+ Reply to Thread
Page 2 of 13 FirstFirst 1 2 3 4 12 ... LastLast
Results 8 to 14 of 89
  1. #8
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    ALGIERS, February 4, 2008 (Reuters) - Algeria has yet to satisfy all the conditions for ending foreign exchange controls, Finance Minister Karim Djoudi was quoted on Monday as saying. "For convertibility to be total there are three fundamental conditions," Djoudi was quoted as saying by Le Quotiden d'Oran newspaper.

    "There should be good macroeconomic indicators, which we have but they should be confirmed over a much longer period of several years; there should be a much larger diversification of domestic and foreign revenues, and lastly there should be greater confidence in the national currency," he was quoted as saying.

    According to a KPMG guide to investment in Algeria, the dinar is convertible for all current account transactions but not for all capital movements.

    The guide says the authorities take a micro-management approach to the movement of foreign exchange, scrutinising each outflow and inflow individually under a system which until recently produced long delays.

    The process has speeded up slightly under reforms granting more latitude to commercial banks in processing transactions, it says.

    The OPEC member country has built up large foreign exchange reserves of $110 billion thanks to high oil and gas prices. Energy exports account for 97 percent of its foreign exchange earnings.

  2. #9
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Quote Originally Posted by Al-khiyal View Post

    Mardi 5 février 2008 -- Les réserves de change de l'Algérie ont atteint 110 milliards de dollars, à fin décembre 2007, (contre 77,78 milliards de dollars à fin décembre 2006), a indiqué, hier à la presse, le ministre des Finances, M. Karim Djoudi, en marge d'une rencontre sur le financement de l'économie. En l'intervalle d'une année, le matelas de devises de l'Algérie a donc augmenté de plus de 32 milliards de dollars, soit une hausse de l'ordre de 42%. Ce niveau des réserves de change représente plus de 4 années d'importation de biens et services de l'Algérie selon le rythme actuel du volume de ses importations. Les importations algériennes s'étaient établies à 27,43 milliards de dollars durant l'année 2007 contre des exportations de 59,51 milliards de dollars, rappelle-t-on.

  3. #10
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 17 Février 2008 -- L'Algérie disposait fin 2007 d'un matelas de réserves de change de 110 milliards de dollars, placés en actifs publics, dont 40% en euros, a indiqué le ministre des Finances dans une déclaration dimanche à l'AFP.

    Les placements sont notamment effectués en dollars auprès du Trésor américain et en livres sterling auprès du Trésor britannique et en yen japonais, a précisé Karim Djoudi. "Les risques sont nuls parce que ce ne sont pas des risques de marché et que la Banque d'Algérie pratique une gestion sécurisée de ces réserves", a-t-il dit. "Ces placements assurent à l'Algérie des liquidités qu'elle peut investir ailleurs à tout moment", selon lui.

    La capacité d'absorption de l'économie algérienne étant encore faible, l'injection brutale d'une telle manne aurait généré une très forte inflation préjudiciable à la croissance, souligne le ministre, en réponse aux critiques d'experts défavorables à ces placements.

    Les réserves actuelles représentent plus de quatre ans d'importation, contre moins de quinze jours en 1992-93, lorsque l'Algérie était menacée de cessation de paiement du fait d'une chute brutale des prix du pétrole sur le marché international.

    L'Algérie bénéficie depuis trois ans de la flambée des prix du brut, qui flirte avec les 90 dollars le baril en moyenne. "L'Algérie dispose d'une surface financière qui assure une fiabilité à la mise en œuvre de sa politique économique", a souligné M. Djoudi.

    La dette publique externe a été ramenée à 900 millions de dollars en 2007 -contre plus de 25 milliards USD en 1993-94 - et la dette publique interne doit être divisée par deux et ramenée à moins de 500 milliards de dinars (5 milliards euros environ) en 2008, selon les prévisions officielles.

  4. #11
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  5. #12
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  6. #13
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    March 19, 2008 (Bloomberg) -- Algeria converted to euros, yen and British pounds part of its foreign-currency reserves generated from oil sales in dollars, newspaper El Watan reported.

    The country's foreign-currency reserves total more than $110 billion, the Algiers-based daily newspaper said, citing an unidentified official. The North African nation, which gets more than half its imports from the European Union, is seeking to alleviate the impact of a depreciating dollar, it said.

    Algeria is a member of the Organization of Petroleum Exporting Countries.

  7. #14
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 24 Mars 2008 -- Des sources financières ont révélé que suite aux fluctuations de la valeur du dollar par rapport à l’euro, l’Algérie a augmenté le taux de la monnaie européenne dans ses réserves de change qui ont avoisiné 120 milliards de dollars, au début de ce mois.

    Bien que le dollar américain reste la monnaie la plus utilisée dans les différentes transactions commerciales, notamment celles du pétrole et du gaz, et la plus importante monnaie de référence dans les principales bourses, de grands pays producteurs de pétrole comme le Venezuela ont décidé d’utiliser officiellement l’euro, dans un nombre de contrats pétroliers. Cette décision intervient au moment où la valeur du change en dollar a atteint des niveaux record par rapport à l’euro.

    Il est à noter que 55% des réserves de change algériennes sont en euro, 40% en dollar, plus d’autres monnaies.

    L’initiative algérienne est intervenue graduellement pour assurer un minimum de bénéfices. Bien qu’une partie considérable de réserves de change soit sous forme de bons de caisses dans le Trésor américain, avec un taux estimé à moins de 4%, ces réserves ont été épargnées des troubles qui ont touché l’économie américaine suite à la crise du foncier.

    Une partie des réserves de change de l’Algérie est sous forme de réserves en or. Ces réserves ont été estimées jusqu’au début de l’année 2008, à plus de 147 tonnes, chose qui classe l’Algérie parmi les premiers pays au Moyen-Orient et en Afrique du Nord en termes de réserves en or.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts