+ Reply to Thread
Page 4 of 32 FirstFirst ... 2 3 4 5 6 14 ... LastLast
Results 22 to 28 of 221
  1. #22
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 23 Janvier 2008 -- Toyota Algérie a achevé l’exercice 2007 avec une évolution de 42% par rapport à 2006. Le concessionnaire japonais a réalisé un volume de 27 213 voitures Toyota et 4 361 Daihatsu. Toute l’équipe de M. Abdelhamid Yala, P-DG, semble satisfaite des résultats.

    Leur satisfaction a pour origine les performances concrétisées avec la gamme Yaris à travers ses deux modèles. La Corolla, lancée il y a à peine un mois, semble reconquérir de nouveau les esprits de ceux qui ont acquis l’ancien modèle. Plus de 300 exemplaires en sont déjà vendus.

    Le fer de lance de Toyota reste encore la Hilux, leader dans son segment avec 60% des ventes en dépit du programme promotionnel on ne peut plus agressif des concurrents. M. Yver Didier, directeur marketing et des ventes, le considère comme le meilleur pick-up au monde.

    Plus de 13 600 unités en sont commercialisées. Le secret de ce succès n’est autre que l’objectif que s’est fixé le japonais à savoir une meilleure prestation de service offerte à la clientèle. Toyota a mis en place une politique de formation et d’embauche au sein de l’académie. Avant de commencer à travailler, toute personne recrutée doit suivre au préalable une formation dans cette école. Cette décision a pour but de familiariser le nouvel employé avec la méthode Toyota (Toyota Way), l’esprit du service de qualité orienté vers le client. La stratégie réservée aux produits a également contribué à la réussite malgré le nombre réduit de modèles de véhicules particuliers composant la gamme.

    L’autre difficulté rencontrée surtout en 2007, mais levée actuellement est la lenteur des délais de livraison. Or, aujourd’hui, les deux Yaris sont livrées dans une ou deux semaines au maximum. Car, les stocks sont bien remplis. Le client de la nouvelle Corolla, en revanche, pourrait recevoir sa voiture dans une période allant jusqu’à un mois. Pour l’année 2008, l’entreprise s’intéressera davantage à Daihatsu qui a souffert auparavant d’un déficit d’image.

    Pourtant, il s’agit d’un produit pur et propre de Toyota. Mieux, la Sirion et la Terrios sont vendues sur le label Toyota au Japon. Pour le second modèle, Toyota a commercialisé 609 unités. Il compte doubler les ventes en 2008. À l’issue de l’exercice actuel, l’entreprise de M. Yala envisage de vendre 30 000 véhicules Toyota et 5 200 autres Daihatsu. Sur un autre registre, M. Yver estime qu’après une régression en 2006, le marché national a repris son véritable niveau en 2007 avec un volume avoisinant les 200 000 ventes. Pour l’année 2008, l’évolution, ajoute-t-il, se poursuivra à un taux d’environ 10%.

    Cela s’explique par l’amélioration du service après-vente chez une majeure partie des concessionnaires. L’autre raison a trait à la suppression des véhicules de moins de 3 ans. La très large offre financière et la maturité du marché bancaire et le large éventail de banques qui accordent des crédits véhicules constituent un autre facteur. Par ailleurs, Toyota compte développer ses ventes par le bais de son réseau composé actuellement de 40 agents et de 5 succursales. C’est ainsi qu’il ouvrira la succursale d’Oran au mois d’avril prochain. Des investissements massifs pour entre autres, l’acquisition de terrains, sont aussi prévus.

    Toyota inaugurera en outre son centre de stockage, situé à Blida, d’une superficie de 45 hectares, capable de parquer quelque 10 000 véhicules destinés à la distribution. Au Salon de l’automobile, Toyota lancera le nouveau Rav 4 avec le moteur T4 D diesel. Pour effectuer des enquêtes clients, l’entreprise a créé une cellule de télémarketing. Ce sont des enquêtes sur la satisfaction du client, son profil… Concernant la marque Hino dédiée aux camions, que représente aussi Toyota, une nouvelle succursale à Blida sera inaugurée le 23 janvier à Blida.

  2. #23
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 27 Janvier 2008 -- Les nouvelles conditions et modalités de commercialisation des véhicules neufs sont désormais fixées par un décret exécutif publié dans le Journal officiel. Les conditions portent sur les procédures administratives, les conditions logistiques, le service après-vente ainsi que la garantie et les délais de livraison auxquels est soumis le concessionnaire. Quant aux véhicules importés, ils doivent être conformes aux modèles homologués par l'autorité chargée du contrôle de leur conformité aux normes de sécurité et de protection de l'environnement prévues par la loi en vigueur. Le décret oblige le concessionnaire à mettre à la disposition de cette autorité le modèle de véhicule destiné à être mis sur le marché et toute la documentation y afférente.

    En outre, les concessionnaires, les distributeurs et les revendeurs agréés doivent disposer de pièces de rechange et accessoires d'origine pour la prise en charge de la garantie et du service après-vente des véhicules automobiles vendus par leurs soins. Concernant les conditions administratives, le décret note que préalablement à son inscription au registre du commerce, le concessionnaire est soumis à l'obtention d'un agrément provisoire délivré par les services du ministère chargé de l'Industrie. Cependant, l'exercice effectif de cette activité est conditionné par l'obtention de l'agrément définitif délivré par le même ministère.

    Le décret oblige le concessionnaire à disposer, au titre de chaque réseau de distribution ouvert, d'infrastructures appropriées de stockage et de service après-vente dont la superficie globale ne doit pas être inférieure à 5 000 m2. Le concessionnaire doit ouvrir des enceintes d'exposition et de vente dont la superficie de chacune d'elles doit être égale ou supérieure à 200 m2 ou recourir à des distributeurs et/ou à des revendeurs agréés qui doivent disposer d'infrastructures similaires ayant la même superficie.

    Quant au contrat de vente liant le concessionnaire au client, il doit être conforme notamment aux dispositions de ce nouveau décret et du cahier des charges. Pour ce qui concerne le prix de vente figurant sur le bon de commande du véhicule, le décret stipule qu'il doit être “'ferme, non révisable et non actualisable à la hausse durant le délai de validité de la commande” et il doit être établi en toutes taxes comprises (TTC) et “inclure éventuellement les rabais, ristournes et remises consentis”. Au cas où un acompte est exigé par le concessionnaire lors de la passation de la commande, son montant ne doit, en aucun cas, excéder 10% du prix de vente TTC du véhicule.

    Par ailleurs, le délai de livraison du véhicule commandé ne peut dépasser une durée de 45 jours. Toutefois, en cas de non-respect des termes de la commande et/ou délai de livraison, le concessionnaire doit, sous huitaine à compter de la date d'expiration du délai de livraison, sur la base du choix opéré par le client, soit procéder au changement du véhicule, soit reverser au client l'acompte ou le montant intégral versé, et ce, sans préjudice des pénalités prévues dans le cahier des charges qui sont applicables au concessionnaire en cas de sa défaillance. Outre le respect des caractéristiques techniques et les options du véhicule par le concessionnaire, ce dernier doit s'assurer également que le véhicule est doté d'une quantité de carburant lui permettant de parcourir une distance de 50 km au moins, ainsi que du triangle de présignalisation.

    Quant à la garantie légale du véhicule, elle doit couvrir notamment les défauts de construction, les vices apparents et/ou cachés ainsi que le remplacement des pièces de rechanges et des accessoires défectueux. En cas d'immobilisation du véhicule pour une durée supérieure à 15 jours, le concessionnaire est tenu de fournir au client un véhicule de remplacement. En plus des nouvelles conditions de garantie définies par le texte, le concessionnaire est tenu d'assurer le service après-vente des véhicules vendus par un personnel ayant les qualifications techniques et professionnelles requises. Il s'agit essentiellement des révisions périodiques (couvertes par la garantie), la maintenance des véhicules et la vente de pièces de rechange.

    Le décret avertit que tout manquement à ces nouvelles dispositions donne lieu à l'établissement d'un procès-verbal ordonnant au contrevenant d'y remédier dans un délai de 30 jours. En cas de non-régularisation par le contrevenant de sa situation, les services de contrôle saisissent les services concernés du ministère chargé de l'Industrie aux fins de la suspension de l'agrément du contrevenant pour une durée de 3 mois. Si à l'issue de cette période de suspension provisoire le contrevenant n'aura toujours pas régularisé sa situation, le retrait définitif de l'agrément est alors prononcé.

  3. #24
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 28 Janvier 2008 -- Les concessionnaires automobiles et les particuliers ont importé 217 742 véhicules neufs durant l’exercice 2007. La valeur globale de ces importations est estimée à plus de 172 milliards de DA, soit environ 2,5 milliards de dollars. Celles des particuliers sont en légère régression en termes de volume en comparaison à 2006 où il a été introduit plus de 28 700 unités contre 28 713 en 2006. La valeur, en revanche, pour ce type d’importateurs a connu une hausse puisqu’elle s’est chiffrée à plus de 25,6 milliards de dinars en 2007, contre 25,1 milliards de dinars en 2006. Les importations globales de véhicules ont cru de près de 16% en 2007.

    En deux ans, le nombre de véhicules neufs importés a atteint les 400 000 pour une valeur de plus de 300 milliards de DA, soit plus de 4 milliards de dollars ou plus de 3 milliards d’euros. Les importations effectuées dans le cadre commercial, c’est-à-dire toute opération ayant fait l’objet d’une domiciliation bancaire, sont de l’ordre de 199 113 unités d’une valeur de plus de 146 milliards de DA en 2007.

    Le concessionnaire qui a importé le plus de véhicules l’année dernière est Toyota Algérie avec 29 120 véhicules d’un montant de 28,4 milliards de DA, contre 23 430 unités évaluées à 20,2 milliards de DA en 2006. La seconde place est occupée par Renault Algérie qui a importé 27 202 unités. Il est suivi de Hyundai avec 26 360 voitures importées d’une valeur de plus de 16 milliards DA. Ce concessionnaire se maintient au troisième rang. Mieux, il réalise une croissance de près de 10% en 2007. Les sociétés Diamal, Elsecom, et Peugeot Algérie ont introduit respectivement près de 23 000, 20 000 et 17 000 véhicules.

    Ce qui ressort de ces chiffres est le leadership des Asiatiques qui continuent leur offensive sur le marché national. Toyota, Hyundai et Elsecom à eux seuls totalisent un volume de plus de 75 000 véhicules importés. Ils se placent de ce fait en haut du tableau par rapport aux Français. Ces derniers ont cédé du terrain en dépit de la remarquable remontée de Renault qui s’érige en leader parmi ces groupes. Certains concessionnaires ont enregistré une évolution forte comme c’est le cas pour la Sarl Emin Auto qui a progressé de près de 400%.

    La progression de Kia Motors est, elle aussi, estimée à 86%. La société Sovac, qui représente les marques Volkswagen, Audi Seat et bientôt Skoda, a vu, quant à elle, ses importations stagner autour de 6 000 unités entre 2006 et 2007. Ce n’est pas le cas de Nissan Algérie dont les importations ont évolué de près de 61%. Le japonais a importé 6 800 voitures d’une valeur de plus de 7 milliards de DA. À noter que les importateurs de véhicules recensés par l’administration des douanes sont au nombre de 32.

  4. #25
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 19 Février 2008 -- La compagnie indienne Maruti-Suzuki vient d’exporter un demi-million de voitures à travers le monde. Et si elle a vendu 67 700 voitures aux Pays Bas, son deuxième débouché est l’Algérie, où Maruti-Suzuki a exporté 42 000 automobiles, devant l’Italie (41 000) et le Royaume-Unis (34 000).

    Maruti espère développer ses exportations à travers le monde cette année et continuer de renforcer son ancrage algérien. En Algérie, ses voitures sont particulièrement prisées par les enseignants et les personnes aux revenus modestes. Elles sont en effet parmi les moins chères du marché.

  5. #26
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 9 Mars 2008 -- Le mensuel Arabies a consacré, dans son édition de mars, un dossier spécial au marché algérien de l’automobile, soulignant que ce marché “malgré son jeune âge est très attractif”. Ce marché “est considéré par les nombreux spécialistes rencontrés à Alger comme étant en pleine gestation et en phase de restructuration”, écrit la revue, en relevant que “les ténors mondiaux de l’automobile jouent des coudes pour assurer leur positionnement sur un marché en pleine mutation”.

    “Plusieurs grandes marques internationales sont présentes en Algérie”, a constaté l’auteur du dossier, précisant que dès la fin des années 1990, beaucoup de représentants de ces marques se sont implantés dans le pays, en concluant des partenariats avec des entreprises ou des groupes algériens privés. “Tous les concessionnaires rencontrés à Alger sont unanimes : le marché national de l’automobile est appelé à croître de manière significative”, a-t-il assuré, notant qu’ils ont affiché “des objectifs de croissance situés entre 10% et 25 %, pour l’exercice 2008”.

    Selon la revue, le parc automobile algérien a connu “un accroissement substantiel, entre 1995 et 2006”, citant le Forum des chefs d’entreprise qui estime que “cette évolution se traduit essentiellement par une forte augmentation du parc de voitures”. Les professionnels considèrent le marché algérien “comme le plus important du Maghreb”, écrit l’auteur du dossier. En appui à cet article, le mensuel publie une série d’entretiens avec les représentants des différents groupes présents sur le marché algérien de l’automobile.

  6. #27
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Arabies, Mars 2008 :


    Explosion des ventes, élargissement de l’offre, sophistication de la demande… Les ténors mondiaux de l’automobile jouent des coudes pour assurer leur positionnement sur un marché en pleine mutation :

    On ne peut circuler dans les rues de la capitale algérienne et des autres villes du pays sans se rendre compte du renouvellement du parc automobile. De la petite citadine coréenne, française ou japonaise, à la berline moyenne et somptueuse, les routes sont bondées de véhicules neufs en tout genre, mais souvent poussiéreux en raison d’un manque d’eau et de stations pour les laver. Les fameux 4X4 de marques aussi prestigieuses les unes que les autres sillonnent les routes en laissant certains passants rêveurs. Aujourd’hui, en Algérie, tout citoyen solvable est un acheteur potentiel grâce à la multiplication des offres de crédits des différentes institutions bancaires – nationales et étrangères. La présence des enseignes sur le marché national rend ce rêve aujourd’hui accessible. à la plus grande joie de nombreux Algériens.

    Le parc automobile a connu un accroissement substantiel, entre 1995 et 2006. Selon le Forum des chefs d’entreprises, cette évolution se traduit essentiellement par une forte augmentation du parc de voitures – environ 704 000, ce qui représente une progression de 26 % comparé à 1995. Actuellement, le nombre de véhicules, tous genres confondus, s’élève à 3,4 millions (contre 2,7 millions, en 1995). Les professionnels considèrent le marché algérien comme le plus important du Maghreb.

    Un parc automobile concentré. Le parc de véhicules de tourisme est passé de 1,5 à 2 millions d’unités, entre 1995 et 2006. On enregistre une plus grande concentration de voitures de tourisme, d’utilitaires légers et de véhicules destinés aux transports personnel et collectif à Alger et dans les wilayas environnantes. Cependant, la capitale en détient le plus grand nombre, avec 19,4 % du parc national. La région Centre Nord accapare quant à elle près d’un véhicule sur trois.

    Le marché algérien de l’automobile est, malgré son jeune âge, très attractif. Il est considéré, par les nombreux spécialistes du secteur que nous avons pu rencontrer à Alger, comme étant en pleine gestation et en phase de restructuration. Son organisation est en cours grâce aux nombreux efforts déployés par les institutions de tutelle, les organismes professionnels et l’Association des concessionnaires automobiles. Cette dernière, créé il y a un an, a pour objectif d’engager le dialogue entre les différents acteurs du secteur afin de mieux organiser le marché et de lutter efficacement contre la contrefaçon : un fléau qui entrave sérieusement le développement de l’activité, notamment en ce qui concerne les pièces de rechange. L’assurance d’un service de pièces de rechange certifiées est la seule façon d’assurer la sécurité des conducteurs. Des mesures devraient ainsi être prises pour mieux lutter contre le marché parallèle des pièces de rechanges. Lesquelles se propagent de façon inquiétante dans le pays. Par ailleurs, l’Algérie s’est dotée, depuis peu, d’une loi qui réglemente l’activité des concessionnaires automobiles. Un décret exécutif, paru au Journal officiel n° 78, le 12 décembre 2007, fixe les conditions et les modalités de la commercialisation des véhicules neufs. D’autres dispositifs légaux doivent bientôt voir le jour pour une plus grande transparence...

  7. #28
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    continued.....

    Plusieurs grandes marques internationales sont présentes en Algérie. Dès la fin des années 1990, des groupes allemands, japonais, français, coréens et américains se sont implantés dans le pays en concluant des partenariats avec des entreprises ou des groupes algériens privés : Hyundai Algérie avec Cevital, ou encore Nissan avec Hasnaoui.

    On remarque également la présence du constructeur japonais Toyota, qui se distingue de ses concurrents par ses nombreuses innovations marketing et commerciales. Les modèles du constructeur nippon suscitent un intérêt sans précédent de la part des consommateurs algériens. Toyota, premier constructeur mondial avec plus de 9,5 millions de véhicules vendus en 2007, est la seule marque qui accorde à ses clients des crédits sans apport initial. Sa clientèle est de plus en plus séduite par les produits très sophistiqués et innovants de ses gammes de luxe (pick-up, 4X4…). Elle est à l’affût de toutes les nouveautés technologiques car connaisseuse et informée de l’état du développement du marché des voitures haut de gamme. La marque envisagerait d’introduire, en 2008, le 4X4 de ville sept places qui devrait logiquement rencontrer un franc succès.

    Nissan Algérie, né d’un partenariat entre la maison mère et le groupe privé algérien Hasnaoui (spécialisé dans l’industrie, le service et la distribution), connaît aussi un développement important. Cette entreprise, qui commercialise une large gamme de véhicules, termine l’année avec 7 580 ventes. Connue pour son savoir-faire, la marque tente de répondre aux besoins d’une base de clientèle très exigeante. Nissan Algérie s’intéresse à tous les segments du marché : voitures de tourisme, utilitaires, véhicules de transport de personnel et de marchandise. Pour concrétiser ses objectifs, le groupe accorde une attention particulière à la communication, qui véhicule l’image d’un produit puissant, fiable et d’une très grande qualité.

    Elsecom Motors est le représentant exclusif de la marque américaine Ford, depuis juin 2003. L’entreprise est présente dans plusieurs wilayas : Tizi Ouzou, Sétif, Tlemcen, Djelfa, Laghouat, Blida, Oran et Annaba. Elle y commercialise plus d’une dizaine de modèles – des utilitaires et des véhicules de tourisme. Le directeur de la communication et du marketing, Ali Igoudjil, nous confiait lors de notre visite, que son entreprise assure le service après-vente et celui des pièces de rechanges certifiées d’origine à ses clients, dans toutes les antennes algériennes de la société.

    Depuis 2003, les marques allemandes Audi et Volkswagen sont exclusivement représentées par la société Sovac. Cette entreprise, créée par Mourad Oulmi, bénéficie d’une croissance de 20 %.

    Les enseignes françaises obtiennent aussi des résultats très satisfaisants. Bénéficiant d’une notoriété de longue date auprès des consommateurs algériens, ces marques n’ont pas eu beaucoup de difficultés à se faire connaître auprès de ces derniers. Avant son renouvellement récent, le parc automobile algérien était majoritairement constitué de vieilles voitures hexagonales. Autrefois, en raison d’une réglementation favorable à l’importation des véhicules de moins de trois ans, les Algériens achetaient leurs voitures à l’étranger – plus particulièrement en France. Ce dispositif n’a plus lieu d’exister aujourd’hui car, depuis le début des années 2000, tous les constructeurs automobiles sont présents au plan national.

    Le marché algérien de l’automobile a connu, en 2007, une très forte progression et enregistré un bond supérieur à 30 %. Les ventes sont passées de 134 761 à plus de 192 587, entre 2006 et 2007. Peugeot a terminé l’année avec un volume de ventes records de près de 21 000 unités. La Peugeot 207 a été vendue à plus de 8 300 exemplaires, l’an passé. L’enseigne Renault est passée de 16 974 ventes, en 2006, à 23 557, en 2007. Les professionnels du secteur estiment la valeur de ces importations à plus de 172 milliards de dinars – environ 2,5 milliards de dollars.

    À l’instar de ce qui se passe à l’étranger, les voitures citadines séduisent de plus en plus. Sur les routes bondées et étroites des agglomérations, les voitures compactes sont celles qui conviennent le plus au consommateur moyen puisque ayant le double avantage de bénéficier d’un bon rapport qualité/prix et d’être pratiques et maniables. Sur ce segment, la marque coréenne Hyundai arrive en pole position avec plus de 28 590 voitures vendues en 2007 – dont plus de 10 409 unités pour le seul modèle Atos. En 2006, la maison Hyundai avait écoulé plus de 22 583 modèles. La très populaire citadine Picanto, de Kia, connaît elle aussi des résultats encourageants. Elle a séduit plus de 7 000 clients, en 2007. D’ailleurs, l’offre supplémentaire lancée par le constructeur Kia – une garantie sur la durée (trois ans) ou sur la distance parcourue (60 000 km) – permettra une ascension fulgurante du segment.

    La voiture qui s’écoule la mieux chez Nissan Algérie est le Pick-up, dont les ventes ont atteint 4 226 véhicules, dont 1 819 pour la version 4X2 double cabine. Sur le segment des pick-up, le constructeur occupe la deuxième place du marché (derrière Toyota) avec son modèle phare : Hilux. L’entreprise a enregistré une croissance de 41 %. Ses ventes sont passées de 19 313 à 27 213 unités, entre 2006 et 2007. La part de marché de Renault a aussi augmenté. De 16 974, en 2006, la marque au losange est passée à 23 577 voitures vendues, en 2007.

    L’attrait des produits de luxe. Encouragée par l’augmentation du pouvoir d’achat d’une petite partie de la population et par l’émergence d’une catégorie de clients enrichis depuis l’ouverture du marché local, la montée en puissance des véhicules de luxe est de plus en plus visible sur les routes. Leur clientèle est demandeuse d’équipements de pointe : direction assistée, fermeture centralisée, climatisation, airbags centraux et latéraux…

    Tous les concessionnaires que nous avons rencontrés à Alger sont unanimes : le marché national de l’automobile est appelé à croître de manière significative. Ces concessionnaires affichent en effet des objectifs de croissance situés entre 10 % et 25 %, pour l’exercice 2008. Mais il existe une véritable offensive des marques asiatiques dont le leadership est incontestable en termes d’augmentation des ventes. Néanmoins, les enseignes européennes bénéficient aussi d’une forte évolution. Elles sont même décidées à adopter des stratégies commerciales leur assurant une meilleure pénétration de marché – sans oublier de développer les activités transversales et annexes à la commercialisation des voitures. Un domaine où il reste encore beaucoup à faire…

+ Reply to Thread
Page 4 of 32 FirstFirst ... 2 3 4 5 6 14 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts