+ Reply to Thread
Page 3 of 82 FirstFirst 1 2 3 4 5 13 53 ... LastLast
Results 15 to 21 of 574
  1. #15
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Mercredi 11 Juillet 2007 -- La direction de la pêche et des ressources halieutiques de la wilaya de Jijel vient d’avoir sa propre antenne de pêche. Cette nouvelle infrastructure est construite au niveau du port de Ziama Mansouriah. Auparavant, les agents de la direction de la pêche travaillaient dans un bureau de 2 m2, appartenant à l’APC de Ziama, en location.

    Les agents de l’antenne de pêche, parmi eux de nouvelles recrues dans le cadre du pré-emploi, sont là pour prendre en charge toutes les doléances des pêcheurs du port de Ziama qui a, récemment, connu des travaux de bitumage et d’éclairage. En cette période estivale, le port a connu un engouement particulier, surtout le soir, où de nombreuses familles préfèrent emprunter la route du port, pour assister à la sortie en mer des bateaux de pêche.


  2. #16
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dans l'attente d'une sérieuse prise en charge de leurs doléances :

    Dimanche 15 juillet 2007 -- Les fils d’El Kala sont, de tradition, des pêcheurs. Ils tiennent à préserver leur métier contre vents et marées, disent-ils. Pourtant les vieux marins se souviennent, non sans une certaine nostalgie, de «la belle époque» où il suffisait de presque rien pour gagner sa croûte. Les plus jeunes, quant à eux, ne savent plus à quel saint se vouer. Eux, ils n’ont connu qu’un lot de misère. La rage au ventre, ils étalent leur désespoir de voir un jour «cette bureaucratie administrative, [la mafia au col blanc], comme ils disent, [se mettre à leur service]. Trop d’amertume.

    La détresse est plus que tangible dans les propos des pêcheurs qui continuent à lutter contre la tentation du gain facile. Ils refusent d’abandonner leur métier pour s’adonner à l’illicite. Au pillage du corail. La voie sablée de la richesse. «Nous ne voulons pas gagner des millions par jour comme ces braconniers du corail et ne laisser qu’une mer sans faune comme héritage à nos enfants», dit un quadragénaire, propriétaire d’un sardinier. Il considère que «le vrai pêcheur n’est pas soutenu. Il lutte avec ses propres moyens». Le programme de la relance économique ? «Les gens du métier n’en ont pas profité ! !» s’exclame-t-il, avant d’enchaîner la mort dans l’âme : «Nous les voyons chaque jour ces jeunes, qui ont eu droit à l’aide de l’Etat, sortir pêcher le corail.» Ulcéré, il soutiendra : «au lieu d’aider des pères de famille, ce sont des voyous d’à peine vingt ans qui ont bénéficié des fonds de la relance». Des fonds, affirme-t-il, «utilisés dans le pillage des richesses de la côte et l’appauvrissement de sa faune, en plus du trafic de drogue qui s’y est greffé».

    Le teint halé, affairé à démêler ses filets, un autre pêcheur enchaîne «regardez le nombre de bateaux accostés. Chacun fait vivre, au minimum, huit familles.» Il poursuivra après une courte pause : «ces professionnels de la pêche n’ont rien eu. Ce bateau que vous voyez», dit-il, en désignant sa barque, «elle emploie treize marins, tous des pères de familles !» D’autres marins soutiennent que les premiers bénéficiaires de l’aide de l’Etat sont «les gens ayant le bras long et la bourse pleine. Il y a un employé des impôts, un ex-responsable au sein de la justice et des employés au sein de la santé ! Leurs dossiers ont tous été traités et acceptés pour l’obtention d’un chalutier en ne versant que 10% comme premier apport».

    Ses collègues renchérissent : «quand c’était le tour du traitement des demandes des [vrais pêcheurs], ceux qui exercent ce métier depuis leur jeune âge, l’apport du bénéficiaire a été revu à la hausse. Ils ont exigé 30% du coût global du bateau. Alors que ce dernier coûte au moins une dizaine de milliards !» Un marin, venu de Collo, précisera : «Si j’avais cette somme, je ne vois pas pourquoi je continuerais à pêcher alors que je pourrais mettre sur pied un commerce qui me garantirait une vie aisée.» Blasé, un collègue à lui, venu de Skikda, s'écriera : «tout fonctionne avec l’argent ! Je suis marin depuis près de vingt ans et je n’ai pas eu la chance de bénéficier de l’aide de la relance. J’ai déposé quatre dossiers depuis 2002, qui n’ont pas abouti et chaque année on me demande de renouveler mon dossier. Même la pêche au corail, je ne pourrais pas la pratiquer car, seuls ceux qui donnent la tchipa continuent à pêcher» ! !

    L’argent ne fait pas le bonheur ? ! !

    «En Algérie, c’est simple, si tu n’as pas d’argent, tu es mort. Pour pouvoir se protéger, il faut construire un mur autour de soi, et avec quoi on le construit ? Il faut de l’argent !» Constat amer ou conclusion rapide de ce marin qui en avait gros sur le cœur ? Le port de pêche d’El Kala ne désemplit pas de ces âmes en peine. Pour elles, c’est certain : la corruption est à l’origine du dysfonctionnement dans le secteur de la pêche. «Un originaire du Sud, qui n’a jamais vu la mer et ne connaît rien au métier de pêcheur, est aujourd’hui propriétaire de deux bateaux !! Comment ? Grâce au crédit que l’Etat lui a accordé ! Moi, je ne cherche plus à comprendre, c’est évident, il suffit de donner pour se faire accorder des choses», s’emporte un marin.

    D’autres raïs (capitaines de bateau) abordent le problème de l’inexistence et de la cherté des équipements : «à quelques centaines de mètres de là, juste chez les Tunisiens, le prix de revient des filets ou encore des crochets est beaucoup moins cher qu’ici. Même le mazout est à moitié prix ! Nous sommes alors obligés d’aller acheter en Tunisie, en tentant d’échapper aux services des douanes pour ne pas payer la taxe.» Même pour l’entretien des barques et autres chaloupes, les marins sont obligés d’aller faire la révision et le toilettage annuels en Tunisie.

    Des problèmes en quête de solutions

    Moins impulsif et plus subtil dans ses propos, M. Drif, président de l’association des marins pêcheurs d’El Kala, résume tous les problèmes dont souffrent ses confrères.

    Il commencera d’ailleurs par affirmer que les pêcheurs ne voulaient pas d’un nouveau port. «Nous avons demandé juste une restauration et une réhabilitation du vieux port soumis à toutes les influences latérales en raison de son orientation vers le nord. C’est l’unique port d’Algérie construit de cette manière.» Selon M. Drif, plus de 1 200 marins sont opérationnels au niveau du port d’El Kala, cela sans compter les revendeurs, les mareyeurs, les mailleurs, les soudeurs et tous ceux qui sont annexés à la pêche. «Regardez, il y a plus d’une soixantaine de sardiniers. Chacun emploie au minimum 8 marins. Chaque chalutier emploie également entre 6 à 7 marins.» Il commencera par parler de «l’inexistence» des institutions du secteur de la pêche. Selon lui, «la pêche n’a pas ses institutions. Parler d’institutions de pêche, c’est avoir avant tout un syndic des gens de mer, d’un garde de pêche et un administrateur de la marine marchande ou de la marine de guerre».

    C’est à ce dernier que revient le droit d’être un procureur maritime. «Nous sommes le seul secteur à être commandé par l’armée. Quand on relève une infraction, par exemple, un défaut de brassière ou un extincteur périmé, c’est à l’administrateur d’infliger la sanction. Or, aujourd’hui, les raïs sont obligés de se présenter devant les tribunaux, laissant leurs bateaux amarrés au quai, pour payer une simple contravention ! ! », souligne-t-il. Il ajoutera, en plus, «l’incompétence des tribunaux pour juger les affaires maritimes». Cet ancien officier de la gendarmerie maritime ajoutera que les professionnels du secteur de la pêche sont soumis à beaucoup de taxes. «C’est ce qui porte préjudice aux marins, notamment ceux d’El Kala. Ces derniers, note-t-il», «ne font que trois à quatre sorties par mois, comparés à ceux de Annaba, par exemple, qui sortent 10 à 15 fois mensuellement». La raison de cette restriction, il l’imputera à «un très dangereux abord du port, soumis à toutes les influences naturelles».

  3. #17
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    continued.....

    Les marins croulent sous les taxes

    Détaillant les taxes à payer, M. Drif dira : «Nous sommes soumis au rôle, aux droits d’accostage, soumis aussi à deux impôts forfaitaires puisqu’on paye le forfait sur le chiffre d’affaires et l’IRG [impôt sur le revenu global]. Il y a aussi les taxes de VHF et du domaine [8 000 DA] qu’il faut payer.» Les marins croulent sous de lourdes charges ce qui les «empêchent de subvenir à leurs besoins. Nous sommes dans l’impossibilité de faire face à toutes ces taxes avec notre modeste rendement».

    Un rendement très faible, affirme l’orateur, qui soutient encore que seuls les sardiniers arrivent à joindre les deux bouts. Pour quelle raison la productivité a tant baissé dans une région jadis célèbre pour ses coquilles saint-Jacques ?

    «En premier lieu, il y a le non-respect de la réglementation. Quand on ne respecte pas les zones de pêche, les mailles des filets et la période de fermeture du golfe, on ne donne pas le temps aux poissons de se reproduire et c’est ce qui ruine la faune halieutique», explique M. Drif. «Il y a aussi la pêche abusive et illicite du corail», dit ce vieux pêcheur, qui se rappellera alors les années 80. Une période où l’on disait qu’«à la Calle, le poisson mourrait de vieillesse. Maintenant, ce n’est plus le cas. Le poisson se sauve ailleurs. Avec la pêche du corail, on lui a détruit son nid». M. Drif est formel, «ce n’est pas les pêcheurs qui s’adonnent à cette activité. Cela leur porte préjudice. Ils sont conscients que, même si ça rapporte énormément aujourd’hui, après ça sera un désastre pour l’activité de la pêche, et ils ne peuvent en aucun cas hypothéquer l’avenir de leur progéniture».

    La malédiction du corail

    Il confirmera, cependant, que le braconnage du corail se poursuit «en contrebande». Revenant sur les débuts de l’exploitation de cet animal marin, M. Drif, qui a plus de 40 ans d’exercice dans le secteur, remontera jusqu’à la période coloniale. «Les Français n’ont jamais pêché le corail. Ils disaient qu’il était maudit.» La productivité était énorme à l’époque et le poisson était alors bradé. «Il nous arrivait même de rejeter le poisson en mer», raconte-t-il. Les premiers pêcheurs de corail à El Kala, poursuit-il, «étaient les Italiens. Ils sont venus avec leurs chalutiers, munis de croix en fer. A cette époque, je me souviens que le commandant Cousteau est venu et a dit, "arrêtez le massacre de cette côte merveilleuse". Les Italiens ont alors utilisé des plongeurs, mais en constatant que la pêche avec eux a également porté préjudice, la décision d’arrêter l’exploitation du corail a été prise par l’Etat algérien».

    Contre cette pêche illicite qui porte préjudice à l’activité des pêcheurs, le président de l’association des marins pêcheurs s’attend à l’intervention des autorités. «Nous ne pouvons pas être au four et au moulin. Il y a des autorités et les pilleurs du corail sont visibles et connus : un bateau muni d’une barre de fer et de morceaux de filet, que pêche-t-il ?» s’interroge-t-il. Une fois le corail pêché, les transactions se font en mer avec des contrebandiers tunisiens ou italiens, apprend-on. «Dès que la vedette des gardes-côtes est aperçue, les contrebandiers jettent leur récolte en mer. A l’aide du GPS, ils vont la récupérer le lendemain. Cela se fait également avec la drogue», affirme M. Drif, qui rappelle l’arrestation d’un groupe de marins dont le filet a récupéré une quantité de cocaïne. «Certainement jetée par-dessus bord d’un grand bateau. Cette quantité représentait un gros paquet d’argent. Au lieu de la rejeter en mer, les marins ont préféré, alors, la garder et se sont fait arrêter». C’est là, pour lui, une preuve irréfutable. «Tout passe par la Calle et grâce au GPS, la récolte de corail ou encore les paquets de cocaïne cachés au fond de la mer sont très vite récupérés par les contrebandiers.»

    Nostalgique de ce que fut El Kala jadis, ce vieux marin lâche : «la Calle avait une belle renommée. Ses habitants aussi. Elle a été envahie de toute part et comme le Callois est très respectueux et hospitalier, il n’a rien dit», affirme-t-il avec un certain regret. Il poursuivra : «Ces inconnus ont introduit tous genres de trafic et ont commencé à s’enrichir. J’ai 66 ans et je peux vous jurer que je ne sais pas comment est fait le kif. C’est malheureux de constater aujourd’hui que nos enfants sont la proie de toutes les drogues.» «Ceux qui ont assailli El Kala, l’ont salie», atteste-t-il, en affirmant qu’ils poussent même les enfants de la ville à se jeter en mer à la quête de cieux plus cléments.

    «El harba» comme ultime espoir

    La côte italienne n’est pas très loin de cette petite ville tourmentée, autrefois, havre de la paix. La Sardaigne n’est qu’à 250 kilomètres de la ville. Cinq heures suffisent à une bonne barque pour atteindre l’Italie. D’El Kala, des jeunes d’à peine vingt ans, tous marins, ont perdu confiance en tout.

    Ils tentent alors de rejoindre désespérément les côtes italiennes. Pour cela, ils n’hésitent pas à voler les nouveaux chalutiers.

    Que l’argent de la relance dont ont bénéficié «les pistonnés» serve au moins à leur fuite vers un bonheur éphémère. Certains ont réussi à regagner leur eldorado, d’autres, moins chanceux, ont péri en mer, et d’autres encore scrutent l’horizon en attendant que quelqu’un daigne enfin leur tendre la main.


  4. #18
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 15 Juillet 2007 -- Si le secteur de la pêche dans la wilaya d’Annaba a connu ces dernières années un certain développement qui s’est traduit par la concrétisation, dans le cadre de différents programmes, de pas moins de 80 projets depuis l'année 2004, il reste que cela se fait en massacrant la faune et la flore marines. Pis, les zones protégées, en cette période de l'année, subissent le même sort, à la grande déception des professionnels en la matière.

    “En larguant leurs filets à moins de dix mètres du rivage, tout au long pratiquement du littoral, parfois en plein jour, certains marins pêcheurs, opérant au large des côtes annabies, semblent défier tout le monde en continuant à porter de graves préjudices à la faune et à la flore, voire aux estivants”, ont dénoncé des gens de la mer. Célèbre pour ses richesses halieutiques, surtout en poisson blanc, le littoral annabi fait l’objet depuis des années d’une surexploitation sauvage et anarchique. Aujourd'hui, estime-t-on, la côte annabie est exposée à une catastrophe certaine, si des décisions ne sont pas prises rapidement.

    Cette situation, affirment des professionnels, est due aux agissements sans foi ni loi de certains propriétaires de bateaux de différents types, qui pêchent tout près des côtes en usant de moyens interdits même dans les pays les plus reculés, entre autres des filets double poche dits “9,2”, ceux appelés “invisibles”, ou encore en semi-pélagique.

    On pointe également du doigt des propriétaires de petits métiers et de chalutiers qui ont aussi leur part de responsabilité dans cette situation catastrophique. Ces derniers, précise-t-on, appelés à larguer leurs filets à plus de 500 mètres du rivage, activent, souvent et au grand jour, à moins de... 10 mètres de la côte.

    Pourtant, indiquent les professionnels, la sonnette d’alarme a été tirée depuis bien longtemps sur ce massacre. En vain. Par ailleurs, et en matière d'acquisition de matériel, l'effort de la direction de wilaya de la pêche et des ressources halieutiques va se poursuivre au titre du programme complémentaire de soutien à la croissance économique 2005/2009 par la programmation de quatre nouveaux projets d'investissement pour un montant global de plus de 100 millions de dinars. Celui-ci permettra également, laisse-t-on entendre, la création d'une soixantaine de postes d'emploi.

    Toujours dans ce contexte et en dehors des programmes de soutien à la croissance économique et de celui complémentaire de soutien à la croissance, 6 autres projets d'investissement viennent d'être examinés par le comité d'assistance, de localisation et de promotion de l'investissement. Ces projets prévoient, en plus de l'activité aquacole, la création de structures d'appui à l'outil de production (conditionnement et transformation des produits de pêche, construction et réparation navale).

    La flottille de pêche compte à présent près de 438 embarcations, entre chalutiers, sardiniers et petits métiers, opérant dans les différents ports, abris de pêche et plages d'échouage de la wilaya d’Annaba.


  5. #19
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 23 juillet 2007 -- Le ministère de la Défense nationale a fixé en coordination avec le ministère de la pêche et des Ressources halieutiques, de nouvelles conditions fixant les méthodes d’intervention des contrôleurs à bord des bateaux étrangers qui pêchent certains genres de poissons dans les eaux territoriales algériennes.

    Le ministère de la Défense nationale a chargé, conformément à un arrêt interministériel portant la signature du ministre de la défense nationale et celui de la pêche et des ressources halieutiques, des contrôleurs pour garantir et contrôler la pêche des poissons migrateurs et s’assurer que les opérations de pêche des bateaux étrangers dans les eaux territoriales algériennes, se font conformément aux législations et réglementations en vigueur. Les contrôleurs sont désignés, selon les articles de l’arrêt, en vigueur depuis le 8 juillet en cours, parmi les agents du département national de surveillance des plages et les travailleurs du secteur de la pêche qui possèdent des aptitudes scientifiques et techniques dans ce domaine.

    Ces contrôleurs seront avant tout chargés de veiller au respect des bateaux étrangers de la liste des types de poissons dont la pêche est autorisée, ainsi que les mécanismes de pêche utilisés. Les bateaux devront également respecter la clôture de la saison de pêche et les endroits dans lesquels elle est autorisée ainsi que les gabarits commerciaux des genres de poissons pêchés.


  6. #20
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Dimanche 29 juillet 2007 -- “Je procéderai en personne à la cérémonie de clôture des travaux de la mission française chargée de l’étude et de l’évaluation du potentiel corallifère, ce dimanche à Oran”, a affirmé M. Smaïl Mimoun, ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, lors de sa visite de travail et d’inspection dans la wilaya d’El-Tarf, samedi dernier. Il ajoutera que “selon les résultats obtenus, le ministère décidera de l’exploitation de cette ressource selon un planning préétabli et avec alternance vis-à-vis des zones qui seront instituées à cet effet”. Par ailleurs, il indiquera que l’étude du bureau français formé de spécialistes et chercheurs du CNRS a pu déterminer et prouver que le corail existe au large des côtes d’Oran, de Mostaganem, de Ténès et de Béjaïa.

    Le ministre a, cependant, entamé sa visite par l’inspection des installations de la Sarl Djeffal versée exclusivement dans l’exploitation des ressources du lac El-Mellah, et sommé le gérant de présenter deux études conformément aux clauses du cahier des charges, et qui concernent respectivement une étude de l’impact sur l’écosystème qui peuvent influer sur les multiples exploitations des différentes espèces de poissons ainsi que sur le curage du chenal reliant le lac à la mer, et une deuxième étude sur les investissements à consentir dans le site, et ce, avant le 25 août prochain.

    Il faut savoir que la Sarl Djeffal exploite le lac El-Mellah depuis un an dans le cadre de la concession après avoir décroché l’appel d’offres en ce sens. Cette Sarl a depuis investi 10 milliards de centimes dans la rénovation des installations et la refection des pistes, des bâtiments et des bordigue, une infrastructure héritée de l’ex-ONDPA. La deuxième halte était l’installation de la chambre froide de la Sarl El Amine, spécialisée dans l’exportation de différents espèces de poissons, vers la Tunisie, la France, la Grèce, l’Italie et l’Espagne. Au 28 du mois en cours, la Sarl en question a déjà exporté 164 tonnes de poissons.

    Au niveau du vieux port de pêche, le ministre a sommé le directeur de la pêche d’instruire une opération pour augmenter sa capacité d’accueil. Il est à noter que le port compte une flottille de 361 embarcations avec une production au premier semestre de 1 428 tonnes de poissons dont 1 172 tonnes de poisson bleu. Au dernier point de la visite du ministre, la secrétaire générale et wali par intérim a accordé un ultimatum à l’entreprise en charge du projet de réalisation au niveau du siège de la Direction de la pêche. Pour terminer les travaux avant la fin du mois d’octobre, le cas échéant, une mise en demeure lui sera adressée avec possibilité de résiliation du contrat.

    Quoi qu’il en soit, il ressort de cette visite le fait que le secteur de la pêche est aux antipodes des attentes des gens de la mer et surtout des atouts de la région. C’est plutôt un sentiment de déception qui se lisait sur le visage des pêcheurs.


  7. #21
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Lundi 30 juillet 2007 -- La reprise de la pêche du corail dépendra de l’analyse des résultats obtenus par le groupement français chargé de l’étude de cette ressource halieutique à haute valeur marchande. C’est ce qu’a déclaré hier, M Smaïl Mimoune, ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, à partir d’Oran. Annonçant la clôture de la campagne d’évaluation en mer du corail, il affirmera par la même occasion que «l’étape d’analyse des résultats recueillis durant cette opération» est d’ores et déjà entamée.

    En présence des directeurs centraux et locaux du secteur, des intervenants dans cette campagne et des autorités locales, le ministre a précisé que cette rencontre constitue l’achèvement du processus technique engagé depuis l’année dernière à Annaba pour l’estimation de la ressource corallienne.

    Précisant que «l’Algérie est le premier pays à réaliser une étude de cette ampleur dans le Bassin méditerranéen», le ministre soulignera que cette opération répond non seulement «à la mission sectorielle centrale qui est économique», mais surtout, «à la considération du cadre scientifique et technique accompagnant cette action économique». «L’exploitation des ressources coralliennes, et plus précisément en Algérie, le corail rouge, s’est faite, durant des siècles, sans interruption notable», a rappelé le ministre, avant de signaler qu’il s’agit là d’une «ressource fragile et ciblée en raison, notamment, de sa haute valeur marchande».

    «La promulgation du décret exécutif 01-56, portant “suspension de la pêche au corail”, est venue mettre un terme à cette situation », a-t-il précisé, avant de signaler «la possible réouverture de cette pêche, si les résultats de l’étude d’évaluation de cette ressource s’avéraient positifs». L’étape d’analyse permettra, selon lui, «la formulation, à partir des éléments scientifiques, du plan d’aménagement à caractère économique de l’exploitation du corail». «Seule une réponse positive nous permettra de prendre une décision immédiate ou différée sur l’avenir économique de l’exploitation du corail», a-t-il signalé, en conclusion.

    Cette rencontre a débuté par une série de communications des membres de la coordination nationale «du projet corail», que préside le directeur central de la pêche du ministère de tutelle. Cette étude a été effectuée par le groupement momentané, constitué de trois entités françaises, CREOCEAN/COMEX, et le laboratoire du CNRS qui aura pour charge «l’analyse de l’étude», signale-t-on.

    Outre les aspects administratifs et juridiques de ce projet, l’assistance a pris connaissance du volet scientifique de cette étude qui a concerné cinq secteurs géographiques le long des 1 200 km que constitue le littoral algérien, renfermant 33 secteurs types, incluant huit sites témoins. A noter que la pêche illicite du corail ne s’est jamais arrêtée. Le corail rouge algérien est cédé entre 70 000 et 15 000 dinars le kilogramme. A noter que le secteur de la pêche et de l’aquaculture fonde son développement sur l’exploitation rationnelle et responsable dans un cadre durable des ressources halieutiques, certes renouvelables, mais également «porteuse d’un risque de surexploitation», dans la mesure où elle véhicule «l’idée fausse d’un impossible tarissement de ces ressources», a tenu à signaler le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques.

    Une situation contredite, de par le monde, par des mesures drastiques prises pour la sauvegarde des ressources halieutiques, à l’instar de la baisse des quotas de pêche, notamment les anchois et la morue et la fermeture précoce et avancée des campagnes de pêche et la réduction de la flottille de pêche.


Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts