vous devez terminer tous les ouvrages hydrauliques d’ici le mois de mai afin d’éviter toute autre mauvaise surprise », a-t-il ajouté. Dans le même ordre d’idée, Amar Ghoul révèlera que des orientations claires ont été données au consortium japonais dans le but de prendre toutes les dispositions de sécurisation des travaux concernant les tunnels. Il tiendra par la même occasion à faire part de la décision prise par les pouvoirs publics afin de recruter une cinquantaine d’ingénieurs d’Etat algériens qui auront à se spécialiser dans les travaux de tunnels.

  2. #163
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 28 avril 2008 -- 2 000 cadres et ingénieurs spécialisés, notamment des lauréats des universités algériennes, doivent être recrutés pour renforcer le projet de l’autoroute, a déclaré samedi à Constantine le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul. Poursuivant la visite entamée dans la matinée dans les wilayas de Bordj Bou Arreridj, Sétif et Mila, le long du tracé de l’autoroute dans sa portion Est, M. Ghoul a réitéré ses consignes quant à la nécessité de faire de ce «chantier du siècle en Algérie» une «université ouverte» capable de former, à terme, 5 000 cadres capables de conduire de grands projets. Insistant sur le «respect des normes universelles», le ministre a rappelé ses directives quant à l’intégration de cette «infrastructure transmaghrébine» dans son environnement écologique et économique tout en veillant à, la relier aux ports et aéroports du pays pour en faire une «porte de l’Afrique et de l’Europe».

    Les infrastructures d’accompagnement, comme les maisons cantonnières, les stations de maintenance et les aires de repos, doivent être lancées dans les meilleurs délais possibles, a ajouté M. Ghoul avant de parcourir le tracé constantinois de l’ouvrage de son début jusqu’au tunnel n°3 situé dans la commune de Didouche Mourad (Nord du chef-lieu de wilaya). Sur le site du tunnel n°1, à proximité de Djebel Ouahch, le ministre des travaux publics a reçu des explications relatives aux «problèmes de glissement» apparus en novembre dernier lors du creusement de ce passage souterrain long de 1.800 mètres. A propos de cette contrainte, le responsable en charge du suivi du chantier a expliqué que «plusieurs solutions» ont été proposées par l’entreprise de réalisation (COJAAL), dont celle qui consistera, notamment, à délimiter la surface de glissement et à rehausser le «plafond» du tunnel tout en entamant sur un «autre front» le creusement de cet ouvrage «en attendant de trouver une solution définitive».

    Le tronçon de l’autoroute Est-ouest traversant la wilaya de Constantine est d’une longueur de 59 km (en comptant la portion déjà ouverte à la circulation vers Aïn Smara et Aïn El Bey), et compte 28 ouvrages d’art dont 20 ont déjà été lancés, rappelle-t-on. Avant de rejoindre Constantine, dernière étape de la première journée de son inspection du tracé du «lot unique Est» de l’autoroute, le ministre des travaux publics avait visité, sur le territoire de la wilaya de Mila, la carrière géante d’El Grouz ainsi que l’unité de production de poutres et de buses en béton précontraint. La carrière, d’une capacité de 210 tonnes/heure d’agrégats de différentes granulométries, qui s’étend sur une superficie de 71 hectares, non loin de la localité de Oued Athmenia, est destinée à approvisionner le projet dans ses sections traversant les wilayas de Mila et de Constantine. L’unité de poutres et de buses en béton «précontraint» (technique qui consiste à tendre les aciers constituant les armatures du béton pour une meilleure solidité, à posteriori, des ouvrages) fournira, quant à elle, les 13 000 poutres et les 8 000 buses pour la construction des ouvrages d’art prévus le long du tracé de l’autoroute au niveau des deux wilayas.

  3. #164
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  4. #165
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  5. #166
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 29 avril 2008 -- Dimanche et dès les premières heures de la matinée, les agents chargés de la sécurité des chantiers de l’entreprise italienne Todini, qui réalise le tronçon de l’autoroute Est-Ouest entre Bouira et Adjiba, ont observé deux heures d’arrêt en fermant le portail principal du siège de l’entreprise, pour protester contre les conditions de travail. D’après certains agents que nous avons trouvés sur le site dans l’après-midi, les problèmes auxquels ils sont confrontés consistent en leur non-déclaration à la Sécurité sociale depuis plusieurs mois par la société de gardiennage qui les a recrutés, à savoir Visil Groupe, laquelle société leur refuse, selon leurs dires, l’octroi de fiches de paie, se contentant de les payer comptant et à des jours différents pour chaque mois, l’inexistence d’allocations familiales, de primes et d’attestations de travail, sont autant de problèmes qu’ils avaient soulevés depuis deux semaines à la direction de cette société en envoyant des copies à la direction de Todini, au DOPS, à la brigade de gendarmerie et au P/APC d’El-Esnam. Ne voyant rien venir, ces agents au nombre de 80 et qui travaillent avec le système 24h/72 ont décidé d’alerter les autorités à leur façon en fermant le portail principal de l’entreprise Todini dimanche matin pendant deux heures. Après cette fermeture, seuls le P/APC et le chef de brigade se sont déplacés sur les lieux. D’après nos interlocuteurs, aucun responsable de la wilaya ni celui de la société de gardiennage n’a daigné faire le déplacement pour écouter leurs doléances. Aussi, ont-ils décidé de donner un ultimatum de quatre jours, jusqu’à mercredi, aux responsables de cette société pour répondre à leurs doléances. Faute de quoi, d’autres actions de protestation, à savoir un sit-in quotidien sur site, sera observé par tous les agents sans exception et ce, jusqu’à satisfaction de leurs revendications.

  6. #167
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 29 avril 2008 -- Le taux global d’avancement des travaux du projet de l’autoroute Est-ouest a atteint 62%. C’est ce qu’a déclaré Amar Ghoul, ministre des Travaux publics, en visite hier à Annaba. Il n’a pas caché sa satisfaction quant au résultat enregistré qui, selon lui, a atteint 80% dans plusieurs tronçons, notamment ceux des wilayas des Hauts-Plateaux. Plus de 16 km de tracé, reliant la wilaya de Skikda aux communes d’El Eulma, Cheurfa et Aïn Berda pour arriver à la wilaya d’El Tarf, ont été décapés et nivelés, en attendant d’être asphaltés. Selon lui, le tronçon de Annaba sera livré dans un an, au plus tard. « A ce rythme d’avancement, le projet sera livré avant les délais impartis, c’est-à-dire avant janvier 2010 », espère le ministre, qui a profité de l’occasion pour déclarer que plus de 1 200 familles expropriées de leurs terres, dans le cadre d’une utilité publique, ont été relogées, et 13 000 autres indemnisées. Il s’est même déplacé à la carrière de Aïn Sayd, où il a constaté les opérations d’approvisionnement des chantiers en agrégats. En outre, Amar Ghoul a affirmé que des portes ouvertes seront organisées dans toutes les universités du pays à l’effet de sensibiliser les jeunes universitaires sur les opportunités qu’offre ce grand projet. Par ailleurs, dans la wilaya de Annaba, elles sont 51 familles, dont les terres ont été expropriées pour les besoins des travaux du tronçon autoroutier, qui ont été indemnisées. Cent vingt huit hectares au total ont été concernés par ces indemnisations qui ont nécessité, jusqu’à présent, le déboursement de 57 MDA (millions) sur une autorisation de programme (AP) de 195 MDA, retenue pour la couverture des indemnités relatives à l’expropriation des terres, et décidée dans le cadre de la réalisation de ce tronçon autoroutier. Une autre AP de l’ordre de 250 MDA a été dégagée pour couvrir les frais de déplacement et de protection des réseaux d’alimentation en eau potable, d’électricité et de gaz de ville, situés sur le tracé du tronçon de l’autoroute Est-Ouest de la wilaya, long de 26,62 km. Le transfert de ces réseaux a permis l’achèvement du décapage végétal du tracé sur une distance de 19 km, localisés au niveau des communes d’El Eulma et de Aïn Berda.

  7. #168
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 30 Avril 2008 -- Dans cet entretien, Amar Ghoul dévoile tout sur l’autoroute Est-Ouest : l’écologie, le parc, ses projections et bien d’autres sujets…

    Liberté : Que répondrez-vous aux défenseurs du Parc national d’El-Kala qui vous accusent de ne pas avoir respecté votre promesse de changer le tracé de l’autoroute qui passe par le parc ?

    Amar Ghoul : Avant tout, il faut rappeler que ce projet et son tracé sont le choix de l’État algérien et de son gouvernement. Ce n’est pas celui du ministère des Travaux publics. Cela a été fait déjà en 1985 dans un Conseil des ministres. Aussi, ceux qui affirment ce que vous dites, je les ai rencontrés il y a six mois, et pendant ce laps de temps, nous avons beaucoup travaillé.

    Cela a consisté en quoi précisément ?

    Nous avons pris soin de préparer un observatoire de contrôle et de suivi de la gestion environnementale. C’est une première en Algérie. C’est un outil qui concerne tous les secteurs qui pourront en profiter.

    Sa création et son lancement à partir d’El-Tarf même peuvent être interprétés comme une réponse de votre ministère aux défenseurs du parc…

    Je n’entre jamais dans un contexte d’action-réaction. Je n’ai pas cette culture et je n’ai de problème avec personne. Je suis pour une structure constructive englobant tous les acteurs, les mécontents et les autres. En parlant de ces personnes, lorsqu’elles sont venues me voir, elles m’ont expliqué et je leur ai dit seulement que nous allons voir. Dire que rien n’a changé depuis que je les ai rencontrées est faux. Il y a eu une optimisation affinée du tracé. La meilleure preuve, et vous-même vous avez dû le constater sur place avec nous, le lac Oubeira est loin du tracé. C’est déjà une preuve, non ! En plus, aucune forêt n’a été touchée. C’étaient juste des buissons. Les eucalyptus ont été arrachés et c’était une initiative positive. Vous allez me dire pourquoi ?

    Oui…

    Tout simplement parce que ces arbres ont asséché les nappes de la région. Il faut aussi ajouter les feux de forêt qui font des ravages chaque année. L’autoroute va ainsi arrêter leur propagation. L’étude d’impact est aussi à relever. Je ne me suis pas contenté de celle du bureau d’études local, alors j’ai fait une expertise internationale. Je continue ! Le reboisement que nous avons lancé aujourd’hui devait toucher initialement cent vingt hectares. Maintenant, ce sont deux mille hectares qui sont prévus. J’ai engagé tout le monde dans ce travail. Ces six derniers mois, je ne dormais pas moi, je travaillais. Si nous avons un paradis que personne ne connaît, à quoi il sert alors ? J’ai construis une route pour le paradis d’El-Kala. Nous n’avons pas uniquement une vision de protection de l’environnement dans ce projet mais aussi celle de sa promotion, et cette autoroute entre dans ce cadre. Concernant les huiles des véhicules qui passeront par le parc, eh bien, nous avons programmé des réservoirs spécifiques pour les réceptionner. On oublie aussi la population d’ici. Ceux qui la connaissent savent que les gens de la région disent que si vous ne voulez pas nous donner de l’importance, alors attachez-nous en Tunisie. Il n’y a à El-Tarf ni aéroport comme à Annaba ni investissements, sans parler du chômage. C’est pourquoi je dis que ce projet est un moyen de les sortir de l’isolement.

    Cependant, on ne peut occulter le fait qu’il y a un certain goût d’inachevé puisque l’autoroute s’arrête aux frontières avec la Tunisie sans un relais routier de l’autre côté…

    Il y a une convention signée avec la Tunisie en 2002 et l’Algérie a respecté son engagement. Elle a réalisé le tracé transmaghrébin avant les autres. Nous sommes en train de relever un défi incomparable sur tout le bassin méditerranéen où il n’y a aucune autoroute de plus de mille deux cents kilomètres comme la notre.

    Qu’en est-il du péage ?

    Le dossier est fin prêt et il reste juste sa programmation en conseil du gouvernement. On a plusieurs propositions. Ce péage touchera de la moto jusqu’aux poids lourds.

    Pensez-vous que l’autoroute sera livrée dans les délais, la réception étant prévue au plus tard en janvier 2010 ?

    Nous allons créer la surprise. Nous sommes en avance dans les travaux. Le gros sera d’ailleurs terminé avant la fin de cette année.

    Que restera-t-il à terminer en 2009 ?

    Cinquante kilomètres entre Tlemcen et les frontières. À El-Tarf, il restera entre vingt et trente kilomètres et des jonctions entre l’autoroute et les tunnels du côté de Skikda et de Constantine. En gros, ce seront au maximum cent kilomètres.

    Beaucoup n’hésitent pas à dire que vous serez satisfait plus du groupement chinois (Citic/CRCC qui réalise les deux les tronçons ouest, 359 km, et centre, 169 km) que du japonais (Cojaal en charge du tronçon est, 399 km). Qu’en est-il ?

    Je vous le dis ici, je suis très satisfait de tout le travail effectué jusqu’à maintenant. Je suis même comblé. Chacun a sa méthode de travail. Pour les Japonais, c’est un travail robotisé et très intelligent. Ils utilisent des systèmes très modernes. Par exemple, à Constantine, ils ont creusé le tunnel par des rayons laser. De leur côté, les Chinois ont la capacité de réaliser des travaux qui nécessitent de gros volumes. Un édifice dont la réalisation est estimée à une année, ils vous le font en un mois. En plus de cela, ils sont très débrouillards. Nous avons pu tirer profit de leur présence ici. Les Chinois vont réaliser un institut supérieur de gestion des grands projets qui va leur coûter dix millions d’euros. Par contre, les Japonais vont financer avec dix millions de dollars un centre de contrôle de qualité et de la formation. Ces deux projets vont permettre à l’Algérie de former quatre mille experts de haut niveau, et c’est un grand acquis pour l’avenir. Voilà notre révolution : avoir un réservoir de cinq mille ingénieurs qui vont être des références dans les domaines les plus avancés. Le savoir-faire est très important. La Chine et le Japon ont copié avant d’envahir le monde. On a de grandes compétences dans le pays, mais elles sont mal gérées. La grande richesse c’est l’intelligence, les cerveaux.

    Peut-on connaître votre avis concernant la fuite des “cerveaux” et de leur retour au pays ?

    Je pense qu’on perd beaucoup de temps pour les ramener et ensuite attendre qu’ils s’adaptent. Au contraire, il faut profiter de nos compétences à l’étranger, même à distance. Personnellement, je pense plus au cerveau du jeune diplômé d’ici. Le structurer et le préparer pour l’avenir, c’est très important. Avec les Chinois et les Japonais, nous avons déjà mille cinq cents ingénieurs sur le terrain et à la fin de ce projet, on va les injecter dans l’autre grand projet qui est celui des Hauts-Plateaux.

    On parle d’un coût de 8 milliards de dollars pour cette autoroute des Hauts-Plateaux…

    Disons que ce sera à peu près cela.

    L’autoroute Est-Ouest avait provoqué des remous au début, surtout concernant son financement. Vous aviez même parlé à un certain moment de lobbys. N’appréhendez-vous pas de revivre la même chose avec ce projet ?

    Aucun défi ne nous fait peur. Nous, nous avançons et nous n’attendons personne. Aucune inertie ne peut bloquer notre dynamique. On voit loin et on ne travaille pas dans l’urgence. Avec ces compétences, l’Algérie va soumissionner dans d’autres pays. L’Afrique, le Golfe et même l’Europe seront nos cibles.

    Restons dans l’actualité, notamment le congrès du MSP. Vous êtes avec Soltani ou Menasra ?

    Je suis avec l’autoroute (rires).

    D’accord. On croit savoir que vous êtes un supporter du Barça ?

    C’est vrai.

    Quel est votre pronostic sur le match retour des demi-finales de la Champions League d’Europe contre Manchester United ce soir (ndlr, hier) ?

    Même si à l’aller, ils ont fait match nul, les Barcelonais se qualifieront en finale.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts