+ Reply to Thread
Page 11 of 71 FirstFirst ... 9 10 11 12 13 21 61 ... LastLast
Results 71 to 77 of 492
  1. #71
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 16 Décembre 2007 -- Initialement fixée à 11 milliards de dollars, l’enveloppe budgétaire consacrée à la rénovation et au développement du chemin de fer, de son amont vers son aval, vient d’être renflouée de 7 autres milliards de dollars. Ce dernier montant a été donné par le P-DG de la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF), Abdelhamid Laalamia, qui se prononçait hier au micro de la radio nationale.

    C’est lors de la séance d’ouverture des plis tenue en juin 2006, relative à un avis d’appel d’offres international pour l’extension et la rénovation du réseau ferroviaire, que fut annoncé le montant d’investissement de 11 milliards de dollars consacré par le gouvernement au secteur du rail. Aujourd’hui, il passe à 18 milliards. Un ajout qui peut s’expliquer par le fait que les équipements nécessaires et la teneur des travaux ont connu un autre devis, poussant ainsi la SNTF à revoir ses estimations.

    Il faut rappeler que les travaux d’extension du rail ont été entamés et d’autres terminés, hormis leur électrification. Sur ce dernier volet, le P-DG de la SNTF a souligné à la radio que l’électrification du réseau de la banlieue d’Alger dans ses parties Est et Ouest est en phase de finition. Elle devra être achevée en avril 2008. Selon ce dernier, «le premier train électrifié circulera en septembre 2008».

    Au chapitre de la modernisation et du renforcement de son parc roulant, il y a lieu de rappeler que la SNTF a réceptionné, en juillet dernier, une première tranche d’une commande de trente locomotives construites au Canada pour un contrat d’achat s’élevant à 82 millions de dollars. Des voitures tractrices destinées au transport de marchandises et aux lignes à grande vitesse (voyageurs). Toujours dans ce chapitre, l’entreprise publique s’attend à recevoir, l’année prochaine, 64 rames automotrices acquises en Suisse pour un montant de 280 millions d’euros. Elles serviront exclusivement à la desserte de la banlieue de la capitale.

    A noter également que la SNTF s’est rendue propriétaire de 17 autorails sortis des ateliers du constructeur espagnol CAF pour une valeur de 102 millions d’euros. Ces rames, composées de trois voitures, marchent aussi bien à l’électricité qu’au diesel.

    La première livraison s’est faite le 28 novembre 2007. Le programme de réception sur le port d’Alger s’étale de janvier à novembre 2008. D’après la directrice des équipements de la SNTF, Mme Mahiout Fatma Zohra, rencontrée le jour de cet arrivage, ces rames peuvent transporter 200 personnes assises et vont circuler sur des tronçons ne dépassant pas les 200 km. En clair, ce seront des trains régionaux. Ils relieront Alger à Chlef, Oran à Tlemcen, Constantine à Annaba, et là où la demande se fera sentir, car dans le tracé de l’extension du réseau sont inclus les Hauts Plateaux.

    Le P-DG a tenu à dire, à la fin de l’émission radiophonique, que tous les investissements que va réaliser la SNTF dans le cadre de son plan de modernisation et de rénovation de l’essentiel de ses infrastructures et de son parc roulant, visent à transporter 80 millions de voyageurs à l’horizon 2010.


  2. #72
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Dimanche 16 Décembre 2007 -- En Algérie, les sociétés étrangères ne font pas uniquement face à la menace terroriste. Depuis quelque mois une menace inattendue a fait son apparition : le vol. Ainsi, le projet d'électrification du réseau ferré de la banlieue d'Alger est particulièrement affecté par ce qu'on désigne en Algérie par la mafia du cuivre.

    « Nous avons déjà perdu plus de 50 km de caténaire sur un total 350 km. Les câbles de cuivre ont été arrachés et volés. Les pertes sont énormes. Elles sont de plusieurs millions d'euros. Ces vols induisent des retards parce qu'on est obligé de refaire le travail », affirme une source proche du projet.

    Le plus grand chantier ferroviaire de la capitale est ciblé de jour comme de nuit par les voleurs de cuivre. La situation dure depuis plusieurs mois. La direction du groupement chargé de réaliser le projet aurait alerté les autorités concernées. Sans résultats. Les câbles électriques en cuivre de la caténaire du réseau ferré de la capitale sont particulièrement attractifs pour les voleurs. Ils revendent à des prix très élevés.

    « Les vols vont retarder la livraison du projet. Si la situation persiste, le projet serait menacé. Les voleurs sont capables de démonter toute la caténaire pour la vendre », avertit la même source.

    Les agents de sécurité du chantier sont dépassés et les services de sécurités débordés par l'ampleur du phénomène. Le durcissement des lois sur le commerce des déchets non ferreux n'a pas fait reculer les voleurs de cuivre et autres matériaux non ferreux. Destinés à l'export, ces produits sont fortement prisés.

    Le ministère du commerce a considérablement durci les conditions collecte et l'exportation des déchets ferreux et non ferreux, mais les mesures n'ont pas dissuadé la mafia des déchets. Des rames de chemins de fer, des câbles téléphoniques et électriques, des bouches de regard continuent d'être volés par des bandes organisées.


  3. #73
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    PARIS, December 19, 2007 (Thomson Financial) - Thales plans to sign a contract worth 268.5 million euro with the Algerian state railway authorities for a planned modernisation of one of the North African country's main railway axes.

    The contract will be implemented by a Thales-led consortium that also includes Vossloh-Cogifer and CSEE Alger, Thales said.

    The consortium is to supply and put in place new track signalling and telecommunications equipment on the rail line connecting Oran, Algiers and Constantine, Thales said.


  4. #74
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Mercredi 19 Décembre 2007 -- Le groupe français d'électronique professionnelle Thales a annoncé mercredi avoir obtenu un contrat de 268,5 millions d'euros pour la modernisation de lignes ferroviaires en Algérie.

    Le contrat attribué par l'ANESRIF (Agence nationale d'études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires) "est en cours de finalisation", précise Thales. Il concerne la rénovation de la signalisation de trois tronçons de la rocade Nord qui traverse le pays d'Est en Ouest, reliant notamment Oran, Alger, Constantine et Chlef.

    Le marché a été remporté par un consortium mené par Thales et regroupant les sociétés Vossloh-Cogifer et CSEE Alger. Il porte sur l'étude d'exécution, la fourniture, le montage et la mise en service des équipements de signalisation et de télécommunications des trois tronçons de lignes. Cela représente plus de 440 kilomètres de voies doubles.

    Cette opération fait partie d'un vaste programme de développement du réseau lancé en 2005 par la Société nationale de transport ferroviaire (SNTF) algérienne.

    Le programme comprend également la réalisation de lignes de tramways et le parachèvement des travaux du métro d'Alger, pour lequel Thales fournira par ailleurs les systèmes de billettique intégrés.


  5. #75
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Dimanche 23 Décembre 2007 -- La réception d'un matériel moderne, la réfection du réseau ferroviaire et une nouvelle exploitation des lignes régionales, ont été les sujets abordés lors de la rencontre de responsables de la SNTF avec la presse locale, qui s'est tenue, hier matin, au siège de la radio locale «Cirta FM».

    Le directeur régional accompagné du directeur du matériel ont eu, ainsi, l'occasion d'expliquer que la réception de locomotives, d'autorails et autres matériels ferroviaires aura des retombées favorables sur la région de Constantine.

    Ceci indépendamment des travaux de réhabilitation des lignes de chemins de fer actuelles, avec en perspective une nette amélioration des dessertes régionales en direction de 13 wilayate de l'est du pays.

    Ainsi, les représentants de la SNTF annoncent une révision totale ou la reprise des dessertes par des trains de voyageurs à partir de Constantine vers Sétif, Annaba, Skikda, Jijel et Batna. Selon ces responsables, certaines de ces liaisons seront assurées par des autorails de 200 places chacun, des machines de dernière génération. Un de ces autorails a été déjà réceptionné à Alger. Des essais menés par des techniciens de la SNTF sont en cours et cet engin subira les mêmes tests dans la région constantinoise, au début du mois de janvier 2008.

    A noter que l'entreprise a commandé 17 autorails qui assureront des dessertes régionales au centre, à l'ouest et à l'est du pays. On annonce, également, la mise en exploitation de 16 locomotives pour la traction des trains de marchandises et 14 autres pour les trains de voyageurs de grandes lignes.

    Concernant les dessertes de banlieue, elles sont, pour l'instant, presque inexistantes à partir de Constantine et vers Hamma Bouziane, Kef Salah, Didouche Mourad, Aïn Bouziane, El-Khroub et Ouled Rahmoun, alors que le problème des transports publics est plus que jamais d'actualité dans la wilaya, où les bousculades sont nombreuses aux stations de bus et de taxis.

    Pourquoi les trains de banlieue sont-ils rares? Question posée aussi bien par la presse que par le public. Les représentants de la SNTF parlent de «concurrence déloyale de la part des transporteurs routiers dont les tarifs sont nettement inférieurs à ceux du rail, et qui se sont installés devant et autour de la gare ferroviaire centrale. Ils récupèrent presque tous les usagers, au grand dam des cheminots», dit-on.

    Mais, assure-t-on, dès janvier 2008, les horaires des trains de banlieues seront réadaptés en fonction du sondage effectué récemment auprès des usagers. De nouvelles dessertes adaptées aux besoins des usagers seront mises en service pour ces destinations. Le train de banlieue ira jusqu'à la ville de El-Harrouch, dans la wilaya de Skikda.

    L'entretien des voies ferrées et leur dédoublement entre Bordj Bou-Arréridj, Sétif, Constantine et Annaba-Ramdane Djamel est en cours, annoncent les responsables de la SNTF qui indiquent ainsi qu'à brève échéance, il y aura la double voie entre Alger et Annaba avec une appréciable réduction du temps de parcours.

    En conclusion, les représentants de la SNTF prédisent de bonnes perspectives de relance du chemin de fer dans les transports des marchandises et des voyageurs pour la région constantinoise, dès le premier trimestre de 2008.


  6. #76
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 26 Décembre 2007 -- “Maintenant que le gros ouvrage est, pour la plupart, achevé, il faudrait à présent procéder à la pose des rails, au moins sur le tronçon Tizi Ouzou-Kef Naâdja, sur une longueur de 9 kilomètres et sur lesquels aucune contrainte n’est enregistrée”, a exigé le wali de Tizi Ouzou, Hocine Mazouz, qui a effectuée, hier, une énième visite sur les différents chantiers du projet de la ligne ferroviaire Tizi Ouzou-Oued Aïssi.

    “C’est à la fois pour faire avancer les travaux de ce projet, capital pour la région et le pays, et aussi mettre un terme au discours de ceux qui continuent à dire que ce projet ne verra jamais le jour”, a expliqué le premier magistrat de la wilaya avant d’ajouter : “Il faut achever dans des délais raisonnables ce projet d’envergure qui va sans doute bouleverser les habitudes de la population locale.”

    Dans le sens où, soulignera-t-il, une fois le projet achevé, Alger pourra être rallié à partir de Tizi Ouzou en 1 heure 10 minutes. Ce qui permettra, en plus de la fluidité de la circulation routière, aux citoyens de la région de travailler à Alger et de rejoindre leur domicile à Tizi Ouzou en fin de journée.

    Sur le tronçon reliant la gare ferroviaire de Tizi Ouzou à la gare internationale de Kef Naâdja, le wali a assisté à la mise en pratique d’un procédé tout à fait nouveau, puisque c’est la première fois qu’il est introduit en Algérie et même dans tout le Maghreb. Il s’agit de la technique de “poussage” utilisée pour la réalisation de viaducs en acier de longue portée.

    Une technique mise à l’essai sous le regard permanent d’expert italiens qui disent vouloir profiter de l’occasion pour transmettre un savoir-faire technologique très important pour les Algériens.

    Sur le tronçon Tazmalt-El Kaf-Oued Aïssi, où des contraintes engendrées par les expropriations ont considérablement retardé le bon avancement des travaux, Hocine Mazouz a instruit les responsables concernés d’accélérer les démarches d’indemnisation des propriétaires légitimes et de démolir les constructions illicites qui entravent l’avancement des travaux.

    À Oued Aïssi, où est réalisé la gare de départ, le wali a exigé des responsables d’effectuer le plus vite possible une étude pour l’aménagement des espaces environnants de nature à offrir au passager les commodités nécessaires et éviter ainsi à ce que de nouveaux bidonvilles soient implantés tout autour de la gare.
    Last edited by Guest 123; 2nd January 2008 at 23:16.

  7. #77
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 3 Janvier 2008 -- Le Groupement ferroviaire algéro-russe (GFAR) a été, hier, à Alger, le seul soumissionnaire à présenter des offres techniques pour la réalisation du Projet d'aménagement ferroviaire de la région d'Alger (Pafra). Les offres ont été soumises à l'auteur de l'appel d'offres, l'Agence nationale d'études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (Anesrif).

    GFAR est un groupement algéro-russe comprenant l'entreprise nationale algérienne Infrafer et les chemins de fer russes Russian Railways. Il sous-traite avec la firme allemande Siemens.

    L'offre technique porte principalement sur l'extension de la ligne “Banlieue d'Alger” avec la construction d'une desserte reliant l'aéroport Houari-Boumediène au réseau ferré, et d'une nouvelle ligne entre Bab Ezzouar et Zéralda via Birtouta. Il s'agit aussi de la réalisation de la gare centrale “Grandes lignes” et l'aménagement des gares d'Alger, de Husseïn Dey, du Caroubier, d'El-Harrach, d'Oued-Smar, de Bab Ezzouar, de Réghaïa, de Birtouta et de Blida.

    L'offre englobe également le volet relatif à la protection de l'environnement par l'introduction de la traction électrique au lieu de la traction diesel, ainsi que par la délocalisation des installations de maintenance vers la périphérie de la capitale, a expliqué à la presse le directeur général de l'Anesrif, M. Hacène Saïdi. À la question de savoir pourquoi une seule offre a été enregistrée pour un projet d'une telle importance, M. Saïdi s'est limité à considéré qu'il s'agit d'un projet “complexe et très peu d'entreprises sont qualifiées pour sa réalisation”.

    Les offres commerciales doivent-être soumises dans les prochaines semaines. Ce responsable a par ailleurs rappelé que durant l'année écoulée, neuf ouvertures de plis ont été effectuées par l'Anesrif, dans le cadre du processus d'extension et de modernisation du réseau ferré national. Plus de 2 000km de lignes sont en cours de réalisation, notamment sur les rocades Nord et les Hauts-Plateaux, et les pénétrantes du Sud dont la première reliera à l'Ouest Sidi Bel Abbès et Béchar, a précisé M. Saïdi.

    Parlant des projets ferroviaires en cours de réalisation à l'échelle nationale, dans le cadre du programme national de modernisation du rail (2005-2012), le directeur de l'Anesrif a assuré que “les délais de réalisation seront respectés”, étant donné l'importance de désengorger certains axes comme celui d'Alger.

    L'Anesrif a été créée il y a environ six mois pour prendre en charge le suivi des projets et permettre à la SNTF de se recentrer sur sa mission première de transporteur de voyageurs et de marchandises.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts