+ Reply to Thread
Page 54 of 71 FirstFirst ... 4 44 52 53 54 55 56 64 ... LastLast
Results 372 to 378 of 492
  1. #372
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Riyad Hamadi :


    Mercredi 27 Janvier 2010 -- Le dédoublement de la ligne ferroviaire reliant Al Afroun (wilaya de Blida) à Khemis Miliana dans la wilaya d'Ain Defla sur 55 km a pris forme avec la déclaration d'utilité publique de l'assiette de terrain. La wilaya d'Ain Defla a annoncé mardi sa décision d'exproprier les propriétaires de terrains situés sur cette ligne au profit de l'Agence nationale d'études et de suivi des investissements ferroviaires (Anesrif). Une enveloppe de quatre milliards de dinars est réservée pour indemniser les propriétaires expropriés. Le projet de dédoublement de la ligne ferroviaire Al Afroun-Khemis Miliana comprend la réalisation de six stations de voyageurs et l'aménagement de deux tunnels ferroviaires. La réalisation de ce dédoublement a été confiée par l'Anesrif au groupement sino-turc CCECC-Ozgun pour un montant de 431 millions d'euros.

  2. #373
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    MONTREAL, February 2 2010 -- Dessau, one of the largest engineering-construction firms in Canada, today announced that it obtained a contract of $38.8 million in Algeria's rail sector. The firm will conduct the preliminary and final design for the design and construction of a new 170 km electrified double track between the cities of Bordj Bou Arréridj and Thénia in Algeria's northeast. This contract is part of a project totalling $2.3 billion tabled by the National Agency of Studies and of Follow-up of the Realization of the Railway Investment (ANESRIF). "This mandate strengthens our presence in Algeria, where we have already successfully completed major engineering-construction projects," stated Jean-Pierre Sauriol, president and chief executive officer of Dessau. "We are honoured that our solid expertise in the rail sector as well as our approach to services are internationally recognized in this way."

    The consortium comprising China Civil Engineering Construction Corporation (CCECC) and Turkish partner Ozgun Construction was awarded the mandate and chose Dessau to conduct the studies into the operation of a mixed service (passenger and freight), with trains reaching speeds of up to 160 km/h. "Our project team, based in Algiers, will primarily be mandated to define and design a modern track in order to reduce the time it takes to travel between Algiers and Constantine," emphasized Jean-Stéphane Bédard, vice-president of Dessau's Transportation Division. "Dessau, which will benefit from the talent of about 50 Canadian and Algerian engineers, demonstrates its tremendous ability to adapt and its international positioning by participating in this project, led by the Chinese in partnership with the Turks, in Maghreb." Furthermore, Dessau will be responsible for designing engineering works (bridges, viaducts, underpasses and overpasses), drainage structures, reconstruction of roads and railways, signalling and telecommunications facilities, and infrastructure and equipment for electrifying the track, and defining the features of tunnels and their equipment.

    About Dessau

    Founded in 1957, Dessau is the second largest engineering-construction firm in Quebec, the fifth largest in Canada and one of the 100 largest in the world. Dessau has expertise in a large number of areas of activity related to engineering and construction, allowing it to plan, design, build and manage all infrastructure required by its private and public sector clients. The firm employs 4,300 people and has annual sales of $600 million. The firm has regional offices in Quebec and Ontario, as well as several countries, primarily in Maghreb, Central America, South America and the Caribbean.

  3. #374
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Hakim Arous :


    Mardi 2 Février 2010 -- Les études d'avant projet pour la conception de la nouvelle ligne de voie électrifiée entre Bordj Bou Arreridj et Thenia ont été attribuées au groupe canadien Dessau. L'entreprise québécoise d'ingénierie-construction a décroché ce contrat d'un montant de 38,8 millions de dollars. Elle a été choisie par le groupement sino-turc CCEC-OZGUN qui a remporté l'appel d'offres lancé par l'Agence nationale d'études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires d'Algérie (Anesrif) pour la réalisation de la ligne ferroviaire. Dessau devra concevoir les ouvrages d'art et de drainage, les rétablissements de voies, les installations de signalisation et de télécommunication, les infrastructures et équipements pour l'électrification de la voie et devra définir les caractéristiques des tunnels et de leurs équipements, sur les 170 km du parcours, qui permettra un transport mixte de voyageurs et marchandises. Une cinquantaine d'ingénieurs canadiens et algériens travailleront sur ce projet. Dessau a déjà remporté plusieurs contrats dans les chemins de fer en Algérie. En août dernier, il été retenu par l’Anesrif pour réaliser l'étude de la nouvelle ligne ferroviaire de 110 km entre Guelma et Bouchegouf via la ville de Khroub près de Constantine. Dessau a également décroché le contrat d'études de la nouvelle ligne ferroviaire Laghouat-Ghardaia sur 170 km.

  4. #375
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 10 Février 2010 -- La Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) réaménagera les horaires de ses trains et proposera de nouvelles marches aux voyageurs à compter de lundi prochain, selon l’APS qui a repris hier un communiqué de l’entreprise. Les voyageurs désirant s’informer de ces nouveaux horaires trouveront toutes les informations nécessaires au niveau des gares de la SNTF, selon la direction, qui précise que les horaires de départ des trains grandes lignes seront modifiés. Alger-Constantine, à titre d’exemple, sera prévu à 6h45 au lieu de 7h35 actuellement, ajoute la même source. « La marche actuelle de banlieue, qui cumule 77 trains, se verra renforcée pour atteindre 98 trains à la mi-février », indique encore le communiqué.

  5. #376
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mardi 16 Février 2010 -- La Société nationale du transport ferroviaire (SNTF) a procédé au réaménagement des horaires de ses trains à partir d’hier lundi. Une opération qui avait été précédée d’une grande campagne d’information quant aux bienfaits du nouveau programme mis à la disposition des usagers du train. Mais le hic est que dès le premier jour de l’entrée en vigueur du plan, d’importants retards ont été enregistrés sur les départs et arrivées de certains trains. Cela a été le cas hier matin à Bab-Ezzouar où les usagers attendaient le train pour 7h20 comme annoncé par la SNTF, ce qui leur permettrait de rejoindre leur poste de travail à 8h sans grands encombres. Mais, apparemment, c’est compter avec les vieux réflexes puisque le train n’est entré en gare que 40 minutes plus tard, soit à 8h. Est-ce à dire que le nouveau programme de dessertes de la SNTF est mal parti ?

  6. #377
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 20 Février 2010 -- Les usagers du rail n’en croyaient pas leurs oreilles en apprenant, lundi dernier, à la gare d’El-Affroun, le renforcement des fréquences des trains avec un nombre de départs et d’arrivées auquel ils étaient loin de s’attendre. En effet, pas moins de 24 trains (entre les automotrices, les trains Diesel et rapides) relient, désormais, chaque jour, El-Affroun à Alger, ce qui se traduit, en moyenne, par un départ toutes les 30 mn. Plus, dans certains cas : entre 6h20 et 7h25, par exemple, il y a quatre départs pour Alger. Il faut savoir que, l’été dernier, il fallait attendre quatre heures (entre 10h05 et 14h), sinon plus — du fait des retards fréquents — avant qu’un train à destination d’Alger n’arrive. La seconde excellente nouvelle pour les voyageurs est que, depuis lundi dernier, le train Express Diesel, qui assurait la liaison Alger-Blida, poursuit le parcours jusqu’à El-Affroun. Ce jour-là, à la descente de ce train, deux jeunes fonctionnaires affichaient un air triomphal, voire heureux : “C’est formidable ! C’est formidable ! On est arrivé à El-Affroun au bout de 50 mn !” Ce qui ne pouvait, effectivement, que surprendre agréablement du fait que le trajet Alger-El Affroun, en train, a toujours été de 90 mn (voire plus), sauf dans le cas des rapides Alger-Oran.

    L’Express étant un train relativement rapide, les 50 mn s’expliquent, en outre, par l’absence d’arrêt aux gares de moindre importance. En effet, ce train marque un arrêt uniquement aux gares d’El-Harrach, Boufarik, Beni-Mered et Blida avant, désormais, le terminus, El-Affroun. Depuis mercredi dernier, soit deux jours plus tard, deux stations ont été ajoutées aux arrêts (Hussein Dey et Gué de Constantine), du fait de la forte demande pour ces destinations. Toujours dans le cadre des nouveaux réaménagements du transport ferroviaire répondant aux doléances des usagers du train, le rapide 1001 Alger-Oran a repris son arrêt à la station d’El-Affroun. Ce qui ne peut qu’apporter un grand soulagement aux usagers du train des trois wilayas (Tipasa, Aïn Defla, Blida) qui ont pâti, ces dernières années, de la suppression de cet arrêt. Les voyageurs de Bou Medfaâ, Oued-Djer, El-Affroun, Hadjout, Tipasa, Cherchell… et à destination des wilayas de l’Ouest devaient, à cet effet, se rendre à la gare de Blida pour prendre le train. Par ailleurs, pour ceux qui désirent, aujourd’hui, être à Alger à 7h, un train électrique a été prévu à 5h50. Ces réaménagements auront, aussi, pour conséquence un confort supplémentaire, notamment pour les premiers trains du matin (communément appelés “trains des travailleurs” empruntés aussi par les étudiants), qui étaient toujours bondés ; la plupart des voyageurs faisaient, alors, le trajet debout jusqu’à Alger. Cette profusion subite de trains avec la mise sur rail de plusieurs rames électriques – dont un avant-goût très apprécié (du fait du confort qu’elles procurent) avait été donné ces derniers mois – est vécue par les usagers du train comme une embellie augurant d’une ère nouvelle.

    Cette reprise en force de l’activité ferroviaire, en léthargie depuis près de 20 ans, devrait avoir pour conséquence de reconquérir les clients déçus par le manque de trains, leur inconfort, leur vétusté (il est arrivé que les passagers ouvrent un parapluie, au cours du voyage, du fait d’infiltrations d’eau de pluie), leur saleté et les retards “réguliers” auxquels ils étaient soumis. Le confort, la sécurité, la rapidité et la ponctualité qui sont de mise, aujourd’hui, devraient réconcilier une bonne partie de la population avec le rail. D’aucuns songent déjà à abandonner leur véhicule au profit du train. Et, des pères de famille qui comptent emmener leurs enfants à Alger, durant les vacances de printemps projettent de leur faire découvrir les nouvelles rames : “ça les changera de la voiture. Et nous, ça nous reposera”, disait un quidam à son voisin de siège qui rappelait que ce transport en commun était très prisé, jusqu’à la fin des années 1980, par les familles. Il semble que la SNTF ait mis le “paquet” pour répondre à l’attente des voyageurs par un plan radical de redressement de la situation. Cette démarche commerciale, avant tout, et citoyenne, rassure le voyageur qui ne pouvait s’empêcher, ces dernières années, de comparer le transport ferroviaire d’Europe, mais encore celui de nos voisins, au nôtre… Aujourd’hui, il n’a, assurément, rien à leur envier. Si seulement les voyageurs maintenaient un minimum de sens du civisme pour préserver et faire durer ce bien public… Un bémol : si le train électrique réunit les conditions de bien-être du voyageur, il demeure cher : 100 DA pour un aller simple El-Affroun-Alger ; ce qui reviendrait, pour les ouvriers et les étudiants qui font, chaque jour, la navette, à débourser 200 DA quotidiennement. Le problème est que, pour l’heure, il n’y a pas d’abonnement pour ces trains “luxueux” qui font le bonheur des voyageurs.

  7. #378
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    SIDI BEL-ABBES, Dimanche 21 Février 2010 -- Le ministre du Transport, M. Amar Tou, a affirmé, vendredi, à Sidi Bel-Abbès, que la ligne ferroviaire reliant Oran à Bechar (700km) serait opérationnelle avant la fin du premier semestre 2010. Le ministre qui effectuait un voyage d'essai de cette voie ferrée reliant la ville de Tabia (30 km au sud de de Sidi Bel-Abbès) à Mechria (wilaya de Naama) sur une distance de 215 km, a indiqué que cette ligne, dont les différents tronçons ont été réalisés dans le cadre du programme de raccordement des villes du nord à celles du sud, était "stratégique et importante", en ce sens qu'elle assure le transport des voyageurs sur cet axe en six heures.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts