+ Reply to Thread
Page 15 of 71 FirstFirst ... 5 13 14 15 16 17 25 65 ... LastLast
Results 99 to 105 of 492
  1. #99
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Sonia Lyes :


    Mercredi 30 Janvier 2008 -- Le processus de privatisation de l’Entreprise nationale de réalisation d’infrastructures ferroviaires (Infrarail), filiale de la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF), se poursuit. Selon un communiqué de la SNTF, trois groupes internationaux ont remis des offres d’acquisition : OHL (Espagne), Orascom Construction (Egypte) et Margarettelli Rossi (Italie).

    La SNTF, qui avait lancé, en septembre dernier, une invitation à manifestation d'intérêt pour une prise de participation dans le capital d'Infrarail, n’a pas précisé le calendrier des prochaines étapes du processus de mise en vente sa filiale.

    Née de la restructuration de la SNTF, Infrarail, dont le capital est estimé à 1,08 milliard de dinars est une entreprise spécialisée dans les travaux d'infrastructures ferroviaires, notamment les travaux de génie civil et de voirie, de pose et d'entretien de voie ferrée. Elle dispose de cinq centres de production, d'un parc de "moyens modernes" et d'un personnel "de qualité", selon la SNTF.

  2. #100
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 31 Janvier 2008 -- La Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) a effectué, hier, une marche d'essai entre Alger et Blida, à bord d'un nouvel autorail acquis dernièrement auprès d'un constructeur espagnol. L'autorail, présenté à la presse nationale, est le premier d'une série de 17 autorails commandés par la SNTF et qui seront mis en service progressivement sur ses lignes régionales. Le coût global de ces autorails est de 110 millions d'euros, a indiqué dans une conférence de presse animée à bord du train, le directeur général adjoint de la SNTF, M. Ali Leulmi. La traversée Alger-Blida a été effectuée en 28 mn, par cet autorail flambant neuf, à une vitesse moyenne de 140 km/h. Conçue selon un design moderne et aérodynamique, la dernière acquisition de la SNTF, qui répond aux normes de sécurité les plus rigoureuses en Europe, est dotée de nombreuses commodités dont la climatisation et un système d'ouverture automatique des portières.

  3. #101
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 31 Janvier 2008 -- Il est 9h50 du matin. On n’était pas les premiers à arriver sur le lieu du démarrage de l’autorail. Une foule de journalistes se rassemblait déjà devant le nouvel autorail flambant neuf dans lequel sera effectué le voyage inaugural Alger-Blida.

    Les présents manifestaient une curiosité extrême, observant et posant des questions. Chacun voulait avoir le maximum d’informations sur l’autorail. Alliant l’esthétique et le confort, avec ces nouvelles acquisitions de la SNTF, on se croirait presque dans une gare européenne, où les transports publics sont très développés.

    Les organisateurs annoncent que le voyage de la découverte aura lieu dans quelques minutes. A 10 heures moins quelques minutes, tout le monde, journalistes et organisateurs, étaient déjà à bord. L’autorail a démarré de la gare de l’Agha d’Alger à 10h00 à destination de Blida.

    Le voyage a duré 29mn. «On a gagné 10mn», a annoncé l’un des responsables à l’arrivée à la gare de Blida. Avec l’ancienne locomotive le trajet Alger-Blida dure une quarantaine de minutes. Le train a atteint une vitesse de 140km/h durant ce voyage. Sa vitesse maximale est de 160km/h, selon Abdelhamid Laalaymia, le directeur de la SNTF. Bien sûr, gagner 10 minutes sur 40 n’est pas un exploit.

    Cela porte à croire que l’acquisition des trains à grande vitesse, qui peuvent atteindre une vitesse de 250k/h, est encore loin.

    Il est important de mentionner que nos voisins marocains sont sur le point de réaliser une ligne de TGV. L’autorail du voyage inaugural est à l’essai et est pourvu d’un moteur diesel, il dégage donc peu de CO2. Selon le même responsable, il est considéré comme une machine écologique. Comparé aux anciens modèles, il présente certains avantages.

    Outre son design moderne et sa grande vitesse, il dispose de deux cabines de conduite, une à chaque extrémité. Cela permet de le conduire dans les deux sens. De plus, son vitrage est constitué d’un type de verre très solide, résistant au choc. Dorénavant, les jets de pierre ne constitueront plus un danger, ni pour le conducteur ni pour les passagers. «On paie cher cette option», a déclaré le directeur de la SNTF.

    La sécurité est donc un autre avantage qui s’ajoute au compte de la nouvelle machine ferroviaire. A l’intérieur, ce sont les couleurs gris et bleu qui prédominent. Le design est très simple mais agréable. Le train dispose de 199 sièges, dont 20 conçus spécialement pour les handicapés.

    Les autorails à diesel sont prévus pour couvrir les trajets interwilayas. Autre bonne nouvelle: les passagers des longs trajets seront accueillis par de charmantes hôtesses en jolie tenue bleue. Quant au réseau de la banlieue d’Alger, ce sont les trains électriques qui lui sont réservés.

    M.Laalaymia a déclaré que 18 rames seront livrées d’ici à la fin de l’année 2008. La SNTF ne recevra la totalité des rames commandées, qui se comptent à 64, qu’à la fin de l’année 2010. Ainsi, il faudra attendre cette date pour voir le réseau ferroviaire électrique complètement installé à Alger et ses alentours.

    Le directeur de la SNTF ambitionne non seulement de rénover les 330 trains qui circulent actuellement, mais aussi de renforcer la «flotte» ferroviaire d’ici la fin de l’année 2010.

  4. #102
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  5. #103
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 2 février 2008 -- A la séance d’ouverture des plis des offres techniques qui s’est tenue mercredi dernier à Alger, concernant l’ouverture partielle du capital de l’entreprise publique Infrarail, une filiale de la SNTF, trois sociétés étrangères ont vu leur offre retenue. Ce sont OHL SA (Espagne), Margueretteli Rossi (Italie) et Orascom construction et industries (Egypte).

    Pour rappel, la SNTF avait lancé en septembre dernier une invitation à manifestation d’intérêt pour une prise de participation dans le capital d’Infrarail. Et cela suite à la décision prise dans le cadre du «programme d’organisation et du positionnement stratégique de la SNTF», et en application également d’une résolution prise en juillet 2007 par le Conseil des participations de l’Etat (CPE). Pour l’aboutissement de cette opération de privatisation, la société mère (SNTF) avait posé certaines conditions aux investisseurs potentiels intéressés par cet avis d’appel d’offres.

    En effet, la SNTF avait stipulé notamment que les investisseurs candidats doivent présenter des capacités financières et techniques suffisantes pour pérenniser l’activité actuelle, proposer et mettre en œuvre un véritable projet industriel et commercial pour garantir le développement et la croissance de l’entreprise et maximiser sa valeur par les actionnaires. Dans ce sens, ils doivent soumettre notamment leur capital social, leurs résultats financiers certifiés des trois derniers exercices et leurs capacités techniques (historique de l’entreprise, capacité d’études et d’ingénierie, filiales et présence internationale). Autant d’informations données et lisibles dans les plis d’offres de chacun des soumissionnaires.

    A rappeler au passage que la société espagnole OHL et Infrarail se sont vu confier le projet de dédoublement de la voie de la ligne Annaba–Ramdane Djamel. Cette infrastructure comporte 29 ouvrages d’art, 7 gares, 6 tunnels d’une longueur totale de plus de 9 000 mètres linéaires et 130 km de pose voie, en plus des travaux de terrassement. Un projet qui devrait être achevé en 2009, conformément au cahier des charges.

    A propos de la filiale Infrarail, elle est dotée d’un capital de 1,08 milliard DA et a été créée en 1997 à l’issue d’une fusion des trois sociétés régionales de travaux ferroviaires appartenant à la SNTF (Infrarail est, Infrarail centre et Infrarail ouest). Infrarail est spécialisée dans les travaux d’infrastructures ferroviaires et routières, notamment les travaux de génie civil et la voirie et réseaux divers (VRD), les travaux de pose et d’entretien de la voie ferrée et les travaux de la spécialité béton (bâtiments, ouvrages d’art, aménagement des voies).

  6. #104
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 3 Février 2008 -- Le train rapide arrive. La SNTF accélère les préparatifs pour la mise en service de nouveaux autorails dotés de locomotives diesels capables de rouler à une vitesse supérieure à 160 km/h. Dernier essai en date : aujourd'hui sur la ligne Oran-Chlef sur près de 200 km. L'essai a été réalisé avec succès, selon la SNTF. Un record national de vitesse sur rail de 177 km/h a été atteint par le nouvel autorail inter-villes acquis récemment par la Société nationale des transports ferroviaires.

    L'autorail a déjà subi, mercredi 30 janvier, avec un succès un premier test sur la ligne ferroviaire entre Blida et Alger. Il a parcouru la distance entre les deux villes en 28 minutes, à une vitesse moyenne de 140 km/h. L'exploitation commerciale de cet autorail est prévue avant fin février, sur les lignes Oran-Alger, Oran-Sidi Bel Abbes. La SNTF ambitionne de relier Alger à Oran en moins de quatre heures.

    La SNTF a décidé de moderniser ses trains, avec l'acquisition de 17 autorails pour 110 millions d'euros auprès de la société espagnole CAF. Modernes, confortables et rapides avec une vitesse d'exploitation de 160 km/h, ces nouveaux trains remplaceront progressivement la flotte existante et vieillissante de la SNTF.

  7. #105
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 4 fevrier 2008 -- L’Etat consacre 16,6 milliards de dollars au secteur ferroviaire dans le cadre des programmes d’investissements en cours, a annoncé hier le directeur général de l’Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (Anesrif), M. Hassene Saïdi.

    «Cette importante enveloppe servira à la modernisation de l’infrastructure ferroviaire, devenue une nécessité absolue, compte tenu de la vétusté de l’infrastructure existante», a-t-il souligné. Ce même responsable a expliqué que le programme du secteur ferroviaire a donné la priorité à la modernisation de la rocade est-ouest (Annaba-Oran), à l’achèvement des lignes pénétrantes vers l’intérieur du pays et au lancement des études nécessaires aux travaux de réalisation de la rocade des Hauts Plateaux et de la boucle du Sud.

    «La mise en service d’un réseau moderne permettra de réduire les temps de parcours des trains et de relier villes et villages d’Algérie en un temps record avec une sécurité optimale», a-t-il assuré. Le programme de développement des infrastructures ferroviaires comprend la densification et le renforcement de la rocade nord, qui permettra la desserte ferroviaire de nouveaux pôles d’activité industrielle ou portuaire et une meilleure organisation des acheminements.

    «Cette ligne qui relie les deux frontières de l’est et de l’ouest du pays sera électrifiée et à double voie», a-t-il expliqué. Parmi les projets importants de développement du rail, M. Saïdi a mentionné la réalisation de la rocade des Hauts Plateaux et ses connexions avec la rocade nord, destinées à sous-tendre le développement économique et social de ces régions, la réalisation de la boucle du Sud, qui assurera les échanges avec les zones du Sud, l’extension du réseau ferroviaire vers le Sud-Ouest par le raccordement de Béchar à Tindouf et la desserte de la mine de Gara Djebilet.

    Le responsable de l’Anesrif a cité en outre le projet de l’aménagement ferroviaire de la région algéroise avec la desserte de l’aéroport. M. Saïdi a affirmé que le secteur ferroviaire attire des groupements d’entreprises étrangers de renommée, au regard du nombre des soumissions aux différents appels d’offres.

    Il a précisé, par ailleurs, que le schéma directeur sectoriel ferroviaire montre que l’Algérie a résolument opté pour un transport propre, en misant sur le transport électrique dans le développement futur du rail. A terme, la part du rail dans le transport national de voyageurs passera de 5 % à 20 % à l’horizon 2015, avec près de 80 millions de personnes transportées, selon les prévisions de la SNTF.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts