+ Reply to Thread
Page 17 of 71 FirstFirst ... 7 15 16 17 18 19 27 67 ... LastLast
Results 113 to 119 of 492
  1. #113
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 7 février 2008 -- Le projet de la ligne ferroviaire Es-Sénia - Arzew, qui devait voir le jour avant la fin de l’année 2007, vient d’être retardé de 12 mois encore. Et ce en dépit des exigences des instances de tutelle. C’est ce qui est venu dans les déclarations de responsables au niveau de la direction régionale d’Oran de la société nationale de transport ferroviaire (SNTF), ajoutant qu’il reste beaucoup de difficultés qui n’ont pas été résolues dans ce projet, entre autres le tunnel traversant la route nationale RN 2, près de la commune d’Arzew.

    L’on notera également que la réalisation en question a été dotée d’une enveloppe financière supplémentaire de 4 milliards de dinars, sachant que plusieurs ouvrages inscrits sur le tracé de cette ligne n’ont pas encore été finalisés. Selon certaines sources, le projet de la ligne ferroviaire qui devait relier au moins une dizaine de communes, dont Oran, Sidi Chahmi, Bir El Djir, Hassi Bounif, Gdyel et Hassi Mefsoukh, n’a pas cessé de connaître des entraves depuis son lancement (il y a plus de 20 ans). L’on se demande encore si le train sifflera à Arzew d’ici fin 2008, après que toutes les entraves énumérées soient dissipées.

  2. #114
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 11 Février 2008 -- Le groupement ferroviaire algéro-russe GFAR a remporté le contrat d'aménagement ferroviaire de la région d'Alger pour près d'un milliard de dollars, selon une source proche de l'Agence nationale des investissements ferroviaires (Anesrif). Le groupement GFAR est constitué de Russian Railways (chef de file), l'entreprise publique Infrafer, filiale de la SNTF. Il s'est engagé sur un délai de réalisation de 39 mois. GFAR a remis sa proposition technique à l'Agence nationale des investissements ferroviaires (Anesrif), relevant du ministère des transports, mercredi 2 janvier 2008. Il était le seul candidat.

    Le projet d'aménagement ferroviaire de la banlieue de la capitale porte notamment sur l'extension de la ligne « Banlieue d'Alger », actuellement en chantier, avec la construction d'une desserte reliant l'aéroport Houari Boumediene au réseau ferré, et d'une nouvelle ligne entre Bab Ezzouar et Zeralda via Birtouta à l'ouest de la capitale.

    Ce projet fait partie de la modernisation et l'électrification du réseau ferré de la banlieue d'Alger, dont la première phase a démarré en 2004. Confiée au groupe français Alstom, cette modernisation s'achèvera en février 2008 et les premiers trains électriques y circuleront à partir de septembre prochain, selon les prévisions officielles.

  3. #115
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 13 Février 2008 -- Les expropriés dans le cadre de la réalisation de la voie ferrée Es-Sénia – Arzew, attendent depuis une année le versement de leurs indemnités par la société nationale des chemins de fer (SNTF). Ils reviennent cette semaine à la charge pour lancer un appel aux responsables concernés afin de trouver une issue à ce problème. Selon certains fellahs qui ont été touchés par cette mesure d’expropriation pour le passage du tracé de la voie ferrée, sur 36 kilomètres, cela fait plus d’une année que les services des domaines ont finalisé l’opération et soumis les dossiers à la SNTF. Celle-ci avait désigné un huissier qui, à son tour, a informé par écrit les personnes concernées. Il s’est avéré, d’après les informations recueillies au niveau de la direction régionale de la société, que pour cette opération de régularisation, les services financiers de la SNTF n’ont pas trouvé de chapitre pour inclure dans leurs livrets comptables les montants de cette expropriation.

  4. #116
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 14 février 2008 -- Le projet de la ligne ferroviaire Tizi-Ouzou Oued Aïssi sera livré en juin prochain, apprend-on auprès du directeur du Transport de la wilaya M. Rezig Kamel, qui a indiqué que toutes les contraintes face auxquelles bute ledit projet, vieux de plus de 10 ans, viennent d'être levées permettant ainsi l'avancement des travaux. En effet, selon notre interlocteur, la mise en service pourrait même intervenir avant juin, notamment le tronçon Tizi-Ouzou - Kef Naadja, pour alimenter ces chantiers en matériaux comme ce fut le cas depuis avant-hier avec l'arrivée de marchandises par voie ferroviaire à Tizi-Ouzou en provenance de la capitale Alger, après plus de quatre ans d'absence de toute circulation de train sur cette ligne. L'état d'avancement dudit projet confié au groupement d'entreprises TEXUR, constitué par l'ETRHB (Algérie) et OZGUN (Turquie), est de plus de 62 %, selon le directeur du Transport de la wilaya de Tizi-Ouzou, soit une consommation de crédits d'ordre de 09 milliards de dinars sur les 13 milliards de dinars alloués pour celui-ci. Une fois mis en exploitation, ce tronçon ferroviaire devrait assurer le transport de 8 000 à 10 000 voyageurs par jour et 800 000 tonnes de marchandises par an, en plus de la création d'un port sec au niveau de la zone industrielle de Oued Aïssi sur une étendue de 64 000 m².

  5. #117
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Vendredi 15 Février 2008 -- Les travaux de modernisation de la ligne ferroviaire reliant Thénia (Boumerdès) à Oued-Aïssi (Tizi-Ouzou) ne seront pas lancés avant juin prochain, soit avec un retard de six mois sur le calendrier initialement fixé, a appris toutsurlalgerie.com de sources proches de la SNTF.

    Les raisons de ce report, le second en un mois, sont liées à la dégradation de la situation sécuritaire dans cette région. En effet, selon nos sources, c’est le commandement de la gendarmerie nationale chargé de la protection des chantiers de ce projet qui a demandé de décaler la date de lancement des travaux. La Gendarmerie souhaite mettre en place un plan de sécurisation des sites, d’autant que trois groupes étrangers – un espagnol, un portugais et un turc - sont impliqués dans la réalisation du projet.

    Dans ce contexte, la livraison du projet est repoussée jusqu'à décembre 2010 au lieu de 2009, selon nos sources. C’est la première fois depuis plusieurs années qu’un projet de cette envergure connaît un retard pour cause de menace terroriste. La modernisation de la ligne de chemins de fer a pour objectif de permettre aux trains d'atteindre la vitesse de 160 km/heure sur un tronçon de plus de 64 km. Le projet, d’un montant de 450 millions d'euros, a été confié à un groupement d'entreprises constitué par la portugaise Texeira Duarte, l'algérienne ETRHB, la turque Ozgun et l'espagnole Enyse.

  6. #118
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 16 fevrier 2008 -- Pour combler un certain retard, les travaux de réalisation de la ligne ferroviaire de 140 km, reliant Mecheria à Rjem Demouche (w. Sidi-Bel-Abbès), semblent s’accélérer. Pour répondre à l’augmentation du trafic ferroviaire de voyageurs et des marchandises, ce projet, d’une enveloppe estimée à 17 milliards de DA et dont le délai de réalisation est fixé à 22 mois, est entrepris par la société Astaldi (Italie), chef de file, et l’ETRHB (Algérie). Les travaux de terrassement et d’installation des ouvrages d’art sont, nous dit-on, en voie de finalisation. Afin de respecter les délais impartis et activer les travaux, la société Astaldi vient d’installer un nouveau parc à matériel à Rjem Demouche. D’autre part, l’usine de fabrication des traverses, située à Sidi Bel Abbes, va très prochainement être délocalisée pour être installée à Mecheria, où pour un premier temps 19 000 tonnes de rails ont été réceptionnées.

  7. #119
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 17 février 2008 -- Le groupement composé de Tecsult (Canada) et Setirail (Algérie), chargé de l'assistance technique, la surveillance et le contrôle des travaux de réalisation de la liaison ferroviaire Tizi Ouzou-Oued Aïssi, risque de se voir résilier son contrat pour cause de «non-respect des engagements contractuels».

    En effet, le groupement algéro-canadien vient de faire l'objet, d'une mise en demeure de la part du maître d'ouvrage délégué, l'Agence nationale d'études et de suivi des réalisations des investissements ferroviaires (ANESRIF). Tecsult (chef de file) et Setirail ont, selon les termes de cette mise en demeure publiée par voie de presse, un délai de 15 jours pour remplir leurs engagements contractuels, faute de quoi et en vertu de l'article 32 du marché, il sera procédé à la résiliation du marché aux torts exclusifs du groupement.

    L'ANESRIF leur reproche de ne pas avoir respecté des engagements prévus dans les dispositions contractuelles, notamment «en matière de mise à disposition du personnel qualifié conformément à l'organigramme approuvé.»

    La réception du projet de la voie ferrée Tizi Ouzou-Oued Aïssi devait se faire en juin prochain, selon une déclaration faite il y a un peu plus d'un mois par le directeur de wilaya de Tizi Ouzou du Transport, M. Kamel Rezig. Le même responsable avait même annoncé une exploitation partielle des infrastructures de ce tronçon ferroviaire pour le mois de mars, comme la gare intermodale de Kaf Naâdja, située à hauteur de la Nouvelle-ville.

    Selon la dernière estimation faite par les promoteurs du projet, les travaux de réalisation de l'extension du chemin de fer sur 14 km à Tizi Ouzou ont dépassé de loin le taux des 70 %. Le coût des travaux, confiés à un groupement d'entreprises algéro-turques composé de l'ETRHB (Algérie) et OZGUN (Turquie) est d'un peu plus de 10 milliards de dinars. Ce montant n'inclut pas la tranche déboursée avant la décision de relancer en septembre 2004 ce vieux projet. Car ce dernier, dont les travaux avaient démarré en 1994, a été gelé en 1997, pour manque de sources de financement.

    Cet important projet structurant de la wilaya de Tizi Ouzou devra être d'un apport considérable aussi bien sur le plan de transport de marchandises que pour celui des voyageurs. En effet, cette ligne ferroviaire devrait assurer l'acheminement de 800.000 tonnes par an de marchandises avec au bout de cette extension, un port sec d'une superficie 64.000 m² au niveau de la zone industrielle Aïssat-Idir de Oued Aïssi. La ligne permettra également le transport de 8.000 à 10.000 voyageurs par jour par le biais de navettes de train au nombre de 20 quotidiennement dans les deux sens.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts