+ Reply to Thread
Page 7 of 71 FirstFirst ... 5 6 7 8 9 17 57 ... LastLast
Results 43 to 49 of 492
  1. #43
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Lundi 12 novembre 2007 -- La modernisation du réseau de chemins de fer se poursuit, avec le lancement du chantier d'électrification de la ligne ferroviaire de 64 km entre Thénia et Tizi-Ouzou. Le contrat, d’un montant de 450 millions d’euros, vient en effet d’être attribué à un groupement d'entreprises constitué de Texeira Duarte (Portugal), ETRHB (Algérie), Ozgun (Turquie) et Enyse (Espagne).

    Les quatre entreprises se sont engagées à livrer le projet dans un délai de 30 mois. L'objectif de cette électrification est de permettre aux trains de rouler à une vitesse de 160 km/h. Une fois le projet achevé, il mettra Thénia à moins d'une demi-heure de Tizi-Ouzou. L'électrification de la ligne ferroviaire qui relie Thénia à Tizi-Ouzou fait partie du grand projet de modernisation du réseau ferré national qui bénéficie d’une enveloppe de plus de 10 milliards de dollars.


  2. #44
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 18 novembre 2007 -- Près de 200 conducteurs de train, travaillant aux chantiers d’Alger, ont entamé hier une grève illimitée. Ils réclament un statut qui prenne en considération le risque que court cette catégorie de travailleurs. Leur prime de risque ne dépasse pas actuellement les 15 dinars par jour.

    Le mouvement de grève entamé hier par les conducteurs de trains de la Direction Régionale des Transports ferroviaires d’Alger a paralysé quatre lignes. Celles reliant Alger aux villes de Thénéa, El-Afroun, Chlef et Bordj Bou Arriridj. Les travailleurs s’attendent à ce que ce mouvement s’étende à d’autres wilayas. Les représentants de la branche syndicale ont justifié ce mouvement par leurs conditions de travail « pénibles ».

    Les conducteurs de trains sont quotidiennement confrontés, selon ces responsables, à toutes sortes de risques. « Nous avons recensé plus de 24 explosions terroristes durant l’année dernière. Il y a eu 14 déviations de wagons rien que pour le mois de septembre ». Les syndicalistes dénoncent les « tergiversations » de la direction qui n’a jusqu’à présent pas réglée leur situation.

    Les réclamations portent essentiellement sur la mise en place d’un statut particulier pour cette catégorie de travailleurs, une révision des différentes primes de transport, de panier, de kilométrage, ainsi qu’une augmentation substantielle de la prime de risque. Cette prime ne dépasse pas actuellement les 500 dinars par mois. Soit 15 dinars jour.


  3. #45
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 18 novembre 2007 -- Des conducteurs de trains qui ont entamé à Alger un mouvement de grève «inattendu», pour la revalorisation de leurs salaire et prime, ont décidé de le poursuivre. En raison du non aboutissement des négociations avec la tutelle « la grève va s'amplifier et elle sera généralisée à travers le territoire national » précisent les grévistes.

    Les conducteurs de trains de l'Algérois, qui s'estiment sous-payés par rapport à d'autres branches, ont entamé hier, un mouvement de protestation «sans avoir déposé au préalable, un préavis de grève». Cette situation a suscité la réaction de la direction régionale de la SNTF qui qualifie cette grève d'illégale. Les responsables de la SNTF ont précisé à travers un communiqué rendu public que «cet arrêt de travail inattendu d'un groupe de conducteurs de trains avait provoqué une très forte perturbation du trafic ferroviaire à Alger et dans sa périphérie». La direction de la SNTF dénonce ce qu'elle qualifie de grève « anarchique » qui a causé un préjudice pour les usagers du train de l'Algérois. Les responsables de la SNTF ont tenu à préciser, à travers leur communiqué, que les auteurs de ce mouvement ont déclenché ce mouvement en faisant fi de la réglementation. « Ils ont procédé au niveau du dépôt d'Alger au blocage des voies ferrées empêchant ainsi la sortie des locomotives programmées pour assurer la traction des trains », a précisé la SNTF.

    Si la direction régionale de la SNTF a dénoncé le fait que la grève soit enclenchée sans préavis au préalable, les conducteurs de trains quant à eux, disent qu'ils ont des arguments tangibles. « La direction avait un délai d'une année pour nous répondre par écrit sur une série de revendications, nous avions eu des promesses mais pas de faits et aucune réponse écrite », nous a précisé hier le représentant des conducteurs de trains de l'Algérois, M. Arab Mouloud. Et d'ajouter : « Si la grève est illégale, nos revendications par contre sont légitimes ». Pourquoi les conducteurs de trains n'ont pas déposé un préavis de grève ? Le représentant des grévistes affirme que «la direction refuse depuis plusieurs mois d'accuser réception des documents et lettres adressés par les conducteurs de trains à la direction, pourquoi donc déposer un préavis de grève puisque on n'aura pas notre accusé de réception ».

    Les grévistes revendiquent une revalorisation des primes. Les conducteurs de trains s'estiment sous-payés par rapport à d'autres branches. Les conducteurs qui se sentent lésés, expliquent que la majorité des entreprises ont eu une augmentation de salaires de 20 à 25 % , suite à la signature des conventions de branches en 2006. Sauf que les cheminots ont eu seulement 10 % à 5 % d'augmentation. Les revendications des conducteurs de trains tournent autour de 3 points. « Il y a eu des augmentations de la prime de panier pour d'autres secteurs, mais les conducteurs de trains n'ont pas bénéficié de cette prime puisque nous avons uniquement son équivalent qui est la prime de déplacement », a expliqué le représentant du groupe des grévistes. Il revendique également la révision de la prime de rendement qui, aujourd'hui, se limite à la prime de rendement kilométrique (PRK). Enfin, les conducteurs de trains exigent une prime de risque, argumentant qu'ils sont souvent exposés à des accidents. Notre interlocuteur ajoute : « je suis un chef mécanicien conducteur. J'ai 20 ans d'expérience et je suis classé en tant qu'un agent de maîtrise supérieur et avec les 5 % d'augmentation que je viens de toucher, mon salaire de base a atteint 14.000 DA seulement ».

    Pour le moment, les deux parties, direction régionale de la SNTF et grévistes, ne sont pas arrivées à un terrain d'entente. « Ce n'était pas des négociations mais le dialogue a pris la forme de menace », a expliqué Arab Mouloud en affirmant que le mouvement de grève va s'amplifier pour toucher dès aujourd'hui l'ensemble du territoire national.


  4. #46
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    November 18, 2007 -- Algiers railway workers started an unlimited strike, protesting the insufficient hazard pay they are offered - currently 500 dinars per month - in light of the dangers they face on the job, El Khabar reported on Sunday (November 18th). The strike paralysed four railway lines, between Algiers and al Afroun, Chlef, and Bordj Bou Ariredj and is expected to expand nationwide. Reportedly, there were 24 terrorist attacks on the railways in 2006, while 14 trains and wagons veered off course in September 2006 alone.


  5. #47
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Lundi 19 novembre 2007 -- La grève des conducteurs de trains, qui a débuté à partir du dépôt d'Alger, a touché également Constantine et Oran mais a été suivie à des degrés différents.

    Au dépôt de la région centre, le personnel roulant et les agents de maintenance observent leur grève depuis samedi. Selon les grévistes, aucune nouveauté n'est à signaler, si ce n'est la «généralisation de la grève qui touche désormais la quasi-totalité des ateliers de la région centre». Selon nos interlocuteurs, «l'activité observée n'est due en réalité qu'au remplacement des mécaniciens et des aides-mécaniciens». «Cette démarche ne fait qu'envenimer la situation», ont affirmé nos interlocuteurs, qui assurent que leur action spontanée est largement suivie, «ce qui dénote le ras-le-bol dans les rangs des cheminots qui comptent poursuivre leur mouvement jusqu'à la satisfaction de leurs revendications».

    D'autres grévistes rencontrés au dépôt de la maintenance d'El-Hamma affirment que les revendications du personnel roulant de la maintenance sont légitimes et légales et relèvent de la convention de branche. Alors ils se demandent: « Pourquoi le mutisme de la direction sur ce dossier des revendications, alors qu'il a été présenté depuis une année à la direction ?».

    En ce qui concerne la circulation des trains et le suivi de la grève, un membre du syndicat, Arab Mouloud, affirmera que «la direction use actuellement de subterfuges et de moyens détournés pour faire croire que la grève est un échec. En faisant travailler des personnes en dehors du corps des conducteurs, cela ne peut pas arranger les choses», dit-il.

    Quant à la direction régionale de la SNTF, qui a qualifié la grève d'illégale, elle a déposé plainte. La section syndicale du dépôt des cheminots d'El-Hamma est convoquée pour aujourd'hui devant le tribunal.

    Dans la région de Constantine, les conducteurs de locomotives, en signe de solidarité avec leurs collègues d'Alger, ont également entamé à partir de samedi un mouvement de grève, qualifiée d'illégale par les responsables de la direction régionale SNTF de Constantine. Comme pour tous les usagers du rail, ceux de Constantine ont dû se rabattre sur les autres moyens de transport. Au niveau national, trois trains sur quatre, dont le train-couchettes, assurant la liaison entre Constantine et la capitale, ont circulé normalement. Et si le service voyageurs a été perturbé durant la première journée du mouvement de protestation des conducteurs de locomotive, cela n'a pas été le cas pour la journée d'hier.

    Selon les affirmations des responsables, tous les trains à destination d'Alger ainsi que des banlieues devaient être assurés dans leur totalité par ces mêmes cadres (chefs de traction), ceci dans la perspective d'une reprise du travail qui sera probablement décidée au niveau central. Par ailleurs, la direction générale de la SNTF, précisent nos interlocuteurs, a déjà lancé des ordres de réquisition à l'intention des grévistes avec, dit-on, un dépôt de plainte auprès du tribunal administratif d'Alger, au motif que la grève serait illégale.

    Questionné sur le sujet, un syndicaliste opposé au mouvement de grève déclare: « Cet arrêt de travail fort impromptu n'a fait que torpiller nos démarches auprès de la direction générale ». Ceci parce que « la fédération a déposé le 3 novembre dernier une plate-forme de revendications auprès de la direction générale, avec en perspective une rencontre avec elle pour discuter justement de la revalorisation des salaires et la révision des indemnités, ceci dans le cadre de la convention collective. A Oran, 80 conducteurs observaient hier le mouvement de protestation. Même si cette action, selon une source syndicale à Oran, a été décidée sans consultation de la représentation d'Oran. Cette protestation s'est répercutée légèrement sur le trafic ferroviaire.

    Selon un responsable du département commercial de la direction régionale Ouest de la SNTF, les départs de trains à destination de Aïn Témouchent, Tlemcen, Sidi Bel-Abbès ainsi que les navettes à destination de l'Université ont eu lieu normalement. Le débrayage s'est fait sentir sur la ligne Oran-Alger, et ce dans les deux sens. Samedi, sur les 4 départs prévus vers la capitale, 3 ont été assurés alors que le premier, à savoir celui de 6h40, a été annulé à la dernière minute. Il était question également de suspendre celui de la mi-journée, mais finalement le train a pu quitter la gare. Au second jour de l'action de protestation, seul le premier départ a été annulé.


  6. #48
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Lundi 19 novembre 2007 -- Un groupement d'entreprises vient d'être choisi par l' Agence nationale algérienne d'études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (Anesrif) pour la modernisation de la ligne Thénia-Tizi Ouzou, ainsi que son électrification jusqu'à Oued Aïssi ; il s'agit de Teixeira-Duarte (Portugal), ETRHB (Algérie), Ozgun (Turquie) et Enyse (Espagne). Il faut dire dans ce contexte que le plan national de modernisation et de développement des chemins de fer lancé dans l'esprit du programme de relance économique de 2005 - 2009 est colossal. L'Etat a vu grand dans ce domaine en mobilisant un budget qui dépasse toutes les estimations connues jusque-là. Pas moins de 900 milliards de dinars, l'équivalent de 10 milliards de dollars, ont été, en effet, dégagés. En fait, le nouveau plan ferroviaire prévoit une densification dudit réseau dans le centre, l'est, l'ouest et le sud du pays. Pour ce faire, plusieurs chantiers sont actuellement en cours de réalisation. Cependant, rappelle-t-on, l'Agence nationale d'études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (Anesrif) est chargée de gérer cette modernisation. Elle est l'un des plus importants projets pris en charge par le gouvernement. Pour ce faire, l'Anesrif a été créée par décret n°05-256 en juillet 2005. L'Anesrif a démarré officiellement ses activités au mois d'avril passé.

    La mise en place de cette entité a permis à la Société nationale du transport ferroviaire (SNTF) de se consacrer pleinement à son métier de base, celui de l'exploitation du réseau national des chemins de fer. En se déchargeant de cette mission, l'entreprise publique devra se consacrer à son activité de manière à permettre une meilleure gestion de son parc de trains. L'Anesrif a aussi du pain sur la planche. A l'instar de l'Agence nationale des autoroutes et celle en charge des barrages, l'Agence nationale d'études, de suivi et de la réalisation des investissements ferroviaires (Anesrif) se doit de tout étudier et de bien sélectionner les partenaires qui auront à réaliser le programme de modernisation des voies ferrées : études de projets, confection et rédaction des avis d'appels d'offres, sélection des candidats, signature des contrats, suivi et exécution des programmes, les tâches sont diverses et multiples à la fois. Agissant pour le compte du ministère des Transports, cette Agence semble bien partie pour concrétiser son plan de charge. Il est utile de rappeler que l'Anesrif est un établissement public à caractère industriel et commercial, sous la tutelle du ministère des Transports. Il constitue un outil de management des chantiers ferroviaires ; son rôle est de veiller à la bonne réalisation des projets et de s'assurer de leur livraison dans les délais fixés.


  7. #49
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

+ Reply to Thread
Page 7 of 71 FirstFirst ... 5 6 7 8 9 17 57 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts