+ Reply to Thread
Page 2 of 9 FirstFirst 1 2 3 4 ... LastLast
Results 8 to 14 of 59
  1. #8
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Ali Idir :


    Lundi 28 Juillet 2008 -- L'Algérie bientôt exportateur de sucre. La production nationale devrait dépasser le cap des deux millions de tonnes par an à partir de 2009, avec l'extension par Cevital de sa raffinerie de sucre de Bejaia dont la capacité sera portée à 1,8 millions de tonnes par an. Deux autres producteurs assurent une production annuelle d'environ 150.000 tonnes par an.

    Après avoir conquis le marché national du sucre, Cevital vise désormais l'exportation de ce produit vers les marchés extérieurs. Pour y arriver, le premier groupe privé algérien par le chiffre d'affaires devrait inaugurer fin 2008 une nouvelle raffinerie de sucre d'une capacité annuelle d'un million de tonnes à Bejaia, la plus grande au monde. Cette nouvelle installation dont l'investissement avoisine les 60 millions d'euros portera les capacités de production de sucre de Cevital à 1,8 millions de tonnes par an.

    Une telle capacité permettrait au groupe privé de satisfaire une grande partie de la demande nationale estimée à 1,1 millions de tonnes et de dégager 800.000 à 900.000 tonnes de sucre par an à l'export. Un excédent que le groupe Cevital veut exporter vers les marchés européens et africains. "A partir de 2009, l'Algérie pourrait devenir exportatrice de sucre et l'Europe deviendra importatrice", explique à toutsurlalgerie.com le PDG de Cevital, Issaâd Rebrab.

    Mais l'accord d'association entre l'Algérie et l'Union européenne (UE) en vigueur depuis septembre 2005 ne permet pas aux producteurs nationaux d'exporter leur sucre vers l'Europe. Cet accord donne droit aux pays de l'UE d'exporter un quota de 150.000 tonnes de sucre par an vers notre pays, mais ne permet pas à l'Algérie d'exporter du sucre vers l'Europe. «Nous avons demandé la révision de cet accord de libre échange pour nous permettre d'exporter du sucre vers l'UE, ajoute M. Rebrab. Notre philosophie dans tous les secteurs est de satisfaire d'abord le marché national et de dégager un excédent pour l'exportation».

  2. #9
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lagos, Nigeria, August 13, 2008 -- One of the listed companies on the Nigerian Stock Exchange (NSE), Dangote Sugar Refinery Plc, said on Tuesday that it would open a factory in Algeria next year in line with its expansion strategy.

    "Last year we started exporting our products to Ghana and some landlocked countries such as Mali and Guinea through Senegal as part of our expansion drive," the company's Chief Executive Officer (CEO), Abdullahi Sule, said.

    "We have already started the construction of a factory in Algeria, we hope to commission it in 2009," Sule told investors and stockbrokers on Tuesday while presenting the "Facts Behind the Figures" at the bourse.

    He said the company, which was under the Food/Beverages and Tobacco sub-sector of the bourse, had bought 75% stake in Savannah Sugar Company, which was established by the Nigerian government in1980 but later became moribund and was then privatised.

    Dangote started in 1978 as a family sugar trading company and was listed on the NSE in 2007.

    Its core business is sugar refinery and marketing, exporting to countries in the West Africa sub-region and the North Africa.

    It is strategically located in Apapa, the industrial hub of the commercial city of Lagos, South-west Nigeria, enjoying the proximity to the sea ports at Tin Can Island and Apapa.

    According to the CEO, the company's fortune has increased over the years with production rising to 469,000 from 434,000 tonnes in the first six months of 2008 due to "an efficient and focused management team".

    Sule also said the company's financial standing was healthy, with turnover for the first six months of the year reaching 43 billion naira as against 40 billion naira recorded within the same period last year (US$1=118 naira).

    Eight billion naira was paid as dividends in 2007, increasing to 10.2 billion naira in the first six months of 2008.

    "We hope to sustain and surpass current profitability. This is a company that has moved from a net borrower to a net depositor of funds. For our expansion drive we already have in the kitty US$150 million to finance the Algeria project. As far as resources are concerned, the company is on a sound financial footing. We do not intend to raise more money from the market," Sule said.

    Nigeria, according to the CEO, has a very low sugar consumption rate compared to other countries within the West Africa sub-region.

    Nigeria has 7.5 kilogram per capita consumption rate, Ghana has 15 kg while Algeria has the highest consumption rate in Africa with 35kg.

    Brazil, the world's largest producer of sugar, consumes 56kg per capita.

    An official of the NSE, who stood in for the Director-General, Binus Yaroe, noted that the sugar market in Nigeria is huge because of its population of 140 million.

    He commended the company's initiative of expanding its market beyond Nigeria.

  3. #10
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 16 Août 2008 -- L’industrie du sucre connaît un regain de dynamisme et aiguise l’appétit de nombreux investisseurs. Ainsi, après le groupe saoudien Savola qui a finalisé en 2007 un accord avec le gouvernement pour l’investissement de 140 millions d’euros pour la création d’une grande unité de raffinage de sucre dans la région d’Oran, c’est au tour des Nigérians de s’intéresser à ce créneau. Dans ce sens, Dangote Sugar Refinery Plc, une des sociétés cotées à la Bourse du Nigeria (NSE), a déclaré mardi qu’elle allait ouvrir une usine en Algérie l’année prochaine, conformément à sa stratégie d’expansion. Le directeur général de la compagnie, Abdullahi Sule, a ainsi affirmé que son groupe a «déjà commencé la construction d’une usine en Algérie, nous espérons qu’elle entrera en service en 2009”. Il a indiqué que la compagnie, qui figurait dans le sous-secteur alimentation/Boissons et Tabac de la Bourse, avait acheté 75% des parts de la société Savannah Sugar, créée par le gouvernement nigérian en 1980, mais qui avait fini par faire faillite avant d’être privatisée.

    Dangote a démarré ses activités en 1978 comme une entreprise familiale de commerce du sucre et a été cotée en Bourse en 2007. Ses principales activités sont le raffinage et la commercialisation du sucre, ses exportations sont orientées vers les pays de la sous-région d’Afrique de l’Ouest et l’Afrique du Nord. Elle est stratégiquement située à Apapa, le centre industriel de la capitale économique Lagos, dans le sud-ouest du Nigeria et profite de la proximité des ports maritimes de Tin Can Island et Apapa. Selon le directeur général de la société, les bénéfices de la compagnie ont augmenté au fil des ans, sa production étant passée de 434 000 à 469 000 tonnes de sucre au cours du premier semestre de 2008 grâce à une “équipe directoriale efficace et déterminée”.

    M. Sule a ajouté que le classement financier de l’entreprise était bon, avec un chiffre d’affaires pour les six premiers mois de l’année qui a atteint 43 milliards de nairas, contre 40 milliards de nairas enregistrés au cours de la même période l’année dernière (1 dollar US = 118 nairas). Huit milliards de nairas ont été versés au titre des dividendes en 2007 et 10,2 milliards de nairas au premier semestre de 2008. “Nous espérons maintenir et dépasser le taux de rentabilité actuel. Nous sommes une entreprise qui est passée du statut d’emprunteur net à celui de déposant net. Pour notre programme d’expansion, nous avons déjà dans notre escarcelle 150 millions de dollars pour financer le projet en Algérie. En ce qui concerne les ressources, la compagnie est dans une bonne situation financière. Nous n’avons pas l’intention de tirer plus d’argent du marché”, a indiqué M. Sule.

  4. #11
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Lundi 29 Septembre 2008 -- A l'approche de l'Aïd El-Fitr, les prix de certains produits utilisés dans la confection des gâteaux et pâtisseries notamment le sucre, la margarine, le s'men et les cacahuètes ont connu une brusque envolée au grand dam des ménages. Première conséquence de cette hausse inattendue des prix des ingrédients entrant dans la confection des gâteaux, les boulangeries et les pâtisseries ont décidé à leur tour de revoir leurs tarifs à la hausse. Les consommateurs accusent la spéculation d'être à l'origine de cette flambée des prix, alors que du côté des commerçants on assure que cette envolée est due à une forte tension sur les ingrédients de base des gâteaux et pâtisseries.

    Le sucre a été le premier a être frappé par cette envolée. Son prix au détail qui oscillait, il y a seulement quelques jours, entre 50 et 60 dinars le kilo, a fait le grand saut pour atteindre les 80 dinars le kilo. Les détaillants pointent du doigt les grossistes qui auraient décidé subitement de revoir leurs tarifs à la hausse. Le prix de gros du sac de 50 kg de sucre, cédé il y a juste une semaine à 2.900 dinars, a pris 600 dinars de plus pour atteindre les 3.500 dinars. La hausse de la demande ne peut à elle seule justifier cette hausse considérable des prix d'autant que les quantités existantes sur le marché peuvent facilement couvrir les besoins.

    Autre thèse évoquée par les commerçants, la hausse des prix de cette matière sur les marchés internationaux. Après une légère baisse au début du mois, les prix du sucre sur les marchés internationaux sont repartis à la hausse poussés par «des achats de couverture liés à l'expiration prochaine du contrat d'octobre», selon les spécialistes. La tonne de sucre blanc pour livraison en décembre est proposée à 404 livres à Londres contre 377,70 livres sept jours plus tôt. Sur le marché américain, la livre de sucre brut pour livraison en mars valait 14,59 cents la livre, contre 13,60 cents pour l'échéance d'octobre. Cette hausse subite des prix du sucre sur les marchés internationaux a été mise à profit par les importateurs pour justifier la révision à la hausse de leurs tarifs. Les fournisseurs veulent profiter au maximum de cette tendance avant la stabilisation des cours sur les bourses, affirme un connaisseur.

    Le sucre n'est pas la seule matière touchée par l'envolée des prix mais d'autres ingrédients entrant dans la confection des gâteaux traditionnels comme la farine, l'huile, le beurre et la margarine sont touchés. Les mêmes arguments sont avancés par les commerçants qui se rejettent la balle. Tantôt on parle de forte demande, tantôt on accuse une rupture de stocks ou des retards dans le dédouanement.

  5. #12
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Dimanche 26 Octobre 2008 -- Le groupe privé Cevital a investi 30 millions d'euros dans la plus grande raffinerie de sucre du pays, ce qui permettra de quasiment doubler la production de sucre de l'Algérie qui sera alors en position d'exporter ce produit, a annoncé son président Issaâd Rebrab. «Nous avons réalisé une extension de notre raffinerie de sucre à Bejaia dont la capacité de production passera dès 2009 à 1,8 million de tonnes de sucre par an, contre 800.000 tonnes actuellement», a déclaré M. Rebrab à l'AFP. L'Algérie produit actuellement 950.000 tonnes par an de sucre entièrement destiné au marché local, dont les besoins avoisinent le million de tonnes par an.

    Le groupe Cevital a investi 30 millions d'euros dans l'extension de la raffinerie de Bejaia et table sur de faibles coûts de production pour atteindre les marchés étrangers. Grâce à cette augmentation de la production, Cevital (agroalimentaire, industrie, services, construction) pense en effet "dégager un excédent de 900.000 à 950.000 tonnes de sucre à l'exportation et l'Algérie sera donc en position d'exporter ce produit à partir de 2009", a ajouté M. Rebrab. L'Algérie, qui ne dispose pas de sucreries, importe tout le sucre roux dont elle a besoin pour le raffiner.

  6. #13
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    October 28, 2008 -- Algeria intends double its sugar production to nearly two million tonnes per year, AFP reported on Tuesday (October 28th). The chairman of private group Cevital was quoted by AFP as saying that production at the sugar refinery in Bejaia will increase next year.

  7. #14
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 21 Janvier 2009 -- El Khabar a appris de sources bien informées que quatre bateaux chargés de plus de 20 mille tonnes de sucre importé de l’Union Européenne sont en mouillage au niveau du port d’Oran depuis plus d’une semaine. Les services des Douanes ont découvert une tentative de fraude durant les procédures Douanières et du dépôt des documents, avant même que les bateaux n’accostent au port. Cette affaire reflète une guerre non déclarée entre les grands importateurs pour bénéficier des exonérations Douanières introduites dans l’accord d’association entre l’Algérie et l’Union Européenne. Les services des Douanes au niveau du port d’Oran ont décidé de geler les procédures de dédouanement des marchandises, consistant à plus de 20 mille tonnes de sucre, appartenant à un importateur algérien, jusqu’à ce qu’à la fin de l’enquête sur ce que ces services ont qualifié de « dépassements enregistrés dans cette affaire ». Les mêmes sources ont ajouté à El Khabar que cette affaire a été caractérisée par plusieurs dépassements et se sont demandées comment on a effectué la visite et les analyses de cette marchandise avant même qu’elle ne soit déchargée au niveau du port. Nos sources ont également révélé une autre contradiction dans cette affaire, à savoir la soumission des dossiers des quatre bateaux à un seul inspecteur au lieu de les soumettre à quatre inspecteurs différents.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts