+ Reply to Thread
Page 2 of 13 FirstFirst 1 2 3 4 12 ... LastLast
Results 8 to 14 of 86
  1. #8
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  2. #9
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    ALGIERS, December 11, 2007 (Reuters) - Twin car bombs in Algiers won't deter investors with serious plans in oil- and gas-exporting Algeria, Interior Minister Noureddine Yazid Zerhouni said.

    "If it's a question of partners who have serious intentions to work with Algeria, I don't think it's that (bombings) that will put them off," he told a news conference.


  3. #10
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    LONDON, December 12, 2007 (Reuters) - The latest bombings in Algeria are unlikely to deter foreign investment in the country's oil and gas industry because the oil majors see their operations as quite safe.

    At least 30 people including 11 United Nations staff were killed in twin car bombs near U.N. offices in Algiers on Tuesday. Al Qaeda's North African wing claimed responsibility.

    It follows a series of bombings in the past year, after a few quiet years since the end of more than decade of violence that killed up to 200,000 people.

    Western oil and gas companies including London-based BP Plc, Royal Dutch Shell Plc and Spain's Repsol YPF have invested billions of dollars in Algeria, helping make the country one of Europe's most important gas suppliers.

    The companies declined to comment on whether they would reappraise investment plans for the country but analysts said the attacks would not curb interest.

    "I doubt it would deter companies from investing," said David Moss, a partner at law firm Lovells in London, who has advised companies on Algerian investments since 2002.

    Privately, executives at the companies agreed.

    "We have been through much worse there," said an executive at one European oil company.

    One reason oil companies are not rattled by the latest violence is that they already have tight security.

    "There is no impact on our security (regime) because security is already important," a spokeswoman for French oil major Total SA said.

    "Our security was already tight. Travel curbs were aleady in place. We will continue as before," said a senior official of another large foreign oil company operating in Algeria.

    Last December, a bomb exploded beside a bus carrying foreign oil workers in an upscale Algiers suburb, killing the Algerian driver and wounding nine people, including four Britons and an American.

    It was the first armed attack on foreign workers in years and some expatriate oil executives said they would step up security as a result.

    No company said it was tightening its security further this time but in general, oil firms see distance as their greatest protection.

    Even during the deadly violence of the 1990s oil firms could operate largely unimpeded in Algeria because most gas production is centred on the south of the country while the bombings and massacres happened in and around Algiers in the north.

    Workers on the fields are largely flown direct to the south, bypassing Algiers and staff in the capital are kept to a minimum.

    "Most of our people are in the south ... Algiers is mainly a representative type of office. The people there are only involved in government liaison and that type of thing," said an employee of another European oil company.

    While there have been concerns that militants could attack pipelines or other infrastructure, this has not happened yet, the employee said.

    Western companies produce oil and gas but pipelines are largely controlled by state oil and gas company Sonatrach, industry executives said.


  4. #11
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    ALGIERS, December 14, 2007 - Canadian entrepreneur Marc Lavigne insists al-Qaida suicide bombers don’t worry him, but a security detail goes along when he tours the Algerian countryside to sell cow embryos to farmers.

    This week’s truck bombings that devastated U.N. offices and a government building were the latest in a string of al-Qaida-claimed attacks targeting foreigners in Algeria. The violence has foreign businesspeople on edge, scrambling to review security and even sending their families home.

    The attacks come as this North African nation is selling itself as a land of economic opportunity after combatting an Islamic insurgency for more than a dozen years. The gloomy Algiers airport has been refurbished and even tough security guards are wearing smiles.

    But al-Qaida in Islamic North Africa seems bent on derailing the new boom in Algeria’s gas-rich economy.

    Lavigne comes to Algeria every two months, and on three occasions during the past year there have been attacks while he has been here.

    "As silly as it sounds, we’ve never felt in danger," said Lavigne. He acknowledges that might change if the violence gets worse, and rages as it did during the height of the insurgency in the 1990s.

    "There is no reason to risk your life for money," Lavigne said.

    Two French nationals and an Italian were injured by a bomb attack in September on a convoy of foreigners working for the French company Razel. Afterward, the French tire company Michelin repatriated the families of its employees in Algiers, spokeswoman Fabienne de Brebisson said.

    Another company, so nervous it asked not to be identified, recently sent home two French staffers. A French intelligence official, who spoke on condition of anonymity because of the sensitive work done by her agency, said the company received kidnap threats naming the workers.

    A Russian company, Stroytransgaz, tightened security after a March land mine attack on two buses carrying employees home from work inside an area guarded by the military 90 miles west of Algiers. A Russian engineer and three Algerians were killed.

    Last December, an attack on vehicles carrying foreign employees of an affiliate of the U.S. company Halliburton killed an Algerian and a Lebanese.

    Al-Qaida in Islamic North Africa, a local group that joined forces in January with the global terror network, said in a claim of responsibility for Tuesday’s bombings that it aimed to "hurt the infidels and their agents, the servants of the United States and the children of France."

    It railed at "the Crusaders who occupy our lands and pillage our riches."

    Officially, at least 37 people were killed. Seventeen of the dead were U.N. employees.

    It was the second double suicide bombing in the capital in eight months. In April, bombings — one targeting the prime minister’s office — killed 33 people.

    The violence is nowhere near the scale of the 1990s, a dark decade of terrorism that wracked this former French colony with village massacres and heads of victims paraded on spikes. The insurgency, triggered by cancellation of elections to prevent a victory by Muslim fundamentalists, left up to 200,000 dead, including some foreigners.

    Then, many diplomatic missions shut down. Missions that remained open, like the U.S. Embassy, were transformed into bunkers with minimal staff who rarely went outside the compounds. Security eased in recent years, but is now being tightened again.

    The U.S. Embassy says its staff "live and work under strict security restrictions." The French Embassy advises expatriates to vary their daily commutes and tells visitors to stay in select, secure hotels. It is time for "extreme caution," the embassy says.

    Algerian authorities reintroduced hood and trunk checks for cars entering hotels after the April bombings. On Thursday, National Security chief Ali Tounsi announced plans to increase security in Algiers and to devise a way to counter suicide bombings.

    Experts say violence at the current level likely won’t drive foreigners or investment from Algeria.

    The attacks "won’t stop companies from coming in, but it will certainly make people think again," said Jon Marks, director of a British consulting firm, Cross-Border Information Ltd., who has visited and lived in Algeria on and off for 27 years.

    "People will spend more on security," he said, and leave their families at home.

    By year’s end, Marks said, Algeria will have $145 billion in foreign currency reserves and "there are a lot of people who want a piece of the action."

    France is one the players. President Nicolas Sarkozy visited Algeria less than two weeks ago and secured a string of contracts.

    Work has continued in Algeria’s oil and gas fields — the nation’s economic lifeblood and a high security zone that cannot be entered without a special pass.

    Sitting in an Algiers restaurant this week, the European Union’s chief administrator here, Yann Senski, said the only change in his life has been stepped-up security. A private company guards his offices, down the street from one of the bomb sites.

    "We continue to live our lives in the same manner," he said. "Here in Algeria, there is more chance of being hit by a car than a bomb."


  5. #12
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 15 Décembre 2007 :


    Alors que le « Financial Times » compare l’Algérie à un pauvre fermier qui « garde l’argent dans son matelas » et dénonce l’opacité qui entoure la gestion des affaires du pays, les sociétés occidentales s’inquiètent de la dégradation de la situation sécuritaire.

    Cette fois, elles semblent avoir bien retenu la « leçon Michelin ». Au lendemain des derniers attentats d’Alger, les entreprises occidentales se sont montrées excessivement prudentes. Aucune communication sur les mesures qu’elles envisagent de mettre en œuvre pour protéger leurs employés et leurs familles. Pas d’annonces spectaculaires, non plus. Mêmes les diplomates des pays occidentaux ont été plus bavards que leurs chefs d’entreprises.

    Depuis septembre dernier et l’annonce par Michelin du rapatriement des familles de ses cadres en Algérie, les groupes étrangers travaillant en Algérie sont prévenus : la gestion de la communication liée aux événements terroristes est du seul ressort du gouvernement algérien qui n’hésiterait pas à sévir en cas de nouveau « dérapage ».

    En réalité, l’inquiétude des entreprises occidentales travaillant en Algérie n’a jamais été aussi forte. «Nos expatriés ont du mal à se concentrer sur leur travail. En plus de leur propre angoisse, ils doivent désormais gérer celles de leurs familles restées en Europe. Ils reçoivent des coups de téléphone sans arrêt de la part de leurs femmes et enfants qui souvent leur demande de rentrer », souligne un chef d’entreprise français qui a requis l’anonymat.

    Avant le 11 décembre, Alger, particulièrement le quartier de Hydra, était considérée comme un « lieu sûr » pour les étrangers. Dans leurs recommandations à leurs ressortissants, les ambassades occidentales déconseillaient essentiellement trois wilayate : Tizi-Ouzou, Béjaïa et Boumerdès. Les maquis de ces régions connaissent en effet depuis quelques mois une activité terroriste importante. Désormais, Alger pourrait figurer parmi les villes où les ressortissants occidentaux seront appelés à faire preuve d’une « grande prudence ». Certes, avec 100 milliards de dollars dans les caisses, l’Algérie est à l’abri d’un nouveau boycottage international comme dans les années 1990. Mais, le gouvernement mettra sans doute plusieurs mois avant de pouvoir redresser l’image du pays.

    Dans ce contexte, les entreprises étrangères s’attendant à rencontrer des difficultés pour recruter du personnel expatrié. « Pour démarrer les travaux de nos chantiers en Algérie, nous sommes actuellement en pleine campagne de recrutement. Mais nous avons beaucoup de difficultés à convaincre les gens de venir à Alger. Quand les personnes concernées acceptent, ce sont leurs familles qui s’opposent à leur départ », souligne un autre chef d’entreprise français.

    La cacophonie gouvernementale qui a suivi les deux attentats – contradictions sur le nombre de victime… - n’a pas aidé. En Europe, de nombreux médias ont noté les incohérences gouvernementales dans ce dossier. Ainsi, dans son édition du 12 décembre, le très influent Financial Times dénonçait l’opacité et la confusion qui a caractérisé la gestion des attentats du 11 décembre. « La confusion et le manque de transparence sont typiques de l'Algérie. De tous les pays pétroliers, le géant nord-africain possède un des systèmes politiques les plus opaques et une des économies les moins transparentes », note le quotidien, parmi les plus influents de la Planète.

  6. #13
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Dimanche 16 Décembre 2007 -- Face au retour de la menace terroriste, les entreprises françaises présentes en Algérie cherchent à protéger leurs employés expatriés. Selon des informations recueillies par toutsurlalgerie.com auprès d’une source bien informée, une réunion de sécurité regroupant les représentants des principaux groupes français présents en Algérie s’est tenue mercredi 12 décembre à Alger. Un représentant du gouvernement algérien et des experts militaires français et Algériens étaient également présents.

    Au menu : les mesures à prendre pour protéger leurs expatriés et surtout répondre aux inquiétudes des familles de ces derniers. Le double attentat suicide du 11 décembre a provoqué un vent de panique parmi les travailleurs expatriés en Algérie, particulièrement ceux des entreprises françaises. «Les écoles pour les étrangers se trouvent presque toutes à Hydra. Beaucoup d’enfants d’expatriés refusent de reprendre les cours », explique une source française. Une fille d’un cadre expatrié du groupe Siemens a été légèrement blessée par des débris lors de l’explosion de Hydra, provoquant une situation de peur parmi les parents des autres élèves étrangers.

    Par ailleurs, depuis l’attentat, en septembre dernier, contre un convoi du groupe de travaux publics Razel près de Bouira, les sociétés françaises, malgré les assurances du gouvernement algérien et de l’ambassade de France à Alger, se sentent particulièrement visées en Algérie.

    Durant la réunion de mercredi, les entreprises françaises ont décidé mettre en place un plan d’action progressif. Il est destiné à répondre à une éventuelle dégradation de la situation sécuritaire à Alger. Parmi les mesures envisagées : le rapatriement des familles des expatriés, le regroupement des expatriés dans des hôtels jugés sûrs de la capitale…

    Elles ont également décidé d’autoriser l’ensemble de leurs rapatriés à partir en congés de fin d’année avant les dates initialement prévues. « Ce n’est pas vraiment un rapatriement. Il s’agit d’une mesure destinée à faire baisser la tension et rassurer les familles des expatriés », souligne notre source. Les expatriés devraient regagner Alger dès le début de l’année 2008.

    Mais, selon nos informations, au moins deux groupes - Suez et Schlumberger - auraient pris la décision de rapatrier leur personnel expatrié, en attendant une meilleure visibilité sur l’évolution de la situation sécuritaire. Dimanche matin, les deux groupes n’étaient pas disponibles pour commenter nos informations.


  7. #14
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 18 Décembre 2007 -- La Coface organise, pour le 22 janvier 2008, le traditionnel colloque risque pays. Tout au long de cette journée, des spécialistes français de renom et des experts étrangers du monde bancaire, d’entreprises et de centres de recherche dressent le bilan de l’année écoulée et examinent les tendances majeures de l’économie mondiale et leur impact sur la situation des entreprises.

    Dans son précédent rapport d’évaluation, la Coface souligne que le pays connaît une situation financière extrêmement solide. La manne pétrolière a permis d’accélérer le désendettement extérieur et d’accumuler des réserves en devises. Après une moindre performance en 2006, résultant de travaux de maintenance des infrastructures pétrolières et gazières, l’économie devrait connaître une activité plus vigoureuse en raison d’une production de gaz accrue, de la poursuite des investissements publics prévus dans le cadre du Plan de consolidation de la croissance et de la bonne tenue de la consommation des ménages, encouragée par les augmentations de salaires de la Fonction publique.

    Dans une perspective de prix encore élevés du pétrole, les comptes extérieurs et publics devraient continuer d’afficher de larges excédents. Les entreprises devraient bénéficier d’un contexte qui reste globalement porteur et leur comportement de paiement ne devrait pas se détériorer. L’environnement économique et politique ne risque pas de conduire à un défaut de paiement qui reste acceptable.

    Cependant, la Coface l’année dernière déjà estimait que l’évolution de “la situation sécuritaire reste en outre à surveiller”. Le double attentat suicide du 11 décembre dernier semble remettre sur le terrain la question des départs du personnel expatrié de certaines entreprises étrangères activant en Algérie, ainsi que le risque de voir l’Algérie boudée, encore une fois, par les investisseurs étrangers. Autant dire que la sécurité des étrangers pose un sérieux problème d’autant plus que le GSPC, depuis son ralliement au réseau d’Oussama Ben Laden, a fait savoir qu’il allait s’en prendre “aux intérêts étrangers” en Algérie.

    Mais pour beaucoup d’observateurs, le terrorisme est sans commune mesure avec la situation qui prévalait dans les années 1990. La situation en Algérie, que ce soit dans les domaines économique, financier, social ou politique, a nettement évolué. L’Algérie compte aujourd’hui parmi les pays en voie de développement. Le terrorisme ne peut en aucun cas constituer une menace pour l’État algérien. Les déclarations de l’administrateur du Programme des Nations unies (Pnud), Kemal Dervis, dépêché par le secrétaire général de l’ONU au lendemain de l’attentat qui a visé les locaux de l’ONU, peuvent paraître comme un signal très fort. M. Dervis a indiqué que “le travail va continuer” au sein des deux organisations. “Nous sommes à la recherche de nouveaux locaux pour reprendre nos activités le plus rapidement possible et sommes en contact avec les autorités algériennes à ce sujet”, a-t-il dit.

    Cependant, l’État doit rassurer davantage les partenaires étrangers de l’Algérie. En montrant d’abord qu’il n’y a pas de relâchement, ni de baisse de vigilance, dans la lutte antiterroriste, contrairement à ce que le gouvernement affirme. Et qu’aucun pays au monde n’est à l’abri de ce type d’attentats. Le gouvernement devrait se montrer plus agressif en matière de communication. La sécurité des entreprises doit être construite sur une stratégie commune entre elles et les services de sécurité algériens. Mais de manière générale, toute entreprise qui s’installe à l’étranger prend un risque. Et c’est ce risque que les autorités algériennes doivent minimiser.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts