+ Reply to Thread
Page 1 of 82 1 2 3 11 51 ... LastLast
Results 1 to 7 of 574
  1. #1
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Le secteur de la pêche en Algérie / Algeria's fishing industry :

    A well informed source has indicated that on Thursday two representatives of a foreign company, one from Norway and the other from Italy, attended the beach of Marsa El Hadjaj of Oran with the intention of selecting a site where a project of fish breeding will be undertaken. Their company will contribute in the context of a partnership with an Algerian investor interested in the launch of this kind of investment in Oran.....

    More.....

  2. #2
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Salon International de la Pêche et de l’Aquaculture conference in Algeria

    The third edition of the SIPA Conference (Salon International de la Pêche et de l’Aquaculture – International Fish and Aquiculture Conference) will be held during the week from April 16th-19th in Argel (Algeria).

    The fishing sector in Algeria has acquired a new dynamism as of 1999, thanks to the administration’s effort to provide the financial and social means to guarantee the medium and long term integration of the sector as an important component in the Algerian economy.


  3. #3
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Sept offres pour la réalisation du port de pêche d’El Aouana à Jijel

    Le Directeur des travaux publics de cette wilaya a déclaré que parmi les sept offres, quatre ont été proposées par des compagnies sous formes de consortium, en plus de trois compagnies qui ont participé par des offres séparées. En tout dix sept compagnies ont pris part à cet appel d’offres, dont des compagnies Italiennes, Portugaises, Brésiliennes, Croates, en plus des compagnies publiques et privées.

    Par ailleurs, vingt sept entreprises avaient retiré le cahier des charges relatif à ce projet durant la période réglementaire qui, selon la même source, a été prolongée de 20 jours, permettant au plus grand nombre de compagnies de s’informer des spécificités du projet sur le terrain et des potentialités offertes en matière de matériaux de construction, notamment le gravier.

    Au moment où le responsable du secteur des travaux publics a révélé que les offres techniques déposées seront évaluées dans les prochains jours, pour désigner le vainqueur de la transaction, la valeur de réalisation du port de plaisance, qui sera d’une capacité de 140 bateaux de plaisance et 70 autres de pêche, atteint désormais 400 milliards de centimes, après la réévaluation de ce projet.


  4. #4
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Le ministère de la Pêche retire l’agrément à 13 compagnies mixtes

    Des sources bien informées ont révélé à El Khabar que le ministère de la Pêche a retiré l’agrément à 13 compagnies mixtes, sur un total de 23 entreprises créées dans le cadre du plan de relance économique, pour avoir enfreint le règlement ou n’avoir pas respecté le cahier des charges.

    Les investisseurs du secteur de la pêche ont reproché à la tutelle d’avoir gelé le décret exécutif 02-419 daté du 28 novembre 2002, qui octroi aux investisseurs dans le secteur de la pêche le droit de créer des sociétés mixtes selon le cahier des charges, soit à travers la location de navires étrangers avec tout leur staff, pour une période ne dépassant pas deux années, ce qui n’a pas été fait sur le terrain, ou bien à travers l’importation de navires ne dépassant pas 10 ans, pour qu’ils deviennent algériens après qu’ils aient été rayés de leur pays d’origine.

    De son côté, Fateh Boudamous, secrétaire général au ministère de la Pêche et des ressources Halieutiques, a affirmé à El Khabar que l’agrément a été retiré à ces sociétés mixtes parce qu’elles ne se sont pas tenues à certaines conditions, comme l’investissement sur le quai, à travers la création d’unités de mise en conserves, tout en conservant une partie de la pêche et de la devise obtenue en Algérie.

    En ce qui concerne le décret exécutif qui stipule que les pêcheurs algériens peuvent louer des bateaux de moins de 10 ans avec leur staff, M. Boudamous a indiqué qu’il a été gelé, afin d’ouvrir le champ aux investisseurs algériens qui ont pu obtenir des prêts bancaires afin d’acquérir de nouveaux bateaux, et éviter ainsi la compétition déloyale.


  5. #5
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Le secteur de la pêche en Algérie :

    Mercredi 16 mai 2007 -- La Foire des expositions des Pins- Maritimes d’Alger abritera, les 21 et 22 du mois en cours, la deuxième édition du Minappech’2007, manifestation pour l’investissement dans les activités des ports de pêche et de commerce halieutique. Pas moins de 180 offres d’investissements, sous forme de concession ou de partenariat, dans le secteur de la pêche dont 120 destinées aux gros investisseurs nationaux et ou étrangers et 60 autres ciblant les jeunes promoteurs, seront proposées à cette occasion.

    Un potentiel d’investissement de plusieurs dizaines de millions de dollars.

    Revenant en détails sur cette manifestation organisée conjointement par la Société de gestion des participations de l’Etat-Ports (Sogeports) et le Groupement d’intérêt commun des Entreprises de gestion des ports de pêche GIC-EGPP, Fayçal Kelil, président de la Sogeports, a souligné, lors d’une conférence de presse tenue hier à Alger en prévision de cet événement économique, que ce rendez-vous est une occasion de proposer une offre d’investissement dans le domaine de la pêche tous segments confondus et plus particulièrement dans la construction et la réparation navales, les fabriques de glaces, les stations d’avitaillement en carburants et lubrifiants, les entrepôts frigorifiques et enfin les comptoirs de vente de pièces de rechange et matériel de pêche. «Cette offre concerne 30 ports de pêche et s’adresse aux seuls professionnels du secteur et est destinée aux investisseurs nationaux et étrangers justifiant d’une surface financière suffisante et d’une expérience avérée dans le domaine», précise Fayçal Kelil.

    L’objectif principal étant donc de promouvoir les investissements dans les activités des ports de pêche. Cela permettra d’équiper qualitativement les ports de pêche algériens en équipement et moyens d’exploitation modernes pour une utilisation optimale et rationnelle de leur capacité et des espaces. On notera à ce propos et à titre d’exemple que les moyens nationaux en matière de réparation navale couvrent seulement 20% de la demande exprimée dans un marché de plus de 50 millions d’euros. Ce qui oblige les armateurs algériens à recourir aux chantiers de réparation étrangers fort onéreux. D’où l’importance de la mise en place d’un réseau d’ateliers de réparation et de construction navales en Algérie. Aussi, il est également attendu de l’aboutissement de cette offre, la possibilité de doter les ports de pêche algériens d’équipements propres répondant aux standards et règles d’exploitation internationaux.

    «Cette offre d’investissement devra générer entre 1500 et 2000 emplois directs», a indiqué pour sa part Kamel Ouarab, président du GIC-EGPP. Pour rappel, cette forme de manifestation d’offres d’investissement deuxième du genre vient en prolongement de la première édition qui s’est déroulée en septembre dernier. Celle-ci a drainé plus de 400 opérateurs nationaux et étrangers et a abouti en mars 2007 à la signature de contrats de concession dans 30 activités. Soit un volume d’investissements estimé à 14 milliards de dinars ayant permis de créer près de 420 emplois directs. Les investisseurs intéressés pourront retirer les cahiers des charges relatifs à ces 180 offres lors du salon et ensuite au niveau du siège du GIC-EGPP jusqu’au 27 juin prochain.


  6. #6
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Les investissements dans le secteur de la pêche se multiplient :

    Mercredi 16 mai 2007 -- L’investissement dans le secteur de la pêche en Algérie prend de plus en plus d’importance à la lumière des résultats enregistrés à l’issue de la première manifestation pour l’investissement dans les activités des ports de pêche et de commerce halieutique (MINAPPECH) en septembre 2006 à Alger. Cette rencontre professionnelle a abouti en mars 2007 à la signature de contrats de concession pour 30 activités, dont 30 investissements (sur 160 demandes), pour 1 milliard de dinars (14 millions d’euros) et 420 emplois créés. Des résultats satisfaisants aux yeux des responsables de la Société de gestion des participations (Sogeports), organisatrice de l’événement, qui compte rééditer l’expérience cette année et durant les années à venir jusqu’au placement de la centaine d’opportunités d’investissement prévues à l’horizon 2009.

    Cette année, les dates retenues pour le MINAPPECH sont les 21 et 22 mai 2007. Une rencontre organisée sous l’égide du ministère des Participations et de la Promotion des investissements (MPPI), en collaboration avec la SGP Sogeports et l’EGGP (groupement d’entreprises de gestion des ports de pêche) dont les représentants ont animé hier une conférence de presse à l’hôtel Sofitel pour présenter l’événement. Une occasion aussi de revenir sur l’importance de l’investissement dans la pêche en Algérie. Et ce, à travers la gestion efficace et la promotion du potentiel structurel de pêche en Algérie. Un potentiel constitué des 30 ports dont la gestion a été confiée depuis 2004 à 10 entreprises de gestion des ports de pêche (EGPP) rattachées aux entreprises portuaires.

    C’est dans le cadre de la mission qui leur est dévolue que les EGPP ont lancé une offre d’investissement aux professionnels du secteur dans les activités de ces ports. Pour la deuxième édition du MINAPPECH, 300 participants nationaux et 40 étrangers ont déjà confirmé leur participation d’autant que l’occasion leur sera offerte de soumissionner à des projets. Car, comme l’a dit hier lors de la sortie médiatique le président de la SGP Sogeports, M. Fayçal Kelil, «c’est surtout pour donner l’occasion aux investisseurs de déposer leurs demandes d’autant que l’appel d’offres a déjà été lancé». «Nous avons même cette fois des propositions d’investissements pour les petits métiers de pêche. Nous comptons pour cela sur l’ANSEJ qui participe pour la première fois au salon», ajoute-t-il.

    M. Kelil a tenu à préciser : «Il ne s’agit pas de privatisation. Les ports ne sont pas privatisables. Ils seront cédés en concession pour une durée allant de 10 à 20 ans pour différentes activités.» Pour sa part, M. Kamel Ouarab, président de GIC EGPP, a indiqué que les prévisions pour cette édition sont de l’ordre de 100 millions d’euros en investissements. «En plus des petits métiers, nous ciblons aussi les gros investissements ; notamment pour la construction navale», a-t-il avancé. Au total, on espère concrétiser 60 investissements dans le cadre de l’ANSEJ et 60 autres pour la réparation et la construction navales. Il est attendu de ces offres la possibilité de doter notre pays de moyens propres et la mise aux standards internationaux des moyens et règles d’exploitation des ports de pêche, selon les conférenciers. C’est ce qu’a d’ailleurs rappelé le directeur des investissements, M. Benhamdi, en mettant en exergue les avantages accordés aux opérateurs intéressés. «Des avantages seront accordés aux investisseurs qui s’inscrivent dans cette option, notamment par le biais de l’ANDI et de l’ANSEJ», a-t-il déclaré. A titre indicatif, l’offre d’investissement vise à créer de 2 500 à 3 000 emplois qualifiés (horizon 2009) répondant aux spécificités du secteur, et des opportunités de développement des activités annexes liées à la pêche.


  7. #7
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Mercredi 23 Mai 2007 -- 141 entreprises privées, dont 21 étrangères, ont déjà manifesté leur intérêt pour l’investissement dans le développement de la trentaine de ports de pêche que compte l’Algérie, et ce, suite à un second appel d’offres lancé dernièrement par les pouvoirs publics pour le développement des activités et des métiers de la pêche. C’est là, la déclaration faite hier à l’APS par le président du Groupement d’intérêt commun des Entreprises de gestion des ports de pêche (GIC/EGPP), M. Kamel Ouarab. Une déclaration faite au deuxième et dernier jour de la deuxième Manifestation pour l’investissement dans les activités des ports de pêche et de commerce halieutique, (Minappech) qui s’est tenue lundi et hier à la Safex.

    M. Ouarab, cité par l’APS, a ajouté que «ces entreprises ont déjà déposé leur lettre d’intention». Aussi, au total sept entreprises, dont deux étrangères, ont déjà retiré les cahiers des charges relatifs à cette opération. La même source rappelle au passage que le retrait des cahiers des charges se poursuivra jusqu’à fin juin prochain. Les entreprises ayant déjà manifesté leur intérêt sont d’ores et déjà jugées comme étant des «opérateurs potentiels ayant proposé des offres importantes».

    En outre, la gestion des offres d’investissement concernant les petites activités, dont le montant ne dépasse pas dix millions de dinars, a été confiée à l’Agence nationale de soutien pour l’emploi des jeunes (ANSEJ) dans le cadre du dispositif de financement des micro projets, a-t-il encore indiqué.

    Lors de la première édition du Minappech, tenue en septembre dernier, une trentaine d’entreprises privées algériennes, mixtes ou étrangères, avaient été sélectionnées et ont formulé des projets précis à réaliser. La même source ajoute que «le montant total des investissements engagés dans ce cadre par les trente sociétés est estimé à quelque 12 millions d’euros, soit 1,3 milliard de dinars», en précisant que «ces projets peuvent générer jusqu’à 500 emplois directs» sans toutefois indiquer quels sont les ports de pêche ayant déjà bénéficié de ces investissements. La deuxième édition du Minappech avait été inaugurée par des représentants du ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques et du ministère des Participations et de la Promotion des investissements en présence d’associations professionnelles du secteur.

    Lors de cette deuxième édition, clôturée hier, le programme a porté notamment sur des communications de l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI) et de l’ANSEJ concernant les facilités prévues par la nouvelle loi sur l’investissement et les modalités de montage financier des micro projets.


+ Reply to Thread
Page 1 of 82 1 2 3 11 51 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts