+ Reply to Thread
Page 4 of 4 FirstFirst ... 2 3 4
Results 22 to 28 of 28
  1. #22
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    تطرح العديد من القرارات والإجراءات التحفظية التي اتخذتها عدة بلدان عربية بشأن استيراد اللحم الهندي سنتي 2009 و2010 وحتى قبل هذا التاريخ، ومنع استيراده لاكتشاف إصابته بدودة ''الساركوسيست''، أو لأسباب أخرى، إشكالا، خاصة وأن الجدل الكبير الذي أثير حول اللحم الهندي تزامن مع قرار الجزائر استيراد كميات منه، ستصل أولى شحناته خلال أقل من أسبوعين.

    ولم توضح السلطات العمومية لحد الآن ما هي الدوافع التي جعلتها تختار اللحم الهندي باستثناء الأسعار بدلا عن اللحوم الأخرى المتوفرة في السوق، وهل تمت مراعاة كافة القرارات التي اتخذتها البلدان العربية وتم اتخاذ التدابير الاحتياطية في مجال الصحة الحيوانية والرقابة البيطرية، خاصة وأن الكميات المستوردة ستكون معتبرة من بينها حوالي 200 ألف طن وهي الحصة الرسمية المرتقب اقتناؤها.

    وتكشف العديد من المعلومات الصادرة في وسائل إعلام عربية وأجنبية عن قرارات تحفظية اتخذتها عدة دول عربية بخصوص اللحم الهندي. فقد كشفت يوميات مصرية من بينها ''اليوم السابع'' بتاريخ 12 مارس 2010 وموقع ''المصراوي'' بتاريخ 13 جوان 2010، عن اعتراف وزارة الصحة المصرية بإصابة اللحوم الهندية المستوردة بديدان ''الساركوسيست''، وأشار الدكتور نصر السيد، مساعد أول وزير الصحة المصري، إلى أن اللحوم المستوردة من الهند وسريلانكا مصابة بهذه الديدان، مشيرا إلى أن نسبة الإصابة بالمرض بلغت 80 بالمائة، وأنه تم رفض 104 رسائل اعتماد من مجموع 176 رسالة قادمة من الهند السنة الماضية، و5 من بين 14 منذ بداية السنة إلى غاية ماي .2010 وردت السفارة الهندية بالقاهرة وقتها بأن دودة الساركوسيست موجودة في كل الحيوانات التي تربى في المراعي الطبيعية. كما أن الأبحاث العلمية أثبتت أن هذة الدودة غير ضارة للإنسان وتختفي عند تجميد اللحم في درجة -10 أو عند طهيه في 60 درجة.

    ولم تقتصر التدابير التحفظية المتخذة حيال اللحم الهندي على مصر، بل تعدتها إلى لبنان. فقد كشفت صحيفة ''الأخبار'' و''بي بي سي نيوز'' في مقال صادر في 10 أكتوبر 2009 أن لبنان قررت عدة مرات تعليق أو منع استيراد اللحم الهندي. وقد كان أول قرار صادر في 2004 من قبل وزارة الفلاحة، ثم أفريل 2006، ثم 27 أوت 2008، حيث تم التأكد من إصابة اللحوم بـ''سالمونيل''، ونفس القرار صدر في 9 أكتوبر 2009، حسب نفس المصدر. وقد أشار رئيس قسم البيطرة في لبنان، حاتم المصري، إلى ارتفاع نسبة عدم صلاحية اللحوم للاستهلاك إلى حوالي 10 بالمائة، بينما الحد الأدنى المسموح به هو 5,0 بالمائة.

    في نفس السياق، كشفت صحيفة ''فاينشال تايمز'' في تقرير لها أن مصر أقرت عملية تعليق ومنع استيراد اللحوم الهندية في 2001، واتخذت المملكة العربية السعودية قرارات منع أيضا، كما كشفت عن قرار اتخذته سوريا، السنة الماضية، بتعليق استيراد اللحم الهندي استنادا إلى تصريح لوزيرة الاقتصاد والتجارة السورية، لامية ماري العاصي، مشيرة إلى عدم تطابق اللحوم المستوردة مع مقاييس الجودة التي تضعها سوريا. وأشارت الصحيفة إلى أن سوريا تقوم باستيراد ما قيمته 28,4 مليون دولار من اللحوم.

    ومن جانب آخر، كشفت وكالة الأنباء العراقية عن حجز كميات من اللحم الهندي الفاسد في السليمانية والبصرة في أفريل 2009 وأفريل .2010 ليظل السؤال مطروحا بالنسبة للجزائر وهل تم اتخاذ كافة التدابير الاحتياطية لضمان عدم حدوث أية مشاكل، وهل سيتم إخضاع اللحم الهندي لكافة عمليات المراقبة الصارمة، قبل تسويقه، من قبل المصالح البيطرية.

  2. #23
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 15 Juillet 2010 -- Aucune décision n'a été à ce jour prise par les pouvoirs publics algériens en vue d'autoriser l'importation de la viande en provenance du Soudan et de l'Inde. C'est ce qu'a indiqué, dans un entretien accordé à l'APS, le sous-directeur de la santé animale au ministère de l'Agriculture et du Développement rural, M. Karim Boughalem. Interrogé sur la question, le responsable du ministère a en effet laissé entendre que rien n'a été encore décidé sur ce point, en admettant tout de même la présence de contacts avec ces deux pays. Pour le cas du Soudan, il a précisé que les relations avec les services vétérinaires de ce pays sont constantes et régulières. Les contacts, a-t-il noté, ont commencé au début de l'année 2010, alors que la dernière correspondance date du mois en cours. Aussi, a-t-il ajouté, les négociations scientifiques et techniques entre les deux pays se poursuivent «sans aucun problème». Mais, selon M. Boughalem, «hormis la correspondance d'un opérateur demandant des informations pour investir au Soudan, et pour lequel une réponse dans le sens de l'encouragement a été notifiée en mai 2010, aucune demande de dérogation sanitaire d'importation de ce pays n'a été enregistrée au ministère». Quant à la possibilité d'importer de l'Inde, le responsable ministériel a fait savoir que, pour ce pays, les négociations et les visites sur les lieux effectuées depuis 2001 ont démontré que «deux Etats musulmans (de l'Inde) concernés, et où seuls des abattoirs répondent aux normes internationales, ont été retenus». Pour ce cadre ministériel, «il reste évident que tout le processus (de protection de la santé humaine et animale), y compris dans sa phase de contrôle à l'arrivée, est et sera appliqué», a-t-il encore insisté. Dans ce même ordre d'idées, M. Boughalem a tenu à assurer que l'importation de produits d'origine animale, y compris de la viande rouge, est soumise à des dispositifs «universellement admis» en matière de protection de la santé humaine et animale et qui s'appliquent dans tous les pays. Il s'agit, a-t-il insisté, de dispositifs universellement admis et qui favorisent, à tous les échelons, un «travail professionnel».

    Par ailleurs, il est revenu avec des détails sur les grands axes de toute la chaîne de prévention et de protection de la santé humaine et animale contre l'introduction de maladies. Le premier axe de ce dispositif est relatif à l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) qui compte 175 Etats membres, dont l'Algérie. «Tous les pays membres sont obligés de déclarer à cette instance toute apparition, dans leur territoire, de maladies animales transmissibles dans les 24 heures qui suivent sa confirmation et d'énoncer les mesures prises pour la circonscription du foyer», a-t-il ainsi expliqué. De plus, une fois par an, au mois de mai, «un point de situation sanitaire mondiale est réalisé. La crédibilité et l'efficacité des services de contrôle et de prévention de chaque pays sont évaluées sur la base de leur maîtrise technique, leur objectivité et leur régularité dans l'application de leur engagement», a ajouté ce responsable. Quant au second axe de prévention, il porte sur les conventions sanitaires conclues entre l'Algérie et ses principaux partenaires commerciaux. L'objectif de ces conventions est de «mettre en relation directe et en temps réel les services vétérinaires officiels» de l'Algérie et de ses partenaires, selon le même responsable. «Grâce à ces conventions, des informations complémentaires sont recueillies et nous permettent d'affiner notre connaissance non seulement sur les conditions sanitaires, mais aussi sur les programmes sanitaires entrepris et engage les services vétérinaires officiels des deux pays à encadrer directement et sous leur responsabilité tout échange de produits agricoles entre les deux pays», a-t-il fait valoir sur ce volet.

  3. #24
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Riyad Hamadi :


    Mercredi Juillet 28 2010 -- C'est officiel, l'Algérie va importer la viande d'Inde. Le kilogramme sera cédé à des prix compris entre 410 et 560 dinars. Le ministère de l'Agriculture a délivré déjà neuf "dérogations sanitaires" pour l'importation de viande bovine désossée et congelée de ce pays d'Asie, a indiqué le sous-directeur de la santé animale de ce département, Karim Boughalem. L'objectif est d'approvisionner le marché en prévision du mois de Ramadan pendant lequel les prix de la viande flambent chaque année. Les viandes proviendront des deux états indiens musulmans, selon le même responsable. La Sotracov, filiale de la SGP-Proda, doit importer durant le mois de Ramadan 4.000 tonnes de viandes indiennes dont la première livraison est attendue lundi prochain, selon son PDG Djahid Zfizef. Durant le premier semestre 2010, l'Algérie a importé 25.661 tonnes de viandes rouges pour un montant de près de 67 millions de dollars contre 33.748 tonnes pour 91,3 millions de dollars durant la même période en 2009, selon les derniers chiffres des Douanes.

  4. #25
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    كشف نائب مدير الصحة الحيوانية عن منح 9 تراخيص لمتعاملين من أجل الانطلاق في عملية استيراد اللحم الهندي للسوق الجزائرية تحسبا لرمضان، في الوقت الذي تراجعت فيه واردات اللحوم في الجزائر بنسبة 47 ,27 بالمائة خلال السداسي الأول من سنة 2010 لتبلغ 97 ,66 مليون دولار مقابل 321 ,91 مليون دولار خلال نفس الفترة من سنة .2009 كشف السيد كريم بوغالم، نائب مدير الصحة الحيوانية، أن وزارة الفلاحة والتنمية الريفية منحت تسع تراخيص لاستيراد لحم البقر منزوع العظم ومجمّد من الهند، مشيرا في تصريح لوكالة الأنباء أن منح هذا الترخيص لم يتم إلا عقب ''زيارات قامت بها مصالحنا البيطرية إلى المقاطعتين الهنديتين المسلمتين اللتان سيتم منهما جلب اللحم، حيث تأكدت من احترام كل المقاييس''.

    وأشار ذات المتحدث أن أربعة تراخيص منحت للشركة العمومية لتحويل وتعليب اللحوم ''سوتراكوف'' وهي تراخيص تمنح لعملية استيراد واحدة أي أن المتعامل مجبر على تقديم طلب آخر للحصول على ترخيص إن أراد القيام بعمليات أخرى.

    وأشار بوغالم إلى أن الاستيراد الفعلي للحوم يبقى مسألة تتعلق بالمتعاملين الاقتصاديين أنفسهم، غير مستبعد أن يتم الاستغناء عن جلب اللحوم من الهند في أي لحظة لأن التصديق على منتوج البلد ليس محددا بمدة زمنية وإنما يمكن إلغاؤه في حالة تطور الوضع الصحي للبلد المصدر''.

    كما سيتم، حسبه، مراقبة المنتوج بمجرد وصوله إلى المطار من قبل المصالح البيطرية التي تتأكد من تطبيق كل الإجراءات اللازمة وتقوم بأخذ عينات مرقمة قبل اتخاذ قرار تسويقها على مستوى كل التراب الوطني.

    من جهة أخرى وحسب أرقام المركز الوطني للإعلام الآلي والإحصائيات للجمارك تفيد أن كميات اللحوم المستوردة قد بلغت 25661 طن خلال السداسي الأول من 2010 وهي كمية منخفضة بما يفوق 8 آلاف طن بالمقارنة مع مقارنة مع الكمية المستوردة خلال الفترة نفسها من السنة الماضية التي سجل فيها جلب 33748 طن من الأسواق الدولية.

    وتشكل لحوم الأبقار المجمدة وبدون عظام القسط الأكبر من الواردات بـ24631 طن بقيمة 8, 62 مليون دولار متبوعة بلحوم الأبقار الطازجة بـ7 ,549 طن ذات قيمة 4 ,2 مليون دولار وهياكل أو نصف هياكل لحوم الأبقار الطازجة بـ6 ,331 طن بما يعادل 4, 1 مليون دولار. كما حققت واردات اللحوم خلال الفترة الممتدة بين جانفي وجوان الفارط وبالخصوص المتأتية من البرازيل ما يفوق 22458 طن ما يعادل 13 ,57مليون دولار والأورغواي بـ1323 طن مقابل مبلغ يفوق57 ,3 مليون دولار. وتستورد الجزائر اللحوم الحمراء المجمدة من عدة دول كأستراليا ونيوزلندا والأرجنتين والبرازيل والسلفادور والأورغواي والدانمارك وجيورجيا وإيطاليا.

    من جهة أخرى تراجعت الواردات الغذائية التي تمثل 17, 15 بالمائة من الحجم الإجمالي للواردات بنسبة88, 10 بالمائة والتي حققت 99 ,2 مليار دولار خلال الفترة المرجعية.

    ومن بين 6 منتوجات من مجموعة الممتلكات الغذائية المستوردة سجلت ثلاثة منها ''تراجعا مهما'' من حيث المبلغ ويتعلق الأمر بالحبوب والدقيق والطحين التي تراجعت وارداتها بنسبة 13, 34 بالمائة واللحوم التي انخفضت بنسبة 47 ,27 والحليب ومشتقاته متراجعة بنسبة 73 ,16 بالمائة.

    ويعود هذا التراجع الذي شهده قطاع الواردات خلال الأشهر الأخيرة إلى الإجراءات المتخذة من طرف السلطات العمومية لتأطير عمليات التجارة الخارجية بهدف تطهير هذا النشاط والتحكم في تدفق واردات البضائع.

  5. #26
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 29 Juillet 2010 -- Neuf dérogations sanitaires ou ce qu’on appelle communément autorisations ont été délivrées jusqu’à présent par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural pour l’importation de viande bovine désossée et congelée de l’Inde. Quatre de ces autorisations ont été accordées pour la société publique Sotracov (Société de transformation et de conditionnement des viandes). C’est ce qu’a fait savoir le sous-directeur de la santé animale du ministère, M. Karim Boughalem. C’est la première fois que l’Algérie, qui importe de la viande fraîche et congelée d’une dizaine de pays, autorise l’importation de viande de l’Inde afin de contenir la forte demande sur ce produit, caractérisant toujours l’arrivée du mois de ramadan, a-t-il ajouté. «Les négociations pour l’importation des viandes de ce pays ont été entamées en 2001. L’Inde a réussi à obtenir la certification pour l’exportation de sa viande vers l’Algérie, après avoir répondu à toutes les exigences sanitaires», a poursuivi M. Boughalem. L’octroi de la certification ne s’est donc effectué qu’à la suite de «visites sur place de nos services vétérinaires qui se sont assurés du respect de toutes les normes», a-t-il fait savoir à l’agence de presse officielle. Il a encore assuré que ces viandes seront importées de deux Etats indiens musulmans. M. Boughalem a tenu à expliquer que les prérogatives du ministère se limitaient à l’octroi des certifications et des dérogations, l’importation effective restant, bien entendu, l’affaire des opérateurs économiques eux-mêmes. Le responsable du ministère a expliqué que la certification d’un produit «n’est pas limitée dans la durée, mais peut être suspendue en cas d’évolution négative de la situation sanitaire du pays exportateur». La dérogation est, par contre, «délivrée pour une seule opération d’importation et précise le lieu d’embarquement et de débarquement ainsi que les moyens de transports utilisés», a-t-il encore précisé.

    Interrogé sur des rumeurs selon lesquelles la qualité de la viande indienne importée serait «douteuse», M. Boughalem a catégoriquement écarté tout risque sanitaire pouvant résulter de la consommation de ce produit. C’est que l’importation de produits d’origine animale, y compris la viande rouge, est soumise, poursuit-il, à des dispositifs universellement admis en matière de prévention contre l’introduction des maladies et qui favorisent, à tous les échelons, un travail professionnel. À son arrivée au port, le produit est contrôlé par le service vétérinaire ou phytosanitaire qui vérifie l’application de toutes les mesures requises et procède à des échantillonnages codifiés avant de décider de son introduction sur le territoire national. Une fois la marchandise introduite, elle est également soumise au contrôle tout le long du circuit de stockage et de distribution par les services vétérinaires de wilaya et les services de la répression des fraudes, a-t-il ajouté. Interrogé, pour sa part, sur la qualité des viandes indiennes, le P-DG de Sotracov, unique importateur public de viandes en Algérie, M. Djahid Zfizef, a assuré que «les responsables des services vétérinaires et techniques et les ingénieurs de contrôle de la qualité de la société se sont déplacés en Inde et se sont assurés de la bonne qualité de cette viande». Quant au prix de vente, il a affirmé qu’»il sera situé dans une fourchette allant de 410 à 560 DA/kg en fonction des pièces», tout en se réjouissant de ce «prix concurrentiel». La Sotracov, filiale de la SGP-Proda, doit importer durant le mois de ramadan 4.000 tonnes de viande indienne dont la première livraison est attendue lundi prochain, a-t-il avancé.

    La société avait récemment lancé un appel de partenariat pour l’élargissement du réseau de distribution de ses viandes. «Nous importons d’autres pays, mais nous allons continuer d’importer d’Inde du moment que c’est un marché porteur», a-t-il noté. Si elle importe pour la première fois de la viande indienne, l’Algérie importe déjà de la viande rouge congelée de plusieurs pays tels l’Australie, la Nouvelle Zélande, l’Argentine, le Brésil, le Salvador, l’Uruguay, le Danemark, la Georgie et l’Italie. Les importations de viande rouge fraîche proviennent de leur côté du Brésil, du Chili, des Pays-bas, d’Allemagne, du Danemark, de France, d’Irlande, de Belgique et d’Italie. Durant le premier semestre 2010, l’Algérie a importé 25.661 tonnes de viande rouge pour un montant de près de 67 millions de dollars, contre 33.748 tonnes pour 91,3 millions de dollars durant la même période en 2009.

  6. #27
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Nacéra Benali :


    Dimanche 5 Juin 2011 -- À deux mois du Ramadhan, les entreprises indiennes spécialisées dans la congélation et la commercialisation de viande de buffle, déclarée hallal, affilent leurs couteaux pour investir le marché algérien et l’inonder de dizaines de milliers de tonnes de cette viande bovine désossée. L’Algérie, à l’instar de certains pays musulmans, est devenue l’eldorado de ces groupes agroalimentaires qui ont trouvé le filon d’or avec le label Hallal, qui leur permet de placer sur les marchés des pays asiatiques et africains leur viande (le buffle principalement qui appartient à une sous-famille des bovidés) boudée par les pays de l’Union européenne, par la Russie et par les USA, car suspectée d’être infectée par des germes. Les abattoirs indiens ne sont pas encore agréés par ces pays. En attendant, le prix très économique permet à ces exportateurs de faire une concurrence «déloyale» à leurs homologues brésiliens, uruguayens et australiens. La viande de bœuf brésilienne reste très prisée par les consommateurs russes, iraniens et européens, alors que celle d’ Australie est appréciée par les Américains, Japonais, Anglais, malgré un prix plus élevé. La tonne coûte entre 800 et 1.000 dollars de plus que celle de provenance indienne.

    L’année dernière, l’Algérie a importé 34.000 tonnes de viande de buffle d’eau en provenance d’Inde, optant pour ce nouveau fournisseur, afin de répondre à la forte demande en produits bovins durant le mois sacré. En 2009, l’Algérie avait importé respectivement 51.000 et 4.700 tonnes de bœuf brésilien et argentin. L’armée importe également la viande indienne pour ses effectifs, bien que la quantité reste du domaine du confidentiel. L’ANP a retenu un fournisseur principal, le groupe alimentaire spécialisé dans le commerce des viandes congelées, Allanasons Limited, qui devra fournir aux casernes algériennes des milliers de tonnes par an, nous confie l’un des managers de cette entreprise. Cette société destine ses viandes conditionnées, exclusivement au marché extérieur, et l’année passée, elle a pu multiplier son chiffre d’affaires. Plusieurs sociétés indiennes de traitement et de congélation de viande certifiée Hallal avaient commencé, il y a des mois, à se presser devant le consulat algérien à New-Delhi pour obtenir les documents nécessaires afin de mener à bon port leurs expéditions. Les autres formalités pour l’exportation, strictement commerciales, sont traitées directement avec leurs partenaires en Algérie. Outre le groupe Allanasons Limited, huit autres entreprises sont autorisées à exporter la viande de buffle indienne en Algérie, dont Al Nafees, ALM Industries, Qureshi, et JS International. Le certificat de conformité attestant la viande «Hallal» est délivré par la haute autorité islamique en Inde, Jamiath Ulama-Al-Hind. Mais il est impossible de distinguer les déclarations de complaisance des vraies.

    Quant à la qualité réelle de la viande, il est impossible d’avoir une traçabilité du produit, sa provenance, le lieu de l’élevage et de l’abattage de l’animal jusqu’à la mise de sa chair sur le marché algérien. «Le propriétaire de notre groupe depuis plus d’un siècle est une famille musulmane, pour qui la viande ne peut être traitée que selon le rite islamique», nous jure Junaid Khan, représentant de Allanasons Limited, lui aussi musulman. Le siège du groupe se trouve dans l’Etat du Maharashtra (dont la capitale est Bombay), habité par une majorité d’Hindous et une petite minorité musulmane. La population musulmane en Inde représente à peine 13% de l’ensemble du milliard deux cent millions d’habitants, et n’est majoritaire que dans l’Etat contesté du Cachemire. La République indienne étant une république laïque, il n’y a pas d’«Etats musulmans» en Inde, contrairement à ce que certains ministres algériens ont affirmé à la presse. Ce boom des exportations de viande indienne vers certaines destinations s’explique par la chute de la production au Brésil, en Australie et en Nouvelle-Zélande, à cause, notamment, de la sécheresse et de la mauvaise conjoncture sur le marché des produits laitiers. La production au Canada a connu le même sort à cause du fort taux de sa monnaie et les conséquences de la maladie communément appelée «vache folle», l’ESB (Encéphalopathie spongiforme bovine). Ces pays ont préféré donc recapitaliser leur cheptel en diminuant les abattages. L’Inde qui possède 281,4 millions de têtes de bétail bovin n’est pas touchée par ce phénomène et a produit en 2010, 625.000 tonnes de viande bovine.

  7. #28
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    continued.....

    Il y a à peine quelques années, les éleveurs et les industriels indiens de la filière de la transformation et du conditionnement de la viande reprochaient à leur gouvernement le manque de prise en charge du problème des infections qui empêche l’écoulement de la viande indienne sur les marchés extérieurs. Accusées de ne pas vouloir financer les campagnes de vaccination des cheptels, les autorités étaient tenues pour responsables du manque à gagner enregistré par ces entreprises. Les Indiens sont en majorité des végétariens, plus de 40% (y compris ceux qui consomment seulement les œufs et les produits laitiers). Les autres préfèrent la consommations de poisson, de poulet, d’agneau, de chèvre et de porc à celle de viande rouge. En Inde, chaque habitant consomme en moyenne 1,7 kilo de viande par an, contre les 64,6 kg avalés par l’Argentin, et les 6,8 kg par l’Algérien. Dans plusieurs Etats indiens (Gujarat…), il est strictement interdit d’abattre des vaches ou des bœufs, de consommer leur chair et de la vendre. Les contrevenants risquent jusqu’à dix ans de prison ferme. Les ambassades et les multinationales basées en Inde se procurent de la viande rouge dans leur propre pays pour leur personnel et leur famille. Seul le poulet et le poisson sont achetés, mais uniquement sur les étals sélectionnés parmi les meilleures chaînes de distribution internationale, où étrangers aisés et Indiens riches font leurs courses.

    Pour toutes ces raisons, les éleveurs indiens ne savaient que faire des ces millions de buffles qui se multiplient à vue d’oeil et qui représentent la moitié de toute la population de buffles vivant au monde. Mais, il y a quelques années, le miracle a eu lieu, et c’est Rashid Kadimi, directeur de Allana family food group, qui révèle lors d’une rencontre des exportateurs de viande tenue en Argentine, que «l’Inde a multiplié ses exportations en viande, dont la quantité est passée de 160.000 tonnes à 650.000 tonnes entre 1999 et 2009, ce qui fait de ce pays le quatrième producteur de viande dans le monde.» Pourtant, en 2009, l’Inde ne figurait pas parmi les neuf premiers pays exportateurs de viande de gros bovins et de bœuf. Le groupe Allanasons détient à lui seul 40% du marché de viande exportée hors de l’Inde. Cette viande est constituée pour 99% de buffle, et très peu de viande de mouton ou de chèvre. La société a investi dans la modernisation de ses abattoirs qui livrent 30.000 tonnes de viande par mois destinée à l’exportation. «Nous sommes le premier exportateur au monde de viande Hallal», nous affirme fièrement M. Khan. Concernant les épizooties qui ont décimé une grande partie du cheptel indien dans les années passées, notre interlocuteur nous assure que les huit abattoirs de Allanasons Limited ont été bâtis dans des régions «déclarées indemnes des maladies par l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE)». Il est vrai que c’est le cas pour la péripneumonie contagieuse bovine, mais concernant d’autres pathologies, comme la fière aphteuse, les experts d’épizooties affirment qu’il faut plusieurs décennies pour l’éradiquer d’une zone contaminée. Et à cause des frontières trop poreuses que l’Inde partage avec ses voisins, Bangladesh, Népal, Chine, Birmanie, Bhoutan, Pakistan et Afghanistan, un seul animal malade peut anéantir des décennies de vaccination et provoquer la propagation de la maladie en un temps record.

    Quant aux contrôles sanitaires vétérinaires de la qualité de la viande, ils demeurent insignifiants s’ils n’englobent pas un contrôle suivi sur toute la chaîne de production de la viande. L’identification et la traçabilité du buffle dès sa naissance jusqu’à son abattage doivent être établies par les services vétérinaires de contrôle algériens, en collaboration transparente avec leurs homologues indiens. Justement, l’OIE recommande que «les certificats sanitaires internationaux qui fournissent des garanties officielles pour le commerce de la viande doivent être de nature à susciter une confiance totale de la part du pays importateur.» L’alimentation des buffles doit aussi retenir l’attention des enquêteurs algériens. En Inde, 70% de la population vit en milieu rural et l’agriculture reste le premier moyen de subsistance pour des millions d’habitants qui ne comptent pas partager leurs terres arides avec les animaux, surtout lors des sécheresses. C’est pourquoi les bovins ne peuvent compter sur le seul pâturage naturel pour s’alimenter. Malgré des efforts significatifs consentis par les autorités et les éleveurs pour diminuer l’impact des maladies zoonotiques sur le bétail, l’Inde n’est pas encore indemne de plusieurs maladies qui touchent la population bovine (buffles), comme la fièvre aphteuse, la brucellose, la rhinotrachéite infectieuse ou la sarcocystose (transmise à l’homme par consommation de viande infectée). La vaccination est parfois inefficace du fait de la mutation fréquente du germe. En 2008, la variole du buffle avait sévi à Aurangabad, siège de l’abattoir d’où provient la viande de buffle exportée par Allanasons Limited vers l’Algérie, et les ouvriers en contact avec ces animaux avaient été contaminés par cette infection virale zoonotique. Le représentant de ce groupe nous invite à visiter l’abattoir en question, pour constater de visu l’état du produit destiné à l’exportation, mais seule une commission algérienne de contrôleurs vétérinaires indépendante peut évaluer le facteur risque et déclarer la viande conforme ou non aux règlements d’hygiène. Il s’agirait alors d’une mission de plusieurs jours en Inde, ensuite dans les laboratoires de parasitologie à Alger pour les contrôles physiques. Les services des Douanes devront vérifier la validité des certificats accompagnant la marchandise et la conformité de celle-ci aux standards préétablis.

+ Reply to Thread
Page 4 of 4 FirstFirst ... 2 3 4

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts