+ Reply to Thread
Page 6 of 63 FirstFirst ... 4 5 6 7 8 16 56 ... LastLast
Results 36 to 42 of 441
  1. #36
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 23 Juin 2007 -- Le ministre des Travaux publics, M. Amar Ghoul, a plaidé hier pour la création d’un observatoire de suivi de la réalisation du tronçon du parc d’El-Kala, qui veillera à la stricte application des mesures d’environnement préconisées par une étude de l’impact sur l’environnement. Le comité sera constitué d’experts et de cadres relevant des ministères des Travaux publics, de l’Agriculture et de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire.

    Ce vœu intervient comme une assurance du ministre à ceux qui s’opposent au passage de l’autoroute par le parc.

    Il précisera, par ailleurs, qu’il s’agit d’un projet du gouvernement, de l’Algérie, et non celui de son département qui fait face à des attaques ces derniers jours.

    Il était obligé de faire la genèse du projet qui remonte aux premières années de l’Indépendance pour convaincre de ses bonnes intentions, mais surtout de l’utilité nationale et régionale de ce projet qui, par ailleurs, a suscité bien des convoitises de la part des grandes firmes internationales de réalisation. Au plus petit détail, Amar Ghoul énumérera toutes les mesures prises pour la préservation de l’environnement et le respect rigoureux des normes internationales. “Nous avons opté pour les normes européennes qui sont draconiennes”, a-t-il dit.

    Mais l’affaire a pris de l’ampleur. Au tout début, comme par hasard, une pétition est initiée — par qui d’ailleurs ? — pour protester contre le tracé qui porterait atteinte à l’environnement dans le parc qui abrite déjà 11 communes d’El-Kala. Vite, l’affaire prend de l’ampleur, et le ministre est personnellement pris pour cible. Al-Jazeera, via sa succursale Maghreb basée au Maroc, s’empare du sujet et en fait une lecture assez tendancieuse. Lecture qui n’est pas innocente dans le contexte actuel où le Maroc en négociations directes avec le Front Polisario tente d’impliquer, dans une autre tentative de diversion et de fuite en avant, l’Algérie comme partie prenante du conflit sahraoui. Depuis quand Al-Jazeera fait dans l’écologie ? Elle n’est pas à une première de ce genre puisque depuis son installation au Maroc, elle n’a jamais raté une occasion de “tomber” sur l’Algérie.

    Et que cette chaîne de télévision s’intéresse à ce dossier et en fasse l’objet d’une telle attention, c’est que Amar Ghoul dérange et dérange des intérêts. Cela depuis le lancement du projet. En effet, malgré la transparence de la procédure de soumission jusqu’à l’octroi du marché aux deux entreprises asiatiques, le ministre n’a pas échappé aux attaques. Ainsi, la société américaine Bechtel, éliminée de la course, a élaboré un rapport appuyé d’une étude pour démontrer qu’il y a eu surfacturation, une sorte de fraude de la part des deux entreprises retenues, avec implicitement la complicité du ministre en charge du projet. Les Américains se seraient plaints auprès du président de la République. Le ministre était-il alors contraint de prouver le contraire ?

    Maintenant que les chantiers sont lancés, les critiques reprennent en usant du mobile de l’écologie. Il est alors poussé à répondre à la presse qui l’a accusé “d’entêtement” et de donner tous les détails concernant le choix du tracé, ses avantages avec un accent particulier sur les mesures pour éliminer les effets négatifs sur l’environnement, la faune et la flore dans le parc.

    D’ailleurs, a-t-il argué, à juste titre, plusieurs pays ont construit des autoroutes traversant des lacs et des sites protégés. Cela n’a pourtant pas soulevé autant de critiques. Détourner le tracé comme suggéré par certaines voix remettrait en cause toute la vision liée à cette autoroute, engendrerait des surcoûts, ne participerait pas au désenclavement de la région et éliminerait de facto toute possibilité d’investissement. En plus, il sera impossible, à moins d’une rallonge de 200 à 250 milliards de dinars, de la rattacher à l’autoroute tunisienne.

    Il a montré son étonnement devant “l’entêtement” des gens à le considérer anti-écologiste, alors que le tracé n’affecte que 0,2% de la superficie du parc, mais surtout à considérer le projet comme sien. “C’est un projet du gouvernement algérien, de l’État algérien”, n’a-t-il cessé de marteler. Aussi a-t-il invité tous ceux qui peuvent avoir une idée plus avantageuse à la proposer. “Nos portes sont ouvertes pour quiconque a une idée, une autre option à proposer”, dit-il.

    N’ayant pas trouvé les véritables raisons de “ces coups”, Ghoul a mis cela sur le compte du manque de communication.

    Soucieux du respect rigoureux des contrats, le ministre est souvent sur le terrain inspectant les chantiers. Jeudi, il a inspecté le chantier de la 2e rocade d’Alger. Point par point, il a fait tout le couloir déjà ouvert, entre 80 et 90%, de Zéralda jusqu’à Hammadi. Il a insisté particulièrement sur l’expropriation avec ses trois recommandations : équité, justice et souplesse de la loi, ainsi que le respect des délais de réalisation et la qualité de l’ouvrage.


  2. #37
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Samedi 23 Juin 2007 -- En dépit de la polémique autour du tracé de l’autoroute Est-Ouest, qui touchera une partie du Parc national protégé par la loi Ramsar, les travaux de réalisation viennent d’être officiellement lancés en présence des autorités locales de la wilaya d’El-Tarf. Le premier tour de “manivelle” a eu lieu en présence de hauts responsables du département de Amar Ghoul ainsi que des experts dépêchés par le groupement d'entreprises nipponnes, Cojal (Partenaire).

    Le tracé de la route aura, selon les experts, à transcender les communes de la plaine ouest, Zerizer, Chihani Dréan et Ben M'hidi, au centre de la wilaya les communes de Boutheldja, Asfour et El-Tarf. La nouvelle autoroute s’étendra sur une distance de 88 kilomètres, selon nos interlocuteurs, et atteindra les communes frontalières de la wilaya. Les travaux, qui ont été lancés au lieu-dit Haouaïchia faisant partie de la municipalité du Lac des oiseaux, ne concernent que 60 kilomètres avec, note-t-on, quatre échangeurs qui seront en dehors du Parc national d’une superficie de 80 000 hectares. Le délai de réalisation est fixé à 40 mois.

    Après la polémique, les experts se sont immédiatement penchés sur la question et auraient procédé à une modification du tracé qui évite le parc grâce à une étude minutieusement menée par des experts et afin de protéger ce patrimoine national.

    Le tracé ainsi défini aura un autre objectif, affirme-t-on, à savoir la protection des espèces végétales du parc contre les incendies. Le tronçon de l'autoroute ne traversera ni les lacs ni les massifs forestiers.

    Le tracé de l'autoroute, qui ne touche que 0,2% de ce parc, a été élaboré en consultation avec toutes les parties concernées, à savoir les ministères de l'Environnement et de l'Agriculture, et approuvé au niveau des autorités locales (APW d'El-Tarf), avant d'être soumis au Conseil de gouvernement puis en Conseil des ministres.

    Nos interlocuteurs tiennent à préciser aux représentants de la presse que ce projet permettra à la wilaya d’El-Tarf et aux agglomérations avoisinantes de créer, pendant les 40 mois de travaux, plus de 300 postes d’emploi.
    La surface du parc d'El-Kala est estimée à 780 km, tandis que celle du tronçon qui le traverse est de 15,5 km, selon des indications officielles.


  3. #38
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    June 23, 2007 -- The Chinese company that undertakes the East-West motorway works in Algeria called on the services of the Home Affairs Ministry and concerned authorities to provide more protection for Chinese employees working in the wilaya of Boumerdes, the CEO of the Chinese company told Echorouk Al Yaoumi.

    A month ago, the Chinese chief executive official submitted an official demand that included suggestions to ensure the safety of workshops and Chinese workers, he said.

    “We are working on an important project for Algeria with a 40-month-deadline. Because of this, we don’t want to have obstacles or any security problems,” he told Echorouk Al Yaoumi.

    On the other hand, the CEO of the Chinese company denied information reported by Echorouk Al Yaoumi about Chinese workers abducted in Boumerdes.

    He stressed the necessity of ensuring the safety of workshops where the Chinese work to avoid any possible terrorist attack.

    In this regard, an official in a Chinese oil company in Algeria said Chinese workers in the oil and hydrocarbons field in Algeria are always warned to be careful.


  4. #39
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    June 26, 2007 -- Algerian interior and local government minister Noureddine Yazid Zerhouni Monday strongly dismissed rumors of the kidnapping of three Chinese workers who are involved in the construction of a highway in the country.

    "This information, which is potentially damaging to the reputation of our country, has no basis whatsoever," the minister said, adding that no Chinese national "had been kidnapped in Algiers or anywhere else in the country."

    On Sunday, an Arabic language daily newspaper published information to the effect that three Chinese road construction workers had been kidnapped about 50 km east of Algiers. This information caused panic among Chinese nationals in Algeria as well as their relatives back home in China.

    But after verification carried out by the CITIC-CRCC, the Chinese company involved in the matter, it was established that the information was baseless.


  5. #40
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  6. #41
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Mardi 26 Juin 2007 -- Le ministre des Travaux publics doit se rendre la semaine prochaine au Parc national d'El-Kala. Amar Ghoul veut calmer les esprits et la polémique née du passage de l'autoroute Est-Ouest par la région. “Nous sommes ouverts à toute solution qui puisse améliorer et donner un peu plus dans le cadre de l'intérêt général”, dira le ministre en marge de la visite présidentielle à Sétif. Il sera accompagné d'experts scientifiques et environnementaux ainsi que des membres de l'observatoire, installés pour contrôler les impacts sur l'environnement, et qui regroupe les ministères des Travaux publics, de l'Environnement et de l'Agriculture. “Il est chargé du suivi et du contrôle des mesures préventives d'impacts sur la faune, la flore et l'eau, qui découlent de l'étude de réalisation”, dira le ministre.


  7. #42
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Jeudi 28 Juin 2007 -- Le député d’El-Tarf, Belkacem Ben Salem (d’obédience RND), dans son intervention à l’APN a demandé au gouvernement de faire accélérer la cadence des travaux pour un aboutissement rapide du projet de l’autoroute Est-Ouest dans la région d’El-Tarf. Considérant que ce projet est “vital, stratégique et névralgique”, ce parlementaire a insisté pour que ce projet voie le jour car, dit-il, “il constitue un véritable vecteur de développement”. Il faut signaler, à ce propos, que le débat sur l’autoroute Est-Ouest est ouvert au niveau du ministère des Travaux publics et que le ministre, Amar Ghoul, a demandé que des scientifiques soient associés à cette démarche.


+ Reply to Thread
Page 6 of 63 FirstFirst ... 4 5 6 7 8 16 56 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts