+ Reply to Thread
Page 2 of 82 FirstFirst 1 2 3 4 12 52 ... LastLast
Results 8 to 14 of 574
  1. #8
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    A meeting on investment in Algeria’s fishing industry was held Monday (May 21st) and Tuesday in Algiers. At least 141 private companies, including 21 foreign companies, responded to a recent second call for investment tenders in the sector, APS quotes Kamel Ouarab, president of the fishing harbours' management firm as saying. Algeria's fish populations have been underexploited resulting in high prices and low availability on the Algerian market. The meeting aimed at attracting local and foreign private investment in the development of the fishing harbours.


  2. #9
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    May 25, 2007 -- Fishermen and representatives of the fishing department of Tipaza (50 km west of Algiers) are sounding the alarm over the increasing use of explosives in fishing.

    During a seminar held on May 25, in a fishing school in Cherchel (Tipaza), about the danger of using explosives in fishing, the participants said a number of ships' captains used explosives secretly to fish for purely commercial purposes.

    They called for respecting fishing rules and protecting fish by avoiding the use of explosives that threaten fish.

    The occasion was an opportunity for specialists to show real films about the risk of using explosives that threaten fish.

    The director of the fishing department of Tipaza, Mr. Brahim Roudan, said to Echorouk that the use of explosives in fishing has increased compared to the 1970’s.

    He added that coast guards and the National Gendarmerie services dismantled last year a network specialised in the explosives trade in Cherchel port.

    During this seminar, Mr. Roudan said that the administration and the operators in the fishing sector such as ships' captains and fishermen were responsible for this problem.

    The fishermen participating in the seminar blamed ships' captains and some fishermen who use explosives for money.

    In this regard, a fisherman from Cherchel port told Echorouk that most ships' captains had not attend the meeting because they use explosives in fishing.

    He added that there are more than 200 captains who used that method as using dynamite enables them to get 500 crates of fish instead of 100.

    For their part, the participants in the seminar asked for the promulgation of a “severe” law instead of the current “tolerant” law to punish those who violate the law.


  3. #10
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    LUXEMBOURG, June 11, 2007 (Reuters) - EU governments agreed on Monday to clamp down on fishing for bluefin tuna, a fish prized by sushi lovers, by cutting quotas and tightening inspection controls to stop the vulnerable species heading for extinction.

    National fleets will now receive lower catch allowances for bluefin tuna in Mediterranean and eastern Atlantic waters, the first stage of a global deal that aims to conserve the species over the next 15 years, officials said.

    The countries that will be hardest hit are Spain, Italy and France. Portugal and Malta will get smaller catch allowances for the rest of 2007, as do Cyprus and Greece.

    Demand for bluefin tuna is high since it is especially popular in sushi and sashimi dishes. Unlike most tunas, bluefin grow slowly and mature late, making them more vulnerable to intensive trawling. In Japan, they can command prices of up to $100,000 (68,000 pounds) due to their appeal as a raw delicacy.

    Last November, the International Commission for the Conservation of Atlantic Tunas (ICCAT) - the global body that oversees the rules for tuna fishing - reduced the quota for the amount of tuna that can be landed, but to nowhere near the levels recommended by the body's own scientists.

    The ICCAT deal reduces the annual bluefin fishing quota gradually to 25,500 tonnes in 2010 from the current 32,000 tonnes. ICCAT scientists had called for a cut to 15,000 tonnes.

    For 2007, EU fleets will share a quota of some 16,780 tonnes in the Mediterranean within the overall ICCAT quota of 29,500 tonnes. Other countries that trawl these waters for bluefin tuna include Algeria, Libya, Morocco, Tunisia and Japan.

    "All we're doing is putting into Community legislation what was agreed at ICCAT," one EU diplomat said.

    But the Commission's proposal had run into difficulties for several months with countries like France and Italy, he said, since they were unhappy with the terms of the ICCAT agreement and were keen to delay altering EU rules to accommodate it.

    The EU will also raise the minimum landing size from 10 kg to 30 kg for bluefin tuna to help curb catches of juvenile or immature fish. There will also be major extensions in closed fishing seasons for all types of vessels, officials said.

    Experts say wide-scale illegal fishing takes the total of bluefin tuna actually caught in the Mediterranean to 50,000 tonnes, far above the amount seen as sustainable by scientists.


  4. #11
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Samedi 23 juin 2007 -- Du nouveau dans le secteur de la pêche à Béjaïa. Initié par la direction des travaux publics, le projet de construction d'un port de pêche dans la mythique plage de Tala Ilef, 22 km à l'ouest de Béjaïa, vient d'être lancé et devra s'achever dans deux années. Trois entreprises sont actuellement sur le chantier : ASKA de Turquie, Sotramest et Meditram, toutes les deux algériennes. «Ce nouveau port de pêche va compenser la saturation de l'ancien port qui n'est, au juste, qu'un quai pour la pêche», explique de prime abord M. Adouane Nadir, directeur de la pêche et des ressources halieutiques.

    La capacité de production du futur port de Tala Ilef s'élèvera à 6 000 tonnes par an alors que la production actuelle ne dépasse pas les 3 500 tonnes l'an. Il pourra aussi recevoir des bateaux longs de 24 à 30 mètres. «Nous voulons atteindre la barre de production de 10 000 tonnes par an pour satisfaire le marché. Notre objectif est d'augmenter la production afin de ramener le prix du poisson à un niveau plus raisonnable», affirme encore notre interlocuteur.

    Rappelons qu'à Béjaïa, le prix de la sardine a atteint le pic des 160 DA le kilo, mais s'achète rarement au-dessous de la barre des 120 et 140 DA le kilo. C'est pourquoi l'investissement est très important, explique-t-il, puisque le montant du marché est de l'ordre de quelque 310 milliards de centimes. Aussi, depuis l'année dernière, la direction des travaux publics a réalisé une halle à marée qui constitue un prolongement à l'ancien port de pêche. «On a grignoté 1,5 hectare de terre-plein au niveau de la brise de mer. Cette halle servira à la vente de poisson en gros et sera bien équipée, selon des normes européennes.

    Toute la production de poisson va transiter par la halle à marée pour être contrôlée par un vétérinaire», a ajouté M. Adouane. Celle-ci sera dotée également d'un entrepôt frigorifié, d'une aire de stationnement ainsi que d'autres activités utiles à ce métier. Des appontements sont par ailleurs réalisés par la DTP dont l'un est destiné aux petits métiers, le second aux sardiniers, et enfin le troisième aux chalutiers.

    Un espace équivalent à 4 000 m² est destiné pour la réparation navale. «Cette extension va permettre l'arrimage de nouvelles embarcations et développer l'activité de la pêche à Béjaïa», note encore le premier responsable de ce secteur. Cet aménagement coûtera quelque 90 milliards de centimes.

    D'autres projets de moindre envergure sont par ailleurs initiés, comme par exemple à Tazeboucht, au niveau de la côte ouest, où un bassin d'élevage de loups et de dorades, des espèces de poisson rares, a été mis en place en partenariat avec une entreprise privée, Hocini, et ce, dans le but de développer l'aquaculture dans la région. Dans les stations balnéaires de Beni K'sila et Melbou, deux plages d'échouage ont été réalisées sur fonds de wilaya pour lancer un semblant d'activités de pêche en attendant leur développement.

    En plus du souci d'augmenter la production halieutique, le paramètre de la formation des marins pêcheurs vient d'être pris en considération contrairement au passé. Trente jeunes marins subiront une formation de deux mois (juin-juillet) dans des classes d'écoles au niveau du village de Souk El Djamaa (Toudja) et à Tichy. «Désormais, pour être marin pêcheur, il faut passer par la formation», déclare notre interlocuteur.

    A la fin de ce cycle de formation, les futurs marins pêcheurs bénéficieront de micro crédits pour entrer en activité.

    Disons-le tout de suite, ces quelques projets réhabiliteront certainement le secteur de la pêche à Béjaïa en augmentant la production, bien sûr, qui auront comme première conséquence la baisse des prix exorbitants pratiqués actuellement sur le marché local.

    D'ailleurs, il est étonnant que ce soit à Sétif, pourtant sans façade maritime, que le prix du poisson soit moins cher qu'à Béjaïa. De plus, Sétif possède sa propre poissonnerie où l'on trouve toutes sortes de poissons, alors que dans la ville de Béjaïa, c'est encore sur les trottoirs que les poissonniers vendent leurs marchandises, exposées au soleil en plus. Ni l'APC et encore moins la wilaya n'ont pensé à y remédier. Bizarre.


  5. #12
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Algiers, July 4, IRNA -- Iran's Ambassador to Algeria Hossein Abdi Abyaneh on Tuesday met Algerian Minister of Fisheries Small Mimoune who called for promotion of bilateral cooperation in the field of fisheries.

    Noting that President Abdelaziz Bouteflika of Algeria prioritized promotion of all out relations with Iran, Mimoune voiced his country's readiness to utilize Tehran's experiences in the fields of industrial fishing and fish farming.

    The Iranian ambassador, for his part, welcomed the idea of promotion of bilateral cooperation, stressing that Iran could share its experiences in the field of industrial fishing with Algeria.

    He also said that the two sides should prepare the grounds for the visit to Iran of Algerian students to pass fishery training courses.


  6. #13
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Samedi 7 Juillet 2007 -- La direction de la pêche et des ressources halieutiques de la wilaya de Sidi Bel-Abbès vient d’inscrire dans le cadre du programme de la croissance économique, la réalisation d’un centre d'élevage aquacole et ce, au niveau de la commune agropastorale de Marhoum, située à 110 km au sud du chef-lieu de wilaya. Selon notre source, le projet qui sera édifié sur une superficie de 5 ha est actuellement en phase d’étude technique de faisabilité et les travaux de construction seront achevés dans un délai d’environ dix-huit mois. Par ailleurs, nous apprenons que 50 millions de DA ont été consacrés pour la réalisation de ce nouveau centre d'élevage aquacole qui sera doté d'équipements et de matériels techniques destinés spécialement à l'élevage et la reproduction artificielle de poissons d'eau douce, notamment la carpe argentée et la tilapia, et dont la capacité de production est estimée à 100 tonnes/an de poisson d'eau douce.


  7. #14
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Lundi 9 juillet 2007 -- La production halieutique en Algérie a atteint un volume de 157 000 tonnes en 2006, contre près de 150 000 tonnes en 2005, faisant passer la moyenne de la consommation nationale à 5,25 kg par individu et par an, selon le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, Smaïl Mimoune.

    Ces chiffres traduisent, selon le ministre, les efforts consentis au niveau central et local pour le développement de la pêche et de l’aquaculture et l’amélioration de la production halieutique nationale. Des efforts certes, mais qui restent toutefois insuffisants au vu des potentialités du pays et de la norme internationale qui reste à atteindre en termes de consommation par an et par habitant.

    Intervenant à l’ouverture des travaux d’une rencontre consacrée à l’évaluation du bilan du secteur pour le premier semestre 2007, M. Mimoune a souligné que sur le plan organisationnel, plusieurs textes ont été adoptés sur les conditions d’exercice de l’activité aquacole et sur la définition des différents types d’entreprises, les conditions de leur création et les règles d’exploitation.

    Il a ajouté que les écoles de formation technique d’Oran et de Collo ont été promues Instituts technologiques de la pêche et de l’aquaculture. Pour l’année scolaire 2006-2007, plus de 3 000 personnes ont reçu leurs diplômes, parmi lesquelles 65 officiers.

    Côté investissement, le ministre a indiqué que durant le semestre passé, le secteur a enregistré le parachèvement de plusieurs projets et la réception d’autres. Dans ce cadre, trois fermes aquacoles à Ghardaïa, à Ouargla et à Saïda ont entamé la production de plusieurs types de poissons d’eau douce.

    Le ministre a annoncé également le lancement de la deuxième étape de la campagne nationale d’évaluation des ressources coralliennes du pays, soulignant que le bureau chargé de cette évaluation mettra en place un plan détaillé sur les différentes espèces de corail existant sur les côtes algériennes.


Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts