+ Reply to Thread
Page 35 of 37 FirstFirst ... 25 33 34 35 36 37 LastLast
Results 239 to 245 of 257
  1. #239
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Hamid Guemache :


    Mercredi 1 Décembre 2010 -- Alliance Assurances a réussi son pari de s’introduire à la Bourse d’Alger. L’opération de souscription à ses actions est une réussite : mardi soir, dernier jour avant la clôture de la souscription, 107% actions avaient été souscrites, sans les institutionnels (banques et entreprises publiques). «Nous prévoyons d’atteindre entre 120 et 140% d’actions souscrites» mercredi en fin de journée, se félicite Hassen Khelifati, PDG d’Alliance Assurances dans un déclaration à TSA. Cette réussite est due en grande partie aux particuliers qui ont souscrit entre 1,2 et 1,5 million d’actions sur les 1,8 millions mises sur le marché.

    Outre l’engouement des particuliers, le comportement des patrons constituent le second enseignement de cette opération, la première du genre pour un groupe privé algérien. Les entreprises privées ont manqué ce rendez-vous historique pour dynamiser la Bourse d’Alger et participer à la création d’un marché financier algérien. L’Algérie, deuxième économie en Afrique, est l’un des rares pays au monde de cette taille à ne pas posséder une Bourse. Lundi soir, lors d’une soirée organisée par le FCE pour encourager les patrons à souscrire aux actions d’Alliance Assurances, seules 3.200 actions ont été souscrites par les rares chefs d’entreprise qui ont répondu favorablement à l’invitation de Réda Hamiani. Un chiffre qui renseigne sur l’absence de solidarité entre les chefs d’entreprises du secteur privé. Il illustre également les divisions au sein du patronat national où chacun fait cavalier seul. Pire : certains patrons ont discrètement mené une campagne contre Alliance Assurances.

    Pourtant, l’introduction en Bourse d’Alliance Assurances aurait du être une occasion pour le patronat de montrer sa solidarité dans une période difficile pour les entreprises privées. Mais les enjeux personnels semblent avoir pris le dessus sur le véritable enjeu de cette opération. Certains patrons ont agit par jalousie. D’autres par vengeance parce que le patron d’Alliance assurances avait soutenu en 2009 un autre candidat à la présidence du FCE que l’actuel président du forum. Pourtant, Réda Hamiani lui-même semble avoir dépassé cet épisode électoral. «J’ai écrit à toutes les organisations patronales. Seul le président FCE Réda Hamiani, à qui je rends hommage, m’a apporté son soutien. Les autres n’ont même pas estimé nécessaire de me répondre et d’apporter ne serait ce qu’un soutien moral à cette opération», regrette M. Khelifati. Les patrons privés viennent d’envoyer un mauvais signal au gouvernement qui leur reproche régulièrement de manquer d’ambitions et d’être des «trabendistes» intéressés par le gain facile et rapide.

  2. #240
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Ali Idir :


    Mercredi 1 Décembre 2010 -- L’introduction d’Alliance Assurances à la Bourse d’Alger, qui s’est terminée mercredi 1er décembre après un mois de souscription, est un succès. L’opération de souscription a dépassé tous les pronostics avec plus de 131% des actions souscrites, selon un bilan provisoire obtenue par TSA de source bancaire. «Nous comptons terminer à 135%», affirme cette source. Les chiffres définitifs de la participation à la première introduction à la bourse d’Alger d’un groupe privé seront connus jeudi 2 décembre. Selon les chiffres provisoires, les particuliers ont souscrit massivement avec plus de 240% de leur quota. Les institutionnels (banques) ont pris entre 60% et 70% de leur part. Ils sont intervenus le dernier jour de l’opération. BNP Paribas a souscrit pour 60.000 actions. Les autres banques privées ont boudé l’opération. Les personnes morales ont déçu : seulement 18% de leur quota a trouvé preneurs. Les patrons ont fait preuve d'un manque de solidarité en ignorant cette opération historique pour la création du marché financier algérien. Une défection qui s’explique par les divisions qui mine le patronat et la mentalité de l’homme d’affaires algérien qui cherche souvent à investir peu d’argent et à en gagner beaucoup sans prendre trop de risques.

  3. #241
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Ali Idir :


    Jeudi 2 Décembre 2010 -- Alliance Assurances a réussi son introduction à la Bourse d’Alger pour lever 1,4 milliard de dinars afin d’augmenter son capital social à 2,2 milliards de dinars et se conformer aux nouvelles règles prudentielles mises en place par le gouvernement. Plus de 140% des actions proposées ont été souscrites notamment par les particuliers qui ont dépassé largement leur quota de près de 300%. Les banques ont pris la moitié de leur part (30%). Les entreprises ont déçu avec moins de 20% de leur quota, selon Alliance Assurances. Ces chiffres sont provisoires.

  4. #242
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Ali Idir :


    Dimanche 5 Décembre 2010 -- Les Algériens risquent d’être privés de visas à partir de 2011. Selon nos informations, à partir du 1er janvier 2011, les compagnies d’assurance algériennes ne pourront plus délivrer d’attestation d’assurance voyage, ce document obligatoire pour l’obtention d’un visa Schengen. La cause ? La décision du gouvernement d’obliger les assureurs nationaux à réassurer 50% de leur portefeuille auprès de la Compagnie centrale de réassurance (CCR, publique). «La décision concerne toutes les branches d’assurance. Mais les sociétés d’assistance étrangères avec qui nous avons établi des accords de prise en charge de nos clients qui voyagent veulent travailler directement avec les compagnies d’assurance. Ces sociétés redoutent des problèmes de paiement si on est obligés de passer par la CCR», explique un proche du dossier. Les sociétés d’assistance étrangères comme Mondial Assistance ou AXA Assistance risquent de ne pas renouveler leurs accords avec les assureurs algériens. Actuellement, les discussions sont en cours. «Si rien n’est fait d’ici la fin de l’année en cours, la situation sera bloquée. On ne pourra plus délivrer d’assurance voyage indispensable pour obtenir un visa et voyager à l’étranger», ajoute un assureur qui a requis l’anonymat. Les assureurs espèrent obtenir un amendement du gouvernement les autorisant à traiter directement avec les sociétés d’assistance étrangères pour continuer à délivrer des assurances voyage.

  5. #243
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Hamid Guemache, Lundi 6 Décembre 2010 :


    L’introduction à la Bourse d’Alger de votre compagnie a été un succès. Quels sont les résultats définitifs de l’opération de souscription ?

    Cette opération est une réussite totale pour le marché. Nous avons eu beaucoup de sollicitations, même après l’expiration du délai de souscription le 2 décembre. Beaucoup de particuliers notamment s’étaient présentés dans les banques pour souscrire, mais c’était trop tard. On n’a pas pu les satisfaire. Les chiffres définitifs sur l’opération ne sont pas encore disponibles. Ils le seront dans deux ou trois jours. Selon le bilan provisoire, les actions ont été souscrites 1,4 fois par 5.000 souscripteurs.

    Ces chiffres montrent que le marché a soif d’opportunités d’investissement, notamment les petits porteurs et les familles. C’est un bon signal pour les futures introductions en Bourse. Pourriez-vous nous fournir des détails sur la participation ?

    Par wilayas, la capitale arrive largement en tête en nombre d’actions souscrites. Dans le top 10, il y a, en plus d’Alger, les wilayas de Tlemcen, Oran, Bejaïa, Tiaret, Blida, Sétif, Constantine, Chlef et Batna. Ce classement est provisoire. Les particuliers ont dépassé de plus de 250% leur quota (600.000 actions). Les personnes morales ont épuisé seulement 24% de leur part et les institutionnels environ 50% de leur quota. D’un commun accord avec les banques, on avait convenu de laisser le marché agir et de n’intervenir qu’à la fin de l’opération. La participation des particuliers a été massive. Elle constitue un bon signal au marché pour les futures introductions en Bourse.

    La forte participation des particuliers implique-t-elle un changement de la répartition des quotas entre différents segments ?

    Tous les particuliers qui ont souscrit seront servis ! C’est un engagement que nous allons tenir. Pour le reste, nous attendons la consolidation des chiffres pour décider. Les particuliers ont souscrit 1,4 million d’actions sur les 1,8 million d’actions proposées à la souscription.

    Comment expliquez-vous la faible participation des entreprises ?

    D’abord, je tiens à préciser qu’une cinquantaine d’entreprises a souscrit à l’opération. C’est un signe de confiance en notre compagnie. Ces entreprises ont compris l’enjeu d’une telle opération pour l’avenir du marché financier national. D’autres entreprises n’ont pas participé en raison peut être de leurs difficultés financières. Il y a cependant des patrons qui n’ont pas compris l’enjeu et qui ne sont pas encore prêts à prendre part à des introductions en Bourse de sociétés privées. Il faudrait peut être davantage de pédagogie pour les convaincre d’y prendre part. Mais Alliance Assurances a ouvert la voie. Nous souhaitons que d’autres entreprises suivent notre exemple.

    Hormis le FCE, les autres organisations patronales n’ont pas soutenu publiquement votre opération. Pourquoi ?

    Les associations patronales ont raté l’occasion historique de soutenir la première introduction en Bourse d’une entreprise privée en Algérie. J’espère aussi que le patronat soutiendra les prochaines introductions en Bourse. Il est important que les associations patronales s’engagent dans ce genre d’opérations pour marquer leur solidarité avec les entreprises qui acceptent d’aller sur le marché pour trouver des financements. L’introduction en Bourse signifie que l’entreprise accepte la transparence totale et opte pour un nouveau mode de gestion moderne et efficace pour ne pas décevoir le marché et les nouveaux actionnaires. Les patrons doivent envoyer des signaux forts pour exprimer notre volonté de créer un marché financier. Il ne faut pas se contenter d’attendre le gouvernement. Il faut être actif et assumer notre part de responsabilité.

  6. #244
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Ali Idir :


    Mardi 28 Décembre 2010 -- L’admission du titre au niveau de la Bourse d’Alger s’effectuera «probablement au cours du mois de février 2011», a déclaré mardi le directeur général de la Bourse d’Alger, Mustapha Ferfera. Le titre sera coté avant fin février prochain, a indiqué pour sa part, Hassen Khelifati, PDG d’Alliance Assurances, au cours d'une conférence de presse à Alger. Alliance Assurances a réussi à lever 1,4 milliard de dinars pour augmenter son capital social à 2,2 milliards de dinars et se conformer aux nouvelles règles prudentielles sur les compagnies d’assurances. L’opération de souscription qui s’était déroulée du 2 novembre au 2 décembre a vu une forte participation notamment des particuliers. Le niveau de la demande de souscription validée a représenté 139,73% de l’offre globale des nouvelles actions, selon M. Ferfera. «La participation massive des personnes physiques (particuliers) s’est traduite par une forte demande de souscription dont le niveau a atteint 1.995.459 titres soit 79,1 % de la demande globale», a-t-il expliqué. Le nombre de souscripteurs a atteint 5.501 dont 5.374 ont été retenus, selon le même responsable. Ces résultats ont obligé la Bourse a réviser la segmentation de l’offre pour notamment satisfaire les particuliers dont la part a été augmentée de 123,06 % pour atteindre 1.338.346 actions au lieu de 600.000 actions initialement, selon le même responsable. Cette révision a été faite au détriment des personnes morales (-54,30%), les investisseurs institutionnels (-64,68%), les agents généraux d’Alliance Assurances (-91,52%) et les salariés d’Alliance Assurances (-89,13%), selon les chiffres fournis par M. Ferfera.

  7. #245
    Guest 123 is offline Registered User
    Join Date
    Jan 2006
    Posts
    0

    Riyad Hamadi :


    Mardi 4 Janvier 2011 -- Le blocage des voyageurs algériens n’a pas eu lieu en ce début 2011. Les compagnies d’assurances et la Compagnie centrale de réassurance (CCR) ont finalement trouvé un accord sur le versement des primes aux sociétés d’assistance, a-t-on appris mardi 4 janvier auprès d'un assureur. Les compagnies d’assurances verseront 50% de la prime à la CCR qui reversa à son tour 45% aux sociétés d’assistance spécialisée dans la prise en charge des voyageurs à l’étranger. La CCR retiendra une commission de 5%. Les 50% restants du montant de l’assurance voyage seront versés directement par les assureurs à leurs partenaires étrangers. La CCR jouera un rôle d’intermédiaire et les sociétés d’assistance continueront à traiter avec leurs réassureurs. Fin 2010, des compagnies d’assurances s’étaient inquiétées d’un éventuel blocage dès 2011 de la délivrance des assurances voyage en raison de l’obligation de verser à la CCR 50% du montant de la prime.

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts