+ Reply to Thread
Page 15 of 28 FirstFirst ... 5 13 14 15 16 17 25 ... LastLast
Results 99 to 105 of 192
  1. #99
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 16 Mars 2008 -- Le ministre a affirmé que sur les 12 000 entreprises proposées à la privatisation, 411 seulement l’ont été car il y avait une forte opposition. «J’ai perdu mon poste de ministre à deux reprises en 2004 et 2005, période durant laquelle il y avait de grandes manifestations publiques et énormément de grèves pour arrêter la privatisation», a-t-il argué en affirmant que «la centrale syndicale est une force sociale dont le point de vue est pris en considération par le gouvernement».

    M. Temmar a annoncé, par ailleurs, le lancement imminent du processus de privatisation partielle de la Banque de développent local (BDL). Il a affirmé que l’ouverture du capital de cette banque publique sera limitée à hauteur de 30 %. «Nous avons déjà choisi le bureau d’études qui devrait nous accompagner dans le processus de la privatisation et les appels d’offres seront bientôt lancés», a-t-il affirmé hier en marge d’une conférence intitulée «La stratégie économique de la nation».

    M. Temmar a toutefois rappelé que le report de la privatisation du CPA (Crédit populaire d’Algérie) s’imposait car les conditions n’étaient pas favorables en raison de la crise des crédits hypothécaires à risque (subprime) aux Etats-Unis et qui s’est répercutée sur les banques candidates à l’ouverture du capital du CPA qui ont subi la crise. «Le processus de privatisation du CPA a été gelé et non arrêté et il sera relancé dès que les conditions seront réunies», a-t-il encore affirmé.

    Le ministre a précisé par ailleurs que l’Algérie est le seul pays où le système bancaire est dominé à 90 % par le secteur public. A la question sur les sociétés de gestion des participations qui ne font plus partie de son ministère depuis janvier dernier, M. Temmar a affirmé que chaque ministre s’occupe de la privatisation des entreprises relevant de son propre secteur et que 70 % des entreprises qui figurent sur la liste des privatisations relèvent donc toujours du ministère de l’Industrie. L’assemblée générale des SGP est composée de 4 membres : un représentant du chef du gouvernement, un du ministère de l’Industrie, un des Finances et un autre du secteur concerné, a-t-il précisé.

    Tout au long de sa conférence, M. Temmar a défendu son plan sur la stratégie industrielle, affirmant que sa mise en œuvre effective relève des forces de la société qui sont les entreprises publiques et privées, le syndicat et les associations.

  2. #100
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samia Amine :


    Lundi 17 Mars 2008 -- Six entreprises spécialisées dans le BTP et les travaux maritimes seront partiellement privatisées, a indiqué aujourd’hui un responsable de la société de gestion des participations de l’Etat travaux publics SGPTP SINTRA à toutsurlalgerie.com.

    Les sociétés concernées par cette ouverture de capital sont la Société nationale des travaux publics, l'Entreprise publique des travaux publics de Boussaâda (EPTP Boussaâda), l'Entreprise publique des travaux routiers (EPTR sud-est), la Société d'étude et de réalisation d'ouvrages d'art (SEROR), SOTRAMEST pour l'est et la SOTRAMO d'Oran pour l'ouest.

    Le délai de remise des dossiers de soumission est fixé au 31 mai prochain, indique la même source.

    Il est à signaler qu’une unité de chaudronnerie lourde relevant de la SGP-CONSTRUMET a récemment fait l'objet d'un avis d'appel d'offres à la privatisation totale, portant ainsi à 19 le nombre d’entreprises proposées à la cession depuis le début de l'année.

    Cette opération s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’ordonnance, promulguée en 2001, portant organisation, gestion et privatisation des entreprises publiques économiques et des résolutions du Conseil des participations de l'Etat (CPE).

    Pour le premier semestre de l’année en cours, Hamid Temmar, le ministre de l'Industrie et de la Promotion des investissements, avait indiqué que 100 entreprises publiques seront privatisées.

    Hamid Temmar a annoncé, samedi dernier, que le nombre de sociétés totalement ou partiellement privatisées entre 2003 et 2007 est de l’ordre de 417 entreprises, dont 110 pour l’année 2007.

  3. #101
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 17 Mars 2008 -- Le groupe Cnan et le groupe italien Dario Perioli ont procédé hier à Alger à la signature du contrat de cession de 49% du capital détenu par le groupe maritime algérien dans sa filiale Cnan Med au profit du groupe italien Dario Perioli. Le groupe Cnan reste ainsi actionnaire majoritaire avec 51% des parts sociales du capital de Cnan Med, mais a confié le management à son partenaire italien. Cnan Med est spécialisée dans le transport des marchandises dans la zone méditerranéenne, rappelle-t-on. Le Conseil des participations de l’Etat (CPE) avait décidé en mars 2007 l’ouverture du capital de Cnan Med à concurrence de 49%, rappelle-t-on. Selon les termes du contrat, le groupe italien s’engage à livrer 3 navires pour un coût global de 45 millions de dollars et à assurer une formation du personnel pour un montant de 40 millions DA, a indiqué à l’APS le PDG de Cnan Med, Mohamed Snoussi. Le groupe italien s’engage aussi à maintenir l’ensemble du personnel algérien de Cnan Med qui est au nombre de 152 entre marins et sédentaires, a-t-il ajouté.

  4. #102
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 18 Mars 2008 -- Contrairement au constat émis par certains économistes sur le processus de privatisation, qu'ils jugent mitigé, l'opération continue d'enregistrer une avancée notable. De nouvelles entreprises publiques sont proposées à la privatisation ou à l'ouverture de capital alors que d'autres sont à l'étude. Cette semaine, ce sont six nouvelles entreprises qui sont concernées et dont les dossiers sont ficelés. Des entreprises et pas des moindres, dont celles relevant des secteurs des travaux publics et des travaux maritimes. Parmi elles, les sociétés de travaux maritimes d'Oran (Sotramo) et celle de l'Est ( Sotramest). Ces deux entreprises sont proposées à l'ouverture de capital par la Société de gestion des participations de l'Etat Travaux publics " SGP.TP SINTRA ".

    Dans le secteur du bâtiment et travaux publics l'ouverture de capital concerne la Société nationale des travaux publics, l'Entreprise publique des travaux publics de Boussaâda (EPTP Boussaâda), l'Entreprise publique des travaux routiers (EPTR sud-est), et la Société d'études et de réalisation d'ouvrages d'art (Seror). Outre ces entreprises, une unité de chaudronnerie lourde relevant de la SGP-Construmet a récemment fait l'objet d'un avis d'appel d'offres à la privatisation totale portant ainsi à 19 le nombre des entreprises proposées à la cession depuis le début de l'année 2008.

    Cette opération s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l'ordonnance de 2001, relative à l'organisation, la gestion et la privatisation des entreprises publiques économiques et des résolutions du Conseil des participations de l'Etat (CPE). Le processus de privatisation sera encore plus soutenu durant cette année. Rien que pour le premier trimestre 2008, "100 entreprises publiques seront concernées par la privatisation", a déclaré le ministre de l'Industrie et de la Promotion des investissements. Intervenant samedi dernier en marge d'une rencontre sous le thème "Stratégie économique de la Nation", Abdelhamid Temmar a annoncé que "le nombre de sociétés totalement ou partiellement privatisées entre 2003 et 2007 a atteint 417 entreprises, dont 110 unités en 2007". L'opération de privatisation, fait remarquer le ministre, a permis l'injection de 125 milliards de dinars dans le Trésor public, et la préservation de 36 530 postes d'emploi.

    Au vu de l'état de déliquescence de certaines d'entreprises publiques, la privatisation reste le meilleur outil pour se maintenir et se développer. Le paysage économique a certes enregistré des avancées en matière de législation notamment, mais beaucoup reste à faire. Le privé algérien n'est pas en reste. Le ministre de la PME et de l'Artisanat a fourni certains détails, lors de son passage au forum de l'ENTV sur les difficultés rencontrées par les petites et moyennes entreprises. Il a annoncé en effet, que plus de 3 100 PME ont suspendu leurs activités. De quoi interpeller encore une fois les pouvoirs publics pour amorcer une nouvelle dynamique afin de préserver les potes d'emploi et la production nationale déjà mise à mal après la mise en application de l'accord d'association avec l'Union européenne. Une situation dénoncée à maintes reprises par les industriels algériens.

  5. #103
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 23 mars 2008 -- Les travailleurs d'Alzinc ne s'en sont pas encore remis de leur surprise car au moment où ils s'attendaient à un partenariat, ils se trouvent pris entre le marteau et l'enclume. En effet, ils viennent tout simplement d'apprendre que leur entreprise sera privatisée. Contacté par téléphone, le secrétaire du conseil syndical nous apprendra brièvement qu'effectivement une ouverture de capital à quotité de 100% a été proposée par le repreneur et éventuellement à 66% et que le choix sera donné par le Conseil de participation de l'Etat (CPE). Le SG nous affirme que le syndicat n'a qu'un avis à formuler qui restera pris en compte par la commission de partenariat et le CPE.

    Par ailleurs, et sur le même registre, le SG ajoute que les travailleurs seront informés en assemblée générale et que leurs revendications seront jointes à l'avis qui sera transmis au CPE. Il est à souligner aussi que le conseil syndical d'Alzinc en réunion avec le groupe METANOF a proposé une participation du repreneur à hauteur de 51%. Faut-il le rappeler, Alzinc est la première entreprise d'électrolyse de zinc en Afrique et qu'après rénovation de son outil de travail et une spécialisation de plus de 500 travailleurs, elle arrive à produire plus de 30 000 tonnes de zinc par an avec un objectif d'arriver à 40 000 tonnes en 2008. C'est la première entreprise d'importation dans toute la région ouest du pays.

  6. #104
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 23 Mars 2008 -- La 86e session du Conseil des participations de l'Etat se tiendra, aujourd'hui, sous la présidence du chef du gouvernement, M. Abdelaziz Belkhadem. Plusieurs dossiers de privatisation et de cession d'actifs seront à l'ordre du jour de cette réunion. Mais le dossier, qui est susceptible d'attirer le plus d'attention, est celui de l'ouverture du capital de la Banque de développement local (BDL). Ainsi, le CPE aura à écouter une communication de madame la ministre déléguée chargée de la Réforme financière, Mme Fatiha Mentouri, relative à l'ouverture du capital de la BDL.

    Il serait utile de rappeler dans ce contexte que la ministre avait récemment indiqué, dans un entretien à l'APS, que le dossier de la BDL devrait être soumis très prochainement au CPE et que l'ouverture de son capital a été limitée à 30%, avec cession du management au repreneur de cette banque. Pour sa part, le ministre de l'Industrie et de la Promotion des investissements, M. Abdelhamid Temmar, avait déclaré, la semaine dernière, que le processus de privatisation de la BDL sera lancé cette semaine. Cette banque sera privatisée à hauteur de 30%, suite à un appel d'offres qui sera lancé par le ministère des Finances dans les jours à venir. "L'Etat algérien exige des banques intéressées par l'offre de privatisation de la BDL de ramener leurs experts en matière de management et de les employer dans cette banque, afin de transmettre leur expertise aux cadres algériens", avait affirmé M. Temmar.

    Il faut dire également que l'ouverture du capital de la BDL suscite déjà l'intérêt de plusieurs banques étrangères, à l'image du Crédit Mutuel, qui est actuellement à la recherche d'opportunités d'investissements en Algérie. Il est utile de noter que la BDL est une société par actions, dotée d'un capital social de 13 390 millions de dinars. Après avoir été la banque des entreprises publiques locales, la BDL se distingue aujourd'hui en étant la banque des PME/PMI ; des professions libérales, des micro-entreprises issues du dispositif Ansej en faveur des jeunes; des promoteurs immobiliers et des particuliers. Les prêts sur gages, constituent pour la BDL, qui en a l'exclusivité, une activité à caractère social héritée des ex caisses du Crédit Municipal, mais qu'elle continue de promouvoir au bénéfice des particuliers, des ménages notamment, qui ne sont pas bancables et qui trouvent dans ce crédit, une réponse à des besoins conjoncturels de trésorerie, en contrepartie de gage d'objets en or.

    Le CPE aura également à examiner plusieurs dossiers de cession d'actifs et de privatisation d'entreprises. C'est ainsi qu'il aura à écouter une communication de la SGP Construmet portant sur la cession de l'EPE Cotrans filiale du groupe ENCC et la privatisation des EPE du portefeuille situées en milieu urbain. Il s'agira également d'examiner une communication de la SGP Ouest portant sur la cession totale de l'EPE BEPM Mostaganem, la reprise par les salariés de l'EPE Sotramet Chlef, la reprise par les salariés de l'EDIED Tlemcen, la cession des actifs de l'EDIMMA Aïn Témouchent, la cession des actifs de EPCEREP Sidi Bel Abbès et enfin la cession de deux terrains de l'EPLF Oran au profit de la Sonatrach. Le CPE aura également à examiner une communication de la SGP Indelec portant sur la cession de l'unité Blida de l'EPE Enapat, la cession du dépôt "Pascal" Oran de l'EPE ENAED et la cession de l'entreprise Essinia Oran de l'EPE Enapat. Il s'agira enfin d'examiner les dossiers de la reprise par les salariés de l'EPE Napro et de la reprise par les salariés de l'EPE NEE présentés par la SGP Diprest.

    Il faut dire que le CPE a multiplié ses réunion afin de booster les opérations de privatisation des entreprises publiques. Selon le ministre de l'Industrie, pas moins de 100 entreprises publiques seront concernées par la privatisation, rien que pour le premier trimestre 2008. Aussi, le nombre de sociétés totalement ou partiellement privatisées entre 2003 et 2007 a atteint 417 entreprises, dont 110 unités en 2007.

  7. #105
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 26 Mars 2008 -- Six actifs faisant partie du patrimoine de l’entreprise de distribution de gros des médicaments (Digromed) sont mis en concurrence dans le cadre du programme de privatisation des entreprises publiques, rapporte l’APS. L’opération lancée hier par la Société de gestion des participations de l’Etat « chimie-pharmacie » (SGP-Gephac) concerne deux unités commerciales à Tizi Ouzou et à Constantine, un immeuble à Oran, un centre de transport et de maintenance à Oued Smar (Alger) et enfin une ex-direction régionale à Annaba. L’agence ne cite pas cependant les délais d’accomplissement ni les détails du déroulement de ces cessions de biens publics. D’après un bilan officiel, les privatisations menées par le gouvernement entre 2003 et 2007 ont abouti au changement de propriétaires (totale ou partielle) sur 417 entreprises. Le département de l’industrie affiche l’objectif de céder 100 autres EPE au cours de ce semestre.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts