+ Reply to Thread
Page 5 of 71 FirstFirst ... 3 4 5 6 7 15 55 ... LastLast
Results 29 to 35 of 492
  1. #29
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Jeudi 13 septembre 2007 -- La réception du projet de modernisation de la voie ferrée Béchar– Sidi Bel Abbès– Oran, longue de plus de 800 kilomètres et incluant le tronçon R’jem Demmouche –Mecheria (140 km), est prévue en juin 2009, selon les responsables du secteur du transport.

    Ce projet, qualifié de structurant et devant désenclaver une dizaine de localités situées sur l’axe Béchar-Oran, bénéficiera, dès sa mise en service, d’un système « fiable » et « performant », le GSM-R, signale-t-on. « Basé sur de nouvelles technologies de communication, ce système de signalisation ferroviaire assure, selon le ministère des Transports, la sécurité de la circulation des trains. Il est en exploitation dans 38 pays de la planète, dont 60% des pays de l’UE ».

    Les travaux de réhabilitation de la ligne R’jem Demmouche –Mecheria, lancés le 17 mars dernier, enregistraient un taux d’avancement de 70%, avait précisé, en juillet dernier, le directeur général du Groupe Haddad (ETRHB), entreprise chargée de la réalisation de ce projet estimé à 18,4 milliards de dinars.

    Selon la société nationale des transports ferroviaires (SNTF), il est prévu une vitesse maximale de 120 km/heure pour le train de marchandises et 160 km/h pour le transport des voyageurs. La modernisation de ce tronçon, rendue nécessaire du fait de la vétusté du réseau actuel, tend à améliorer la sécurisation des déplacements et la réduction des temps de parcours, ajoute la SNCF.


  2. #30
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Mercredi 26 septembre 2007 -- Cinq groupements de bureaux d'études internationaux ont soumissionné pour la maîtrise d'œuvre (étude et contrôle) du projet d'électrification de la rocade ferroviaire Est-Ouest. Il s'agit du groupement TPF Planège (Portugal) - Getinsa (Espagne) - Setirail (Algérie), du groupement Transurb technirail (Belgique) - Transurb (Algérie) et DB (Allemagne), du groupement Dessau Soprin (Canada) et Dessau Soprin Maghreb (Algérie), du groupement Systra (France) - Sidem (Algérie) - Ayesa (Espagne) et enfin du groupement SM international (Canada) - Pointec (Espagne) et STV incorporated (USA). L'Agence nationale d'études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (Anesrif) va désigner le vainqueur dans un mois, selon un responsable de cette agence.

    Par ailleurs, l'Anesrif s'attèle actuellement à préparer le cahier des charges pour lancer un appel d'offres concernant les travaux d'électrification de la rocade nord des chemins de fer sur 1700 km. Cet appel d'offres sera lancé avant la fin de l'année, selon l'Anesrif. La fin des travaux est prévue pour 2012.

    L'électrification de la rocade nord des chemins de fer entre dans le cadre du programme gouvernemental de modernisation du réseau ferroviaire. L'objectif est de permettre aux trains de rouler à une vitesse de 160km/h.


  3. #31
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Dimanche 30 Septembre 2007 -- Huit sociétés internationales sont en lice pour la reprise de l’Entreprise nationale de réalisation d’infrastructures ferroviaires (Infrarail), filiale de la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF), selon un communiqué de cette dernière. Les offres pour la reprise d’Infrafer ont été présentées par Orascom Construction (Egypte), Sateba Systèmes Vagneux (France), Alstom Algérie (Algérie), OHL (Espagne), Yapi Merkesi (Turquie), Seco-Rail (France), Mota Engil (Portugal) et Russian Railways (Russie), a indiqué la SNTF.

    Née de la restructuration de la SNTF, Infrarail, dont le capital est estimé à 1,08 milliard de dinars est une entreprise spécialisée dans les travaux d'infrastructures ferroviaires, notamment les travaux de génie civil et de voirie, de pose et d'entretien de voie ferrée. Elle dispose de cinq centres de production, d'un parc de "moyens modernes" et d'un personnel "de qualité", selon la SNTF.

    Les soumissionnaires retenus après « examen sommaire d'éligibilité » recevront le cahier des charges correspondant. Ils devront déposer leur offre d'acquisition dans les trois prochains mois, selon la SNTF.


  4. #32
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Lundi 1er Octobre 2007 -- La Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) a reçu huit offres à l'issue de l'appel à manifestation d'intérêt qu'elle a lancé le 3 septembre dernier pour l'ouverture du capital de sa filiale Infrarail.

    Les soumissionnaires retenus sont Orascom construction (Egypte), Sateba Systems Vaneux (France), Alstom Algérie SA, OHL (Espagne), Yapi Merkesi (Turquie), Seco-Rail (France), Mota Engil (Portugal) et Russian Railways (Russie). Ces derniers recevront le cahier des charges encadrant l'opération, et devront, selon le communiqué de la SNTF adressé à notre rédaction, à déposer leur offre d'acquisition dans les trois mois à venir, c'est-à-dire vers la fin de l'année en cours.

    Pour mémoire, la décision d'ouverture du capital d'Infrarail a été prise dans le cadre du programme d'organisation et du positionnement stratégique de la SNTF, conformément à la résolution n° 11/77 du 21 juillet 2007 prise par le Conseil des participations de l'Etat (CPE), souligne la SNTF. Pour l'ouverture du capital d'Infrarail, la SNTF a posé certaines conditions à l'adresse des investisseurs potentiels intéressés par une prise de participation dans cette entreprise. La SNTF a exigé pour la cession, un groupe de notoriété ayant une expérience et une expertise reconnues dans les domaines d'activité de la société Infrarail. Elle a demandé aux investisseurs de présenter des capacités financières et techniques suffisantes pour pérenniser l'activité actuelle.

    D'un capital de 1,08 milliard de dinars, Infrarail a été créée en 1997 à l'issue d'une fusion des trois sociétés régionales de travaux ferroviaires appartenant à la SNTF (Infrarail est, Infrarail centre et Infrarail ouest). Elle est spécialisée dans les travaux d'infrastructures ferroviaires et routières notamment, les travaux de génie civil et les travaux de pose et d'entretien de la voie ferrée. Pour réaliser son plan de charge, Infrarail dispose de cinq centres de production situés sur des terrains du domaine public ferroviaire. Cette filiale de la SNTF dispose également d'un parc de moyens modernes de travaux.


  5. #33
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Lundi 1er octobre 2007 -- Tant promise, la ligne de chemin de fer entre Chlef et Ténès (50 km), prévue sur l’ancien tracé, n’est pas pour demain, car aux denieres nouvelles, le projet n’a toujours pas été approuvé et inscrit par la direction générale de la SNTF, en dépit des promesses du ministre des Transports et des assurances des autorités locales.

    Rappelons que lors d’une visite de travail effectuée dans la région, en septembre 2006, le premier responsable du secteur avait donné son accord de principe pour la prise en charge de ce dossier. Les responsables locaux en ont profité pour annoncer, à chaque occasion ou cérémonie officielle, la « mise sur rail » de l’opération, comme s’il l’avait officiellement retenue alors qu’elle est toujours au stade des études. C’est ce que nous a appris une source de la SNTF, très au fait du dossier et qui ne désespère pas, cependant, de voir celui-ci être repris par les autorités concernées, surtout pour le tronçon situé entre Chlef et Ouled Farès (13 Km) où est implantée la nouvelle université qui devrait abriter, en 2009, pas moins de 15 200 étudiants de la région. Pour l’entreprise ferroviaire, les projets d’investissements inscrits jusqu’à l’horizon 2025 sont déjà tracés et n’attendent que leur lancement.

    Désenclavement

    Certains, à l‘image du dédoublement de la voie entre El Attaf et El Khemis, sont déjà en cours d’exécution. Initialement, les responsables locaux avaient introduit une étude technique et de faisabilité où la priorité a été accordée à la réhabilitation de l’ancien tracé datant de l’époque coloniale, entre Chlef et Ténès. Ils ont avancé des arguments d’ordre socioéconomique, comme le désenclavement du Nord de la wilaya, la relance du tourisme et le transport entre le port de Ténès et le chef-lieu de wilaya. Des arguments qui semblaient avoir convaincu le ministre des Transports, Mohamed Meghlaoui, qui était accompagné du directeur général de la SNTF lors de la visite effectuée dans la région. Cependant, une année après ce déplacement, le rêve des uns et des autres semble avoir été compromis, puisqu’il n’est plus au centre des préoccupations des décideurs, dont le programme de réalisation à court et moyen terme a déjà été ficelé. A moins d’un revirement de situation, ce qui est moins probable, compte tenu de la « froideur » avec laquelle ce dossier est défendu au niveau local et central.


  6. #34
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    LISBON, October 1, 2007 (Thomson Financial) - Mota Engil SGPS is one of eight companies that have been shorlisted for the privatisation of Algerian railway infrastructure company Infrarail, reported Sol newspaper citing an official source at the Algerian company.

    According to the newspaper, Infrarail has a 100 million euro social capital and specialises in railway infrastructure projects, civil engineering and road maintenance.

    Infrarail's parent SNTF said that the shortlisted companies will have three months to lodge their bids once they are informed of the technical details and bidding terms, Sol added.

    The other shortlisted companies are Spain's OHL, Egypt's Orascom, France's Satebo and Seco Rail, Algeria's Alstom Algeria, Turkey's Merkesi and Russia's Russian Railways.


  7. #35
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Dimanche 14 Octobre 2007 -- Les relations se tendent entre l’Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (ANESRIF) et le groupe espagnol Obrascon Huarte Lain (OHL). Selon nos informations, le sixième groupe espagnol de BTP pourrait perdre dans les prochains jours le contrat de construction d'une ligne ferroviaire de 95 kilomètres entre les villes d'Annaba et de Ramdane Djamel. Décroché en février 2006, ce projet est d’un montant de 248 millions d’euros. OHL agit dans le cadre d’un consortium dont il détient 85%. Le reste du capital est contrôlé par la société publique Infrarrail, filiale de la SNTF.

    Le contrat prévoit la création d'une nouvelle voie ferrée et le réaménagement de la ligne existante, pour permettre la double circulation des trains à une vitesse de 160 km/h. Selon les termes de l’accord entre les deux parties, les travaux devaient durer 39 mois. Mais, 19 mois après l’attribution du marché, les travaux n’ont toujours commencé. Les dirigeants de l’ANESRIF et d’OHL ont tenu des réunions de suivi durant les cinq derniers mois mais la partie algérienne semble convaincue que le groupe espagnol ne pourra pas honorer ses engagements dans les délais. Pressée par les pouvoirs publics, l’ANESRIF pourrait annoncer dans les prochains jours l’annulation du contrat d’OHL, avec une probable demande d’indemnisations.

    En plus de ce contrat, OHL pourrait perdre d’autres projets déjà en cours en Algérie dans le domaine du BTP. La cause ? Les autorités algériennes reprochent au groupe espagnol, qui a obtenu plusieurs contrats – notamment la réalisation de la seconde rocade d’Alger - un recours jugé abusif à la sous-traitance locale. « OHL obtient des contrats et fait ensuite appel à des sociétés algériennes pour réaliser les travaux. C’est en partie ce qui explique les retards pris dans des projets confiés à OHL. Le président Bouteflika a déjà dénoncé publiquement ce genre de pratiques très répandues parmi les groupes étrangers travaillant en Algérie mais le ministère des Travaux publics n’a pas vraiment pris de mesures pour imposer une présence accrue des groupes internationaux dans la réalisation des projets », souligne une source proche du ministère des travaux publics qui a requis l’anonymat.

    Par ailleurs, les difficultés annoncées du groupe OHL, après celles de Repsol et Gas Natural dans l’énergie et Acciona SA et le Général Sociedad d'Aguas de Barcelone dans le services aux collectivités, devrait contribuer à tendre davantage les relations entre Alger et Madrid. La semaine dernière, Chakib Kheli avait qualifié de seulement « correcte » la décision de l’Espagne de lever les restrictions imposées à Sonatrach sur le marché espagnol du gaz naturel.


+ Reply to Thread
Page 5 of 71 FirstFirst ... 3 4 5 6 7 15 55 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts