+ Reply to Thread
Page 4 of 87 FirstFirst ... 2 3 4 5 6 14 54 ... LastLast
Results 22 to 28 of 609
  1. #22
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Banco National Del Lavoro and Deutsche Bank enter Algeria

    The German Deutsche Bank and the Italian national bank ”Banco National Del Lavoro”, BNL, which is currently a subsidiary of the National Bank of Paris BNP Paribas, are to be among the list of foreign banks that are beginning their activity within this year after their subsidiaries have obtained the authorization to work in Algeria.

    According to banking sources, the Italian Bank is the sixth bank in Italy and the first one to enter the Algerian market. The bank‘s decision to enter the Algerian market reflects the expansion strategy adopted by the National Bank of Paris BNP Paribas to enlarge is activities through its bank’s network besides its subsidiary Cetelem specialized in loans, and Cardif in insurance.

    Moreover, BNP Paribas has succeeded in buying the National Bank of Italy “Banco National” within March 2007, according to an integration agreement allowing the French Bank to expand its networks in a number of countries’ capitals such as New York, Madrid and Hong Kong, besides obtaining the lease loans’ assets “Locavit” and “Banco National Del Lavoro” that BNP Paribas owns 98.63 % of it, taking into account that the integration operation would be adopted by the Italian parliament before the end of 2008 keeping the Italian bank’s head office that had been established in 1913, always in Rome.

    In parallel, Deutsche Bank is to enter the Maghreb market through one of its subsidiaries after it had announced to enter the Tunisian market, the German bank is planning to be located in Algeria in order to undertake strategic investments, and thus Deutsche Bank would be the first German bank to enter the Algerian market.


  2. #23
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    (MENAFN - Jordan Times) AMMAN (JT), 03/04/2007 — Deutsche Bank, the largest German bank and one of the leading global investment banks, announced the appointment of Henry Azzam as its chief executive officer (CEO) for the Middle East and North Africa (MENA) region, operating out of Dubai. Azzam will take over from Ken Borda who will be retiring by the end of April 2007 after 18 years with Deutsche Bank.

    Besides its presence in the major international financial centres of the world, Deutsche Bank has been quite active in MENA with operations in the United Arab Emirates, Bahrain, Saudi Arabia, Qatar, Iran, Egypt and Algeria. Azzam will be leaving from his current position as CEO of Amwal Invest, which he established in May 2005 and has guided it through its first two years of operations. He is currently the chairman of Dubai International Financial Exchange and vice chairman of Majed Al Futtaim Trust, Dubai.

    Before establishing Amwal Invest, Azzam was the CEO of Jordinvest (2001-2004), managing director of Middle East Capital Group (1998-2001), AGM and chief economist of the National Commercial Bank, Jeddah, Saudi Arabia, (1990-1998) and vice president and chief economist of Gulf International Bank, Bahrain (1983-1990).

    Before that he worked with the Arab Fund in Kuwait and taught economics at the American University of Beirut."My role at Deutsche Bank is to help implement the bank's ambitious strategy of regional expansion, and provide institutional clients top of the line investment banking services which include financial restructuring, issuance of bonds and Sukuks, mergers and acquisitions, IPOs, asset and wealth management and capital market products among others," said Azzam. "Deutsche Bank has enormous financial and human resource capabilities that can be mobilised for the benefits of the countries of the region."


  3. #24
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Plusieurs nouvelles banques étrangères pour 2007

    Samedi 7 Avril 2007 -- 52,8% des crédits alloués à l’économie par les banques, soit 1 942 milliards de dinars pour l’année 2006, ont été octroyés au secteur privé, contre 47,2% pour le secteur public. Ces chiffres, livrés jeudi dernier par le premier argentier du pays, M. Mourad Medelci, au forum d'El Moujahid, indiquent, si besoin est, la tendance de l’économie nationale, qui poursuit progressivement sa transition d’une économie publique administrée vers une économie libéralisée. Une part grandissante au profit du secteur privé puisqu’elle a marqué une progression de 10% par rapport à l’année 2005 même si, dans le secteur bancaire, la prépondérance reste au secteur public, puisque «90% du chiffre d’affaires du secteur bancaire provient des banques publiques», précise-t-il.

    Un encouragement du secteur privé par le financement et qui s’est traduit notamment, dans les secteurs de l’agriculture, de l’industrie et des services, fait encore savoir l’invité du doyen de la presse nationale, cité par l’APS. Cela en dépit, faut-il le rappeler, des nombreuses contraintes à l’investissement que les pouvoirs publics s’efforcent d’aplanir en vue de «stimuler la croissance». Le ministre fait remarquer «qu’il s’agit d’inciter davantage les opérateurs économiques à opter pour l’investissement créateur de richesse, à lutter contre la bureaucratie persistante et le marché informel». Dans le même sillage, le ministre a fait savoir que trois décrets relatifs au foncier industriel seront signés cette semaine avant dans le publication au Journal officiel.

    Auparavant, M. Medelci a dressé un tableau des indicateurs macroéconomiques de l’économie nationale ainsi que de la situation financière du pays qui font dire au tribun que l’année 2006 a été «une excellente année», même si beaucoup reste à faire pour booster la croissance. Hors hydrocarbures, le taux de croissance a atteint, pour l’exercice 2006, 5,3% contre 4,7% en 2005. L’épargne a représenté 55% du PIB (produit intérieur brut) contre 52% en 2005, alors que le chômage s’est établi à 12% contre 15%, selon le ministre des Finances.

    Autre indicateur cité, la fiscalité ordinaire qui «a réalisé des progrès constants», avec une progression de 12% en 2006, même si, encore une fois, la fiscalité pétrolière reste prédominante. Autre fait positif, la progression des dépenses de fonctionnement de 20% et celles de d’équipement de 38%.
    En revanche, le taux d’inflation s’est détérioré passant de 1,6 en 2005 à 2,5% en 2006. Un indicateur qui reste une préoccupation majeure. Pour le ministre, l’augmentation du taux d’inflation a été la conséquence du relèvement des niveaux de salaires et des pensions de retraite au deuxième semestre de l’année 2006.

    Pour rappel, ces augmentations ont nécessité la mobilisation d’une enveloppe budgétaire de 58 milliards de dinars pour couvrir les six derniers mois de l’année 2006. Cette enveloppe sera, pour l’année 2007, de 98 milliards de dinars pour les salaires et de 13,5 milliards de dinars pour les pensions de retraite. Au sujet de l’ouverture du secteur bancaire, M. Medelci a fait savoir «qu’un nombre important de banques étrangères de grande envergure ont introduit des demandes d’agrément auprès de la Banque d’Algérie et entreront en activité dans les prochains mois».

    Aussi, la privatisation du CPA (Crédit populaire d’Algérie) serait «imminente», selon le ministre qui s’est toutefois retenu d’annoncer une quelconque échéance tout en rassurant que «le processus se déroule correctement et qu’il est en bonne voie». L’ouverture du capital de la BDL (Banque de développement local), elle, est prévue pour 2008 et les banques publiques algériennes continueront à être dominantes dans le paysage bancaire à l’horizon 2010 à hauteur de 60%.

    Aussi, dans un prochain conseil de gouvernement, l’Etat devra doter l’IGF (Inspection générale des finances), à travers un avant-projet de loi relatif à sa réorganisation, de moyens matériels à même de rendre plus efficace son activité d’investigation et de contrôle des finances publiques, et ce, du moment que ces contrôles «ne se limiteront plus au contrôle de gestion des dépenses des institutions à caractère administratif, mais seront systématiquement étendues aux entreprises économiques publiques», sachant que «le statut actuel ne permet à l’IGF d’entreprendre des contrôles dans des entreprises publiques qu’à la demande du gouvernement».

    Interrogé sur l’affaire de la Khalifa Bank, M. Medelci, qui avait été entendu comme témoin dans cette affaire, a souligné qu’il n’avait «aucun commentaire à faire à ce sujet qui relève exclusivement de la justice» tout en déplorant la déformation de ses propos par certains journaux.


  4. #25
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Les Portugais apportent assistance aux banques algériennes

    Mercredi 11 Avril 2007 -- L’Algérie et le Portugal ont signé hier un protocole de coopération dans le secteur financier. Ce protocole a été signé par Karim Djoudi, ministre délégué à la réforme financière, et son homologue portugais, Carlos Pina, secrétaire d’Etat portugais du Trésor et des finances. Ce document touche au développement de la monétique, de la supervision bancaire et à la formation des cadres bancaires algériens. Il s’inscrit dans l’un des accords de coopération bilatérale conclus en janvier dernier à l’occasion de la visite à Alger du Premier ministre portugais, José Socrates.

    Il permettra, comme l’a expliqué Karim Djoudi lors de la cérémonie de signature, aux institutions financières algériennes de s’imprégner de l’expérience acquise par le Portugal dans les domaines bancaire, des assurances et des marchés de capitaux. Une des institutions financières à tirer profit de cet accord, la Société algérienne d’automatisation des transactions interbancaires et de monétique (SATIM). Celle-ci se fera ainsi assister par la portugaise (SIBS) pour le parachèvement du projet de la monétique. Le protocole d’accord prévoit également la contribution de la banque publique portugaise Caixa Geral de Depositos à la mise à niveau de certaines banques publiques algériennes, a souligné le ministre délégué à la réforme financière.

    Intervenant à la fin de la cérémonie de signature de ce document, le secrétaire d’Etat portugais au Trésor et aux finances a indiqué que cette initiative est «une nouvelle étape» dans l’approfondissement des relations financières, politiques et économiques entre les deux pays. Il a également considéré que l’exemple de son pays dans le domaine bancaire constituerait «une référence» pour l’Algérie. Et d’expliquer : «Après la nationalisation des banques opérée dans les années soixante-dix au Portugal, un mouvement de privatisation a suivi dans les années quatre-vingt-dix dans la perspective, à l’époque, de l’adhésion de ce pays à l’Union européenne.» «C’est, a-t-il ajouté, cette expérience en matière de privatisation bancaire que nous voulons également ‘’partager’’ avec l’Algérie.»

    L’Algérie et le Portugal sont liés par un traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération entré en vigueur en mars 2006. La première réunion de haut niveau algéro-portugaise, tenue en janvier dernier, s’était soldée par la signature de l’amendement au mémorandum de coopération et d’assistance entre le ministère algérien des Finances et la Caixa Geral de Depositos, entre autres. Cet accord avait prévu la coopération au niveau du partage des connaissances techniques et d’expériences dans le cadre des politiques et des réformes développées par les deux pays dans le domaine de la modernisation du système financier, notamment les marchés de capitaux et les systèmes de paiement.


  5. #26
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    La CNEP va renouer avec les crédits automobiles


    Des sources bien informées ont révélé à El Khabar la décision de la banque de la Caisse Nationale d’Epargne et de Prévoyance « CNEP banque» de financer à nouveau les opérations d’achat de voitures neuves. Cette banque a, par ailleurs, pris d’autres mesures pour diversifier le financement des crédits des différents véhicules.

    Nos sources ont expliqué que la décision de la CNEP banque de reprendre le financement des crédits véhicules intervient suite à l’augmentation de la demande sur ce nouveau produit bancaire dans le marché algérien. Cette situation a poussé la banque à trouver une autre formule pour renouer avec ces financements en incluant d’autres types de véhicules, demandés sur le marché Algérien. Les informations qui circulent actuellement portent sur l’intérêt de la banque à financer les véhicules industriels, et autres véhicules utilisés par les professionnels.

    Le nouveau produit de la CNEP Banque consiste aussi dans sa décision de réduire son taux d’intérêt, puisqu’il est prévu qu’elle propose des taux d’intérêt concurrentiels sur les crédits véhicules, par rapport à ceux appliqués par les autres banques et auxquels les banques étrangères prêtent une grande importance.


  6. #27
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0
    Portugal and Algeria have signed an accord for Lisbon to aid Algiers in reforming its bank, insurance and stock exchange sectors, the Portuguese Finance Ministry announced.

    The ministry, in a statement published by the Lusa News Agency, said the bilateral agreement would ease financial and commercial relations" between the two Mediterranean countries at a time when Algeria is implementing financial reforms aimed to firm up institutional "transparency and efficiency".


  7. #28
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Attijari Bank intent on gaining a foothold in Algeria

    May 6, 2007 -- Already present in Tunisia through the Attijari Bank (former Bank of the South, bought back again in December 2005), the emerging Moroccan bank is ready to set foot in Algeria where it is listed for the privatization of the Crédit Populaire d’Algérie.

    The ambitious bank is also prospecting in Libya and Mauritania for other viable markets.

    Well-positioned on the Maghrebian scene, Attijariwafa Bank wants to become the leading bank of the Maghreb.

    In a bid to further its aims, Attijariwafa Bank has decided to organize in Tunis (16-17 May 2007), together with its Tunisian subsidiary, Attijari Bank, a symposium on development in the Maghreb.


+ Reply to Thread
Page 4 of 87 FirstFirst ... 2 3 4 5 6 14 54 ... LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts