+ Reply to Thread
Page 21 of 21 FirstFirst ... 11 19 20 21
Results 141 to 142 of 142
  1. #141
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 19 Mai 2011 -- Selon le directeur général du Conseil d'affaires algéro-américain (USABC), Smail Chikhoune, des grandes entreprises américaines de l'industrie pharmaceutique vont proposer, lors d'une visite qu'ils effectueront à Alger en juin prochain, au gouvernement des projets d'investissement en Algérie. Mais, il a considéré, toutefois, qu'il est nécessaire de revoir la règle des 51/49%, régissant l'investissement étranger, pour que le marché algérien soit davantage attractif aux yeux des américains. "Il faut garder cette règle pour les hydrocarbures mais la revoir et l'alléger dans les autres secteurs d'activité", a estimé ainsi Smail Chikoune.

    "Toutes les grandes entreprises américaines de l'industrie pharmaceutique et biotechnologie seront à Alger les 8 et 9 juin pour faire une proposition au gouvernement algérien en matière de recherche et de développement, de formation, de l'innovation, de création de nouveaux laboratoires et de fabrication de médicaments", a-t-il indiqué encore jeudi sur les ondes de la Radio nationale. "Si ces projets aboutissent, l'Algérie va devenir une destination mondiale pour la recherche et le développement puisque le climat y est favorable et le potentiel humain existe pour faire du transfert de technologie", a-t-il souligné. Rappelant que l'expérience de créer un pôle mondial de la recherche et développement a déjà été menée par les américains à Singapour, Smail Chikhoune a affirmé que les chercheurs et les scientifiques algériens seront associés à ces projets qui permettront, selon lui, la création de "beaucoup d'emplois".

    Pour rappel, une trentaine d'hommes d'affaires américains effectueront à compter de samedi prochain une visite en Algérie au cours de laquelle ils se rendront dans plusieurs régions du pays comme Oran pour rencontrer des opérateurs économiques nationaux. Selon Smail Chikoune, les entreprises américaines seront également "très nombreuses" à prendre part à la prochaine Foire internationale d'Alger, a-t-il déclaré. "Les américains ne connaissent pas bien le marché algérien. C'est pour cela qu'il faut encourager les échanges de visites entre les opérateurs et les hommes d'affaires des deux pays", a-t-il suggéré. Il est à signaler en dernier lieu que les échanges entre l'Algérie et les Etats Unis ont atteint près de 16 milliards de dollars en 2010, dont 13,7 milliards de dollars d'exportations algériennes vers les USA et plus de 2,1 milliards de dollars d'importations.

  2. #142
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Nawel Merouane :


    Mercredi 25 Mai 2011 -- Les Etats-Unis affichent publiquement leur soutien à la réouverture de la frontière terrestre algéro-marocaine fermée depuis 1994. Le premier conseiller à l’ambassade américaine à Alger, William Jordan, a déclaré ce mercredi 25 mai à Oran que son pays était «favorable à la réouverture de cette frontière dans la mesure où une telle initiative contribuerait à la création d’une zone économique maghrébine». Cependant, un tel projet ne peut aboutir s’il n y a pas intégration des deux acteurs, a-t-il estimé. Des signes positifs laissent penser que cette réouverture de la frontière terrestre puisse être possible, a estimé M. Jordan. Il a ajouté que «la cessation des accusations de part et d’autre, l’échange de visites ministérielles entre les deux pays et les déclarations du ministre des Affaires étrangères algériens, Mourad Medelci sur le sujet sont très positifs et montrent que le débat est bien lancé. On espère que cela crée des conditions pour la réouverture des frontières», a-t-il dit.

    Sur les opportunités de coopération entre l’Algérie et les Etats-Unis, William Jordan a clairement exprimé la volonté de son pays d’investir et d’établir des relations commerciales en Algérie malgré le contexte politique actuel des pays arabes et maghrébins. «Cette mission était programmée il y a longtemps et n’a aucun lien avec les révolutions observées ces derniers mois dans les pays arabes», a-t-il dit. Sur les dernières réformes décidées par le président de la République, le premier conseiller souligne que «ces réformes sont de nature politique et nous souhaitons qu’elles soient accompagnées de réformes économiques». Le président de l’U.S.-Algéria Business Council, Ismael Chikhoune, présent également à cette rencontre, s’est longtemps étalé sur les projets en cours de négociation entre l’Algérie et les Etats-Unis. Il a cité le projet pour la réalisation de la rocade des hauts plateaux d’une longueur de 1.500 km, le projet pour la rénovation des locomotives diesel de la SNTF et enfin le projet de réalisation d’une usine de production de tubes à enrober anti corrosion.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts