+ Reply to Thread
Page 5 of 14 FirstFirst ... 3 4 5 6 7 ... LastLast
Results 29 to 35 of 94

Thread: Algérie Poste

  1. #29
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Yasmine Djaber :


    Samedi 9 aout 2008 -- En prévision de la rentrée scolaire et du mois de Ramadhan qui commence début septembre, le gouvernement annonce une série de mesures pour faciliter les opérations de retraits d’argent aux guichets des chèques postaux. But : éviter la réédition des tensions constatées par le passé et permettre aux millions de détenteurs de comptes aux chèques postaux de procéder sans difficultés aux retraits souhaités, précise un communiqué des services du chef du gouvernement.

    Parmi les dispositions annoncées : l’augmentation du nombre de guichets de retraits dans les bureaux de poste à travers le pays et le rafraîchissement des coupures de 200 DA auquel procède actuellement la Banque d'Algérie. Cette dernière mesure est nécessaire notamment pour l’utilisation des débiteurs automatiques de billets, installés au niveau des bureaux de postes et des agences bancaires. Les billets de 200 dinars sont souvent dans un très mauvais état et difficile à manipuler.

    Une cellule de suivi sera installée dans les prochains jours au niveau du Ministère de la Poste et des Technologies de l'Information et de la Communication, pour garantir la bonne mise en œuvre de ces mesures qui devraient s’inscrire dans la durée, selon le communiqué du gouvernement.

  2. #30
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 21 Août 2008 -- Ces derniers temps, à l’approche de la rentrée scolaire et du mois sacré, le phénomène lié au manque de liquidités refait surface. «Pas d’argent.» C’est la réponse qu’obtiennent les titulaires des comptes courants postaux (CCP) dans certains bureaux de poste. Même les distributeurs automatiques de billets (DAB) ne fonctionnement pas. Et dire que le gouvernement a décidé de prendre le dossier en main en prévision de cette «crise de liquidités». Face à une situation récurrente qui a même failli créer un «conflit» entre les deux institutions concernées, en l’occurrence Algérie Poste (AP) et la Banque d’Algérie (BA), le gouvernement a, pour rappel, annoncé début août une série de mesures. «Ces mesures permettront aux millions de détenteurs de comptes aux chèques postaux, constitués de salariés, retraités et boursiers, de procéder, sans entraves ni retards, au retrait sur leurs avoirs, notamment durant le mois de septembre qui verra à la fois la rentrée scolaire mais aussi le mois sacré de Ramadhan.». Le communiqué, qui ne précise pas exactement ces mesures, souligne toutefois qu’elles ont été décidées lors d’une délibération regroupant toutes les instances concernées. «Elles sont appelées à s’inscrire dans la durée et à s’améliorer avec le temps, y compris à travers le rafraîchissement de coupures de 200 DA auquel procède la Banque d’Algérie, pour une bonne utilisation des débiteurs automatiques de billets, installés au niveau des bureaux de poste et agences bancaires», précise-t-il plus loin. Une cellule de suivi sera installée ces jours-ci au niveau du ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, «pour garantir la bonne mise en œuvre des mesures prises en faveur de la clientèle des chèques postaux».

    Par ailleurs, la solution proposée à ce problème par Algérie Poste est de recourir à des dispositifs pour attirer l’argent circulant hors circuit bancaire. L’ex-patronne d’AP avait même suggéré à la Banque d’Algérie de recourir aux transferts de fonds des agences postales disposant d’excédents de liquidités vers celles qui souffrent d’un manque de fonds. «La faute incombe entièrement à la Banque d’Algérie qui n’a fourni pour l’année 2007 que 40% des besoins financiers des centres postaux», avait déclaré Mme Ghania Houadria. En revanche, pour la Banque d’Algérie, le problème réside ailleurs en ce sens qu’AP est «responsable de fortes demandes de retraits, mais aussi par une quasi-absence de versements aux guichets de la Banque d’Algérie et une faible participation au système de télé-compensation des chèques et autres instruments de paiement». Cette institution a également imputé le manque de liquidités à la «circulation fiduciaire hors circuit bancaire». En décodé, ce phénomène qui est dû, selon les experts, au commerce informel, augmente les sorties des liquidités de la Banque d’Algérie et diminue les rentrées nécessaires pour répondre à la forte demande en liquidités. En chiffres, la BA avait précisé que les demandes de retrait d’Algérie Poste étaient passées de 46,630 milliards de dinars en 2006 à 115,127 milliards de dinars en 2007.

  3. #31
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 7 Septembre 2008 -- Les clients de Sonelgaz devront patienter avant de pouvoir régler leurs factures dans les bureaux de poste. Algérie Poste et la Sonelgaz sont en négociation depuis plusieurs mois en vue de trouver un accord qui permettra aux citoyens d’éviter les longues files d’attente dans les agences commerciales. Lancé en juin 2007, le projet n’a toujours pas abouti à la signature de l’accord de partenariat, mais «les discussions sont toujours en cours» entre les deux parties, nous a précisé hier le responsable de la communication au niveau d’Algérie Poste, M. Boufennara.

    Si l’entreprise a pu finaliser ce type d’accord avec deux autres prestataires de services, Algérie Télécom et l’Algérienne des eaux, avec qui «les opérations se déroulent parfaitement», avec Sonelgaz, en revanche, «le dossier a pris un peu de retard est n’est toujours pas ficelé», nous précise-t-il. On n’en saura pas davantage sur le contenu des discussions, les raisons de ce retard et encore moins sur la date à laquelle le projet devrait finalement aboutir.

    Sonelgaz a fait savoir, à l’approche de l’été, qu’une opération pilote concernant le règlement de ses factures au niveau des bureaux d’Algérie Poste devrait être lancée au cours du dernier trimestre de 2008, et ce au niveau de plusieurs directions régionales des sociétés de distribution. L’opération devrait être par la suite généralisée sur l’ensemble des wilayas, a précisé la même source.

    Le groupe veut tirer profit de la présence d’Algérie Poste sur le territoire national à travers ses 3 300 bureaux pour soulager d’un côté, les points d’encaissement au niveau de ses agences commerciales, notamment en période de forte affluence, et de l’autre, ses clients basse tension et basse pression. En effet, ces derniers sont souvent obligés de parcourir des kilomètres pour pouvoir payer leurs factures.

    Algérie Poste se targue d’avoir «les capacités techniques et infrastructurelles» pour répondre à la demande de Sonelgaz, de l’ADE et d’Algérie Télécom, entre autres. Selon M. Boufennara, il «y a d’autres entreprises prestataires de services qui établissent des factures que nous voudrions attirer», parmi lesquelles figurent les opérateurs de téléphonie mobile, et ce en faisant valoir «notre présence à travers le territoire national et nos capacités techniques avec des bureaux totalement informatisés».

  4. #32
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 9 Septembre 2008 -- «J’ai failli me retrouver à la rue», lance, soulagé, un jeune père de famille à la sortie du bureau de poste de Birkhadem jouxtant la mosquée. La raison du soulagement, explique-t-il, est la réparation d’une panne survenue sur le réseau informatique. Des travaux engagés au niveau du centre-ville auraient occasionné la rupture d’un câble de communication endommageant ainsi le système informatique. «Depuis presque une dizaine de jours, je n’ai pas pu retirer mon propre argent de mon compte épargne», s’offusque notre interlocuteur qui avait besoin d’une somme d’argent conséquente afin de renouveler son contrat de location. «J’avais beau faire état de l’urgence de la situation, rien n’y fit. Les agents de la poste m’ont demandé de me diriger vers une autre agence, ou à la place des martyres d’où je pouvais retirer au maximum 20 000 DA.» Derrière ce cas particulier se cache un véritable problème de prévention et de gestion de crise. La poste a-t-elle un plan de continuité d’activité (PCA), à l’image de ce qui se fait au niveau des réseaux bancaires, pour ne pas prendre en otages les clients en cas de problème ? Selon les affirmations des citoyens, aucune information n’a été fournie par les responsables de ladite agence postale pour expliquer aux clients ce qu’il fallait faire. Mieux, une victime de cette situation assure qu’un responsable lui aurait dit qu’aucune solution n’est envisageable pour un retrait de plus de 20 000 DA. Et qu’il fallait attendre le rétablissement de la situation.

    Mais pourquoi le client doit-il toujours assumer les imperfections qui ne sont pas les siennes ? La problématique posée dans ce cas de figure fait ressurgir deux situations aussi alarmantes l’une que l’autre : soit réellement aucun plan de secours n’existe, ce qui représente un risque important en cas de crise majeure ; soit les responsables de ces agences ignorent le protocole à suivre, ce qui renvoie à la formation du personnel. Interrogé, un chef de service présent hier sur les lieux, en l’absence du receveur, avoue ne pas connaître d’autres mesures que celles qui consistent soit à diriger le client vers une autre agence pour «parer au plus urgent» soit à lui conseiller de retirer de son compte épargne une somme plafonnée à 20 000 DA. Mais dans le cas où le client a besoin d’une somme plus importante, pour une opération chirurgicale ou pour payer un loyer ou même régler un crédit, il devra prendre son mal en patience. Alors, comment peut-on concevoir, au moment où Algérie Poste se targue d’avoir informatisé son réseau, où chacun peut consulter son compte CCP par Internet et où des cartes magnétiques sont distribuées, qu’aucune mesure particulière de protection du client, pour lui éviter ce genre de désagréments, ne soit mise en évidence. Empêcher des citoyens, quelle qu’en soit la raison, d’avoir accès à leur propre argent durant des jours, et de surcroît avec le Ramadhan, la rentrée scolaire et l’Aïd El Fitr qui s’annonce, ne devrait pas passer sous silence. Les responsables doivent mettre un terme à ces situations plus que gênantes et récurrentes. «Il n’y a pas d’argent» ou «le système informatique est en panne» ou alors «il y a une coupure d’électricité» sont des formules toutes faites que le citoyen n’a plus la force d’entendre. Au XXIe siècle, les services de la poste doivent passer à autre chose. Aller vers l’excellence et la satisfaction des exigences de leurs clients est devenu urgent car l’adhésion de l’Algérie à l’OMC, l’ouverture du marché à la concurrence, notamment dans le secteur des services (l’un des plus convoités après les hydrocarbures) ne leur laissent plus le choix.

  5. #33
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 14 Septembre 2008 -- Les grands bureaux de poste, situés dans les chefs-lieux de daïra et de wilaya, seront ouverts de 21h00 à 23h00 à compter du 13 septembre 2008, indique hier Algérie Poste dans un communiqué. Ces ouvertures seront maintenues durant tout le mois de Ramadhan, précise la même source.

  6. #34
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 25 septembre 2008 -- Le doyen des juges d’instruction du tribunal de Chéraga poursuit son enquête dans l’affaire du détournement de quarante-quatre milliards de centimes de l’agence de Chéraga d’Algérie Poste et dans laquelle sont impliquées dix-sept personnes. Le premier accusé n’est autre que le receveur principal qui, en plus du détournement de deniers publics, est également poursuivi pour faux et usage de faux dans des documents administratifs. Le magistrat instructeur a aussi auditionné des cadres et des fonctionnaires qui occupaient des postes clés au sein de l’agence, notamment des chefs de service chargés de la comptabilité et de la gestion des affaires internes de cette entreprise. Les mis en cause ont été appréhendés par les éléments de la police judiciaire, suite à une minutieuse enquête menée par la brigade économique de la sûreté de la wilaya d’Alger. Ces deniers ont relevé plusieurs anomalies et carences dans les passations de marchés et dans des documents comptables. Les prévenus sont, faut-il le signaler, poursuivis conformément à l’article 29 du nouveau code pénal, relatif à la lutte contre la malversation. La partie civile est représentée par Me Amriche Mourad, spécialiste des affaires pénales et commerciales. Il convient de noter enfin que le dossier sera ensuite transmis à la chambre d’accusation de la cour de Blida pour décider si les personnes impliquées seront jugées par le tribunal correctionnel ou par le tribunal criminel de la même instance judiciaire.

  7. #35
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 20 octobre 2008 -- Les taxes d'inactivité et de tenue annuelle du compte courant postal (CCP) fixées respectivement à 150 DA et 100 DA par décret exécutif en date du 10 juin 2004, seront recouvrées à partir du 2 novembre 2008, indique lundi un communiqué d'Algérie poste. Les titulaires dont l'avoir du compte CCP est inférieur au montant de la taxe correspondante, sont invités à l'alimenter par mandat de versement afin d'en éviter la clôture d'office, recommande la même source".

+ Reply to Thread
Page 5 of 14 FirstFirst ... 3 4 5 6 7 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts