+ Reply to Thread
Page 4 of 18 FirstFirst ... 2 3 4 5 6 14 ... LastLast
Results 22 to 28 of 126
  1. #22
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Lundi 26 Novembre 2007 -- Deux projets de rachat d’entreprises algériennes par des opérateurs italiens viennent d’être concrétisés. L’un concerne le secteur de la navigation maritime, une prise de participation dans une filiale de la Cnan, Cnan Méditerranée, et l’autre a trait à la reprise d’une unité de céramique. Un troisième projet de privatisation d’une cimenterie est, en revanche, en négociation actuellement entre les autorités algériennes et les industriels italiens. C’est ce qui a été annoncé au cours de la conférence animée par M. Giuseppe Morandini, vice-président de la Confédération italienne du patronat Cofindustria. Six autres projets ont été également identifiés pour le rachat d’unités algériennes par des repreneurs d’Italie. Ces derniers souhaitent investir en Algérie et fabriquer des produits destinés au marché national et à l’exportation. Les secteurs ciblés dans ce sens lors du dernier sommet de Sardaigne touchent l’industrie mécanique, le bâtiment et la verrerie. Il a expliqué, en effet, que les entreprises de son pays avaient pris part dans six opérations de cession d'actifs dans la production du ciment et du verre et dans l'industrie mécanique. M. Morandini a séjourné à Alger pendant trois jours et pris part au Salon des travaux publics. Il a saisi l’opportunité pour rencontrer les responsables algériens. Il a eu des entretiens avec les ministres de l’Industrie et de la Promotion des investissements, des Travaux publics, du Commerce et de la PME-PMI. Le vice-président de Cofindustria a souligné que leur intention est d’investir directement en Algérie et ne plus se contenter de réaliser des opérations commerciales.

    Climat des affaires : des écueils persistent

    Pour cela, il sollicite, cependant, l’intervention et le soutien de l’État algérien. Car, pour lui, certains écueils persistent encore et entravent le bon déroulement des affaires entre les industriels des deux pays. M. Morandini est également président du Conseil italien central de la PME. C’est un ancien constructeur de briqueteries de père en fils. La plupart des unités implantées dans notre pays sont son œuvre. Afin de concrétiser au mieux les projets industriels envisagés par lui et ses confrères italiens, il demande à ce que les pouvoirs publics créent les conditions nécessaires. À commencer, selon lui, par la réforme du système bancaire. Il faut que les banques soient plus proches des besoins des entreprises. Il y a lieu d’alléger au maximum, ajoute-t-il, les procédures de privatisation. L’autre aspect jugé important par M. Morandini est la formation des techniciens pour se doter d’une main-d’œuvre spécialisée. Il est confiant que les industriels des deux pays vont, très prochainement, engager des discussions pour promouvoir des partenariats dans ces secteurs. “Je suis très confiant quant aux résultats de ces discussions et je m'attends à des signes positifs dès la semaine prochaine”, affirmera-t-il. L’Algérie avait réalisé, relèvera-t-il, d'importants progrès dans l'ouverture de son marché sur l'extérieur. Il souhaite encore que les opérateurs de son pays suivent ce mouvement. Une chose est certaine, ce responsable croit en l'avenir des relations de partenariat entre les opérateurs algériens et leurs homologues italiens, notamment dans les secteurs de la manufacture, du textile, de l'agroalimentaire et de l'industrie mécanique.


  2. #23
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Analysis:


    November 28, 2007 -- The energetic question was the central theme in the first Italian- Algerian bi-lateral summit, held in Alghero on November 14th. In fact, the GALSI project has been made official, which will carry gas - of which Algeria is one of the major African producers - to Italy, with notable implications for the country's energetic security and its relations with other major suppliers, primarily Russia.

    The first bi-lateral summit with a non-European country

    Algeria seems to have become a special commercial partner for Rome. The elements which push analysts to consider it as such are various. It was the first high level bi-lateral summit to be carried out between Italy and a non-European country. It was a meeting of the highest importance, which involved the President of the Italian Government, Romano Prodi and Algerian President, Abdelaziz Bouteflika. Both led a delegation made up of five ministers from their respective governments: Foreign Affairs, Defence, Internal, International Commerce and Economic Development. These are the key sectors in which Italy and Algeria intend to reinforce agreements and coordinate their policies. Prodi has chosen to act in a way which is particularly in tune with Algeria; to underline the strong Italian-Algerian friendship. The government in Rome needs a faithful ally on the other bank of the Mediterranean and it seems to have chosen Algeria, although it hasn't forgotten Libya. Rome is in the process of turning the “painful page” of Italian colonial history, the words of the Minister of Foreign Affairs D'Alema (chief of Italian diplomacy, who just days after the summit in Alghero, flew to Tripoli to meet with Colonel Gheddafi to reach an agreement). Beginning with Algeria, Rome seems to have rediscovered the strategic importance of Africa within the Mediterranean. As well as this, Egypt has become a special partner of Italy, with whom, according to D'Alema “it has decided to begin a special relationship, the same type that Rome has with other European countries: France, Germany and Great Britain”. “Italy- according to the head of Diplomacy- has re-discovered its own Mediterranean calling”. As well as this, on the very same day as the Summit, the Algerian Foreign Minister, Mourad Medelci, announced Algeria's vote in favour of the international moratorium on the death penalty, for which, Italy has been driving the campaign to United Nations (on November 15th, the moratorium was passed with 99 votes in favour, 33 abstentions and 52 against the Third Commission; the decision of the General Assembly is expected in December).

    After South Africa, Algeria is the second richest country on the entire continent, above all thanks to the sector of hydrocarbon, which constitutes the main point in Bouteflika's energetic policy. Italy, together with France and Spain is one of the major buyers. At the moment, an out and out route to energetic procurement seems to have been begun which sees Italy and France first in line. In the last few days, news has come that French company Alstom will construct an electricity centre in Algeria with an investment of €1.4 bn. The resulting route however accentuates the European inability to provide itself with a common energetic plan, which manages to satisfy the demand from all the countries of the Union.

    In the African country, an important programme of the modernisation of the entire industrial sector is underway, for an investment of another $60bn, which will actively involve Italian businesses, thanks to the agreements underlined in Alghero between the two governments. In particular, some Italian businesses will participate in the creation of infrastructure and public works that will help to increase the dynamism of the Maghrebi country's economy.....

  3. #24
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    continued.....

    The GALSI project and the diversification of energetic procurement

    At the moment, the diversification of energetic procurement represents a priority in Italian foreign policy. It is the line to follow in order to understand the importance of the agreement signed in the Catalan capital, following which is the agreement signed with Qatar, for the creation of a regasifier in Rovigo and those agreements between the Italian company, ENI and the Russian energetic giant, Gazprom. It is not certain whether it is a coincidence or not, that the strategic agreement between Italy and Russia was signed on November 14th, the very same day on which Prodi was involved in the Italian-Algerian summit. After the signing by the two administrative delegates, Paolo Scaroni and Alexey Miller in Moscow on November 14th, the same Prodi flew to the Russian capital to meet with President Vladimir Putin and to politically officialize the strategic partnership with Russia. The two energetic giants signed a joint venture for the construction of a new gas pipeline, South Stream, which will connect Europe with Russia, guaranteeing from 2013, the provision of gas, through the Black Sea. The year before this, the enormous gas pipeline Galsi should be completed which, passing through Sardinia, will allow for the provision of about 8bn cubed metres annually, to Italy. If everything goes to plan, the gas pipeline should supply 40bn cubed metres yearly, satisfying 45% of the Italian energetic demand. The Galsi project makes up part of Algerian Sonatrach, with a quota of 36%, Italian ENEL and Edison, with respectively, 18 and 13%, German Wintershall (13.5%), the region of Sardinia which holds, through controlled societies, 10% and Italian Hera Trading, with 9%.

    Minister for Italian economic Development, Pier Luigi Bersami has defined it as an “historic agreement”. Premier Prodi and the other ministers present at the bi-lateral summit in Alghero are of the same opinion. According to the Foreign Minister, D'Alema, it was important to reach “an optimum agreement for long-term contracts and to prolong the expiry date of contracts for already existent provision and for the extension of these”. Throughout the course of the press conference, together with Algerian colleague Mourad Medelci, D'Alema underlined the importance of having consolidated with the African partner, a collaborative relationship, putting into being “the conditions for long-term energetic security”. Next to this is the crucial point of the question: in its own diversification programme over energetic procurement, Italy should avoid dependence on a single supplier. However, the agreement with Algeria doesn't seem to fully satisfy this requisite; it is enough to remember the commercial agreement signed by Russian business Gazprom in 2006, with Algerian counterpart, Sonatrach. The two energetic companies should have given life to a strategic alliance destined to transform itself into a sort of gas syndicate, in fact altering competition in the key energetic sector for the European market. In this way, President Putin reinforced his presence in the Mediterranean, further adding to this with the agreements signed in the past days with Italian business ENI. As well as this, the agreement between ENI and Gazprom has been defined as “a fundamental step for the security for Italy's energetic procurement”, as has been told by Administrative Delegate of ENI, Scaroni, from Moscow. The Italian manager has also defined the entrance of Russia into the European market as an opportunity, not a problem, which gives Italy the chance to become a “producer in Russia”. Africa will be at the centre of the energetic agreement between ENI and Gazprom; in fact, it will be the Italian business who leads the Russian energetic giant in Africa for the acquisition of strategic assets.

    The battle against international terrorism and illegal immigration

    Throughout the course of the Italian-Algerian bi-lateral summit, the battle against terrorism was also discussed. Algeria is one of the countries first in line in this battle and it should face up to a difficult internal situation which does however, risk sinking the country into chaos. At the end of the meeting in Alghero, during the press conference, the Minister of Foreign Affairs, Massimo D'Alema spoke of the necessity to create a “network for the battle against terrorism”, which opposes Al-Qaeda, a terror network. The two states have reinforced their intention to combat terrorism in all its forms. Throughout the course of this year, the Maghrebi country has seen the creation of the Salafite Group for Predication and Combat (SGPC) within the Al-Queda Group in the Islamic Maghreb and it looks to confront a new wave of internal terrorism. Added to this is the task of keeping track of the Algerian Group for all the terrorist formations of Islamic inspiration which operate within Mediterranean Africa.

    Another topic which was brought to the table at the bi-lateral meeting between the two delegations was that of the illegal immigration phenomenom: numerous immigrants from Algeria, the other Maghrebi countries and Sahel landed in Sardinia throughout the course of 2007. The Minister of the Interior, Giuliano Amato and Foreign Minister, D'Alema looked to pinpoint the situation, proposing to the African colleagues, a series of solutions that could halt the growing phenomenon, such as blocking the departure of boats loaded with illegal immigrants. The decision has been postponed until the next meeting that will be held in Algiers.

    Conclusion

    Italy has decided to put Africa at the centre of its foreign policy. A concrete example of this new approach was the recent bi-lateral Italian-Algerian summit, that was held in Alghero on November 14th. It was the first time that Rome has had a meeting of the highest category with a non-European country. The head of the Italian government, Romano Prodi and Algerian President, Abdelaziz Bouteflika, led the respective delegations. Italy highlighted the importance of the strategic link with Algeria, a precious ally in Africa. In the Summit, energy was discussed, with the officialisation of the Galsi project, the gas pipeline which will link Algeria to Italy, supplying from 2012, 8bn cubed metres of gas. Rome is following the route towards the diversification of energetic procurement, attempting to free itself from the risk of the black-out of about a year ago. The recent agreement between ENI and Gazprom aims at this very objective. But the risk is that of depending excessively on the Kremlin, which is expanding its own “energetic dominance” over the whole of Europe. In fact, in 2006, Putin signed an agreement with the Algerian President, Bouteflika, for the participation of the energetic giant Gazprom in the projects of gas provision to European countries, through Algerian company Sonatrach. Only by reaching a common energetic policy will Europe be able to conjure the consolidation of an out and out syndicate on gas, whose prices are currently decided by the Kremlin.

  4. #25
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Mercredi 28 novembre 2007 -- Les entreprises italiennes n’ont pas la même perception de leur gouvernement s’agissant de l’attitude à adopter vis-à-vis de l’investissement en Algérie. L’ancien ambassadeur d’Italie à Alger, M. Antonio Badini, qui a fait ce constat hier lors d’une conférence de presse qu’il a animée au siège de l’ambassade, a admis ne pas être en mesure d’expliquer le pourquoi du décalage qui existe entre la perception italienne officielle de l’Algérie en tant que pays à fort potentiel avec lequel il importe de développer la coopération et celle des milieux d’affaires caractérisée par la réticence.

    «Le marché ne répond pas aux incitations des deux gouvernement», a déploré l’ancien diplomate, aujourd’hui conseiller à la Chambre de commerce de Milan. Se hasardant tout de même à fournir quelques explications, M. Badini a imputé la perception des milieux d’affaires de son pays, pas toujours très favorable à l’Algérie, au manque de communication de part et d’autre.

    «Il faut trouver un moyen pour que les hommes d’affaires aient des informations correctes. Or, souvent, elles ne le sont pas», a-t-il affirmé. Selon lui, il y a des insuffisances lorsqu’il s’agit «de chercher à se renseigner de manière directe» du côté italien, alors que la partie algérienne est également coupable d’un déficit en communication quand il est question de promouvoir ses opportunités d’investissement, ses atouts et ses réalisations.

    M. Badini, qui a occupé le poste d’ambassadeur entre 1988 et 1992, s’est dit investi d’une mission qui consiste à faire en sorte que les décideurs algériens puissent tirer profit de l’expérience de son pays en matière de développement du secteur des PME.

    Il s’est, en effet, dit convaincu que ce secteur constitue le créneau le plus à même de permettre le renforcement de la coopération économique bilatérale. Toutefois, a-t-il précisé, «il faut que l’Algérie sache réellement quelle place elle veut réserver à la PME».

    Pour l’Italie, les choses sont claires, selon M. Badini. «Nous voulons devenir le premier partenaire de l’Algérie», a-t-il confié, en ajoutant cependant que ce n’était pas chose facile. Outre la mise à disposition de l’expérience de son pays dans le domaine de la PME à travers, notamment, le partenariat, les investissements et la création de sociétés mixtes dans divers secteurs comme la mécanique, le textile ou encore le bois, M. Badini a insisté sur la formation en sa qualité de responsable au sein de l’université continue en Italie, estimant primordial de développer la qualification professionnelle.

    Une main-d’œuvre qualifiée peut être recherchée non seulement en Algérie mais également en Italie. Le conférencier a, en effet, noté que, dans certaines régions de l’Italie, il y à un manque en techniciens qui ne peut être résorbé que par l’importation d’une main-d’œuvre des pays de l’Est.

    Or, a-t-il dit, «nous devrions l’importer des pays riverains». Il a d’ailleurs indiqué que l’Italie a réservé 1 000 postes de travail à des travailleurs algériens pour l’année prochaine. Toutefois, leurs spécialités n’ont pas encore été identifiées.

    M. Badini a, enfin, révélé qu’une mission économique composée de plusieurs entreprises et conduite par Promos, l’organe en charge de la privatisation en Italie, effectuera une visite en Algérie à la fin du moins de janvier prochain.


  5. #26
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 9 Décembre 2007 -- Son Excellence l’ambassadeur d’Italie à Alger, M. Giampaolo Cantini, a affirmé, hier, que les entreprises italiennes n’ont jamais eu peur d’être présentes en Algérie grâce à l’expérience acquise à travers le monde, notamment dans les pays où la situation sécuritaire présentait des risques. “Notre présence en Algérie remonte à très loin dans le temps. Même dans les années de déferlement terroriste islamiste, nous étions là. L’expérience et le potentiel des sociétés italiennes sont là car elles ont su développer de bonnes relations en Algérie”, a expliqué le diplomate italien qui a effectué hier une visite de courtoisie à notre rédaction, accompagné du premier secrétaire de l’ambassade, M. Stefano Soliman.

    Coopération économique et commerciale, immigration clandestine, lutte antiterroriste, échanges culturels, ont été au centre de l’échange entre le représentant italien et les responsables du journal. L’hôte de Liberté a beaucoup insisté, lors de cette entrevue, sur les relations et le patrimoine historique qui “unissent” les deux pays. “Nos entreprises ont été présentes ici depuis l’indépendance de l’Algérie et nous tenons à développer encore plus la coopération”, espère-t-il tout en livrant les chiffres relatifs aux investissements directs italiens (IDE) en Algérie et qui ont connu ces dernières années une amélioration passant de 40 millions d’euros en 2006 à 56 millions d’euros en 2007.

    Dans son argumentaire, M. Cantini se réfère également au nombre d’entreprises de son pays présentes en Algérie, passé de 82 sociétés en 2006 à 125 durant l’année en cours. C’est dire donc que pour les entreprises italiennes le climat des affaires est en nette amélioration, notamment dans les domaines des grands travaux, le chemin de fer et l’hydraulique. “La Méditerranée constitue un lien fort entre les deux pays. C’est un espace commun qu’il faut exploiter pour le bien des peuples de la région”, soutient l’ambassadeur qui estime que “sur le plan politique, il y a une grande entente entre les deux pays”. Cependant, il relève qu’“il y a encore des efforts à faire pour améliorer l’image de l’Algérie chez ses concitoyens et dans les autres pays”.

    Évoquant le phénomène de l’émigration clandestine qui touche les côtes italiennes, l’ambassadeur note que ce fléau est “directement lié aux réseaux et aux organisations criminels”, recommandant “une coopération dans le domaine de l’échange d’informations et des mesures économiques visant les zones de provenance de l’émigration”. Mais, tient-t-il à préciser, “le phénomène est planétaire et il faut donc une solution globale”. Cela passe, d’après lui, en consacrant des ressources “pour aider ces jeunes économiquement et par des formations”.

    Quant aux échanges culturels et l’apprentissage de la langue italienne en Algérie, l’ambassadeur a estimé qu’il y a “des choses qui se font, mais que l’on peut renforcer”. Selon lui, “il y a de bonnes nouvelles” puisque le chiffre des lycées où l’italien est enseigné et qui était de 7 l’année dernière va doubler lors de la prochaine rentrée. Lors de cette visite, M. Cantini a été accueilli par le directeur de la publication de Liberté, M. Ali Ouafek, et le directeur général adjoint chargé de la rédaction, M. Mounir Boudjema, qui lui ont fait visiter les différents services du journal et fourni des explications sur la situation de la presse dans notre pays.

  6. #27
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Samedi 22 Décembre 2007 -- La cession de l’entreprise céramique et vaisselle de l’Est – complexe industriel porcelaine de Guelma – à l’italien ETER Algérie SPA, entérinée le 19 décembre 2006 par le comité national pour les privatisations (CPE), avec avis favorable du ministère de l’Industrie et de la Promotion des investissements, s’est définitivement concrétisée par l’inauguration de cette usine, lundi dernier, en présence de son président-directeur général, Graziano Giacobazzi.

    C’est après une longue tractation que l’entreprise céramique et vaisselle de l’Est (ECVE), propriétaire du complexe porcelaine de Guelma, a signé avec les acquéreurs italiens un protocole d’accord, confirmant ainsi sa décision irrévocable de céder à l’investisseur toutes les machines et les équipements se trouvant dans l’usine de Guelma à un prix, nous dit-on, raisonnable, payable sur la base d’une forme de règlement par tranches annuelles.

    Ce même protocole d’accord cosigné stipule également la location à ETER Algérie SPA des surfaces bâties et nues de l’usine, moyennant un loyer plus que symbolique sur une période de 20 ans, mais néanmoins, soumise à une obligation de prise en charge des quelque 245 employés que compte actuellement l’usine. A titre informatif, la surface totale du terrain industriel est d’environ 80 000 m2, tandis que la surface bâtie avoisine les 35 000 m2.

    Du haut de son pupitre, lors de la cérémonie d’inauguration, M. Giacobazzi déclarera aux autorités civiles, cadres et employés de l’usine : « Le capital social de l’entreprise, initialement fixé à 1 550 000 euros, sera très prochainement élevé à plus de 3 millions d’euros. Cet apport permettra, dans un avenir proche, à la société de faire face à des investissements très importants dans la technologie de la brique réfractaire, qui est un produit très rentable. » Et d’ajouter : « Le nouveau capital social sera apporté principalement par ETER Italia SPA, et en partie par des investisseurs algériens, qui ont déjà manifesté leur volonté de participer à ladite augmentation de capital. »

    Dans cette optique, M. Giacobazzi, sous les couleurs italiennes, prévoit incessamment la création de quatre divisions, à savoir vaisselle en porcelaine, produits réfractaires, chamotte et produits inertes, et enfin appareils sanitaires de grandes dimensions. Tout à fait réalisable, selon le PDG, cette reconversion de l’usine de Guelma est basée sur l’installation de nouveaux équipements et machines modernes importées d’Europe, en remettant en état certains équipements et machines actuellement disponibles dans l’usine.

    Enfin, et dans l’immédiat, ETER Algérie SPA compte démarrer la production de porcelaine de table, mais avec du kaolin importé du Portugal, celui de Djebel Debagh (Guelma), étant grisâtre, ne répondrait pas aux normes requises pour alimenter le marché national, encore moins le marché international ; néanmoins, d’autres applications lui seront réservées dans la composition des briques réfractaires, fer de lance d’ETER Algérie SPA à Guelma.


  7. #28
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

+ Reply to Thread
Page 4 of 18 FirstFirst ... 2 3 4 5 6 14 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts