+ Reply to Thread
Page 14 of 71 FirstFirst ... 4 12 13 14 15 16 24 64 ... LastLast
Results 92 to 98 of 492
  1. #92
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 20 janvier 2008 -- L'Agence nationale d'études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (Anesrif) a procédé, hier à Alger, à l'ouverture des plis des offres techniques d'une dizaine de soumissionnaires pour la réalisation des projets de transport ferroviaire. Le premier projet, lié au contrôle et à la surveillance des études de la nouvelle ligne à double voie électrifiée Oued Tlelat-Tlemcen, a reçu les offres de quatre groupements. Il s'agit de Tpf planège (Portugal), Getinsa (Espagne) et Saeti (Algérie) ; Dessau international (Canada), Dessau Maghreb (Algérie) et Obermeyer (Allemagne) ; MIB (Allemagne) et Sarl Cagep (Algérie) ; SNC-Lavallin (Canada)-SNC-Lavallin Maghreb (Algérie) et Ardany (Espagne).

    Pour le deuxième projet, il concerne la surveillance des études pour la réalisation de la nouvelle ligne à voie unique sur le tronçon Saïda-Moulay Slissen. Ce projet a également reçu les offres de 4 groupements : Tpf planège et Pengest (Portugal) et Saeto (Algérie) ; Dessau international (Canada), Dessau Maghreb (Algérie) et Obermeyer (Allemagne) ; SNC-Lavallin (Canada), SNC-Lavallin Maghreb (Algérie) et Ardany (Espagne) ; Studi international (Tunisie) et Egisrail (France). Quant au troisième projet, il porte sur les études d'aménagement des installations ferroviaires de la banlieue algéroise. Trois groupements ont présenté leurs offres : SNC-Lavallin (Canada) et SNC-Lavallin Maghreb (Algérie) ; Ardany (Espagne) et Louis Berger incorporation (USA) ; groupement algéro-allemand Consult succursale conduit par le chef de file allemand DB et regroupant Sétirail, Sidem (Algérie), et Ayesa et Gitensa (Espagne).

  2. #93
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 22 janvier 2008 -- Une réunion a regroupé, ce dimanche, les membres de l’exécutif de la wilaya et M. Taibi, responsable de l’agence nationale d’étude et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires, en vue de finaliser l’étude d’une nouvelle ligne ferroviaire qui reliera, dans un avenir proche, la ville de Mecheria à El Bayadh (129 km). Accompagné d’un bureau d’études allemand (Pôry Infra GmbH), chargé de l’étude de cette ligne, M. Taibi a dressé un tableau sur la situation globale du projet. Il a proposé pas moins de quatre variantes du tracé, tout en suggérant le choix de la première variante (Mecheria- Tismouline- El Bayadh), ligne jugée plus directe et plus économique, d’une estimation probable de 35 milliards de dinars et qui, dit-il, demeure une partie intégrante du maillage du grand chantier d’aménagement du territoire.

    Durant son exposé, chacun des participants a émis son point de vue en se basant sur la réalité socio-économique de la région et sur les véritables préoccupations de la population locale. Après maintes réflexions, le conseil exécutif s’est montré « très peu convaincu par le tracé de la variante 1 » proposée par M. Taibi. Le conseil exécutif a privilégié la variante 4 (Naâma- Asla- Chellala -El Bayadh) et opté de façon unanime pour la concrétisation de ce tracé. Un tracé qui, déclare-t-on, revêt une importance majeure en matière de communication et de désenclavement de plusieurs localités géographiquement isolées. Pour lever toute polémique sur le tracé de cette ligne, un procès verbal de cette rencontre a été établi et adressé au ministère de tutelle, reflétant des recommandations persistantes du conseil exécutif.

  3. #94
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 22 janvier 2008 -- A l'instar des autres directions régionales de la SNTF, la manne financière accordée à la société nationale par l'Etat aidant, Constantine se lance dans des travaux de modernisation et d'extension.

    Ainsi, un vieux projet d'extension de la gare actuelle a été sorti des tiroirs. Selon les précisions du directeur des projets au niveau de cette direction régionale, des travaux d'extension de la gare centrale ont été confiés à l'entreprise « Infrarail » filiale de la SNTF. Une opération qui va dans le sens de promouvoir la gare de Constantine en un pôle régional pour la desserte des grandes lignes et la mise en service d'une importante desserte régionale et de banlieue.

    Une première enveloppe financière de 70 millions de dinars a été mise à disposition de cette région et il est prévu de séparer les diverses destinations en créant de nouvelles voies avec des nouveaux quais pour voyageurs, nous dit-on. D'énormes engins de terrassement commencent à arriver pour le lancement des travaux retenus qui, précise-t-on, doivent démarrer dans les prochains jours.

    L'extension, qui porte sur la création de cinq voies supplémentaires avec des quais d'une longueur de 350 mètres chacun et des abris, est prévue sur l'esplanade qui longe le boulevard Zâamouche.

    Selon les indications de notre interlocuteur, ces nouvelles voies avec « des quais en bout» seront destinées spécialement aux trains de grandes lignes et de banlieue à destination du centre et du sud.

    Les anciennes installations, dont les quais actuels seront également allongés et modernisés et serviront pour les trains de passage. C'est évidemment des préparatifs qui permettront à brève échéance l'utilisation optimale du nouveau matériel dont la réception est prévue pour le premier trimestre 2008.

  4. #95
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 28 janvier 2008 -- La Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) a acquis 17 autorails qu’elle mettra au fur et à mesure en circulation à partir de février prochain. Ce nouveau moyen de transport va changer totalement l’univers du rail en Algérie. D’un confort digne des meilleurs standards européens respectueux de l’environnement, il procurera aux voyageurs une sécurité totale de leurs déplacements. Ces autorails réduiront aussi considérablement les temps de parcours entre les villes qu’ils desserviront.

  5. #96
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 29 Janvier 2008 -- À l’heure de l’Internet et de l’intensification des échanges mondiaux, humains et marchands, l’Algérie se classe parmi les pays qui accusent encore du retard dans leur réseau ferroviaire. Le constat a été établi, hier, par le directeur général de la Société nationale du transport ferroviaire (SNTF), Abdelhamid Lalaïmia, sur les ondes de la radio Chaîne I, qui a reconnu que son entreprise, créée depuis plus d’un siècle, “ne couvre pas tout le territoire national”.

    Il a également soulevé certains problèmes à l’origine du retard dans l’extension du réseau ferroviaire aux régions les plus éloignées du pays, citant, entre autres, le choix algérien porté en priorité aux lignes maritimes, pour le transport des marchandises, et les dégâts importants commis par le terrorisme pendant la décennie passée. L’intervenant a aussi laissé entendre que sa société a fait face à de nombreuses opérations, la restructuration qui lui a permis de réduire ses effectifs de près de 56% (la SNTF est passée de 17 000 salariés à 9 600 salariés, dont 4% sont des femmes) et de créer 4 directions régionales et 13 filiales, l’amélioration des voies ferroviaires, dont les dernières ont touché les lignes Alger-Oran et Alger-Constantine, et l’accès à 13 femmes conductrices de trains, ainsi que le relèvement annuel de 10% des tarifs du train. “La SNTF est devenue une entreprise commerciale, l’augmentation du prix du ticket s’inscrit dans le cadre de sa rentabilité, en contrepartie des services présentés au voyageur, en matière de confort, de propreté et de sécurité”, a révélé l’invité de Chaîne I, sans écarter “la possibilité d’une hausse supérieure à 10%” du prix du ticket, pour mettre fin aux subventions de l’État.

    M. Lalaïmia a, d’autre part, informé que la SNTF assure actuellement le transport de 30 millions de voyageurs par an, les étudiants compris, sans oublier celui des marchandises. Selon lui, les prévisions sont de l’ordre de 180 trains pour transporter 200 000 voyageurs quotidiennement, soit 79 millions par an. Quant au transport des marchandises, il a affirmé que le but de la SNTF est “d’atteindre 18 millions de tonnes par an, ce qui représentera une part de 15 à 16% dans l’économie nationale”. Pour l’année 2008, le DG de la SNTF a fait part de l’acquisition de 22 trains.

    D’après lui, parmi les trains achetés du Canada, d’Espagne et de Suisse, 14 trains seront livrés en décembre pour couvrir la région d’Alger. Des trains de grande vitesse (160 km/h) seraient également fonctionnels, à partir de cette année, sur certaines lignes (Alger-Oran, Sidi-Bel-Abbès-Béchar, Chlef-Relizane, etc). Dans ce cadre, une sortie dans un train nouvellement acheté (Alger-Blida) est prévue avec la presse, demain, pour se faire une idée de la volonté de la SNTF d’améliorer son look.

    Concernant les opérations de modernisation, M. Lalaïmia a annoncé la mise en service, d’ici octobre prochain, du projet d’électrification du réseau ferroviaire, dans la capitale et ses environs, qui englobera toutes les lignes du chemin de fer allant d’Alger jusqu’à El-Afroun et même Tizi Ouzou. Ce projet, a-t-il précisé, sera mis à l’essai à partir d’avril. Le responsable a, en outre, informé du projet qui sera mené conjointement avec le ministère des Transports, relatif aux “correspondances entre les trains et tramways”. D’autres projets concerneront l’extension des lignes, y compris vers le sud du pays, ainsi que la création de lignes dans les Hauts-Plateaux.

    Selon M. Lalaïmia, une partie des lignes dans les Hauts-Plateaux, en particulier celle menant de Tébessa à Saïda sera prête en octobre 2008, pour transporter les étudiants. Le DG a, par ailleurs, révélé l’ambition de son entreprise à ouvrir son capital aux sociétés étrangères. Pour l’instant, seules deux sociétés françaises, une société espagnole, une italienne et une turque auraient fait des propositions.

    Sur le registre des “actes d’incivilité”, qui se traduisent par des jets de pierre contre les vitres des trains et la destruction de matériels, voire de vols, le responsable a déclaré qu’ils ont des conséquences sur les dépenses et les retards dans les horaires des trains. Cette situation a cependant suscité l’intérêt du gouvernement qui, selon l’intervenant, a pris “des mesures sécuritaires”, ce samedi, qui entreront en application prochainement.

  6. #97
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 29 Janvier 2008 -- La direction générale de la SNTF vient d’annoncer la signature d’un accord portant sur la redynamisation de son activité fret matières premières et produits finis avec les entreprises Arcelor Mittal El-Hadjar et Ferphos. Le directeur général de la SNTF, qui était accompagné d’une importante délégation, a rencontré le nouveau DG du complexe sidérurgique avec lequel ils ont défini les contours du programme de transport pour l’année 2008.

    Programme qui avait été affecté par un repli drastique d’activité durant les six derniers mois pour des raisons de sécurité essentiellement, a-t-il été souligné. Le nouveau plan fret arrêté sera de l’ordre de 5 600 t/jour, soit quelque 2 millions de tonnes par an entre le complexe sidérurgique d’El-Hadjar et le site minier de l’Ouenza. Les récentes décisions du Conseil des ministre relatives à la protection du réseau ferroviaire, qui prévoient des mesures destinées à “prévenir, punir et éradiquer les atteintes au patrimoine public ferroviaire, par l’application vigoureuse des dispositions du code pénal”, ainsi que les efforts de modernisation des infrastructures et des matériels de la SNTF, ont été favorablement accueillies par M. Bousquet.

    Ce dernier a indiqué, en marge de la réunion, qu’en ce qui le concerne, il a toujours privilégié ce mode de transport qu’est le rail pour les nombreux avantages qu’il offre à l’activité industrielle, notamment pour ses capacités pondérales. On rappellera que les usines d’Arcelor Mittal avaient dû se rabattre sur le “tout-camion” pendant de longs mois et qu’une société turque spécialisée dans le transport routier avait même été sollicitée pour assurer l’approvisionnement de leurs installations en matières premières et en produits finis. La fréquence par trop élevée des navettes de camions de 40 tonnes sur la RN16 et en plein tissu urbain à hauteur du pont menant jusqu’au port autonome de Annaba était devenue source de dommages pour l’infrastructure routière et de dangers pour les usagers.

    M. Lalaïmia a également réussi à dissuader Ferphos de recourir au transport par camions de ses produits depuis le site de phosphate de Djebel Onk en lui proposant des trains blocs à même de fonctionner 24h/24 et en nombre suffisant pour ses besoins logistiques. Le directeur général de cette entreprise a convenu, pour sa part, de reconduire la convention fret rail à concurrence de 1 005 000 tonnes/an.

  7. #98
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 30 Janvier 2008 -- Depuis le début des travaux d’électrification de la ligne de chemin de fer de la banlieue d’Alger, il a été enregistré 127 actes ou tentatives de vol de câble. Le dernier en date a été enregistré hier, tôt dans la matinée, au niveau d’El Hamma où un tir caténaire a été coupé.

    Les voleurs n’épargnent ni câble porteur ni fil de contact, provoquant des dégradations et des dégâts sur les consoles, les attaches, les tendeurs, les pinces de suspension des câbles porteurs, les griffes des fils de contact…

    La SNTF a estimé les dégâts occasionnés à 2 millions d’euros, alors qu’Alstom, qui réalise le projet, est contrainte de rattraper des heures de travail pour réparer les dégâts.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts