+ Reply to Thread
Page 16 of 21 FirstFirst ... 6 14 15 16 17 18 ... LastLast
Results 106 to 112 of 146
  1. #106
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Bassma Karrasha:


    April 27, 2010 -- The program "Support to SMEs and information & communications technology management" (PME II) is co-funded by the European Union (40 million Euros) and the Algerian government (4 million Euros). It has been developed on the basis of the previous program "PME I" that, between 2005 and 2008, helped strengthening the competitiveness of more than 450 enterprises and financed the introduction of the first credit's guarantees for SMEs in Algeria. As for all EU cooperation programs, PME II aims to support and complement the existing national initiatives in the field of private sector development, namely the "National upgrading program for SMEs" implemented under the supervision of the Algerian Ministry of Small & Medium Enterprises and Crafts, the "National upgrading program for industrial enterprises" managed by the Ministry of Industry and Investment Promotion and "e-Algeria 2013", developed under the direction of the Ministry of Post & Telecommunications. The leaders of the program are the Algerian Ministry of Small & Medium Enterprises and Crafts and the European Commission. Nevertheless, is to be noted that the Ministry of Industry and the Ministry of Post & Telecommunications also play an important role in the coordination of PME II activities. In an interview with a Eurojar correspondent, Paolo Castrataro, team leader of the project's technical assistance, explained that this year PME II will provide direct support to around 100 SMEs selected on the basis of set of defined criteria and active in five chosen sectors: food and beverages, mechanics, construction materials, chemicals as well as electrical / electronics. He pointed out that the EU insisted on the selection of well established enterprises able to take a sustainable advantage from the support offered by the program. Thus, the enterprise’s turnover should be 100 million of Dinars minimum (1 million euro) - 50% of which must result from a transformation industrial activity - and the SME should employ a minimum of 20 employees - of which at least 3 executives. According to Castrataro, the intervention proposed by the experts is based on a global approach tailored on the specific needs of each SME. In fact, this "pilot actions" aim to accompany the modernization of different fields, such as the economic, financial, production ones as well as the development of human capital and the use of ICTs within SMEs.

    Global approach

    Paolo Castrataro also underlined that, although the program focuses mainly on SMEs, it also provides support to national ministries, quality institutions and sectoral organizations/associations. In fact, PME II extends its support to the environment of each enterprise, as the latter would not be able to develop its activities and compete in export markets, if its environment is not prepared for such development. As for the quality control, during the next months, 20 Algerian laboratories will be accompanied in the process of ISO certification which will give them the ability to issue certificates directly without having to rely on international labs. Not to mention that this development will enable enterprises to save money and time, to better control the market, to enhance their competitiveness and to secure an equitable development. Among the organizations who will benefit of the program we can find the national office of normalization (IANOR), the office in charge of accreditation (ALGERAC) or the one responsible for legal metrology (ONML). In addition, the program has also launched three business plans for the establishment of three sectoral technical industrial centers (CTI) whose role will be to carry out researches and analysis with a view of monitoring the market and strengthen the Algerian private sector. Castrataro also explained that the preparation of these business plans will require substantial support of the Algerian government who has the final responsibility for the establishment of those centers. On a more general level, the program, in agreement with the different national institutions, has developed an agenda of capacity building and training sessions. For example, concerning the National Agency for the Development of SMEs (ANDPME), the objective is to endorse its institutional reform, by simplifying administrative procedures, creating media programs addressed to institutions, establishing an online (Internet) application system, training its top executives to use modern methods of work, as well as strengthening ties with professional organizations. Currently, the project team is conducting an evaluative study on Algerian SMEs that would lead to the establishment of a valuable data base enabling the private consultants to focus their activities on the real existing needs of SMEs.

    Caravan for SME

    As for the supports offered to the Ministry of Small & Medium Enterprises and Crafts, Mr. Abdeldjallil Kassoussi, national project director, said that PME II is helping to launch the “Caravan for SMEs” whose aim will be to establish direct contact with SMEs in the many Algerian provinces to inform them on the possibilities offered by the national private sector support program. Today, the 430,000 SMEs active in Algeria contribute to 70% of national non-hydrocarbon GDP and employ more than 1.4 million people; aware of the important role that SMEs play, one of the main government objectives for the next five years will be to help the creation of 200,000 new SMEs. Nevertheless, the SME sector is still facing several problems, as for example the access to funding in response of which, a few years ago, the government, with the support of PME I, created the "SME Credit Guarantee Fund" (FGAR) with a budget of 30 billion Dinars (300 million Euros), and the "Risk Capital Fund" of 3.5 billion Dinars (35 million Euros). The development of small businesses in Algeria has still a long road to go, nevertheless, the initiatives taken by the government, and supported by the European Union, will surely offer to the sector the opportunity to move forward.

  2. #107
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 28 Avril 2010 -- La réglementation définissant les normes et les procédures du Système de préférences généralisées (SPG) de l’Union européenne expire le 31 décembre 2011, indique un communiqué de la délégation européenne en Algérie transmis à notre rédaction. «À travers cet accord commercial, l’UE offre un accès préférentiel à son marché à 176 pays en développement, sous forme de tarifs réduits pour les marchandises entrant sur le marché européen», selon la même source. Cette dernière précise que le SPG est un élément important dans le soutien actif de l’UE au développement durable des pays en voie de développement. La Commission européenne ajoute dans son communiqué qu’elle a lancé, le 27 mars dernier, une consultation publique en ligne afin d’obtenir les commentaires des parties intéressées. «Cette consultation se veut une contribution au travail de la Commission pour préparer la proposition au Conseil et au Parlement européens de la nouvelle réglementation», indique-t-on. «La consultation est destinée à toutes les parties ayant un intérêt pour le SPG de l’UE, en particulier dans les pays tiers, y compris ceux qui bénéficient du SPG», peut-on lire dans le même communiqué. Les réactions, commentaires et questions peuvent être envoyées à la délégation de l’Union européenne en Algérie qui les transmettra aux services concernés de la Commission. Cette consultation est placée sous la responsabilité de la Direction générale du commerce et est ouverte jusqu’au 31 mai 2010.

  3. #108
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 28 Avril 2010 -- L’Algérie est classée, avec le Liban et la Palestine, parmi les trois derniers pays de la Méditerranée en matière d’application des principes communs de la charte euro-méditerranéenne pour l’entreprise, selon Mohamed Kirat, directeur du programme Zones industrielles au ministère de l’Industrie. La charte adoptée par les ministres de l’Industrie en 2004, dans le cadre du processus de Barcelone, est considérée comme un élément clé guidant la politique des gouvernements à l’égard du secteur privé. «Mais l’adhésion aux principes de la charte est un engagement politique qui permet au pays d’accéder à la zone de libre-échange, mais ne représente aucune contrainte juridique», a-t-il expliqué hier à la presse lors d’une journée consacrée à l’évaluation de la charte. Pour ce responsable, l’Algérie a du mal à appliquer les principes de la charte Euromed compte tenu de ses spécificités qui la différencient de ses voisins du Maghreb et même des autres pays de la Méditerranée. D’abord, c’est une économie basée sur les hydrocarbures, les entreprises publiques représentent toujours l’essentiel de son économie et les banques publiques constituent la quasi-totalité de son système bancaire. «Nous avons donc besoin de temps pour se conformer au concept de la charte Euromed», a-t-il estimé. Il a précisé qu’il s’agit de la troisième évaluation interne de la charte Euromed. «Nous voulons impliquer toutes les parties prenantes que sont les institutions publiques, les ministères, les centres de formation et les banques pour avoir une meilleure appréciation des textes de la charte, de leur applicabilité et de leur portée sur l’économie du pays», a-t-il expliqué. Les propositions d’amendements de la charte Euromed, présentées lors de cette évaluation interne par la partie algérienne, notamment concernant le volet de l’environnement et de l’innovation, seront transmises aux pays membres d’Euromed qui seront représentés par leur ministre de l’Industrie lors de la conférence qui se tiendra à la mi-juin à Bruxelles.

    Des progrès en matière de facilitations de création d’entreprise

    Rebondissant sur le degré d’application de la charte par l’Algérie, M. Kirat a considéré que le pays a progressé en matière de facilitations de création d’entreprises et de leur financement. Comme le dit la charte qui préconise des procédures simples avec une réduction des délais, des coûts, du nombre de formalités et du capital minimum pour créer une société. Par contre, beaucoup reste à faire en matière d’éducation pour l’esprit d’entreprise, tel que recommandé par la charte. Celle-ci préconise, en effet, les connaissances générales sur l’entreprise, les attitudes entreprenariales, les compétences nécessaires qui devraient être développées à tous les niveaux scolaires. Des modules spécifiques à la gestion d’entreprise devraient devenir un élément fondamental des systèmes d’enseignement, dans les collèges, les lycées et à l’université. L’objectif est de développer les initiatives entreprenariales des jeunes et des programmes de formation appropriés pour les dirigeants de petites entreprises. Sur ce point, M. Kirat a confirmé que «les décrets existent tout en regrettant l’absence de textes juridiques d’application». La formation d’associations patronales fortes est également parmi les points faibles de l’Algérie. Le pays n’arrive pas à avoir des formations capables de représenter et de défendre les intérêts des PME ou de les aider à développer leurs compétences et leur efficacité.

  4. #109
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Bassma Karrasha:


    April 30, 2010 -- Through "EAU1", a European Union funded program, Algeria aspires to protect its water resources and to provide a sustainable answer to water supply and management issues. This program is in line with all projects the Algerian government is implementing to improve its water sector performance. Algeria's water strategy constitutes an efficient tool for achieving its water sector development objectives: thus, the modernization of the water sector will facilitate water resources management efforts. The Minister of water resources Abdel Malek Slal has announced during the EAU1 Agreement signing ceremony in 2006 that the National Water Plan and the projects conceived at that time were drawn up to meet Algeria’s water needs until 2025.

    With an overall budget of 20 million Euros, this EU-funded program aims at supporting Algeria’s reform that covers three main areas of work: updating the National Water Plan, strengthening the institutional, regulatory, juridical, financial, human, information and communication frameworks and introducing qualitative and quantitative planning instruments.

    Within the framework of the first component, the updating of the National Plan will allow, by the end of 2010, to put in place strategic planning and investment development mechanisms till the year 2030 on the basis of reforms launched in the fields of regulation, concession systems and administration refocusing on state duties.

    Within the framework of the second component, 45 decrees of water law number 12-05 were prepared; many of which were published. 150 senior executives attended training sessions. A communication plan was set on the basis of a survey on consumers’ perception regarding water services conducted among 1700 households, 320 farmers and 300 enterprises. A TV spot on water economy is under way. A book on Algerian dams and a documentary film on the water sector’s achievements were elaborated in English and in French and widely distributed at fairs and exhibitions. Another action consists of the modernization of the whole information and communication system between the Ministry, its services and agencies, by establishing geographic information and database archive systems.

    Within the framework of the third component, 4 laboratories specialized in microscopic organic and non organic pollutants detection were provided with modern equipments, to ensure that drinking water quality standards are respected. On another hand, and in view of recent climate catastrophes occurred in Algeria, the program allowed implementing a pilot project that aims at managing a flood alert system in the province of Sidi Bel Abbès in order to reduce alert delay time, thanks to a control unit and a telephone hotline connected to the local authorities of the wilaya.

    The Algerian financial contribution exceeded the 6.5 million Euros anticipated during the signing of the financing convention. It reached more than 10 million Euros, which means that the Algerian government is giving special attention to this program, paving thus the way for bilateral negotiations on a new EU development program.

  5. #110
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Merouane Mokdad :


    Jeudi 6 Mai 2010 -- La date de la prochaine réunion du conseil d’association Algérie-Union européenne(UE) vient d’être fixée. Elle aura lieu le 15 juin 2010 à Bruxelles. L'occasion pour les deux parties de passer en revue l’application de l’accord d’association entré en vigueur en septembre 2005. Prévue dans les textes, la clause de rendez-vous est mise en pratique chaque cinq ans. Selon nos informations, la partie européenne va notamment soulever la question du retard enregistré par l’Algérie dans le démantèlement tarifaire. L’Algérie profitera de cette réunion pour exiger l’amendement de certaines dispositions de l’accord d’association. Il s’agit, entre autres, de propositions relatives aux contingents de produits algériens exportés vers l’Europe sans droits de douane. El Hachemi Djâabou, ministre du Commerce, a soutenu, dans une précédente déclaration que les normes imposées à certains produits agricoles et de pêche étaient inaccessibles pour les exportateurs algériens. «Ce rendez-vous va nous permettre d’ajuster et de revoir les dispositions de cet accord pour instaurer un système gagnant-gagnant», a-t-il indiqué. Alger attend également que l’UE officialise par écrit l’accord sur le prix du gaz paraphé par les deux parties. Côté européen, on estime que l’Algérie doit se préparer à la révision de la longue liste des produits admis au démantèlement tarifaire mais également aux négociations agricoles. Fort importantes pour l’Europe, ces négociations doivent commencer en septembre 2010. Elles risquent de durer compte tenu des enjeux liés à ce secteur.

  6. #111
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Merouane Mokdad :


    Jeudi 13 Mai 2010 -- L’Algérie se prépare à entamer les difficiles négociations agricoles avec l’Union européenne (UE) à partir de septembre 2010. Pour l’instant, rien n’a filtré sur les demandes algériennes dans ce dossier stratégique. «Au moment des négociations, vous saurez ce que nous allons demander. Il est clair que l’amélioration de la production et de la sécurité alimentaire est intimement liée à la souveraineté nationale», a déclaré, jeudi 13 mai, Rachid Benaissa, ministre de l'Agriculture. Le ministre s’exprimait en marge d’une cérémonie de signature d’un accord-cadre de financement entre l’Office algérien interprofessionnel des céréales(OAIC) et la Banque de l’agriculture et de développement rural (BADR). Même marquées de prudence, ces déclarations annoncent la ligne dure que va adopter l’Algérie pour limiter les effets du démantèlement tarifaire relatif aux produits agricoles. «Nous ne voulons pas fermer. Nous voulons améliorer nos capacités de production. Nous avons constaté que lors de la crise alimentaire de 2008, les systèmes de régulation ne fonctionnent pas toujours. Certains pays ont refusé de vendre le riz malgré les accords qui les liaient à d’autres pays. Cela donne à réfléchir. Il faut agir en conséquences», a souligné Rachid Benaissa. Le ministre a suggéré que l’Algérie ne va pas négocier en bloc. Autrement dit, le pays entend bien retenir la leçon des «mauvaises» négociations sur la libéralisation du marchés des produits industriels lors de l’élaboration de l’accord d’association avec l’UE, entré en vigueur en 2005. Selon le ministre des Finances, Karim Djoudi, l’Algérie a enregistré 2 milliards de dollars de pertes fiscales en raison de l’application de l’accord d’association. Une évaluation de l’application de cet accord se fera le 15 juin prochain à Bruxelles lors de la réunion du Conseil d’association Algérie-UE. Avant cela, Stefan Füler, le commissaire européen en charge de l’élargissement et de la politique de bon voisinage fera, le 19 mai, un déplacement à Alger, le premier genre, pour préparer le terrain à cette réunion qualifiée d’importante des deux côtés.

  7. #112
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 13 Mai 2010 -- L'Algérie plaidera pour la révision de l'accord d'association avec l'Union européenne (UE) lors du 5ème conseil d'association le 15 juin à Bruxelles, a indiqué jeudi à Alger le ministre du Commerce El-Hachemi Djaaboub. « Nous allons voir dans quelle mesure nous pouvons demander la révision des clauses (de l'Accord d'association avec l'UE, ndlr) pour qu'elles soient plus équitables entre l'Algérie d'une part et les Etats membres de l'UE d'autre part », a déclaré M. Djaaboub aux journalistes en marge d'une séance plénière de l'APN. L'accord d'association Algérie-UE qui est entré en vigueur le 1er septembre 2005 prévoit la mise en place d'une zone de libre échange à l'horizon 2017. « Nous avons constaté des anomalies et des imperfections dans l'application de cet Accord. Chaque secteur a donc présenté son rapport sur cette mise en œuvre au ministre des Affaires étrangères qui portera ces documents à Bruxelles », a-t-il ajouté. L'Algérie compte renégocier avec l'UE certaines clauses de l'accord d'association en vertu de la clause dite de « rendez-vous ». Elle se plaint notamment des normes imposées par l'UE pour les exportateurs algériens et de la faiblesse des investissements européens.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts