+ Reply to Thread
Page 18 of 18 FirstFirst ... 8 16 17 18
Results 120 to 122 of 122
  1. #120
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Vendredi 16 Juillet 2010 -- Les habitants des communes de Ammal, d’Aït Amrane et de Souk El Had, au sud-est de la wilaya de Boumerdès, ont vécu une fin de semaine infernale en raison de plusieurs départs de feu. Des centaines d’oliviers et de caroubiers ont été ravagés par les flammes dans plusieurs villages et hameaux desdites municipalités. Selon des sources locales, de vastes oliveraies ont été réduites en cendres mercredi dernier au douar d’Aït Khelifa, commune d’Aït Amrane. D’autres incendies se sont déclarés hier dans la région d’Asedfa, à la limite des deux premières municipalités citées plus haut. Les villages les plus touchés sont ceux de Talmats et d’Asedwil. Certains villages de la commune de Souk El Had n’ont pas été épargnés par les flammes. De ce fait, un coup dur est porté aux villageois desdits hameaux, dont ces arbres séculaires consumés par le feu constituaient l’unique source de revenu. Ces villageois se plaignent de « ces feux récurrents qui détruisent, chaque an, depuis le début des années 1990, des dizaines d’hectares d’oliveraies » et réclament « des indemnisations de la part des pouvoirs publics ». À noter qu’hier, en fin d’après-midi, les feux n’étaient toujours pas maîtrisés par les sapeurs-pompiers, ajoute-t-on de même source. Rappelons enfin que d’autres départs de feu ont été enregistrés la semaine dernière dans la région de Tidjellabine.

  2. #121
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 2 Novembre 2010 -- Les pouvoirs publics, par le biais de la direction des services agricoles, accordent une grande importance à la culture des olives et à leur transformation en huile. Selon la direction des services agricoles, la production des olives, cette année, atteindra près de 230.000 quintaux, avec une moyenne de 30 quintaux par hectare. Plus 90.000 quintaux seront destinés à la consommation et à la conservation. Le reste de la production ira dans les 18 huileries que compte la wilaya. Ainsi, on prévoit une production de près de 16.000 litres d’huile (16 litres/q). Dans le même ordre d’idées et pour asseoir concrètement cette politique de l’agro-alimentaire, la DSA entame son programme de plantation de 20.000 hectares d'oliviers. Une superficie comprise dans le million d’hectares que le ministère de l’Agriculture a inscrite à travers le pays. Nous avons appris que les agriculteurs concernés bénéficieront de l’apport du Fonds national d'investissement agricole: 150 dinars le plant et à peu près 20% pour l'engrais. Les mêmes services agricoles précisent que, d’ores et déjà, près de 1.200 hectares sont en cours de plantation. En outre, 4.700 hectares seront plantés annuellement pour l’horizon 2014. Pour l’heure, les techniciens sont à cheval sur la campagne de sensibilisation au sein des agriculteurs et des pépinières. Pour information, la région de Sebra a longtemps été la référence dans la production et la qualité de l’huile d’olive. Par ailleurs, la conservation des forêts a entamé une opération de lutte contre la chenille processionnaire sur une superficie de 2.200 hectares.

  3. #122
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Nabil Zenika :


    Lundi 8 Novembre 2010 -- Les oléifacteurs endettés s’opposent au rééchelonnement de leurs dettes. C’est ce que nous avons appris, lundi 8 novembre de la part de Bachir Khodja, porte-parole de la Fédération algérienne de l’olive. Ils demandent l’effacement total de leurs dettes conformément au discours du président de la République, prononcé lors de la campagne présidentielle de 2009. Le ministre de l’Agriculture et du développement rural, Rachid Benaïssa avait déclaré le 18 octobre dernier que le dossier de l’effacement de la dette des agriculteurs était clos. Mais les représentants de la Fédération qui se sont réunis jeudi 4 novembre avec les propriétaires d’huileries et ont installé à l’issue de cette rencontre une commission provisoire de suivi. Ils ne désepèrent pas de faire fléchir la position du ministre et ils ont décidé d'adresser une lettre ouverte au président de la République. À travers leur missive, ils veulent rappeler au président son discours, prononcé le 28 février 2009 à Biskra. Un discours dans lequel il avait affirmé que «la production d’huile d’olive accèdera à un soutien particulier qui sera étendu à l’acquisition de matériels destinés à la réalisation d’huileries ainsi que des capacités de stockage et de conditionnement de la production». Mais sur la liste des agriculteurs et éleveurs devant être dispensés des remboursements au niveau des agences Badr point de trace des oléifacteurs. Bien au contraire, nous avons appris de sources sûres que les directeurs des agences Badr viennent d’être destinataires d’un courrier où il est clairement indiqué que les patrons d’huileries sont définitivement exclus de l’effacement des dettes. À la place, la solution préconisée par la Badr est un échéancier de six mois pour ce qui est des intérêts, soit jusqu'à la fin de la récolte oléicole prévue la fin du mois de mars. Pour le capital, il sera proposé des échéanciers de deux à cinq ans maximum étudié au cas par cas. Selon M. Khodja, il y a 80 propriétaires d’huileries en difficultés. Economiquement parlant, s’ils ne sont pas intégrés à l’arrangement c’est l’avenir de la filière qui sera compromis.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts