+ Reply to Thread
Page 7 of 9 FirstFirst ... 5 6 7 8 9 LastLast
Results 43 to 49 of 59
  1. #43
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Hamid Guemache :


    Mardi 11 Janvier 2011 -- Les importateurs de sucre sont les grands gagnants de la révolte des jeunes qui a fait au moins trois morts, de nombreux blessés et causé des centaines de millions de dollars de dégâts matériels. Ils ont obtenu du gouvernement un cadeau inespéré : une suppression de toutes les taxes sur l’importation de sucre blanc, soit un total de 52,1%. Avant les émeutes, le sucre blanc d’importation était frappé de 30% de droits de douane et de 17% de TVA. Aujourd’hui, les taxes sur le sucre blanc importé sont nulles. Les producteurs locaux de sucre ont obtenu la suppression de la TVA (17%) sur le sucre blanc (produit fini qu’ils produisent) et 5% de droits de douane sur le sucre roux (matière première pour la fabrication du sucre blanc). Le lobby des importateurs a donc une nouvelle fois gagné contre les producteurs locaux. En fait, c’est une bataille pour le contrôle du marché du sucre (1,1 million de tonnes par an) qui a donc débordé sur le terrain social provoquant des émeutes meurtrières. Le lobby des importateurs n’a pas cessé ces derniers mois de dénoncer la décision du gouvernement prise en septembre dernier de rétablir les droits de douane sur le sucre importé de l’Union européenne.

    La décision de supprimer les taxes sur le sucre importé va coûter cher à l’Etat qui doit débourser de l’argent pour financer le plafonnement des prix. En outre, les raffineries de production de sucre blanc risquent de souffrir de cette décision. Si Cevital, par la dimension gigantesque de ses capacités semble à l’abri, trois raffineries privées situées à Mostaganem, Khemis Miliana et Guelma risquent de fermer. La cause ? Leur sucre ne sera pas concurrentiel devant le sucre importé. Autre anomalie dans les mesures prises par le gouvernement : le maintien des taxes à l’importation sur l’huile de table et la suppression des droits de douane sur l’huile brute et de la TVA sur le produit final fabriqué localement. Le lobby des importateurs de sucre a‑t‑il des intérêts dans l’industrie de transformation de l’huile ? Pourquoi le gouvernement a-t-il supprimé les taxes à l’importation sur le sucre et ne l’a‑t‑il pas fait pour l’huile ? Les deux produits sont pourtant touchés par la hausse vertigineuse des prix, à l’origine de la contestation sociale. Mystère.

  2. #44
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Ali Idir :


    Mardi 11 Janvier 2011 -- Cafouillage dans l’application des mesures prises par le gouvernement pour plafonner les prix du sucre et de l’huile. Selon nos informations, la direction des fraudes du ministère du Commerce a demandé mardi 11 janvier à Cevital de s’expliquer sur sa décision de baisser les prix du sucre et de l’huile au lendemain de la conclusion de l’accord sur le plafonnement des prix de ces deux produits. Le ministre du Commerce, Mustapha Benbada a annoncé dimanche dernier le plafonnement du prix du kilogramme de sucre blanc à 90 dinars et celui du bidon d’huile de 5 litres à 600 dinars. Contacté par TSA, le président de Cevital, Issad Rebrab s’explique : «nous avons tout de suite appliqué la décision du gouvernement de plafonner les prix de ces produits. Cevital s’était engagé à le faire. Il l’a fait». Cevital a décidé de fixer le prix du kilogramme de sucre à 69,50 dinars et celui du bidon d'huile à 495 dinars. Des prix inférieurs donc aux quotas imposés par le gouvernement et c'est ce qui a suscité cette demande d'explication. «Nous avons soustrait les taxes supprimées par le gouvernement aux anciens prix», a ajouté M. Rebrab.

  3. #45
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Mercredi 12 Janvier 2011 -- L'Algérie a importé pour plus d'un milliard de dollars de sucre roux et d'huiles brutes en 2010, deux produits dont les prix ont flambé, entraînant des émeutes meurtrières, ont indiqué mercredi 12 janvier les douanes. Les importations de sucre roux ont atteint 1 million de tonnes pour un montant de 495 millions de dollars et celles des huiles brutes 625.743 tonnes pour un montant de 580 millions de dollars, selon les chiffres provisoires des douanes fournis à l'agence APS. Ces sommes représentent environ un sixième de la facture des importations des biens alimentaires de l'année 2009, estimée à près de 6 milliards de dollars.

  4. #46
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Rafik Tadjer :


    Mercredi 12 Janvier 2011 -- La guerre des prix du sucre et de l’huile est lancée. Le gouvernement a annoncé, dimanche 9 janvier, que le sucre coûtera 90 DA le kilo et le bidon de 5 litres d’huile 600 DA dès la fin de cette semaine. Le groupe Cevital, premier producteur algérien de ces deux produits, va plus loin en annonçant mercredi une forte baisse de ses prix sur le sucre et l’huile : «À la suite des dernières décisions du gouvernement d’exonérer les produits alimentaires de large consommation des droits de douanes (5%) et de la TVA (17%), Cevital a immédiatement répercuté l’intégralité de ces baisses consenties par les pouvoirs publics pour stabiliser les prix de l’huile et du sucre sur le marché», précise un communiqué de Cevital. Cevital propose ainsi le kilogramme de sucre à 74,50 DA. S’agissant du sac de 50 kg de sucre, le prix du kilogramme tombe à 69,50 DA. Les prix de l’huile connaissent également de fortes baisses : 495 DA pour le bidon de 5 litres, 210 DA pour la bouteille de 2 litres et 110 DA pour celle d’un litre. «Cevital invite tous les opérateurs de la distribution, y compris les détaillants à ne pas dépasser les prix aux consommateurs fixés par le gouvernement à 90 dinars le kilo de sucre et à 600 dinars le bidon de 5 litres d’huile», conclut le communiqué.

  5. #47
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samy Cherroud :


    Mercredi 12 Janvier 2011 -- «Il n’est pas normal que les Algériens dépendent de cinq personnes pour la consommation du sucre !», a déclaré ce mercredi 12 janvier, le ministre d’Etat et représentant personnel du président de la république à la chaîne 1 de la radio nationale. Invité à commenter les derniers événements vécus en Algérie, Abdelaziz Belkhadem s’est prononcé contre le monopole que ce soit celui de l’Etat ou celui de personnes sur n’importe quel produit de large consommation. Selon lui, c’est ce monopole qui est à l’origine de la spéculation qui a causé la hausse des prix du sucre et de l’huile.

    Interrogé au sujet de l’éventualité d’une instrumentalisation des émeutes par les barons qui détiennent le monopole de l’importation et de la production de ces produits, l’invité de la radio n’a pas écarté cette possibilité. «Il se peut qu’il y ait de la manipulation mais s’agit‑il vraiment d’émeutes à cause des prix du sucre et de l’huile ?», s’interroge Belkhadem. Ce dernier reconnaîtra presque la difficulté de s’attaquer au commerce informel et déclare qu’ «il n’y a pas d’inconvénient à ce que l’activité de ces jeunes soit encadrée lorsqu’elle ne dérange pas». Belkhadem dénonce, par ailleurs, la désinformation de certains médias qui parlent d’émeutes «de la faim». Il reconnaît l’existence du chômage tout en louant les efforts de l’Etat pour l’absorber et dément que la rente pétrolière soit «dans les poches de quelques personnes».

    Interrogé en sa qualité de secrétaire général du FLN, Belkhadem a maintenu la position de son parti sur le projet de loi criminalisant le colonialisme, considérant que tout «colonialisme est un crime». Néanmoins, il évitera de remettre en cause la position du président de l’APN, Abdelaziz Ziari, également militant du FLN, de reporter la programmation de ce projet de loi. «Qu’elle passe lors de la session d’automne ou lors de la prochaine, le plus important est que le colonialisme soit enfin incriminé !»

    Interrogé sur les dernières mesures prises par la France pour l’octroi des visas aux hommes d’affaires algériens, le patron du FLN estime que les relations de l’Algérie avec ce pays doivent être commerciales mais également humaines et se demande comment «notre argent et notre marché sont les bienvenus mais pas nos citoyens». Sur les relations algéro‑marocaines, Belkhadem regrettera que ce pays «voisin et frère» ait pris la décision de tourner le dos à l’Algérie au plus fort de sa crise en fermant les frontières terrestres. Sur la question du Sahara occidental, il renouvellera la position de l’Algérie qui soutient l’autodétermination des peuples. Il considère ce conflit seulement comme une question de décolonisation inscrite dans l’agenda de l’ONU.

  6. #48
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Ali Idir :


    Mercredi 12 Janvier 2011 -- La bataille pour le contrôle du marché national du sucre se poursuit. Le ministère du Commerce a confirmé, mercredi 12 janvier via l’agence APS, avoir sommé le groupe agroalimentaire Cevital de s’expliquer sur ses nouveaux prix du sucre et de l’huile, confirmant ainsi nos informations publiés mardi. Selon le département de Mustapha Benbada, des équipes relevant de la direction du contrôle commercial et de la répression de la fraude et chargées de vérifier l'application de cet accord «ont constaté que les prix appliqués par Cevital sur le sucre et l'huile ne sont pas conformes aux termes de l'accord».

    Le ministère du Commerce a adressé «une mise en demeure» au groupe d’Issad Rebrab pour qu’il se conforme aux prix fixés par cet accord, à savoir 90 DA pour le kg de sucre et 600 DA pour la bonbonne de 5 litre d'huile. Il a également demandé au groupe Cevital, qui détient une grande part du marché du sucre, de «fournir des explications concernant les nouveaux prix qu'il applique sur le sucre et l'huile». Le groupe Cevital a indiqué mercredi dans un communiqué que les nouveaux prix de ses unités de production, et conformément aux décisions prises par le gouvernement, sont désormais de 69,50 DA le kilogramme en vrac pour le sac de sucre d'une contenance de 50 kg, alors que le paquet conditionné d'un kilogramme est cédé à 74,50 DA. L'huile végétale «Elio» est cédée, selon la même source, à 495 DA le bidon de 5 litres, 210 DA la bouteille de 2 litres et 110 DA pour celle d'un litre.

    Officiellement, les services du ministère ont agi «en application de l'article 19 de la loi 02/04 fixant les règles applicables aux pratiques commerciales». En réalité, des importateurs se sont plaints au ministère du Commerce sur le fait que les nouveaux prix fixés par Cevital pour le sucre ne permettront pas l'importation de ce produit en raison de la flambée de ce produit sur le marché mondial. Comprendre : le ministère du Commerce veut permettre à des importateurs d’acheter du sucre quitte à le faire au détriment du consommateur algérien. Le prix du kilogramme de sucre importé reviendrait à 73,50 dinars (sans frais de transport) au port d'Alger alors que celui de Cevital est de 69,50 dinars. Le groupe privé a en fait anticipé une importation massive de sucre après la décision du gouvernement de supprimer toutes les taxes sur le sucre blanc importé.

  7. #49
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Hamid Guemache :


    Mercredi 12 Janvier 2011 -- Dans cet entretien, Issad Rebrab, patron de Cevital, s’étonne de la déclaration du ministère du Commerce sur la baisse des prix. Il affirme que son groupe ne vend pas à perte et entend défendre son marché.

    Le ministère du Commerce a demandé mercredi à votre groupe d’appliquer l’accord passé avec le gouvernement portant plafonnement des prix à 90 dinars pour le kilo de sucre et à 600 dinars pour la bonbonne d’huile de 5 litres. Vous a‑t‑il demandé de lui fournir des explications sur vos nouveaux prix du sucre et de l’huile ?

    Issad Rebrab : Cevital s’est conformé à l’accord avec le ministère du Commerce qui stipule que les producteurs doivent céder le sucre et l’huile aux commerçants de sorte que le kilogramme de sucre arrive au consommateur au prix de 90 dinars et celui de la bonbonne d’huile de 5 litres à 600 dinars. Lors de notre réunion avec le ministre du Commerce, il a nous fait état de sa crainte que les producteurs ne répercutent sur la suppression des taxes sur le sucre et l’huile sur les prix au détail. Nous avons pris l’engagement de le faire et nous l’avons fait. Nous avons respecté scrupuleusement l’accord avec le ministère du Commerce.

    Vous avez annoncé aujourd’hui les nouveaux prix du sucre et de l’huile qui sont inférieurs à ceux qui étaient pratiqués avant les émeutes et aux plafonds fixés par le gouvernement. Des opérateurs se sont plaints de cette baisse auprès du ministère du Commerce. Cevital vend-il à perte ?

    On ne vend pas à perte. Il n’y a pas de dumping. Avant les émeutes, le prix du kilogramme de sucre de Cevital était de 90 dinars au détail. Aujourd’hui, il avoisine 85 dinars. En fait, nous avons soustrait les taxes supprimées par le gouvernement pour fixer les nouveaux prix. Il n’y a aucune loi qui interdise de vendre à des prix compétitifs tout en gagnant notre vie. Nous allons aligner nos prix sur ceux du marché international. Cevital va défendre son marché. Quand les prix étaient élevés, le ministère du Commerce s’était inquiété pour le pouvoir d’achat des consommateurs. Maintenant que les prix ont baissé, il s’inquiète de cette baisse.

    Pourquoi d’autres opérateurs n’investissent-ils pas dans la production de sucre pour réduire la facture d’importation ?

    Il n’est pas facile pour certains opérateurs de s’engager dans des investissements à long terme comme l'a fait Cevital. Une raffinerie de sucre nécessite l’emploi de salariés, des investissements et une politique d’entreprise à long terme. Il est clair que l’importation est plus facile et parfois plus rentable. Un opérateur ramène un bateau de sucre, le vend et gagne de l’argent sans prendre beaucoup de risques.

+ Reply to Thread
Page 7 of 9 FirstFirst ... 5 6 7 8 9 LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts