+ Reply to Thread
Page 2 of 5 FirstFirst 1 2 3 4 ... LastLast
Results 8 to 14 of 34
  1. #8
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Sonia Lyes :

    Quote Originally Posted by Al-khiyal View Post

    Mercredi 23 Janvier 2008 -- Au lendemain des révélations de toutsurlalgerie.com sur le rapatriement des familles des expatriés travaillant pour Renault en Algérie, le groupe français a multiplié les déclarations contradictoires sur les raisons de ce départ.

    À Alger, une porte-parole de Renault a, dans une déclaration aux quotidiens Djazair News et Echorouk, reconnu le départ dimanche dernier en France des familles de trois expatriés. Mais elle a démenti un lien entre ces départs et la dégradation de la situation sécuritaire dans le pays. Une position appuyée par les déclarations d’une porte-parole de l’ambassade de France à Alger.

    À Paris, le groupe Renault a une autre version des faits. Dans une déclaration à l’agence d’information Reuters une porte-parole du groupe a confirmé que le rapatriement des familles des trois expatriés est lié à des questions de sécurité. Elle a également laissé entendre que les rapatriements vont se poursuivre. « Nous avons commencé à retirer les familles de nos expatriés depuis le 20 janvier en raison de la situation sécuritaire. Nous surveillons l’évolution de la situation », a-t-elle indiqué.

    Contactées par toutsurlalgerie.com, les directions de Renault en France et en Algérie n’étaient pas « disponibles » pour répondre à nos questions.

  2. #9
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Said Kaced :


    Mercredi 23 Janvier 2008 -- En ventes pures, la firme au losange «cartonne» en Algérie, bien plus que chez le voisin marocain qui profite, soit dit en passant, des largesses du constructeur automobile français. Renault installera son usine de montage nord-africaine dans le royaume alaouite, mais continuera à prospérer chez nous tout en pratiquant le double langage.

    A propos des familles de ses employés rapatriées en France récemment, ses communicants algériens assurent aux rares journaux qui «osent» lui demander des détails sur ce départ précipité – Renault est un gros annonceur publicitaire chez nous – que cela n’est pas une conséquence des derniers attentats terroristes commis par l’AQMI.

    A Paris, la porte-parole «officielle» du groupe automobile déclare tout à fait le contraire à l’agence Reuters – bien sûr, il ne faut pas confondre : là, on s’adresse à un grand groupe de presse international, pas à des journalistes incultes du Tiers-monde ! – et lie le rapatriement d’Algérie des familles des cadres de Renault à la «situation sécuritaire» dans le pays. Renversant !

    Il ne faut surtout pas voir là un simple problème de coordination au sein du service de presse de cette prestigieuse multinationale, mais bien une volonté de ne pas communiquer sincèrement avec l’un de ses meilleurs clients à l’étranger. Renault et d’autres entreprises françaises travaillent «bien» en Algérie tout en affichant ostensiblement leur méfiance à l’égard d’un environnement qui fait croître considérablement pourtant leurs chiffres d’affaires. Sinon pourquoi avoir caché, avec force dénégations, à des journalistes algériens ce qu’il avoue volontiers à un média international ? Renault a-t-il seulement conscience que ce type de «légèreté» - seule la décence nous empêche de parler de mépris à l’encontre de l’opinion publique algérienne – peut faire naître une hostilité certaine à l’égard d’une marque encore fort appréciée par nos automobilistes ?

    Pour compliquer le tout, l’attaché de presse de l’ambassade de France s’empresse de déclarer que ce rapatriement entre dans le cadre d’un «mouvement normal» de circulation des personnes entre les deux rives. Nos partenaires étrangers ont-ils définitivement adopté les rites de communication en vigueur en nos contrées ? Ne rien dire sur l’essentiel et laisser à la «puissance de l’argent» le soin de régler le flux des informations… Pleure ô pays bien-aimé !

  3. #10
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Jeudi 24 janvier 2008 -- Une source diplomatique de l’ambassade de France en Algérie a indiqué que cette dernière « ne jouit d’aucune tutelle sur les entreprises françaises en Algérie et qu’elle n’intervient pas dans leurs décisions ». Cela est une allusion au départ de familles d’employés de la compagnie « Renault », en application d’une note de l’ambassade qui aurait évoquée une « menace terroriste ».

    La source, qui a préféré garder l’anonymat, a confié à El Khabar que la mise en garde du ministère des Affaires étrangères français à ses ressortissants, il y a quelque temps « reste d’actualité et il n’y a rien de nouveau dans la situation sécuritaire en Algérie pour nous pousser à donner des conseils d’ordre sécuritaire aux entreprises. Nous ne possédons pas le droit d’intervenir dans leurs décisions, elles sont libres d’entreprendre toutes les mesures qu’elles veulent ».

    Cette déclaration intervient après une réunion avec Stéphan Galitso, directeur général de la branche « Renault » Algérie, avec les employés de la compagnie samedi passé. Il les a informé que les familles de six cadres sont appelées à quitter l’Algérie et rentrer en France. La décision de la direction générale de Renault s’est faite sur une note de l’ambassade de France en Algérie, sous formes de conseils qui parlent du « danger terroriste qui menace les employés de l’entreprise et leurs familles », apprend-on de sources bien informées.

    En effet, 48h après l’annonce de la mesure, les femmes et enfants de ceux considérés comme étant « en danger » ont été évacués, alors que les employés français d’origines algériennes sont restés à leur place. Les mêmes sources nous ont rapporté que le directeur général de la compagnie a demandé à ses travailleurs, lors de la réunion, de garder leur calme car l’affaire ne requiert pas de prendre des dispositions extraordinaires pour assurer la sécurité des employés ou le siège de la compagnie en Algérie.

  4. #11
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

  5. #12
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 9 Février 2008 -- En présence du directeur général de Renault-Algérie, M. Stéphane Galoustian, M. Abdlekader Benaouda, directeur marketing de Renault-Algérie, et les représentants des partenaires du projet GPL (gaz de pétrole liquifié), MM. Jean-Pierre Fouquet, du groupe Renault, Moschetti, de Landi Renzo, leader mondial sur le marché GPL, et Arrachiche, P-DG de Ghazal, partenaire algérien, la gamme Dacia Logan et Logan MCV carburant au GPL a été présentée mercredi dernier aux représentants de la presse nationale.

    Ainsi, Renault-Algérie lance le GPL sur les deux modèles de la gamme Dacia, la Logan berline et la Logan MCV. Concernant le premier modèle, le kit GPL sera disponible sur les deux versions, la Logan base 1.4 MPI et la Logan Lauréate 1.4 MPI qui sont vendues respectivement à 791 000 DA et 911 000DA.

    Pour ce qui est du second modèle qui est équipé également du système bi-carburant, la Logan MCV ambiance 1.6 MPI est vendue à 1 063 000DA et la Logan MCV Lauréate 1.6 MPI à 1 163 000DA. Tous ces modèles ont été essayés par les journalistes présents sur place.

    De plus, la consommation du carburant gazeux de ces véhicules est à la fois économique et écologique : les émissions en gaz carbonique sont inférieures à 18 %. Ainsi, pour un trajet de 100 km, le conducteur utilisant le GPL ne paiera que 72 DA contre 154 DA avec l’essence, soit une économie de 60 %.

    Selon le premier responsable de l’antenne algérienne de la marque au losange, sa firme est la seule qui propose une première monte-usine de GPL. «Le produit que nous vous présentons aujourd’hui est le fruit de deux années de travail entre des sociétés française, algérienne et italienne», a-t-il dit.

    Le système de carburation GPL, retenu par le groupe Renault pour les véhicules Dacia, est classé troisième dans le monde en matière d’utilisation. Plus de 10 millions de véhicules équipés de kit GPL sillonnent actuellement les routes du monde dont 7 millions en Europe.

    «En Algérie, le réseau de distribution compte 476 stations d’alimentation et 125 000 véhicules GPL, dont 85 % sont détenus par des particuliers et 15 % par les entreprises.», a révélé M. Benaouda. L’installation du système de carburation à gaz est fournie et montée en processus industriel par une PMI italienne.

    Il s’agit de la société Landi Renzo. L’enrichissement est effectué par la société Ghazal, représentant exclusif de la marque italienne en Algérie. Le GPL, première monte-usine, a été adopté officiellement par Renault depuis plus de dix ans.

    Il répond à la norme européenne R67-01. «L’équipement GPL se compose d’un réservoir de 42 litres de volume utile et d’un système à injection séquentielle ainsi d’une polyvanne qui évacue automatiquement le gaz en cas d’incident», a assuré le responsable du projet GPL du groupe Renault, M. Foucault.

    «En Algérie, la Logan GPL est destinée à devenir une voiture économique pour la gamme Dacia. Elle bénéficiera d’une garantie et service constructeur de 24 mois et son service après-vente est assuré dans au moins 11 agences. Nous espérons vendre 3 000 unités en l’an 2008», a affirmé le responsable du marketing.

    Côté ventes, le groupe Renault-Algérie est classé deuxième derrière Toyota-Algérie et a enregistré une croissance sur le marché avec 52 % de parts, soit une progression de 75 % par rapport à la même période l’an dernier.

  6. #13
    FORTUNATO is offline Registered User
    Join Date
    Sep 2004
    Posts
    2,778
    A government that robs Peter to pay Paul can always depend on the support of Paul.
    By: George Bernard Shaw

  7. #14
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Samedi 5 avril 2008 -- L’ensemble du personnel expatrié de Renault devra quitter l’Algérie avant la fin du mois de juin, indiquent des sources proches du constructeur automobile français. La décision aurait été prise récemment, à Paris, par la direction de la sécurité du groupe. Le directeur général de Renault Algérie serait lui aussi concerné par cette décision.

    Malgré une baisse sensible des actes terroristes, il semblerait que ce départ soit en rapport avec la situation sécuritaire. Nos sources précisent que l’équipe d’expatriés, composée essentiellement de cadres dirigeants, sera remplacée par des Algériens et des ressortissants de pays maghrébins, des Marocains et des Tunisiens essentiellement. Rappelons que les membres des familles de ressortissants français avaient été rapatriés en France au courant du mois de janvier 2008.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts