+ Reply to Thread
Page 3 of 18 FirstFirst 1 2 3 4 5 13 ... LastLast
Results 15 to 21 of 122

Thread: Cevital

  1. #15
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Jeudi 20 septembre 2007 -- Le leader de l'industrie en Algérie Cévital poursuit ses investigations pour élargir son champ d'activité à travers le territoire national et à travers d'innombrables secteurs. Ainsi, il semblerait que le groupe privé algérien a entamé des négociations avec le géant italien de la sidérurgie Danieli en vue d'un partenariat sur des projets en Algérie. Si les négociations aboutissent, les deux groupes pourraient notamment coopérer dans la construction d'un complexe sidérurgique dans le cadre du mégaprojet de Cévital "Cap 2015".

    Ledit complexe de sidérurgie pourra atteindre, à terme, une capacité de production de 10 millions de tonnes par an.

    Le fameux projet Cap 2015 portera sur la réalisation d'une nouvelle ville industrielle à Cap Djinet et devrait coûter un investissement total de plus de 20 milliards de dollars.

    Ce projet s'articule autour de la construction d'un nouveau port à l'embouchure de l'oued Isser et comprend une vaste zone industrielle où seront implantés un complexe sidérurgique, un autre de production d'aluminium, sept projets pétrochimiques, des chantiers navals, des unités de construction automobile, de fabrication de conteneurs, de dessalement d'eau de mer, une centrale de 1 200 MW. D'un coût dépassant 20 milliards de dollars, le complexe générera, avant 2015, 15 milliards de dollars d'exportations hors hydrocarbures et permettra de créer plus de 100 000 emplois directs et plus de 1 million d'emplois indirects. Des investisseurs sud-coréens, américains, européens et japonais notamment, ont confirmé leur engagement à participer à ce projet.

    Le projet sera implanté sur une superficie de 1 500 hectares dont 30% gagnés sur la mer, un véritable hub logistique national et international multimodal et qui permettra l'éclatement des trafics des containers en provenance d'Asie et d'Amérique.

    Ce complexe pourrait aussi loger des pôles de compétitivité de compétence industrielle, sept projets dans la pétrochimie, un complexe de production d'aluminium (400 000 tonnes par an), un complexe sidérurgique 10 millions de tonnes par an), la construction navale, la construction automobile, la fabrication de containers, la production d'électricité (une centrale de 1 200 mégawatts), une usine de dessalement d'eau de mer et d'autres industries.

    Le projet prévoit aussi la création d'une nouvelle ville de 250 000 habitants dotée de toutes les infrastructures modernes, (hôpitaux, écoles, université, centre de recherche, centre d'affaires, centres commerciaux, hôtels, centre de loisirs…)

    Last edited by Guest 123; 19th November 2007 at 10:26.

  2. #16
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Lundi 19 novembre 2007 -- Fort déjà d'une activité multisectorielle, dont l'agroalimentaire, l'automobile, le bâtiment et autre verre plat, le groupe Cevital renforce davantage sa présence en tant que leader économique. Le patron du groupe Cevital, Issad Rebrab, compte, en effet, ouvrir d'ici la fin 2008 un hypermarché de 7 000 m² au sein du centre commercial et de loisirs d'Alger, en cours de réalisation près de l'hôtel Mercure à l'est d'Alger.

    L'ouverture de ce type de magasins relance la grande distribution en Algérie, puisque ce magasin vient s'ajouter aux 7 centrales d'achats, devant alimenter 135 magasins type métro (distribution de gros et de demi-gros) au profit des collectivités et des commerçants de gros munis de cartes. Le groupe pourra également procéder à la distribution et la diffusion de l'ensemble de la gamme Samsung, à travers les produits Samha, une nouvelle entreprise du groupe Cevital. Entériné le 13 octobre dernier, à travers un partenariat stratégique avec le géant mondial du secteur, Samsung, Samha est voulue, de ce fait, un trait d'union entre le consommateur algérien et la compagnie sud-coréenne.

    En fait, les noces des deux entreprises leaders chacune dans son pays et son domaine, ont vu la création, déjà effective, du Samsung Plaza, un espace dédié à la marque où seront exposés et proposés à la vente ses produits et, à venir, une usine de fabrication d'appareils électroniques, électroménagers et informatiques ainsi que des équipements de télécommunication. Construite sur les fonds propres de Cevital pour une valeur de 75 millions de dollars, l'usine en question commercialisera et distribuera 600 000 unités par an, dont M. Isaad Rebrab, président-directeur général de Cevital, dira qu'"elles seront identiques aux produits manufacturés par Samsung en Corée ou ailleurs et répondront aux mêmes standards de fabrication en usage dans tous les pays où le constructeur sud-coréen dispose d'une usine". Opérationnelle depuis mai dernier, elle a créé, également, 1 200 postes de travail directs.

    De plus, ce sont 100 boutiques Samha qui en assureront l'écoulement en reposant sur un "escadron" de plus de 200 magasins franchisés et ce, à travers tout le territoire national. Sans oublier les Samsung Plaza dont trois qui ont vu le jour récemment : un à Kouba, un autre à Annaba et un dernier à Oran. L'objectif est d'atteindre les 92 qui seront répartis sur l'ensemble du pays. Cependant, il ne s'agira pas seulement de construire une usine en y intégrant les différents processus de fabrication. Il est surtout question d'un transfert de technologie et de savoir-faire qu'assurera pour le compte de Samha le sud coréen Samsung à travers ses techniciens et autres ingénieurs qu'il compte dépêcher à Alger pour soutenir et assister son nouveau partenaire.

    Son dernier projet, né au début de l'année, s'appelle "Cap 2015". L'homme d'affaires veut créer de toutes pièces, à l'est d'Alger, une nouvelle ville industrielle avec des usines pétrochimiques, un complexe sidérurgique, une usine d'aluminium, un port, des centrales électriques, des unités de transformation, de construction automobile et navale. Un investissement d'au moins 20 milliards de dollars. Ce mégaprojet Cap 2015 est, aujourd'hui, une réalité. Selon le premier responsable de Cevital, la pierre angulaire de ce projet reste la création d'un hub portuaire majeur à Cap Djinet, sans lequel Cap 2015 ne peut être réalisé.

    Cap 2015 accueillera des pôles de compétitivité de compétence industrielle, sept projets dans la pétrochimie, un complexe de production d'aluminium (400 000 tonnes par an) avec des investissements en aval pour la transformation de cet aluminium. Le groupe Cevital affiche, en effet, une dynamique de croissance explosive autour d'objectifs ambitieux à l'horizon 2010 : plus de 25 000 employés et un chiffre d'affaires de 4 à 5 milliards de dollars US avec un programme d'investissement très agressif de 2,3 milliards de dollars de 2006 à 2010. La filière agroalimentaire connaît une croissance du chiffre d'affaires de 50% par an. Ce dernier est passé de 3,2 milliards de dinars en 1999 à 62,8 milliards de dinars en 2006.


  3. #17
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 18 Décembre 2007 -- Le groupe « Cevital » a annoncé, hier, une forte augmentation des prix de l’huile à partir de Janvier prochain. Cette augmentation atteindra plus de 75 dinars pour 5 litres, si les autorités n’annulent pas la taxe sur la valeur ajoutée qui est de 17%.

    Le président du groupe « Cevital », M. Issâad Rebrab, a révélé qu’un dossier a été déposé auprès de la chefferie du gouvernement à la fin 2006, pour la réalisation d’une usine de production d’huile, d’une capacité de 15 mille tonnes par jour. Le conseil du gouvernement a étudié ce dossier, le 25 décembre 2006, et accepté la réalisation de ce projet. Cependant, rien n’a été concrétisé sur le terrain, a-t-il indiqué.

    Dans une conférence de presse qu’il a animée, hier, au siège de son groupe à Alger, M. Issâad Rebrab a expliqué que c’est les distributeurs qui sont derrière les spéculations sur les prix de ce produit. Il a expliqué que son groupe « Cevital » n’est pas en mesure de contrôler les prix de l’huile, puisque sa mission est terminée une fois que la marchandise est délivrée aux distributeurs.

    Il a affirmé que certains grossistes ont augmenté les prix de l’huile de table avant même de réceptionner la marchandise. Cela prouve, selon M. Rebrab, que les distributeurs sont informés de toutes les augmentations prévues contrairement à ce qu’ils prétendent.

    M. Rebrab a ajouté que le groupe « Cevital » qui contrôle 75% du marché algérien, ne pourra pas continuer à subir des pertes due à l’augmentation permanente des prix de ce produit dans le marché international.


  4. #18
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 18 Decembre 2007 -- Face la flambée des prix des huiles brutes sur le marché mondial, la bonbonne d’huile de table pourrait atteindre 1 000 DA en 2008, a prévenu hier le président-directeur général du groupe Cevital, M. Issad Rebrab Le patron de Cevital a toutefois souligné que la flambée des prix des huiles végétales «n’est pas le fait des producteurs» mais la cause est due plutôt à la hausse vertigineuse des cours des huiles brutes sur le marché mondial.

    Pour étayer ses propos, il a cité l’huile de soja dont le prix est passé de 1 100 dollars la tonne à 1 115 dollars en l’espace d’une semaine. Le patron de Cevital a pourtant affirmé que, jusque-là, les prix pratiqué par son groupe sont bien inférieurs aux prix mondiaux grâce aux achats effectués avant l’augmentation des cours des huiles brutes.

    «Cevital, qui a su faire de bons achats par anticipation, n’a pas répercuté tous les prix appliqués sur le marché mondial. Sans cela la hausse, qui est de l’ordre de 35 DA aurait pu atteindre 75 DA», a-t-il indiqué. Mais tôt ou tard, le groupe compte aller vers la réalité des prix, selon la déclaration de son P-DG.

    «Une fois les stocks achetés par anticipation seront épuisés nous serons obligés de réajuster nos prix par rapport au marché mondial», a-t-il averti. M. Rebrab a affirmé à ce titre que les producteurs «n’ont aucun pouvoir sur les prix de détail» et «qu’il appartient à l’Etat d’alléger la pression sur les ménages en supprimant de la TVA».

    Si l’Etat ne supprime par la TVA sur les huiles, il y a aura forcément une augmentation, et c’est le citoyen qui va en subir les conséquences, a-t-il insisté avant d’ajouter que les huiles végétales ne sont pas un luxe mais un produit de première nécessité.

    Il a cité l’exemple de la Tunisie qui pratique un taux de 0 % de TVA sur les huiles et biens d’autres produits de large consommation. Leader dans la production des huiles alimentaires au niveau national, Cevital couvre 70 à 75 % des besoins du marché national.

    Le reste est approvisionné par quatre autres producteurs privés répartis sur Alger, Béjaïa, Annaba, Oran, Maghnia et Aïn M’lila. Au total, la production nationale en huile végétale couvre largement les besoins du marché local. «L’offre est largement supérieure à la demande», a indiqué M. Rebrab ajoutant que Cevital peut, à elle seule, couvrir les besoins du marché local.

    Il a affirmé à ce propos que son groupe dégage un excédent de 40 % qui est destiné à l’exportation. Il compte, par ailleurs, installer ses filiales de raffinage en Libye et en Arabie saoudite. «Nous comptons travailler à pleine capacité et exporter la totalité de nos excédents à partir de 2008», a-t-il affirmé.

    Des exportations dont les recettes atteindraient, selon lui, 700 millions de dollars par an. Concernant le projet d’une unité de trituration d’une capacité de 15 000 tonnes par jour, M. Rebrab a rappelé que son groupe a déjà introduit un dossier auprès des servies du chef du gouvernement.

    Il a suggéré, en parallèle de l’usine de trituration, le développement de la culture des graines oléagineuses avec le concours des pouvoirs publics, les industriels et les agriculteurs. Pour échapper aux fluctuations du marché mondial, le P-DG de Cevital, souligne que l’Algérie devrait produire ses propres huiles brutes qui sont actuellement importées à 100 %.

  5. #19
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 2 Janvier 2008 -- Quelques commerçants détaillants ont commencé à appliquer le prix de 800 Da pour le jerrican d’huile de table, avant même l’entrée en vigueur de l’augmentation annoncée par le groupe « Cevital » dans les marchés de gros. La subvention des prix de la semoule, décidée par le gouvernement, et prévue à partir du mois de Janvier, n’a pas encore été appliquée.

    Les citoyens ont été très choqués par l’augmentation du prix de l’huile de table, lors de ces deux derniers jours. Quelques commerçants détaillants ont commencé à appliquer cette augmentation, comme a menacé Cevital au cas où le Gouvernement n’allait pas répondre à ses revendications, notamment l’annulation de la taxe sur la valeur ajoutée avant la fin 2007.

    Le prix du jerrican de l’huile de table a atteint 800 Da, dans quelques magasins d’alimentation générale. Les prix de ce produit sont beaucoup plus élevés dans certains endroits, même si cette augmentation n’a pas été officiellement annoncée par le groupe « Cevital ».

    Les grossistes que nous avons rencontrés, hier, à « Kouba » et à « Semmar » à Alger, ont considéré qu’elle n’est que de la contrebande exercée par des opportunistes, qui profitent de ces occasions pour imposer leurs prix exorbitants.

    Les prix de la semoule restent très élevés dans les marchés de gros, en attendant l’application des nouvelles mesures annoncées par le gouvernement, concernant la subvention de ce produit. Suite à cette subvention, le prix maximum sera de 3600 Da/quintal.

  6. #20
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 20 janvier 2008 -- Présent hier à la cérémonie de signature des contrats liant le ministère de l’Environnement et des investisseurs nationaux, le P-DG du groupe Cevital, M. Issad Rebrab, n’écarte pas la possibilité de voir les prix de l’huile augmenter. La prévision de Rebrab repose sur l’augmentation du prix de la matière première sur le marché mondial. Rebrab souligne que le prix d’usine de la bouteille de 5 litres d’huile varie entre 550 et 600 DA. Et quand on sait que le prix au détail atteint au moins 700 DA, on conclut que la marge bénéficiaire reste importante. Rebrab note néanmoins que «les pouvoirs publics tentent de revoir à la baisse la taxe sur la valeur ajoutée (TVA)». Une donne qui ne manquera pas de stabiliser les prix. Le patron de Cevital s’est montré, par ailleurs, satisfait de la baisse du prix du sucre qui passe de 50 à 38,5 DA (TTC).

  7. #21
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 22 janvier 2008 -- Un projet de partenariat agricole entre Ceviagro, filiale du groupe Cevital, et la ferme pilote Si Baroudi de Boukadir, à l’ouest de Chlef, a reçu l’aval du ministère de l’Agriculture et du Développement rural pour la sauvegarde et le développement de 600 ha d’agrumes, avons-nous appris hier auprès de la DSA de Chlef. Il s’effectuera, nous dit-on, sur la base d’un cahier des charges qui définit le rôle, les droits et obligations de chaque partie.

    Le choix s’est porté sur un domaine déficitaire de 900 ha qui, affirme-t-on, vit une situation particulièrement difficile avec d’importantes dettes et des vergers en déperdition. Dans ce cas, l’apport de la filiale de Ceviagro ne sera que bénéfique, estime-t-on, dans la mesure où il permettra de remédier à cet état de fait par les moyens appropriés, en engageant notamment des investissements dans le domaine du renouvellement des plantations et l’introduction de nouvelles variétés d’orange et de mandarine.

    L’opération, ajoute-t-on, sera accompagnée par un bureau d’études étranger spécialisé dans la modernisation du potentiel arboricole et la mise en place de pépinières adaptées aux exigences des lieux. De plus, il est prévu la réalisation d’une unité de transformation des produits en question. Ce sera pour ainsi dire une opération pilote qui vise à réhabiliter cette importante activité agricole et à lui redonner la place qui lui revient dans le paysage économique local et national. Elle aura de toute évidence des retombées positives en matière de création d’emploi et de remise en l’état des vergers agrumicoles longtemps laissés à l’abandon.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts