+ Reply to Thread
Page 4 of 14 FirstFirst ... 2 3 4 5 6 ... LastLast
Results 22 to 28 of 94

Thread: Algérie Poste

  1. #22
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Ghada Hamrouche :


    Mercredi 2 Avril 2008 -- Satisfaisant. C’est le moins qu’on puisse dire du rapport de gestion d’Algérie Poste pour l’année 2007. Un rapport détaillé exposé hier à la presse par M. Hakim Addad, chargé de la communication auprès de la directrice, Mlle Ghania Houadria. Ainsi, il est aisé de voir que le bilan financier de l’entreprise créée en 2003 est passé d’un solde négatif de -2,4 milliards de dinars en son année de création à +2.4 milliards de dinars en 2004 pour atteindre les 2,8 en 2005 et 4,1 en 2006 et, enfin, les 5 milliards au cours de l’année 2007. Soit une nette progression de 7,4 milliards de dinars en 6 ans d’existence. C’est dire que cette entreprise autofinancée non affiliée au budget de l’Etat, gérée par une dame, faut-il le rappeler au passage, a non seulement réussi à redresser la barre mais a amorcé un programme ambitieux dans le domaine de la monétique. Un domaine dans lequel il s’avère que l’entreprise est nettement en avance sur les entreprises bancaires. Le programme a été lancé fin 2005, a connu un développement appréciable avec comme objectif la distribution de 4,5 millions de cartes magnétiques à puce à la fin de 2007. En décembre 2007, Algérie Poste a légèrement dépassé son objectif initial avec la distribution de 4 566 535 cartes à puce en décembre de l’année écoulée. Quant aux distributeurs de cartes BAD et GAB mis en service, ils avoisinent les 460 unités, dont 200 nouvelles, rien que pour l’année 2007.

    Les comptes CCP, quant à eux, sont passés de 7 200 000 en 2003 à 9 917 375 en 2007. Les comptes CNEP ont également connu une progression significative en atteignant les 3 792 725 comptes pour l’an 2007. Investie d’une mission de service public, Algérie Poste, faut-il le préciser, est aussi soumise à des performances commerciales et à des exigences de rentabilité, en tant qu’entité économique opérant sur un marché de plus en plus concurrentiel. L’entreprise prévoit donc un programme de construction, de rénovation et de réhabilitation des bureaux de poste. L’année 2007, qui devait connaître l’ouverture de 20 nouveaux établissements postaux, a connu 31 nouvelles structures. Elle a connu notamment la rénovation de 171 bureaux de poste alors que 38 sont en cours. Un domaine dans lequel l’entreprise enregistre un léger retard puisque ses objectifs étaient d’atteindre le nombre de 230 établissements rénovés. Le budget de l’entreprise pour l’exercice 2008 prévoit, dans ce cadre, une enveloppe de 1,4 milliard de dinars pour la construction et la réhabilitation des bureaux de poste pour l’année en cours. L’entreprise, notons-le, réceptionnera son nouveau siège social situé à Bab Ezzouar, d’ici la fin du premier semestre 2008. Les investissements d’Algérie Poste de 2003 à ce jour ont dépassé les 20 milliards de dinars, soit 4 milliards par année depuis sa création et quatre fois plus d’investissements consentis depuis l’amorce des réformes.

    A noter, dans ce sillage, la mise à disposition de 17 millions d’euros pour le centre de tri qui a été délocalisé à Birtouta et construit selon les normes internationales. Un centre créé pour pallier le point faible de l’entreprise, soit l’acheminement du courrier et des colis postaux. La mise en service du centre de Birtouta a permis d’atteindre les 78 millions de plis par an uniquement à son niveau. Un centre qui n’a atteint, signale-t-on, que les 52% de ses capacités de fonctionnement. La rénovation équipementière d’Algérie Poste s’est accompagnée d’une formation du personnel : 23 345 agents formés sur un effectif total de 27 225, dont 10 000 dans le domaine de la monétique. Parmi les projets en développement, Algérie Poste compte ouvrir des services de messagerie électronique en quatre étapes : messagerie interne réservée à l’encadrement d’Algérie Poste et aux chefs d’établissements des recettes principales, extension à tous les employés puis aux grands comptes par hébergement de noms de domaine et extension aux particuliers. C’est dire qu’Algérie Poste, moribonde lors de sa création, a réussi à enregistrer des «résultats nets plus que positifs», relevant ainsi le pari difficile de survivre à sa séparation du secteur des télécommunications. Somme toute, et nonobstant des lacunes qu’il lui reste à combler, l’opérateur postal est incontestablement un modèle à suivre pour les entreprises publiques.

  2. #23
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 6 avril 2008 -- Quelque 23 345 agents d'Algérie Poste ont été formés entre 2003 et 2007, dont 9 841 en monétique et 1 396 en management, indique un rapport de cette institution, créée pour rappel en 2003. Le même rapport fait état d'une évolution « positive » du chiffre d'affaires de cette entreprise qui passe ainsi de 2,4 milliards de DA en 2003 à 5 milliards de DA en 2007. De même que plus de 2 300 personnes ont été recrutées entre la période allant de 2003 à 2007, souligne la même source qui précise, que l'effectif de l'entreprise a atteint aujourd'hui quelque 27 225 agents, alors qu'il n'était que de 24 853 en 2003.

    Par ailleurs, le même rapport fait état de la mise en service de 200 autres distributeurs automatiques l'année passée, ce qui fait que l'entreprise est dotée de 460 GAB à la fin de l'année 2007 pour un nombre total de porteurs de cartes de crédits estimé à 4,5 millions. Plus de 3,5 millions de transactions de retraits ont été effectuées du 1er mars au 30 novembre 2007, ce qui représente quelque 60 000 transactions par jour, indique le rapport qui souligne, que le montant des retraits dépasse les 13 milliards de DA. L'objectif, prévoit-on en 2008, est d'atteindre un chiffre de 6 millions de porteurs de cartes ainsi que 700 GAB qui seront répartis à travers le territoire national.

    Le rapport d'Algérie Poste n'a abordé que les « choses positives » de l'entreprise, sans évoquer les problèmes qui « empoisonnent » la vie des clients de cette entreprise, qui, certes, a fait beaucoup de progrès, mais est loin de répondre aux besoins de sa clientèle. C'est le cas notamment du carnet de chèque CCP. Malgré toute la technologie dont est dotée actuellement la Poste, il faut plusieurs mois, voire plus d'une année pour avoir son chéquier.

    L'autre problème aussi, c'est le courrier et les colis qui «disparaissent» dans les bureaux de poste et dont les destinataires ne sont pas indemnisés comme cela est de rigueur sous d'autres cieux. Dans le cadre justement de l'amélioration des prestations du courrier et des colis, Algérie Poste a recensé un projet portant l'acquisition d'un logiciel informatique pour le traitement des réclamations internationales qui sera financé par le fonds de l'amélioration de la qualité du service (FAQS).

    Tout comme l'entreprise est en train de construire une plateforme pour le traitement des colis au niveau du complexe postal de Birtouta au sud ouest d'Alger. Le coût estimatif du projet s'élève à 16 millions d'euros pour un trafic prévisionnel de 2 millions de colis par an. Selon Algérie Poste, l'option retenue pour la réalisation de la plateforme colis est d'un haut niveau d'automatisation, en plus de l'adoption du « code à barres » pour tous les colis postaux et qui, à travers la lecture de ces codes, extraits les informations correspondantes contenues dans la base des données, détermine ainsi la correcte destination du colis et le place dans l'espace spécialement prévu pour l'expédition.

  3. #24
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 11 juin 2008 -- Dans un entretien accordé à El Khabar, la directrice générale d’Algérie Poste, Ghania Houadria, a révélé que le nombre de détournements dans lesquelles les receveurs de la poste sont impliqués, depuis le début de cette année, est estimé à 46 affaires, et elle a également évoqué la généralisation des cartes magnétiques.

    El Khabar : Où en est le projet de généralisation de l’utilisation des cartes magnétiques ?

    Ghania Houadria : Algérie Poste a entamé une stratégie de modernisation depuis plus de deux ans, par l’utilisation des cartes magnétiques. Elle projette de réaliser des transactions à distance par le développement des moyens modernes de travail. D’ici la fin de l’année, nous arriverons à atteindre le chiffre de 10 millions de clients, et nous aspirons à réduire les transactions par chèques en offrant gratuitement ces cartes magnétiques. L’impression du carnet de chèques nous coûte 120 dinars, alors que la carte magnétique nous revient à 80 D.A.

    El Khabar : Comment allez-vous parvenir à la généralisation de paiement automatique et éviter les transactions quotidiennes en grande liquidité ?

    Ghania Houadria : Chaque deux jour, nous retirons de la Banque d’Algérie et nous versons aux différents bureaux de postes l’équivalent de 12 milliards de dinars, ce qui multiplie le volume de risque, d’autant plus que le transfert de ces sommes d’argent requiert des moyens de transport et de sécurité particuliers. En mettons les lecteurs des cartes de crédits magnétiques à la disposition des commerçants, des pharmacies et des hôtels, nous arriverons à réduire cette grande liquidité. Nous allons prochainement recevoir environ mille lecteurs électroniques, que nous allons distribuer gratuitement aux commerçants clients de nos entreprises, avec lesquels nous allons établir des contrats.

    El Khabar : Quel est le nombre de détournements enregistrés depuis le début de cette année et quel est le nombre d’employés qui y sont impliqués ?

    Ghania Houadria : Nous avons enregistré depuis le début de cette année 46 détournements de fonds d’Algérie Postes, où 60 employés ont été impliqués, dont 46 personnes sont des receveurs de poste. Le plus grand scandale est celui qui a été enregistré dans le bureau de poste de Cheraga, dont la somme détournée est estimée à 45 milliards de centimes, qui ne représente que 10% des autres affaires de détournements enregistrées dans la même période dans 25 wilayas.

    El Khabar : Ne croyez-vous pas que la récupération de cette somme soit quasi impossible ?

    Ghania Houadria : Le dossier se trouve actuellement au niveau de la justice, et nous espérons récupérer la somme qui a été détournée, en saisissant les biens de l’accusé principal et ceux de son frère qui ont construit des usines et des villas avec les milliards qu’ils ont détournés. Les personnes impliquées dans cette affaire sont dix employés dans différents services et qui ont différents grades.

    El Khabar : Combien de personnes votre entreprise va recruter l’année prochaine ?

    Ghania Houadria : L’entreprise a besoin de plus de mille employés pour l’année prochaine, suite à l’ouverture des postes d’emploi en plus des nouveaux centres de poste et l’élargissement de quelques autres, et les autres employés sont partis en retraite. Nous avons également recruté, l’année passée, 1 800 nouveaux employés.


  4. #25
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 15 juin 2008 -- La direction générale d’Algérie Poste réfute les déclarations faites par un syndicaliste en ce qui concerne la gestion financière de cet organisme public, notamment les sommes d’argent subtilisées dans les bureaux de poste. Celui-ci, cité par notre confrère El-Khabar, accuse la directrice générale de minimiser les chiffres, contestant ainsi celui de 50 milliards de centimes. Cette somme engloberait, selon la DG, qui s’exprimait récemment à la télévision, les fonds perdus par Algérie Poste durant quelques mois. «Le montant ne reflète pas la réalité. La somme avancée se perd plutôt en un mois», a déclaré le syndicaliste, sans que ses propos soient pour autant confrontés à la partie incriminée. Par la voix d’un responsable du service presse et communication, Algérie Poste dit se «remettre aux chiffres réels confortés par la tutelle». «Les chiffres communiqués par la directrice générale sont exacts et sont d’ailleurs vérifiables tant au niveau d’Algérie Poste qu’à celui du ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication. La directrice générale n’a aucun intérêt à communiquer de faux chiffres», a ajouté le responsable. De son côté, Ouahiba Harzelli, secrétaire générale de la section syndicale de l’unité siège d’Algérie Poste, tutelle du syndicaliste par qui le scandale arrive, les choses sont de toute autre nature. «Il n’avait pas la latitude de se prononcer sur cette question pour la simple raison qu’entre lui et le secrétariat général il n’y a eu aucune concertation au préalable», souligne la SG de la section syndicale UGTA. Mme Harzelli a tenu, en outre, à souligner l’effort de la direction générale d’Algérie Poste à «relever la barre». «Nous n’avons aucun complexe à soutenir la direction générale en vue d’améliorer les services de l’entreprise sans se démarquer de notre rôle de syndicat revendicatif», a ajouté la syndicaliste.

  5. #26
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 21 Juin 2008 -- Six millions et demi de cartes magnétiques sur 9,5 millions de comptes courants postaux (CCP) ont été distribuées à ce jour au nivea national, c'est ce qu'a indiqué mercredi le ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, Boudjemaâ Haïchour à Mila. Et d'ajouter que cet effort s'inscrit dans le cadre des démarches entreprises par son département en vue "d'améliorer et de moderniser les services postaux par l'introduction de nouvelles technologies". Il faut dire que la modernisation des services postaux avance à grands pas. D'ici 2009, il est prévu la construction de 60 nouveaux bureaux de poste, la rénovation de 220 autres, l'installation de 650 systèmes de paiement de masse, 400 guichets automatiques de billets, 3 000 terminaux de paiement électronique, 1 000 bornes multimédias et 4 000 lecteurs de cartes à puce. Le défi est de taille quand on sait qu'Algérie Poste gère près de 10 millions de comptes CCP dont les avoirs ont atteint à la fin septembre 470 milliards de dinars et 3,7 millions de comptes CNEP dont les avoirs sont de l'ordre de 255 milliards de dinars. Pour répondre aux besoins grandissants de cette importante clientèle, l'opérateur postal a mis en place un système monétique reposant sur un réseau de distributeurs et de guichets automatiques (DAB et GAB) ainsi que de terminaux de paiement (TPE). A travers ce réseau, les quelque 3,5 millions de clients porteurs de cartes de retrait ont effectué au mois de novembre dernier près de 800 000 transactions, dont 400 000 opérations de retrait d'un montant de 3 milliards de dinars. Les systèmes de paiements en vigueur en Algérie restent peu généralisés d'où l'urgence d'accélérer la modernisation du système de paiement national.

    Le système de paiement algérien se caractérise par une faible utilisation des moyens scripturaux et une amélioration constante des délais de recouvrement malgré la persistance d'incidents de paiement. Il est évident que la monnaie fiduciaire joue un rôle primordial dans le système de paiement national en raison du faible taux de bancarisation, et de l'importance du commerce informel. Il faut dire que les systèmes de cartes de paiement électronique ne sont pas développés, seules les cartes de retrait sont utilisées, à une échelle encore peu significative. Par ailleurs, seuls quelques grands hôtels et les compagnies aériennes acceptent les cartes de paiement internationales. La prise en charge des autres instruments de paiement (virements, prélèvements, opérations monétiques et effets) par le nouveau système se fera progressivement pour être totalement réalisée au cours des deux années à venir. Comme autre objectif, le système permet d'effectuer la refonte des processus et des systèmes de traitements internes dans les banques et postes en permettant aux agences de travailler progressivement au fil des évolutions en temps réel, et de renforcer et étendre un réseau de télécommunication fiable et performant. La poste algérienne a aussi, rappelons-le, mis en place dans ce cadre un réseau de 400 distributeurs automatiques de billets (DAB) et de 310 guichets automatiques de billets (GAB). Dans cette perspective de généralisation du système de paiement de masse, l'entreprise œuvre également pour l'achèvement de l'informatisation de l'ensemble de ses 3 293 bureaux couvrant toutes les communes du pays.

  6. #27
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Ahcène Said :


    Dimanche 3 aout 2008 -- Ghania Houadria quitte ses fonctions à la tête d’Algérie Poste. Elle sera remplacée aujourd’hui par Mohamed Hamadi, actuel directeur régional de l’entreprise pour la région d’Alger, a appris toutsurlalgerie.com de source proche du secteur. L’installation du nouveau Directeur général d’Algérie Poste aura lieu dans l'après-midi au siège de l’entreprise, en présence du nouveau ministre de la Poste et des technologies de l’information Hamid Bessalah.

    Selon la même source, Mme Haoudria a été informée de son départ de la tête d’Algérie Poste il y a seulement quelques heures. Mercredi dernier, elle ignorait encore l’existence d’une décision concernant son remplacement. L’ancien ministre des télécommunications Boudjemaa Haichour, après avoir limogé les PDG d’Algérie Télécom et de Mobilis, avait tenté à plusieurs reprises de faire démissionner Mme Houadria. Sans succès : l’ex-Premier ministre Abdelaziz Belkhadem aurait à chaque fois soutenue la directrice de la Poste dans son bras de fer avec Boudjemaa Haichour. Ce dernier est parti du gouvernement sans avoir réussi à la faire partir.

  7. #28
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 4 aout 2008 -- Le ministre de la Poste et des Technologies de l’information, Hamid Bessalah, a installé, hier, dans les fonctions de directeur général d’Algérie Poste, Mohamed Hamadi. Le nouveau patron d’AP, née à la faveur de la restructuration du secteur des PTT, occupait le poste d’inspecteur général chargé de la poste au sein du ministère de tutelle. Il remplace Ghania Houadria qui quitte ses fonctions après avoir tenu les commandes pendant plus de six ans de l’une des principales entreprises stratégiques du pays. Le changement opéré à la tête d’Algérie Poste intervient quelques mois après que les deux autres entreprises du secteur des postes et télécommunications, Algérie Télécom et sa filiale Mobilis eurent changé de P-DG. Un changement que le ministre précédent, Boudjemaâ Haïchour, a justifié de «simple mouvement routinier». Pour ce qui est du départ de la première femme algérienne ayant occupé une telle charge, à savoir Ghania Houadria, une source proche du secteur refuse d’évoquer le terme de «limogeage». «Mme Houadria quitte le poste de DG d’Algérie Poste, son fauteuil est repris par M. Hamadi», se contente-t-on d’annoncer, ajoutant que le devenir de l’ex-dirigeante d’Algérie Poste n’a pas été discuté au cours de la passation de consignes. «Nous ignorons si elle va faire valoir ses droits à la retraite ou si elle est pressentie pour un autre poste», ajoute notre source. Agée de 53 ans, Ghania Houadria est devenue en mai 2002 la première femme du pays à diriger un grand établissement public. Ses proches, y compris les syndicalistes de la «boîte», n’omettent pas de relever la «fougue» de ce manager (au féminin) qui a réussi, soulignent-ils, à faire de la poste algérienne une entreprise forte de 10 millions de clients. En six ans, la patronne de la première «banque nationale» a pu remettre les compteurs à zéro en matière de dettes de l’entreprise. Ghania, comme aiment à l’appeler ses amis, a également été à l’origine de l’introduction du système de paiement électronique. Ce qui a généré, en 2005, un bénéfice de 2 milliards de dinars. Quant à ses détracteurs, ils remettent sur le tapis la «saignée» due aux hold-up et autres détournements d’argent qui s’élèvent à des centaines de milliards.

+ Reply to Thread
Page 4 of 14 FirstFirst ... 2 3 4 5 6 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts