+ Reply to Thread
Page 7 of 22 FirstFirst ... 5 6 7 8 9 17 ... LastLast
Results 43 to 49 of 151
  1. #43
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 5 Avril 2008 -- En 2007, l’Allemagne était, après la France, l’Italie, la Chine et les Etats- Unis, le 5e plus important fournisseur de l’Algérie. Pour le premier semestre de la même année, les exportations allemandes vers l’Algérie ont atteint 759 millions USD, ce qui représente une hausse de 31,35% par rapport à 2006. Avec 166 sociétés actives en Algérie, le volume des investissements germaniques dans notre pays est évalué à 200 millions d’euros.

    Ces chiffres sur la performance de l’économie allemande ont été communiqués lors d’une journée d’information sur la promotion des exportations hors hydrocarbures vers le marché allemand organisée mercredi dernier à Tizi Ouzou par la chambre locale du commerce (CCID) et la chambre algéro-allemande de commerce et d’industrie (AHK-Algérie). Selon un rapport, les exportations allemandes vers l’Algérie en 2007 étaient : biens d’équipements industriels (55,8%), demi-produits (19,6%), biens de consommation (13,9%) et alimentation (7,9%).

    Dans le sens inverse, les flux du commerce sont très dérisoires, a noté M.Medjkouh, président de la chambre du commerce et d’industrie Djurdjura. M.Hergenrother, directeur général de AHK-Algérie, fera remarquer de son côté qu’avec un chiffre d’affaires de 800 millions d’euros, les exportations hors hydrocarbures de l’Algérie restent très faibles comparativement aux pays voisins, le Maroc et la Tunisie. Les entrées de l’Algérie proviennent essentiellement des exportations du gaz et du pétrole. Elles s’élèvent à 58,2 millions USD pour l’année 2007, soit près de 98% des exportations algériennes.

    « Les exportations algériennes hors hydrocarbures ont besoin d’être soutenues. Dans ce domaine, celles de la Tunisie se chiffrent à 7 milliards d’euros. Ce pays n’a pas que le tourisme et l’agriculture, il exporte 4 milliards d’euros en produits électroniques », a indiqué le coordinateur des relations algéro-allemandes. M.Hergenrother est convaincu que l’Algérie a des potentialités alléchantes à faire valoir sur le marché mondial. Toutefois, il a estimé que les PME algériennes qui affrontent la globalisation sont tenues d’augmenter leur productivité et leur compétitivité pour profiter pleinement de l’accord d’association entre l’Algérie et l’Union européenne, entré en vigueur depuis septembre 2005 et relever le défi de l’entrée de l’Algérie à l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

    Sur un autre plan, le directeur général de la chambre algéro-allemande du commerce et d’industrie a plaidé pour le renforcement de la communication commerciale à l’effet de promouvoir les entreprises algériennes à l’étranger. « Hormis l’ambassadeur que nous rencontrons de temps à autre, on ne trouve aucun interlocuteur en Allemagne. Les autres pays du Maghreb sont plus actifs dans ce domaine. La Tunisie dispose d’une agence à Düsseldorf depuis 30 ans », a déploré le même responsable.

  2. #44
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 30 Avril 2008 -- La Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Oranie organise, le 14 mai, une journée d’information sur la promotion des exportations de produits algériens vers le marché allemand. Cette journée a pour but la présentation du guide d’accès au marché allemand aux entreprises de la région d’Oran, afin de leur permettre d’augmenter leurs capacités d’exportation, de mieux connaître le marché allemand et de développer des relations de partenariat. Il est sans doute utile de noter que le volume des importations en provenance de l’Allemagne, sur la période 1994-2003, s’est situé entre un minimum de 482,6 millions de dollars en 1997 et un maximum de 847 millions de dollars en 2003, soit une hausse de 62% en 10 ans. Le volume annuel moyen est de l’ordre de 685 millions de dollars. La tendance à la hausse des importations en provenance de l’Allemagne a été constatée à partir de 1998. En valeurs, le volume des importations en provenance de l’Allemagne représente 6,78% en moyenne annuelle de celui total des importations de l’Algérie et 11,71% des importations en provenance de l’Union européenne. C’est une proportion située en moyenne sur la période considérée pour 57,97% dans les importations totales de l’Algérie. Si l’on fait une rétrospective des relations commerciales entre les deux pays, on constate que durant la décennie 1970, les relations économiques et commerciales entre l’Algérie et l’Allemagne avaient connu un essor important. L’influence des entreprises allemandes sur le marché algérien a par la suite connu une relative inertie et les exportations de l’Algérie vers l’Allemagne ont évolué mais sont restées très peu diversifiées.

  3. #45
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Radia Djouzi :


    Lundi 5 Mai 2008 -- Les exportations algériennes hors hydrocarbures demeurent à la traîne par rapport aux pays voisins. Les chiffres de la Chambre algéro-allemande de commerce et d’industrie (AHK-Algérie) démontrent que les exportations globales algériennes hors hydrocarbures ne représentent que 1,8 milliard d’euros contre 11,5 milliards d’euros d’exportations tunisiennes et 12,7 milliards d’euros d’exportations marocaines enregistrées durant l’exercice 2006. Ce sont les chiffres rendus publics hier par le directeur général AHK-Algérie, M. Andreas Hergenröther, lors de son allocution d’ouverture de la journée d’information sur le thème : «La promotion des exportations de produits agricoles frais et l’accès au marché allemand.» L’intervenant, qui a longuement rappelé le potentiel algérien notamment dans le secteur agricole, a souligné l’importance du marché algérien pour son pays : «[…] L’Algérie est placée 57ème dans le tableau des plus importants partenaires économiques allemands.» Une économie qui a pu enregistrer un volume d’exportations de l’ordre de 900 milliards d’euros durant l’exercice 2006, se classant ainsi à la première place en matière d’exportations devant les Etats-Unis, la Chine et le Japon.

    Ce géant économique très intéressé par les produits agricoles algériens n’arrive pas à expliquer la frilosité des Algériens quant à la participation aux manifestations allemandes notamment les salons internationaux organisés périodiquement dans les différentes villes allemandes. A ce sujet, M. Andreas Hergenröther n’a pas hésité à se poser des questions tout en comparant la participation des pays voisins aux différentes manifestations allemandes notamment celle des fruits et légumes «Fruit logistica» : «Je ne comprends pas pourquoi l’Egypte participe avec 70 participants et les exposants tunisiens et marocains sont souvent accompagnés de leurs ministres de l’Agriculture au moment où l’Algérie ne participe pas !» A ce propos, le chargé des foires, de la promotion des exportations et des PME au sein de AHK-Algérie, M. Sebastian Metz, a annoncé que «l’Algérie, à travers la CNA, avait décidé de participer à cette manifestation en 2007. Après un travail de longue haleine, les responsables ont décidé d’annuler leur participation à la veille de l’ouverture du salon […] Je pense que ce comportement n’est pas professionnel». Cela dit, les Allemands ne veulent pas lâcher prise, ils sont très intéressés par les produits agricoles algériens. M. Hergenröther a signalé que «les Allemands connaissent maintenant la datte tunisienne et les oranges marocaines, mais ils ne connaissent pratiquement rien sur les produits agricoles algériens. Je pense que c’est le moment de les faire découvrir puisque le marché allemand est en mesure de recevoir tous les types de produits agricoles algériens».

    Pour sa part, en marge des travaux, le directeur général d’Algex (Agence algérienne de promotion du commerce extérieur), M. Mohamed Benini, a reconnu le manque à gagner dans le domaine de la promotion des produits agricoles nationaux à l’étranger notamment en Allemagne en promettant d’œuvrer à «la préparation de la participation algérienne à cette manifestation le mois de février de l’année prochaine». Pour ce qui est des problèmes relatifs aux opérations d’exportation, M. Benini a rappelé que «beaucoup reste à faire notamment dans le domaine de l’administration», devenue obsolète de nos jours : «Il faudrait revoir certaines conditions de recrutement aux postes de responsabilité pour donner plus de chances aux jeunes diplômés.» Il est utile de rappeler que, afin de mieux organiser les opérations d’exportation vers l’Allemagne et inciter de plus en plus les agriculteurs algériens à l’exportation, la Chambre algéro-allemande de commerce et d’industrie vient d’éditer un Guide d’accès au marché allemand, actuellement disponible sous forme de livre et de CD.

  4. #46
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 6 mai 2008 -- « Les responsables et ingénieurs algériens vont se rendre en Allemagne au début du mois de juin pour cinq jours dans le cadre de la coopération en énergie renouvelable pour rencontrer leurs homologues allemands qui vont leur présenter des projets de partenariat et de nouvelles technologies solaires ainsi que des responsables de l’administration allemande », a déclaré M Andréas Hergenrother, DG de la chambre algéro-allemande de commerce et d’industrie, en marge de la conférence de presse organisée hier à l’hôtel Mercure pour annoncer la tenue du salon international de l’industrie de verre « Glasstec » organisé par la foire de Düsseldorf et qui se tiendra du 21 au 25 octobre prochain. Il n’a pas manqué d’indiquer en outre qu’il est question d’approfondir ces projets de partenariat algéro-allemand en matière notamment d’environnement et d’énergie solaire. Le salon « Glasstec » de renommée mondiale réunit, d’après Mme Marianne Ingenhover, directrice de ce salon, plus de 1200 exposants chaque deux ans et 54 000 visiteurs internationaux. Il est attendu, a-t-elle ajouté, la participation des entreprises algériennes auxquelles il est proposé une réduction des billets d’avion (Air Algérie et Lufthansa) de l’ordre de 15 % ainsi que d’autres services pour celles qui désirent y participer. « Des produits verriers innovants qui jouent un rôle primordial dans la conception des immeubles économes en énergie seront exposés à cette occasion », dit-elle, en soulignant que 2/3 des exposants sont des firmes internationales. C’est ainsi que « Glasstec » 2008 reflète ce grand intérêt en présentant sous le thème « verre et énergie » les tout derniers développements de la branche verrière dans le domaine notamment des solutions « verre économe » et des techniques solaires dont l’Allemagne détient une grande part dans le marché mondial. Il est également prévu, poursuit-elle, le congrès des architectes qui se tient parallèlement au salon. « Il propose aux participants des informations très intéressantes en matière notamment de la technologie des façades », dira aussi Mme Ingenhover qui met l’accent aussi sur l’industrie du verre, la construction des machines et l’artisanat verrier. Dans les débats, les questions essentielles ont porté évidemment sur l’industrie du verre en Algérie et la politique de recyclage du verre qui n’existe pas encore chez nous, selon un intervenant. Il en est de même pour la fabrication de panneaux solaires qu’il est question de fabriquer en Algérie dans le cadre du projet de réalisation d’une usine par le groupe Cevital en partenariat avec un groupe allemand. « La question est encore à l’étude », dira le représentant de ce groupe algérien. A propos du montage d’une PME de récupération et de recyclage de verre, l’investissement ne dépasse pas, selon M. Bend Horger Zippe, membre du comité d’organisation de « Glasstec », un million d’euros.

  5. #47
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 7 Mai 2008 -- Dans le but de vulgariser l’utilisation des panneaux de plâtre (placoplâtre) dans le secteur du bâtiment, la société Knauf Plâtres Fleurus va ouvrir dans les prochaines semaines un deuxième centre de formation professionnelle à Alger après celui érigé sur le site même de l’usine de Fleurus, fonctionnel depuis septembre dernier et qui a déjà formé 145 stagiaires. Selon Vincent Allard, directeur commercial et marketing Afrique du Nord, qui se prononçait en marge d’un colloque organisé hier par Knauf Fleurus, le centre d’Alger va coûter 70 millions DA, dont 20% venant de l’Etat allemand, dans le cadre d’une coopération algéro-allemande. Il a indiqué que cette initiative «répond à un besoin de mieux faire connaître ce matériau chez les opérateurs nationaux versés dans le domaine de l’habitat. Pour ce faire, nous offrons aux personnels des entreprises intéressées une formation spécifique afin qu’ils puissent se familiariser dans sa mise en œuvre. Et par là même de permettre aux architectes et aux entreprises du bâtiment d’accroître leur connaissance de la plaque de plâtre tout en se familiarisant avec sa mise en œuvre».

    On apprendra de ce même responsable que la chaîne de production de plaques de plâtre de l’usine de Fleurus (35 km à l’est d’Oran) a une capacité de production actuelle de 10 millions de m2 qui sera portée à 20 millions de m2 à l’horizon 2009. «Une production qui sera en partie destinée à l’exportation», a précisé le directeur commercial et marketing. En ce qui concerne la production de plâtre en vrac, elle atteint 600 000 tonnes alors qu’elle était avant la prise en main de l’usine par Knauf de 230 000 tonnes. Rappelons, enfin, que la société allemande Knauf a, il y a trente ans, construit pour le gouvernement algérien cinq usines clés en main pour la production de plâtre et autres dérivés. Le 13 mars 2006, la branche internationale de Knauf achetait 50% des actions de l’usine de Fleurus pour 8 millions d’euros. Elle a déjà sollicité les pouvoirs publics algériens pour acquérir les 50% restants.

  6. #48
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Radia Djouzi :


    Jeudi 15 Mai 2008 -- Le commerce algéro-allemand ne cesse de croître ; il a augmenté durant le premier trimestre de l’année en cours de 40% par rapport à la même période de l’exercice précédent pour atteindre 528 millions de dollars, a indiqué mardi dernier à Tlemcen le directeur général de la Chambre algéro-allemande de commerce et d’industrie (AHK Algérie), M. Andréas Hergenröther. Il a précisé, à l’occasion de la tenue d’une journée d’information portant sur la promotion des exportations algériennes vers l’Allemagne, que «ces exportations ont connu une hausse de 20% entre 2006 et 2007». Ainsi, ce volume est passé de 1,46 milliard à 1,8 milliard de dollars. Les produits exportés de l’Algérie vers l’Allemagne ont enregistré 1,1 milliard d’euros en 2007 contre 1,18 milliard d’euros en 2006, «90% de ce volume est représenté par le pétrole et seulement 8,5% par les dérivés pétrochimiques, les matières premières et l’artisanat» a-t-il expliqué. En 2007, «sur un montant global de 52 milliards de dollars, les exportations hors hydrocarbures n’ont atteint que 800 millions d’euros, représentées par des déchets non ferreux, des matières premières et des produits agricoles», a-t-il signalé dans ce contexte. Le volume des exportations algériennes demeure faible par rapport aux pays voisins «le Maroc et la Tunisie dont les exportations vers le même pays sont respectivement de 13 et et 11,5 milliards d’euros», a rappelé le directeur général d’AHK Algérie. Afin de combler ce déficit, la Chambre algéro-allemande a initié une série de rencontres avec les opérateurs algériens en vue de les sensibiliser sur «l’importance du marché allemand et leur communiquer toutes les informations et procédures nécessaires», a-t-on indiqué. Des rencontres ont déjà eu lieu à Alger, Biskra et Tizi Ouzou notamment. Présent à cette occasion, M. Sebastien Metz, expert en promotion des exportations algériennes depuis janvier 2007, a précisé que «neuf secteurs d’activité étaient ciblés, entre autres l’agroalimentaire, les textiles et l’habillement, les cuirs et chaussures et l’artisanat». Pour ce faire, un guide d’accès a été réalisé et distribué aux opérateurs économiques. Abordant le sujet relatif à la formation, le premier responsable de l’AHK Algérie a annoncé «la création d’une académie des cadres en partenariat avec la Fondation ‘’Konrad Adenauer’’».

  7. #49
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 15 Mai 2008 -- Le directeur général de la Chambre algéro-allemande de commerce et d’industrie (AHK), M. A. Hergenrother, accompagné de son collègue M. Sébastien Metz, a animé, hier matin, à la CCIO d’Oran, une journée d’information sur la promotion des exportations vers le marché allemand. Cette rencontre, qui intervient dans le cadre du programme d’activité de l’AHK, avait pour objet la présentation du “guide d’accès au marché allemand” qui est un projet commun de la chambre algéro-allemande en collaboration également avec l’agence GTZ.

    Face à des opérateurs venus peu nombreux, le DG d’AHK a d’emblée situé la position de l’Algérie à l’exportation hors hydrocarbures dans le Maghreb, soulignant ainsi l’énorme retard que nous accusons. “L’Allemagne est l’un des marchés le plus important en Europe. Pour l’année 2006, le Maroc a exporté dans le monde pour 13 milliards de dollars, la Tunisie plus de 11 milliards de dollars et pour la seule activité de sous-traitance, elle a exporté pour plus de 4 milliards d’euros, alors que pour l’Algérie, ce sont seulement 1 milliard de dollars qui a été enregistré”, dira, M. Hergenrother qui poursuit son intervention sur les atouts évidents de l’Algérie, notamment dans le domaine de la pêche, de l’agriculture pour cause de microclimat favorable pour les produits maraîchers surtout.

    L’orateur développera à cet instant un discours volontaire et encourageant quant à la promotion des relations économiques bilatérales et, du même coup, de toucher du doigt les défaillances algériennes. En effet, le DG de la Chambre algéro-allemande, fort de son expérience sur le terrain, 6 ans au Maroc et depuis 4 ans en Algérie, soulignera : “Il est dommage qu’il n’existe pas d’institutions à l’étranger qui défendent les exportations algériennes hors hydrocarbures comme le font depuis plus de 20 ans le Maroc et la Tunisie par le biais d’agences qui travaillent pour la promotion de leurs différentes branches d’activité.” Remarque qui sera approuvée par nombre d’intervenants dénonçant la bureaucratie et l’absence de soutien aux niveaux politique et institutionnel à l’encontre des opérateurs économiques, par comparaison, bien sûr, avec nos voisins immédiats.

    Dans cet ordre d’idées, les représentants de la chambre AHK ont encore déploré le manque de travail, de communication et donc de promotion de la part de l’Algérie pour la participation à des salons et foires internationaux, notamment celui des fruits “Logistica”. Ce salon, qui se tient en février à Berlin, est un salon spécialisé dans le marketing des fruits et légumes qui, cette année, a vu 190 pays présents et, bien sûr, l’Algérie y était absente. À noter que l’Allemagne est justement le pays où se déroulent les deux tiers des salons leaders dans le monde.

    Quant au niveau des échanges entre nos deux pays, les intervenants ont annoncé que les exportations allemandes vers l’Algérie en 2007 avaient atteint 1,8 milliard de dollars, et que pour le premier trimestre de l’année 2008, ce montant était de 528 millions de dollars, soit une progression de 40%.

+ Reply to Thread
Page 7 of 22 FirstFirst ... 5 6 7 8 9 17 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts