+ Reply to Thread
Page 3 of 28 FirstFirst 1 2 3 4 5 13 ... LastLast
Results 15 to 21 of 192
  1. #15
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Mardi 19 Juin 2007 -- La firme allemande Linde vient d’acquérir 66% du capital de l’Entreprise nationale algérienne des gaz industriels (ENGI) aux termes d’un accord qui a été signé hier à Alger, a annoncé le groupe allemand. L’État algérien, avec 34% des parts, s’assure une minorité de blocage au sein de la nouvelle société de droit privé algérien qui sera créée et qui sera dirigée par un P-DG allemand désigné par Linde. La nouvelle société lancera deux unités de gaz de l’air, ainsi qu’une unité de gaz carbonique et d’oxyde de méthylène.

    Les trois unités de la société française Air Liquide (Alger, Oran et Ouargla) avaient été nationalisées après l’indépendance de l’Algérie en 1962 et leurs activités confiées à la Société nationale de sidérurgie (SNS). Après la vague de restructurations de l’industrie algérienne de 1983, la division gaz industriels de la SNS a donné naissance à l’ENGI qui gère actuellement sept unités.

    Selon le World Trade Center algérien, Air Liquide, qui n’a pu entrer dans le capital de l’ENGI, reviendrait en Algérie grâce à une nouvelle société de droit privé algérien créée en partenariat.


  2. #16
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  3. #17
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Mardi 26 juin 2007 -- Le processus de privatisation poursuit son bonhomme de chemin. C’est dans ce cadre que la GCP-GICA a signé hier la cession des actifs de la cimenterie de Djelfa au profit du groupe égyptien «Asec Ciment». Jouissant d’une timide expérience dans le domaine de la production de ciment, le groupe égyptien dont la création remonte à 1975 n’a construit sa première usine implantée en Egypte que vers le début de l’année 2000. Quelques années plus tard, il lance un programme ambitieux dans ce domaine dans plusieurs pays, notamment l’Algérie, pour un investissement global de l’ordre de 2,5 milliards de dollars.

    En effet, la cession d’actifs de la cimenterie de Djelfa a été faite contre un montant global de 413 millions de dollars et contient deux forages, deux gisements (argile et calcaire), trois plate-formes et le raccordement à une ligne électrique haute tension, cinq logements (villas) d’accompagnement et un terrain de cinq hectares pour la construction d’autres logements d’accompagnement. Lors de son allocution, le président-directeur général du groupe cimenterie centre (ERCC), M. Bachir Yahia, a tenu à rappeler l’historique du projet, dont l’idée de sa création remonte au début des années 1970, relancé plus de deux décennies avec la formule partenariat, mais hélas, la cimenterie n’a pas trouvé de partenaire. Face à cet état de fait, les pouvoirs publics ont opté pour sa privatisation en lançant en 2005 un avis d’appel d’offres international pour lequel aucun opérateur économique algérien n’a soumissionné. Le projet a donc été raflé par le groupe égyptien.

    Pour sa part, le président du groupe égyptien, M. Ahmed Khalifa, a mis en exergue l’importance des potentialités du marché algérien «en plus des richesses que recèle l’Algérie, notre présence aujourd’hui a été encouragée par le programme du président Bouteflika et les facilités du nouveau code d’investissement». Dans la même lancée, il a rappelé le programme de construction d’un million de logements lancé par l’Etat. Le groupe égyptien semble très intéressé par le marché algérien du ciment, puisque, actuellement, il est en négociation pour l’achat de la cimenterie de Zahana implantée dans la wilaya de Mascara. «Les pourparlers avec les responsables concernés sont à un stade avancé», nous a déclaré l’un des cadres d’Asec. Notons enfin que la cimenterie de Djelfa dont le début de la production est prévu pour juin 2010, produira annuellement 3,3 millions de tonnes, assurant ainsi 1 500 postes de travail dont 600 emplois directs.


  4. #18
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  5. #19
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Samedi 21 juillet 2007 -- COTA, entreprise publique de contrôle technique automobile, cède 76,96% de son capital social au suisse SGS.

    Une ouverture de capital qui sera officialisée lundi lors d’une cérémonie de signature, annonce l’APS, reprenant un communiqué de la société de gestion des participations (SGP) transports terrestres. Le montant de la transaction n’a pas été révélé. Rendu obligatoire depuis plus d’une année, le contrôle technique est un marché en plein boom. L’entreprise, objet de la privatisation, est le plus important intervenant sur le marché. Outre son site implanté dans la zone industrielle de Rouiba, la COTA compte 21 stations de contrôle réparties à travers 18 wilayas du pays. Elle intervient sur le marché du contrôle technique des véhicules légers et lourds. Avant de passer sous contrôle des Suisses, l’actionnariat de la COTA était constitué par la société nationale de transports routiers (SNTR), l’entreprise de transport de voyageurs de l’Est (TVE) et la société de gestion de la gare routière d’Alger (Sogral). De son côté, le repreneur est considéré en tant que leader mondial dans le domaine de l’inspection, de la vérification de l’analyse et de la certification. Présent dans 140 pays, SGS opère également en Algérie. Lors de la course au rachat des parts de la COTA, précise la déclaration de la SGP, le suisse l’a emporté face à l’espagnol Ivesur. Les offres, faut-il le souligner, ont été soumises en mai 2006.


  6. #20
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Lundi 23 juillet 2007 -- A l’issue de sa 77ème session tenue sous la présidence de M. Abdelaziz Belkhadem, chef du gouvernement, le Conseil des participations de l’Etat (CPE) a donné son aval pour la privatisation de six entreprises. La première résolution du CPE est la «cession totale» de l’hôtel El Riadh de Sidi Fredj d’Alger à une société privée libanaise, selon le communiqué du conseil. Le repreneur de cet établissement hôtelier qui appartenait à l’Entreprise de gestion touristique (EGT) du complexe balnéaire de Sidi Fredj est la Société moderne pour la construction.

    La cession de 44 agences pharmaceutiques de l’Entreprise publique économique (EPE) ENDIMED a également été décidée au cours de cette réunion. Des mesures d’ordre financier et juridique ont été proposées pour encourager l’accès des jeunes à ces pharmacies. Dans le secteur de l’agroalimentaire, ce sont les brasseries d’Oran et de Réghaïa du Groupe Boissons d’Algérie (filiale de la SGP/COJUB) qui sont concernées par la privatisation. Et ce, après la reprise des négociations pour le relèvement du montant des offres par les repreneurs que sont respectivement l’EURL vignobles de l’Oranie et la SARL Brasserie de l’Atlas.

    Par ailleurs, le CPE a donné son feu vert pour la cession totale de trois sociétés nationales activant dans les matériaux de construction. Il s’agit de l’Entreprise de plâtre et dérivés (EPD SPA de Ouled Djellal), de la SPA EDIMCO Mila et, enfin, de la SPA EDIED Guelma, relevant toutes les trois de la SGP Est/Sud-Est. En smatière de transport ferroviaire, le CPE a adopté le projet de création d’une société en joint-venture sur le site de Sidi Bel Abbès pour la maintenance, la réhabilitation et la rénovation du matériel ferroviaire de transport de voyageurs. Dans ce cadre, le CPE a autorisé la signature du projet de protocole d’accord entre la SNTF et la société espagnole CAF.


  7. #21
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Mercredi 1er août 2007 -- Plusieurs décisions de privatisation et de cession d’actifs d’entreprises publiques ont été rendues publiques hier par le Conseil des participations de l’Etat (CPE), réuni lundi dernier sous la présidence du chef du gouvernement.

    Il s’agit de la privatisation de l’EPE Protuil, filiale de la SGP Construmet, au profit de la SARL Spl Métal (Algérie), de la cession d’actifs de l’EPE Procim (Annaba), relevant de la SGP Construmet, et ceux de l’EPE Sta (Annaba), relevant de la SGP Indjab, au profit de l’Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques (Anpt). Il a été également décidé la privatisation totale de trois EPE, relevant de la SGP Est-Sud-Est : la Société des industries des métaux de Béjaïa (EPE Simb), l’Edied M’sila et l’Edimco Batna en deux lots séparés, respectivement au profit de la SNC Etablissement de commerce international (ECI), de la SARL Hodna lait, de l’EURL Serraoui et la personne physique Laghbeche Rebaï.

    Le même communiqué indique qu’il a été également décidé les cessions des entrepôts frigorifiques de Timezrit (Béjaïa) aux personnes physiques MM. Belhadj et Saïdi de Béjaïa, de Corso (Boumerdès) à la SARL Inalca Algérie, de Taher (Jijel) à la SARL Alcodimex, de Bouira à la SARL Bista, et de Biskra à la personne physique Nab Abdeldjallil. L’unité de fabrication de sous-ensembles électriques (Fsee) de l’entreprise Enie, relevant de la SPG Indelec, a été cédée au profit du ministère de la Défense nationale.

    Enfin, la cession du siège de l’ex-PMA de Sidi Bel Abbès, relevant de la SGP Equibag, a été décidée au profit d’Algérie Télécom. Par ailleurs, le CPE a entendu une communication de l’EPE Air Algérie portant sur la cession de la flotte retirée de l’exploitation, et une communication de la SGP Est-Sud-Est sur la mise en œuvre de la résolution du CPE portant partenariat entre l’EPE Somacob et les sociétés Sogemetal et Metaltex (Algérie).


Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts