+ Reply to Thread
Page 1 of 39 1 2 3 11 ... LastLast
Results 1 to 7 of 267
  1. #1
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Les ports de l'Algérie :



    Well informed sources at the port of Algiers revealed yesterday the interest of foreign companies to get a part of the capital of Algiers’ port and enter as a partner to manage the containers. Dubai’s ports come at the top of the list of companies that have shown a predisposition and an important interest, in addition to the Danish company “Mersk” and the French company “CMIGMI”.....

    More.....

  2. #2
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Les ports de l'Algérie :


    Algeria has requested a report from World Customs Organisation (WCT) in order to benefit from an impartial and experimental opinion likely to unveil all shortcomings, said Mr. Mohamed Abdu Bouderbala, customs general manager.

    Bouderbala told Echorouk that “the customs department searched for hotbeds of corruption that did not allow Algerian customs to be at the level of world customs”. He added that the customs department asked the International Monetary Fund (IMF) to make remarks and tangible suggestions in order to develop this system.

    Mr.Bouderbala said Algeria considers joining World Trade Organisation (WTO). A detailed report was prepared by IMF representatives. It is compared to the WCO report, said the customs general manager.

    In addition to “audit” reports on Algeria’s big ports such as Oran, Algiers and Bejaia, Mr. Bouderbala mentioned that Finance General Inspection worked with Algerian customs on determining gaps and hotbeds of corruption.

    World Customs Organisation recommends Algiers port closure

    According to the World Customs Organisation’s report, the shortcomings of Algerian customs consist in the absence of a clear future perspective, an obstructive bureaucracy and low salaries.

    World Customs Organisation (WCO) suggests closing Algiers port and to transfer its activity outside the capital. The organisation proposes to reduce the number of agents in the big cities and to appoint them in border regions where there is a lack of material and human resources.

    In addition, the WCO asked Algerian customs to make more efforts in fighting drugs and corruption.

    The report mentions the priority to provide customs agents and operators with material conditions for easier goods transit. It suggests the creation of a budget and statistics department complying with international standards.

    The World Customs Organisation recommends redeploying customs agents to areas where there is a lack of human resources especially in southern Algeria. The organisation’s report asks for providing information for passengers and tourists about customs law.

    The report indicates that customs administration is almost isolated from companies, economic operators and tourists.

    WCO’s observers said there was no strategic objective planned in customs administration, which does not encourage foreign companies to invest in Algeria.

    The report pointed out the bad equipment in all customs administrations except the International Airport Houari Boumediene in Algiers.

    As for fighting counterfeiting, the organisation’s observers notice that customs could not face this phenomenon because there is no clear legal text to really face counterfeiting.


  3. #3
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Sri Lanka's LHI designs harbour in Algeria


    El Kala, El Tarf

    June 10, 2007 -- LHI - The Lanka Hydraulic Institute Ltd - has been commissioned for the modelling and designing of the new El Kala Harbour in North-Eastern Algeria. Working together with Hydro Marine Ingeniuers (HMI) of Algeria, LHI will design the new harbour and will also advise the Ministry of Public Works of Algeria on stabilising the old El Kala Harbour.

    This is the first time LHI is engaged in work in the African continent. LHI are consultants in coastal engineering, water resources and urban water and have a modern facility in Katubedda, Moratuwa.

    The LHI team visited the harbour site in Algeria in March and are already engaged in carrying out the modelling work for the design requirement. "We hope to complete designs in four months.

    "We are happy that Sri Lankan consultants are engaged in a project so far away from home and in Africa, although we have worked on the design of projects as far away as in Korea before. This is clearly a step in the right direction for Sri Lanka in the area of export of services from Sri Lanka," said Chief Executive / Director of LHI, Malith Mendis.

    "Sri Lanka should encourage Sri Lankan companies to work abroad rather than continue with the current practice of our workers and professionals going abroad individually to work for companies there. There is no reason why Sri Lankan consultancy firms and contractors cannot work on projects abroad," he said.

    LHI has been on a promotion drive in the Middle East and other countries to engage in the design of harbours and ports and held their brand launch in Dubai in November 2005.

    "More than 50% of our work now is on overseas projects and this is a trend we hope will continue," said Mendis. LHI has now completed the projects in Korea in the restoration of the Song Do Beach and the Expansion of Busan Harbour.

    In the recent past LHI has been engaged in the design of Al Lakbi Harbour in Oman, Al Marjan Off-shore Development in the UAE and the studies on Ellaidoo island in the Maldives.

    LHI is currently also engaged in the design of drainage in four inhabited islands in the Maldives under the USAID project.

    In Sri Lanka, LHI was involved in the design of the Colombo South Harbour and are now engaged in the development of Galle and Hambantota Harbours. It is also engaged in rehabilitating the Valaichchenai Fishery Harbour.

    LHI is an Employee Share Trust owned company with a share holding by the Sri Lanka government.


  4. #4
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Samedi 30 juin 2007 -- Longtemps attendu par ses habitants, mais surtout ses pêcheurs, le nouveau port de pêche d’El Qala sera livré d’ici janvier 2009. C’est ce qu’a affirmé à notre journal, mercredi, M. Alessandro Pacifici, directeur italien du chantier de construction du nouveau port d’El Qala. Confié officiellement aux Italiens en août 2006, le chantier proprement dit n’a pu être lancé qu’en cette fin du mois de juin.

    Les raisons du retard accusé dans le lancement des travaux, M. Pacifici les imputera aux lenteurs bureaucratiques liées aux multiples autorisations qu’il faut arracher aux différentes autorités, mais aussi au retard enregistré dans la mise en place de toute la logistique nécessaire au démarrage d’un si grand chantier. «Les administrations ne fonctionnent réellement que trois jours par semaine. Ce n’est certainement pas le cas de la capitale mais une petite wilaya dans l’extrême est du pays ne suit pas automatiquement tous les progrès enregistrés au niveau central. C’est la contrainte majeure à l’avancée des travaux.»

    Outre la firme italienne Cooperativa Muratori Cementis Ravenna (CMC), le groupement mixte chargé de la réalisation du nouveau port comprend aussi la société algérienne Sotrames. Cette dernière détient 30 % des parts de marché alors que CMC en détient 70%. D’une capacité totale de 540 bateaux, le nouveau port de pêche s’étend sur une surface d’eau de 5,3 hectares et une superficie totale de 6,5 ha. La profondeur du terrain d’eau atteindra, quant à elle, les 4 mètres. La longueur de la jetée atteindra les 550 mètres avec un aménagement d’une voie d’accès à partir de l’ancien port. Le nouveau port dont le chantier a été abandonné, à trois reprises depuis 2003, par d’autres firmes avant d’être confié au groupement algéro-italien, emploie 89 personnes, à savoir 19 expatriés italiens et 70 Algériens. Quant au coût de l’ouvrage, il est estimé à 3 491 milliards de dinars. «Une partie versée en euros en plus de la partie versée en dinars», précisera le directeur italien du chantier.

    Avant d’entamer les travaux, les Italiens, explique M. Pacifici, ont recouru à des simulations sur un modèle réduit au 1/500e du modèle réel du port. «Ces différentes simulations s’imposaient, vu la nature du site choisi pour l’emplacement du port de pêche.» Un emplacement, apprend-on, déjà choisi par les Français du temps de la colonisation. Les moyens de réalisation de l’époque ne permettaient pas la sécurisation du port. Les constructeurs du port relèvent la particularité du site choisi qui ne dispose pas d’abris naturels contre les vents et les tempêtes de mer. C’est pourquoi les constructeurs du nouveau d’El Kala ont prévu des protections spéciales chaque 10 mètres le long de la jetée. Quant au retard à rattraper sur les délais de réalisation de l’ouvrage, qui ne doit pas excéder les 30 mois, M. Pacifici dira : «On espère pouvoir rattraper le retard.» Pour ce, tient-il à préciser, «il faut que tout fonctionne comme une montre suisse. Les matériaux et moyens de construction doivent être acheminés dans les temps et sans les lenteurs administratives rencontrées au début des travaux».

    A noter que l’ancien port sera transformé en port de plaisance. Le ministre des Travaux publics, qui entamera aujourd’hui une visite de travail dans la wilaya d’El Tarf, est attendu sur le nouveau chantier.


  5. #5
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    « Les ports de Dubaï » et la gestion du terminal des containers du port d’Alger


    Mercredi 4 juillet 2007 -- Une source bien informée a confié à El Khabar que les ministères du Transport et de l’Industrie et des Participations, en coordination avec le port d’Alger, ont achevé la préparation du dossier de la concession de 50% du terminal des containers du port d’Alger à l’Emiratie « les Ports de Dubaï ».

    La même source a révélé que cette transaction va permettre de développer les outils de gestion du traitement des containers à l’instar de ce qui s’est passé à Bejaia avec le groupe américain Portec à travers sa filiale de Singapour.

    D’autre part, la même source a affirmé que la finalisation du dossier de partenariat entre le port d’Alger et « les ports de Dubaï » se fera entre les 15 et les 20 Août, soulignant que les négociations actuelles permettent aux « ports de Dubaï » d’obtenir 50% du terminal des containers.

    En vertu de l’accord, qui sera prochainement signé entre les deux parties, « les ports de Dubaï » va apporter son expérience internationale dans le domaine de la gestion du mouvement des containers et leur traitement, ce qui va permettre au port d’Alger de se débarrasser progressivement des containers entassés, qui occupent une grande place dans le port.

    Sur un autre plan, la coordination nationale des syndicats des ports a menacé hier, dans un communiqué, d’organiser des journées de protestation au cas où les autorités publiques ne répondent pas à leur revendications, qui sont le rejet des négociations des autorités algériennes et « les ports de Dubaï » pour la concession d’une part du terminal du port d’Alger.

    Le même communiqué a indiqué que la coordination s’est réunie hier à l’hôtel Essafir et a confirmé ses positions annoncées, dont le refus de la libéralisation des activités qu’ils ont qualifié de « privatisation sauvage ».


  6. #6
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Jeudi 5 juillet 2007 -- Ebullition chez les dockers. La réunion, qui a eu lieu avant-hier au niveau de l’hôtel Essafir à Alger et qui a regroupé l’ensemble des animateurs de la Coordination nationale des syndicats des ports d’Algérie (CNSPA), est annonciatrice d’un futur bras de fer entre les syndicalistes du secteur et les pouvoirs publics. La cause ? La décision prise par le département des Transports de donner en concession au profit d’une firme étrangère, en l’occurrence l’émirati Dubai Port World, la concession de gestion des terminaux de deux ports.

    Il s’agit de celui d’Alger, considéré comme le plus important à l’échelle nationale et celui de Djen-Djen. A moyen terme, le port de Annaba est appelé à être cédé également à la même entreprise. Cette décision prise par les pouvoirs publics a fait sortir les représentants des travailleurs de leur mutisme en montant au créneau pour exprimer leur opposition à cette démarche. Une démarche que les animateurs de la Coordination national des syndicats des ports d’Algérie ont qualifié “d’idée destructrice des ports par une privatisation sauvage, une formule de filialisation ou de partenariat étranger dont le seul profit et d’accaparer nos richesses nationales”.

    En guise d’argument, les syndicalistes soutenus par 14 000 dockers rappellent l’accord conclu entre la CNSPA et le ministère des Transports en date du 10 avril 2006. Un accord conclu suite à une réunion qui s’est tenue au siège du ministère des Transports et à laquelle ont pris part des membres du secrétariat national de l’UGTA, en l’occurrence MM. Badreddine et Bouzidi en présence du premier responsable du département. Cette nouvelle donne, les représentants des 14 000 dockers la qualifient “d’explosive”, tout en rappelant “les pouvoirs publics de mettre un terme au processus de partenariat et de privatisation quelle que soit la décision concernant les ports prise unilatéralement sans consultation du partenaire social”.

    Ainsi, devant cette situation “préoccupante et alarmante qui se développe au niveau des ports d’Algérie”, les animateurs du CNSPA, lit-on dans une déclaration rendue publique, “invitent les travailleurs des entreprises portuaires à demeurer vigilants devant ces provocations et attendent des pouvoirs publics des réponses concrètes dans les prochains jours”. “Passé ce délai, elle se réserve (CNSPA, ndlr), le droit de prendre toutes les mesures nécessaires et légales lui permettant de faire valoir ses justes et légitimes revendications et ce, par l’organisation de journées de protestation”, estil indiqué encore.

    Il y a lieu de rappeler que l’idée de mettre en concession la gestion des conteneurs des trois ports précités a été finalisée lors du séjour effectué dernièrement par le ministre des Finances, M. Djoudi, à l’occasion de la tenue de la session économique algéro-émiratie, dont la délégation algérienne a été présidée par M. Karim Djoudi. Il est à signaler que la Coordination nationale des syndicats des ports d’Algérie est une structure syndicale affiliée à l’UGTA et regroupe les syndicalistes représentant plus de 10 ports pour 14 000 travailleurs.

    Sur un autre plan, les travailleurs des ports d’Algérie se sont déclarés prêts à “relever le défi” de la performance et de la rentabilité à condition que les pouvoirs publics daignent mettre à leur disposition les moyens adéquats pour faire face à cette concurrence déloyale. Ceci dit, lors de la réunion de lundi dernier, les animateurs du CNSPA ont réaffirmé leur refus de la mise en place des autorités portuaires dans le décret exécutif de 1999 de l’ouverture des activités de remorquage, de manutention et d’acconage prévue par le décret adopté par le gouvernement le 28 mars 2006 et demandent “la révision de certaines dispositions contenues dans la convention signée avec la STH (Sonatrach) et du projet de filialisation du remorquage”.


  7. #7
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Negotiations for Algiers port management still underway:


    Lundi 30 juillet 2007 -- Des sources bien informées ont révélé à El Khabar que des négociations sont en cours entre le groupe « Ports de Dubai » et les autorités algériennes afin d’obtenir une partie du terminal des containers du port de Djen Djen à Jijel. La compagnie Emirati a exprimé sa prédisposition à investir entre 120 à 150 millions de dollars pour moderniser le port et ramener de nouveaux équipements. Par ailleurs, les négociations sur l’entrée de la compagnie Emirati en partenariat dans la gestion du terminal des containers du port d’Alger sont à une phase avancée.

    La proposition du « Ports de Dubaï » concernant la gestion du terminal des containers du port de « Djen Djen » coïncide avec l’avancée des négociations avec les autorités algériennes et la concrétisation du projet de gestion du terminal des containers du port d’Alger, la compagnie Emirati a proposé un montant d’investissement de 70 millions de dollars.

    Selon les mêmes sources, les négociations en cours peuvent être couronnées par un accord définitif entre les deux parties avant la fin de l’année.

    Cet accord peut contribuer à améliorer le rendement du terminal des containers à l’instar de ce qui s’est passé avec le terminal des containers de Bejaia après le contrat conclu avec la branche du groupe américain, de Singapour, « Portec ».

    Le ministre des participations et de la promotion de l’Investissement, Abdelhamid Temmar, avait rassuré les représentants du syndicat dans ses dernières déclarations, précisant que le terminal des containers du port d’Alger ne sera pas attribué au groupe « Ports de Dubaï » avant l’annonce des résultats de l’appel d’offres international, qui devrait avoir lieu les prochains jours. Toutefois les autorités algériennes poursuivent leurs négociations avec la compagnie Emirati, ce que le partenaire social refuse estimant que les structures peuvent être gérées par des potentialités algériennes afin d’éviter l’épuisement des ressources nationales.


+ Reply to Thread
Page 1 of 39 1 2 3 11 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts