+ Reply to Thread
Page 1 of 5 1 2 3 ... LastLast
Results 1 to 7 of 34

Thread: Tonic Emballage

  1. #1
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Tonic Emballage

    Mardi 8 Mai 2007 -- La mise sous mandat de dépôt du P-dg de Tonic emballage n’a pas compromis l’inauguration de la seconde usine de papier, d’une capacité de 145 000 tonnes par an, soit une production de 400 tonnes par jour. La première bobine d’essai est attendue pour jeudi tandis que l’inauguration officielle est prévue — sauf inconvénient majeur — pour samedi. Sur place, encadrement et employés s’activaient hier à régler les derniers détails sur fond de solidarité avec leur patron arrêté jeudi dernier. Les équipements hightech sont prêts à fonctionner.

    Il s’agit de deux lignes de transformation qui ont pour matière première le papier recyclé à 100%. La machine acquise par Tonic permet au final de produire tous types de papier avec un grammage allant de 80 à 180. Les 145 000 tonnes qui devront en sortir couvrent les besoins nationaux en la matière mais permettent surtout de régler l’épineux problème de l’indisponibilité que rencontrent actuellement les professionnels. En effet, il existe une véritable pénurie sur le marché mondial en raison de la fermeture de plusieurs complexes papetiers. L’arrivée sur le marché de Tonic est d’ailleurs très attendue afin que soit définitivement réglé ce problème. Autre avantage non négligeable, la réduction de la facture de l’importation qui se chiffre à des milliards puisque le prix de la tonne de papier sur le marché mondial avoisine les 1000 dollars. Tonic compte mettre son produit sur le marché entre 35 et 50 % moins cher que celui importé.

    Cette usine, implantée sur le complexe papetier de Tonic de plus de 41 hectares à Bou Ismaïl, vient renforcer la première usine de transformation dotée également de deux lignes de production. La première utilise de la pâte d’importation tandis que la seconde fonctionne avec du papier récupéré qui est traité avant d’être blanchi pour l’obtention d’une pâte à la qualité qui s’approche de celle de l’importation. Les quelque 4000 employés de Tonic, tout en maintenant le rythme de travail, sont à l’affût de la moindre information sur leur P-dg. Tous ne comprennent pas les tenants et les aboutissants de l’affaire mais expriment leur incompréhension du sort réservé à leur patron qui, en dépit de l’embargo des banques en 2005, a tenu le pari de faire aboutir la seconde usine qui s’intègre dans un complexe papetier qui comprend une usine de traitement des eaux usées, une centrale électrique et une station de dessalement de l’eau de mer en cours de réalisation.

    L’ascension du groupe ne l’a pas mis à l’abri des difficultés, d’abord avec la Badr, puis avec la justice. La Banque algérienne du développement rural avait octroyé, entre 1999 et 2000, un prêt de 11 milliards de dinars, fragmenté en deux parties. Une tranche de 7 milliards de dinars lui avait été accordée avant d’être complétée par les 4 milliards de dinars restants. Une somme qui dépasse le risque crédit. Depuis, les crédits accordés à Tonic se sont multipliés pour atteindre la somme de 65,5 milliards de dinars en septembre 2005. C’est alors que la direction de la Badr avait mis en demeure Tonic emballage de rembourser sans tarder les crédits octroyés. Face à l’incapacité de l’entreprise à rembourser sans échéancier, la Badr avait mis fin au financement des activités de l’entreprise. Entre 2006 et 2007, la société a tout de même réussi à éponger la somme de 11 milliards de dinars. Juste avant son arrestation, le P-dg de Tonic avait arrêté avec la banque un échéancier de remboursement. La nouvelle de son arrestation a d’ailleurs étonné puisque le groupe présente assez de garanties et a fait part de sa disposition à honorer ses dettes.


  2. #2
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 10 Mai 2007 -- Le ministre des Finances, Mourad Medelci, a déclaré hier en marge de la conférence de presse qu’il a animée à El Mithak conjointement avec son homologue, le ministre espagnol de l’Economie et des Finances, Pedro Solbes, qu’il confirme qu’un «administrateur judiciaire», en la personne de Daoudi, ancien P-DG de la BDL, «a été désigné» à la tête de Tonic Emballage, une société privée, pour «la gérer», afin de «préserver l’emploi».

    Mourad Medelci a ajouté que l’administrateur en question est un «haut cadre crédité de compétence». Le nom de Daoudi est ainsi révélé, une semaine après l’incarcération du P-DG de Tonic Emballage auquel il est reproché de n’avoir pas «respecté l’échéance de remboursement» des dettes qu’il a contractées auprès de la BADR, et d’avoir bénéficié de «crédits sans garanties suffisantes». Le patron de Tonic a été emprisonné au moment où il s’apprêtait à mettre en service une nouvelle unité de production présentée comme importante, dotée d’une technologie moderne.

    Elle devrait produire 145 000 tonnes/an. Le différend opposant la BADR à son client, la Sarl Tonic remonte à l’an 2000 : la Banque de l’agriculture et du développement rural accorde alors une ligne de crédit (11 milliards de dinars) estimée disproportionnée aux capacités de remboursement de cette Sarl créée dans les années quatre-vingt.

    La BADR contrevient ainsi aux règles prudentielles. Ambitieux, Tonic, évoluant dans un marché de l’emballage encore vierge établi à près de quatre cent millions de dollars, avec une croissance annuelle comprise entre 3 et 4%, se lance dans l’exportation. Avec des capacités de production qui tournent autour de 300 000 tonnes par an de produits finis, la Sarl Tonic inaugure, en 2005, un complexe papetier implanté sur 25 hectares à Bou Ismaïl. C’est un investissement de quarante millions d’euros.

    De quoi assurer près de 60% du marché de l’emballage. La société employait 3 500 personnes, en 2005, plus de 5 000 en 2006.

    Avec la nouvelle usine citée plus haut, elle entendait employer 10 000 travailleurs. Les unités de production dont dispose l’entreprise sont alimentées, en partie, en déchets papetiers récupérés et recyclés. C’est une technique, une activité qui a fait travailler, dans un réseau étendu, beaucoup de jeunes.


  3. #3
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Une source judiciaire bien informée a rapporté à El Khabar qu’un expert judiciaire a été désigné pour faire l’inventaire des biens du Président Directeur Général du groupe Tonic, sur ordre du doyen des juges d’instruction du tribunal de Sidi M’hammed. Cette décision intervient dans le cadre de l’enquête judiciaire sur cette affaire, une semaine après sa mise en détention provisoire à la prison de Serkadji.

    Cette décision du juge d’instruction du tribunal de Sidi M’hammed est la troisième du genre en une semaine, puisque après avoir donné l’ordre de mettre ce dernier en détention provisoire, il a désigné un administrateur, en l’occurrence M. Daoudi Amar, qui est un cadre de la Banque Algérienne du Développement Rural BADR, pour superviser la gestion financière et administrative de ce groupe, ce dernier a également été chargé de trouver une solution à la crise entre la BADR Banque et le groupe « Tonic ».

    Nos sources ont affirmé que l’inventaire concerne les biens que M. Djerrar a acquis après 2005, la date où la groupe de production de papier a bénéficié des crédits de la BADR Banque pour l’expansion de l’usine qui est devenue par la suite, le plus grand groupe de production de papier au niveau Arabe et Africain.

    Ces poursuites judiciaires à l’encontre du groupe « Tonic » pour la production du papier ont commencé depuis deux années. Cette mesure a également coïncidé avec le début des négociations entre le groupe « Tonic » et la banque concernée, en fin 2006 après deux évaluations, qui ont abouti à la nécessité de résoudre cette crise à l’amiable, en mettant un calendrier pour le règlement des dettes de ce groupe.


  4. #4
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    19 jours après sa mise en détention :


  5. #5
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  6. #6
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Une politique de recyclage s’installe :


    Samedi 18 aout 2007 -- Le géant du papier en Algérie, Tonic, a annoncé une opération de recyclage d’envergure dont l’objectif est de réduire les dépenses sur l’importation de la matière première estimées à plus de 500 millions de dollars par an. D’autre part, des opérateurs économiques ont appelé à favoriser la création de micros entreprises afin d’atteindre 40% de taux de recyclage du papier au lieu des 10% actuels.

    Cette deuxième opération du genre lancée par le groupe Tonic intervient après celle ayant sanctionné une convention conclue entre Tonic et les ministères de l’environnement et de l’éducation, et vise essentiellement à asseoir une politique de recyclage et de valorisation des déchets inspirée de celle adoptée en Europe.

    Le recyclage et la valorisation des déchets récupérables permettront à l’Algérie, selon les opérateurs économiques, de bénéficier d’un milliard de dollars, tout en diminuant les dépenses sur l’importation.

    Selon les experts, une tonne de papier récupéré économise 40% d’énergie, 58% d’eau, préserve sept arbres et permet de réduire la pollution de 35%.


  7. #7
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 13 novembre 2007 -- La Banque de l’Agriculture et du Développement Rural a décidé de saisir les biens hypothéqués de la compagnie Tonic et les mettre aux enchères sans juger utile de dire qu’ils sont ceux de Tonic. La vente aura lieu de 5 décembre et elle comportera 18 biens à Alger.

    L’avis, paru avant-hier dans des journaux publics, indique que la vente concernera 18 biens situés dans les rues d’Alger, sept appartements, neuf commerces, des bureaux et des villas. La valeur globale de l’enchère de départ a été fixée à 179 milliards de centimes. L’avis n’a pas mentionné que les biens sont la propriété du complexe Tonic, ou celle de la BADR.

    Des sources bien informées du dossier ont estimé les revenus, au cas où cette enchère venait à être une réussite, à 10% de la valeur des crédits dont a bénéficié le complexe Tonic.

    Une source responsable a indiqué que l’affaire est commerciale et vise à rembourser une partie des dettes comme convenu par les deux parties.


+ Reply to Thread
Page 1 of 5 1 2 3 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts