+ Reply to Thread
Page 3 of 87 FirstFirst 1 2 3 4 5 13 53 ... LastLast
Results 15 to 21 of 609
  1. #15
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Algeria to establish bank to finance youth, micro-credit projects

    Algerian Employment and National Solidarity Minister Djamal Ould Abbas announced on Monday (December 25th) in Algiers that a bank will be set up in 2007 to finance the projects of unemployed youths as part of the National Youth Employment Supporting Agency (ANSEJ) and the National Agency for Microcredit Management (ANGEM) devices. The bank "will be soon introduced to the government council", Abbas said. The decision aims at providing more efficient financing to the programmes of the two agencies. Although some 100,000 jobs were created by ANGEM and ANSEJ this year, the rate of financing of the eligible projects by public banks stood below 10%. The projects cover mainly the sectors of services, craft industry, and transport.

    Algeria to establish bank to finance youth, micro-credit projects

  2. #16
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Nouvelle réglementation relative à l’installation de banques étrangères en Algérie

    La nouvelle réglementation régissant la création de banques, de succursales de banques ou d’établissements financiers étrangers en Algérie, adoptée par le Conseil de la monnaie et du crédit en septembre dernier, vient d’être publiée dans le Journal officiel.

    Il s’agit du texte 06-02 du 24 septembre 2006 publié dans le Journal officiel du 2 décembre 2006 et qui a pour objet, selon son article premier, de «fixer les conditions relatives à l’autorisation de constitution de banque et d’établissement financier, à l’autorisation d’installation de succursale de banque et d’établissement financier étranger et à l’agrément desdits banque, établissement financier, succursale de banque et d’établissement financier étranger».

    Ce nouveau texte met l’accent sur le renforcement du contrôle, avant l’octroi de tout agrément, puisque des informations relatives notamment aux capacités financières disponibles, à l’expérience des dirigeants et à leur savoir-faire ainsi qu’aux perspectives de développement à moyen terme sont exigées dans le dossier de demande qui doit être transmis au Conseil de la monnaie et du crédit.

    Ainsi, l’article 3 du règlement stipule que «le dossier de demande d’autorisation doit notamment comporter les éléments et données relatifs au programme d’activité sur cinq ans, à la stratégie de développement du réseau et aux moyens prévus à cet effet, aux moyens financiers et à leur origine, aux moyens techniques à mettre en œuvre, à la qualité et à l’honorabilité des actionnaires et de leurs garants éventuels, à la surface financière de chacun des actionnaires et de leur garants, aux principaux actionnaires constituant le noyau dur au sein de l’actionnariat, notamment quant à leur capacité financière et à leur expérience et savoir-faire dans le domaine bancaire et financier de manière générale».

    Les informations à fournir doivent également porter sur «la place de l’institution servant d’actionnaire de référence, notamment dans son pays d’origine ainsi que sur les indicateurs de sa santé financière, sur la liste des principaux dirigeants dont au moins deux doivent avoir la qualité de résidents, sur les projets de statut s’il s’agit de la création d’une banque ou d’un établissement financier, sur les statuts de la banque et de l’établissement financier du siège, s’il s’agit de l’ouverture d’une succursale de banque ou d’établissement financier étranger et enfin sur l’organisation interne, c’est-à-dire l’organigramme avec l’indication des effectifs prévus ainsi que les domaines de compétence dévolus à chacune des structures».

    Une fois l’autorisation accordée, la banque, la succursale ou l’établissement financier étranger dispose d’un délai de douze mois pour soumettre une demande d’agrément auprès de la Banque d’Algérie, selon l’article 8 du texte. Par ailleurs, et dans un souci de renforcer le contrôle, l’article 12 prévoit que «la liste des membres du conseil d’administration ou du conseil de surveillance, désignés par l’assemblée générale constitutive des banques ou des établissements financiers, accompagnée de leur curriculum vitae et de leur dossier administratif, doit être adressée au gouverneur de la Banque d’Algérie aux fins d’agrément».

    De plus, le texte impose aux banques et établissements financiers, exerçant en Algérie, de mettre à jour, chaque année, les informations financières concernant les actionnaires qui détiennent au moins 5 % de leur capital social, selon les termes de l’article 15.

    L’article 14 précise quant à lui que «toute cession d’action d’une banque ou d’un établissement financier doit faire l’objet d’une demande d’autorisation de cession adressée au président du Conseil de la monnaie et du crédit, faisant ressortir les motivations à l’origine de cette opération ainsi que tout autre élément d’appréciation utile pour le Conseil».

    Le ministre des Finances a récemment indiqué que plusieurs banques étrangères viendront s’installer en Algérie en 2007, ce qui permettra d’augmenter la part détenue par le secteur privé dans le domaine bancaire, actuellement estimée à 14 %.

    Des informations faisaient état, au cours de l’année, d’environ dix banques arabes et européennes ayant présenté des demandes d’agrément pour ouvrir des bureaux en Algérie.

    Nouvelle réglementation relative à l’installation de banques étrangères en Algérie: La qualité et l’honorabilité des actionnaires passées au peigne fin

  3. #17
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Banque d'Algérie: Evolution positive des indicateurs monétaires

    Jeudi 4 Janvier 2007 - - L’Algérie a renforcé sa stabilité macroéconomique, connaissant une forte croissance avec une moyenne supérieure à 5% et une maîtrise de l’inflation estimée en 2005 à 1,6%, selon un rapport de conjoncture de la Banque d’Algérie rendu public hier et traitant des tendances monétaires et financières du premier semestre 2006. La publication, qui date de décembre 2006, ajoute que l’accumulation des réserves de changes officielles par la Banque d’Algérie a permis d’asseoir la viabilité à moyen terme de la balance des paiements et d’assurer la réduction de la dette extérieure. En matière de mise en œuvre de la stratégie financière nationale, la solvabilité extérieure a été renforcée et l’allocation des réserves financières nationales a été améliorée au profit de la croissance.

    Au plan de la position financière extérieure, il est noté que les performances macro-financières du premier semestre 2006 se sont traduites par la viabilité de la balance des paiements, la forte réduction de la dette extérieure et la poursuite de l’accumulation soutenue des réserves de changes. Cela est dû essentiellement à la double hausse des prix et des quantités exportées d’hydrocarbures. Le prix moyen du pétrole brut est monté à 66,07 dollars le baril au cours du premier semestre 2006, contre 49,89 dollars durant la même période en 2005. En valeur, les exportations d’hydrocarbures sont passées de 21,06 milliards de dollars au premier semestre 2005 à 26,98 milliards de dollars au cours des six premiers mois de l’année 2006, soit un accroissement de 28%.

    Quant aux exportations hors hydrocarbures, elles ont connu une légère hausse au cours du premier semestre 2006 par rapport à la même période de 2005, soit 0,43 milliard de dollars contre 0,35 milliard de dollars. Sur ce volet, il est à constater que l’objectif de 1 milliard de dollars d’exportations hors hydrocarbures n’a pas été atteint avec un faible effet sur la balance des paiements et une faible diversification de l’économie nationale.

    Pour ce qui concerne les paiements sur l’extérieur, les importations de biens ont enregistré une baisse de 6,5% représentant un recul des importations de 10,52 à 9,83 milliards de dollars. Une diminution qui a concerné les équipements industriels et agricoles. La structure des importations des services montre que ceux des transports sont en baisse au profit des services techniques. Par ailleurs, les réserves officielles de changes détenues par la Banque d’Algérie ont enregistré une forte augmentation au cours des six premiers mois de 2006, passant de 56,18 milliards de dollars à fin décembre 2005 à 65,66 milliards de dollars à la fin juin 2006. Un niveau proche du PIB (produit intérieur brut), c’est-à-dire le revenu national, de l’année 2003 qui a été de 68 milliards de dollars. Rappelons au passage que les réserves de changes ont atteint les 70,28 milliards de dollars à fin août 2006. La même source ajoute que les avoirs extérieurs nets (réserves de devises et placements à l’étranger) ont atteint à fin juin de l’année écoulée 4 856,8 milliards de dinars contre 3 485,4 milliards de dinars à la même échéance de 2005. Le taux de change de la monnaie nationale atteignait, lui, une moyenne de 73 dinars pour 1 dollar et de 89,5 dinars pour 1 euro.

    Le document de la Banque d’Algérie aborde d’autres aspects des tendances monétaires du pays avec des tableaux en chiffres détaillés sur l’activité de collecte des ressources des banques, de même que sont livrés les principaux indicateurs monétaires et financiers enregistrés au premier semestre 2006 comparativement à la même période 2005. Nous y reviendrons.

    Evolution positive des indicateurs monétaires

  4. #18
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    More banks at risk — Algerian former minister

    ALGIERS — Algeria, hit by a spate of bank collapses, will remain prey to future failures without stronger financial regulation and economic modernisation, a former prime minister and finance minister said yesterday.

    Ahmed Benbitour, a political leader turned anticorruption campaigner, said failures such as the 2003 collapse of Khalifa Group, the country’s worst financial scandal, could happen again because Algeria was mishandling its transition from a command economy to a market economy.

    “As long as the system of regulation, banking and judiciary are not reformed there are certainly new possibilities (of financial scandals),” he said.

    “The situation will remain unchanged as long as you focus on the effects and not the causes. I am not saying you don’t have to punish those who have done wrong, but punishing the thief doesn’t imply you have stopped robbery.

    “The Khalifa experience should be a start for reforms,” said Benbitour, who served as the country’s finance minister from 1994 to 1996 and prime minister from 1999 to 2000.

    Organisation of Petroleum Exporting Countries member Algeria is trying to reform its obsolete banking sector to improve its ability to attract foreign investment.

    The state-dominated sector remains plagued by a legacy of Soviet-style economic management, red tape, corruption and a tradition of lending to loss-making state firms, analysts say.

    A police report published in daily El Watan this year said that $3,2bn was estimated to have been lost through embezzlement in the banking system in 2005 alone.

    A string of bank failures have included the private Commercial and Industrial Bank of Algeria, shut down by the authorities in 2003 due to alleged mismanagement.

    The former GM of the Algerian Bank for Rural Development, Farouk Bouyakoub, was jailed for three years in November last year for awarding loans without guarantees.

    The most spectacular case is that of Khalifa, then Algeria’s largest private business group, which was closed in 2003 after its financial arm, Khalifa Bank, funnelled cash to the group’s numerous failing businesses.

    A court is trying 104 defendants, including former Khalifa executives and former state officials, on fraud charges.

    Official reports dating back to 2001 noted the bank had violated banking laws on movement and use of capital, but the authorities took no action until 2003.

    Authorities estimate more than $1,5bn has been lost through what they allege was fraud by several Khalifa officials.

    Finance Minister Mourad Medelci, appearing as a witness in the Khalifa case, has acknowledged that with hindsight he could have done more to address Khalifa Bank’s problems.

    Benbitour said Algeria could see further banking disarray without a toughening of bank regulation, guarantees of judicial independence and improved banking standards, all of which were “conditions for fighting graft and making market reforms”.

    “Everyone makes a show (of reform). It’s the policy of showing off without addressing real problems,” he said.

    More banks at risk — Algerian former minister

  5. #19
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Une filiale pour la huitième banque européenne à Alger

    Mardi 6 Mars 2007 - - La visite, aujourd’hui, et pour 48 heures, du directeur général de la banque italienne Unicredit Banca, M. Arturo Profumo, pourrait fortement donner lieu à l’ouverture, cette année à Alger, d’une filiale de cette banque classée huitième à l’échelle européenne. C’est ce qu’a déclaré de son côté M. Luigi Giudobono Cavalchini, président de Private Banking, une des principales filiales d’Unicredit Banca et un des très proches collaborateurs de M. Profumo, cité hier par l’APS.

    M. Profumo aura, dans cette perspective, des entretiens avec le ministre des Participations et de la Promotion des investissements ainsi qu’avec celui des Finances, indique-t-on de source diplomatique. A rappeler que M. Profumo avait déjà émis le souhait de faire de son organisme la première institution financière italienne à s’installer en Algérie tout en estimant que «l’évolution des réformes entreprises dans le secteur financier et les échos positifs qui en résultent sont de nature à intéresser au plus haut point l’institution qu’il dirige», rapporte l’APS. Unicredit Banca a pu se déployer, en l’espace de sept ans, depuis sa création, dans une cinquantaine de pays à travers le travail de quelque 140 000 salariés. On se rappelle qu’en 2005, elle a réalisé la plus grosse fusion transfrontalière dans le domaine bancaire en Europe, après son mariage avec Hypo Vereinsbank (HVB), la seconde banque privée allemande. Cela a donné lieu à un échange d’actions d’un montant de 19,2 milliards d’euros qui a fait du nouveau Unicredit Group la troisième capitalisation boursière de la zone euro derrière Banco Santander et BNP Paribas. Aussi, une division de la banque, Unicredit Banca Mobiliare, a été retenue parmi les cinq candidats pour la participation de l’Etat italien dans la compagnie aérienne Alitalia. Ce n’est pas tout puisque la banque italienne s’est aussi mise de la partie pour le rachat de l’établissement régional allemand Landesbank Berlin (LBB), une opération estimée à cinq milliards d’euros.

    Si Unicredit Banca venait à ouvrir une filiale, elle serait la première banque italienne à s’établir en Algérie, les Italiens restant relativement timides à s’engager dans ce secteur par rapport à leurs homologues européens. La banque Monte Paschi Di Siena est jusque-là la seule institution financière italienne à avoir un bureau de représentation à Alger. Unicredit Banca ambitionne aussi, à travers son implantation en Algérie, de s’ouvrir sur le Maghreb et d’y renforcer sa présence.

    Une filiale pour la huitième banque européenne à Alger

  6. #20
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Bank will provide micro-credit to poor Algerians

    A bank that will provide micro-credits to the poorest part of the population in Algeria will be established within weeks, ANSA reported on Friday (March 16th). The agency quoted Labour and National Solidarity Minister Djamel Ould Abbas as saying that talks are under way with the finance ministry to finalize details related to the bank's creation. The project is modelled after the Grammen Bank, established in Bangladesh by the Nobel Prize winner Mohamed Yunus. It "will be reserved to that part of the population which cannot obtain access to traditional banking loans due to lack of guarantees", Ould Abbas said.


  7. #21
    Cheba_Mami is offline Registered User
    Join Date
    Feb 2004
    Posts
    2,121
    Good news for those starting up a small bussiness, but what if profit is not been made?

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts